Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Souvenirs en vrac...... 1994, année d'engagements et de doutes...

5 Décembre 2014 , Rédigé par niduab Publié dans #Souvenirs en vrac

Je reprends, en cette fin d’année, le magazine du temps passé avec un retour sur l’année 1994. Un billet où je fais un parallèle, mois par mois, entre les grands évènements mondiaux ou nationaux et ma vie de père peinard en bord du Marais Poitevin.

Père peinard c’est vite dit car j’avais toujours quelques inquiétudes quand à la pérennité de ma situation professionnelle. Certes depuis un an, il y avait un second salaire à la maison puisque Pilou était en fonction au secrétariat général de la mairie de Niort et pour ce qui me concerne j’avais réussi, en cinq ans et grâce aux grands chantiers régionaux (Pont de l’île de Ré, Viaduc de Rochefort, Autoroutes, Pôle universitaire de La Rochelle, Civaux etc…) à relancer une agence d’ingénierie du BTP, moribonde huit ans plus tôt, quand je suis arrivé à Niort, et qui employait en 1994, une dizaine de salariés. En fait le souci principal n’était pas la gestion de mon agence mais la santé financière de la société mère : depuis quelques mois des rumeurs pessimistes persistantes circulaient au point que je m’étais engagé et fait élire au comité d’entreprise sur la liste CFDT. Une position délicate car je faisais le grand écart entre mon poste de responsable d’agence et celui de représentant du personnel au C.E, mais une position qui fut bien comprise, me semble-t-il, par tout le monde, direction (sauf un à Bordeaux) et salariés et notamment mes équipiers et néanmoins amis niortais.   

Un autre souci me prenait la tête et m’empêchait de dormir : notre fille voulait se marier. Pourquoi, si jeune ? Après tout je n’avais que 48 ans c’était bien trop tôt ! Ptn, quel coup de vieux je prenais !

 

Repères et inventaire de 1994 :

Janvier : Signature à l’Otan d’un accord de partenariat avec les pays de L’Europe de l’Est. Les pays africains qui sont restés liés à la France par le Franc CFA subissent une dévaluation de leur monnaie de 50%. Le 16 janvier, une impressionnante manifestation contre la révision de la loi Falloux sur le financement de l’école privée, que propose le gouvernement, bloque Paris. La réforme fut enterrée une semaine plus tard.

Pilou et moi, nous sommes impliqués dans le comité de soutien à une jeune fille kurde qui, sans trop savoir pourquoi, était assignée à résidence dans un hôtel de Gâtine. Pasqua voulait prouver dans les médias qu’il pouvait terroriser les terroristes. Avec quelques amis nous étions venus déjeuner dans cette hôtel-restaurant le midi du jour de l’an et nous avions invité cette jeune fille à notre table, mais sous la surveillance des deux policiers qui étaient en permanence à ses côtés. Nous sommes revenus le 23 janvier, un peu plus nombreux, pour fêter son anniversaire. Avoir 20 ans loin de sa famille nécessitait bien évidemment un beau gâteau d’anniversaire et des témoignages d’amitié. Le 16 janvier j’étais dans l’un des dix cars qui partaient de Niort, à 5 h du matin pour rejoindre la manif laïque à Paris. Il faisait un temps de chien, une pluie glaciale. Pour me réchauffer un peu, vers midi, je me suis précipité dans un Mc-Do. C’était ma première grosse manif parisienne et mon premier Mc-Do. Les organisateurs annonçaient qu’il y avait plus d’un million de manifestants. Le soir, on entendit à la radio, Pasqua annoncer qu’il y en avait eu que 250.000 …. Il faut croire que l’on devait être aux alentours de 500.000 ! En fait j’étais étonné de ne pas avoir vu Edma, la présidente départementale de la FCPE. Lors du voyage de retour j’apprenais qu’elle avait eu un très grave accident de voiture la veille, et qu’elle était hospitalisée. Ambiance plombée lors du voyage retour.

Février : Le 3 février, les Etats-Unis lèvent l’embargo commercial sur le Vietnam. Vives tensions en Bosnie Herzégovine, le 5 février un attentat fait 68 morts sur un marché de Sarajevo. Le 28 février première intervention de l’Otan : quatre avions serbes sont abattus dans la région de Banja Luka.

Nous sommes allés voir notre amie Edma qui revenait de loin et allait devoir subir, une assez longue phase de rééducation. Des travaux de papiers peints à la maison, des vacances de février en famille en région parisienne. J’en ai profité pour participer à Cergy Pontoise, en y côtoyant du beau monde, à une convention socialiste sur les perspectives économiques. J’ai aussi profité de ces vacances familiales pour aller aux archives nationales et faire quelques recherches généalogiques.

Mars : Poursuite des combats en Bosnie-Herzégovine mais les alliances changent. Sous la pression des américains, croates et musulmans mettent un terme à leurs affrontement pour constituer une fédération ce qui entraîne immédiatement un nouveau front contre les serbes de Bosnie de Milosévic soutenus par la Serbie. En France lors des élections cantonales le Parti socialiste se refait une santé un an après avoir pris une mémorable déculottée au législatives. Après un mois de manifestation le premier ministre Balladur est contraint de retirer son projet de CIP.

Comme chaque année j’entrais dans une phase professionnelle intense avec notamment un nouveau chantier d’autoroute. Djinor a été déplacée en Mayenne, ce qui la rapprochait de sa famille, et puis les autorités ont fini par la laisser rentrer chez ses parents le week-end d’où elle n’est pas revenue : fin d’un épisode cocasse et stupide. Le responsable d’une société d’ingénierie d’envergure nationale, concurrente de la mienne, est venu me proposer la direction d’une agence qu’il comptait installer en Poitou-Charentes pour effectuer les contrôles du futur chantier d’autoroute Saintes-Rochefort. Je me suis renseigné et je sus que cette société n’était pas en bien meilleure forme que la mienne et comme ce chantier ne devrait durer que deux années, j’ai repoussé l’offre (financièrement très intéressante). Et du coup c’est ma société et, en grande partie, mon équipe qui eut à effectuer ces contrôles et j’ai pu embaucher de nouveaux techniciens.

Avril : Le 6 avril les présidents rwandais et burundais meurent dans un attentat contre l’avion présidentiel rwandais. Le lendemain la première ministre rwandaise est assassinée ainsi que dix militaires belges de la mission onusienne qui assuraient sa protection. D’autres personnalités rwandaises démocrates sont également assassinées. C’est le début du génocide des Tutsis et Hutus modérés par les extrémistes Hutus. Début d’un cycle d’attentats à la voiture piégée perpétrés par le Hamas en Israël. 15 avril, dernière réunion du Gatt qui se transforme en Organisation mondial du commerce (OMC) 27 avril : Les premières élections multiraciales en Afrique du Sud donnent la victoire à l’ANC et Nelson Mandela est élu président de la République et Frederik de Klerk vice-président.

Membre du conseil fédéral du PS et référencé rocardien, je fus désigné comme délégué pour la convention Europe qui se tenait le 16 avril. Je ne devais pas être seul, puisque j’y accompagnai Ségolène. Deux jours avant cette convention elle me téléphona pour me donner les consignes de vote. On ne se connaissait encore pas trop bien, mais ce soir là elle a appris à me connaître. Le samedi à Paris lors de cette convention elle est arrivée très en retard, je lui avais bien gardé une place à mes côtés, mais elle préféra s’installer ailleurs, ce qui ne me contraria nullement. Le 23 avril nous prenions l’avion en famille (avec Cécile et Didier) pour notre tout premier voyage effectué dans le cadre du comité des œuvres sociales (COS) de la mairie. Direction Ténériffe pour une semaine.

Mai : Les massacres se poursuivent au Rwanda, la communauté internationale est impuissante face à ce drame. Le 4 mai un accord d’autonomie de la Palestine est signé au Caire pour une période intérimaire de 5 ans et création d’une autorité palestinienne. Du 10 au 25 mai les forces militaires israéliennes se retirent de Gaza et Jéricho. 6 mai inauguration du tunnel sous la manche. Le 10 mai Silvio Berlusconi devient président du conseil en Italie. Le 13 mai en Bosnie- Herzégovine, plan de paix du groupe de contact donnant 51% du territoire aux Serbes. 29 mai, en Hongrie, large victoire des anciens communistes aux élections législatives.

Question travail le mois de mai fut, comme toujours le mois le plus difficile de l’année : un chantier d’autoroute difficile à gérer avec tous ces jours fériés. De plus j’avais les audits NF-BPE et des contrôles de chantiers d’ouvrages d’art : épreuves de convenance et  contrôles de pieux pour toute la grande région sud-ouest. A relire mes agendas 1994 ce fut sans doute la pire année. Et les jours fériés à quoi furent-ils consacrés ? A faire la clôture de la maison et de nombreux rapports en retard. Et puis il y eut une mémorable réunion politique à Niort. Le premier round des élections municipales de 1995. Toutes les sensibilités ou écuries qui avaient quelques velléités à participer devaient se présenter : J’ai participé au débat sans dire directement qui je soutiendrai mais en utilisant une métaphore littéraire avec des titre de romans d’André Malraux. Il y avait une motion des partisans du maire B. Bellec : je l’ai dénommé «  Les chênes qu’on abat ». Il y en avait aussi des amis de Ségolène qui ambitionnait de devenir maire de Niort : c’était bien évidemment « La voie royale». La gauche socialiste était représentée et méritaient bien de s’appeler « Les conquérants »tout comme les derniers ‘’poperenistes’’ dont je qualifiais le texte rassembleur de « Condition humaine » et puis il y avait notre amie Gégée, conseillère générale, la plus écolo des socialistes et je la présentai comme étant « L’espoir ».

Juin : 22 juin intervention militaire et humanitaire française au Rwanda, nommée ‘’opération Turquoise’’. 27-30 juin, suite du génocide avec le massacre de Bisero. Le 12 juin lors des élections européennes la liste socialiste dirigée par Michel Rocard ne fait que 14% des voix handicapée par la liste divers gauche de Bernard Tapie qui fait 12%. Le 19 juin Michel Rocard démissionne de son poste de Premier secrétaire du PS remplacé par Henri Emmanuelli. Manœuvre Mitterrandienne ? Rocard ne sera pas candidat lors de la présidentielle de 1995 !

Début juin, Pilou et moi, nous participions à un meeting pour les élections européennes, l’invité pressenti (Cambadellis, si je me souviens bien) avait eu un empêchement et avait été remplacé, au pied levé, par un jeune homme qui s’avéra être un orateur très brillant : c’était Manuel Valls que nous découvrions pour la première fois et avec qui nous avons eu en fin de meeting un entretien très intéressant. Brillant et parlant admirablement bien l’espagnol, me confirma Pilou. Mi-juin je suis allé au mariage de Jeannot mon vieux copain de jeunesse et de rugby. Comme j’étais cette fin de semaine là en région parisienne pour raisons professionnelle, j’y suis allé seul et il me fallait, impérativement rentrer sur Niort le lendemain matin, je me devais donc de limiter au strict minimum la troisième mi-temps. Facile à dire mais quand on retrouve des amis très chers, qu’on n’a pas vu depuis vingt ans, comme Fanfan, Nine et beaucoup d’autres c’est intenable, une promesse d’ivrogne en quelque sorte. Que la vie est drôle car le pote de mes 18//20 ans se mariait, après une longue vie de célibat, deux mois avant que je ne conduise ma fille devant monsieur le maire et avec une môme guère plus âgée que ma Cécile. Encore un acte militant, j’ai pris une journée de congé pour emmener à Angers le maire d’Atakpamé, en visite à Niort, sa ville jumelée-coopération, voir un camion de vidange que notre association, l’Anjca, était susceptible d’acquérir pour l’envoyer chez lui au Togo.  

Juillet. Le 4 juillet, Le FFR de Paul Kagamé prend Kigali. Le 5 juillet la France crée une zone humanitaire : Deux millions d’Hutus s’y réfugient ou fuient le pays vers le Zaïre dont l’ensemble du gouvernement et les milices. Le 19 juillet, constitution d’un gouvernement de transition dont le Président et le Premier ministre sont des Hutus modérés, mais l’homme fort est Paul Kagamé nommé ministre de la défense. Fin de cent jours de massacres. 7 juillet : Au Cambodge les Khmers rouges sont mis hors la loi par l’Assemblée nationale. 8 Juillet mort de Kim II-Sung dictateur de la Corée du Nord ; son fils Kim Jong-il lui succède. Le 31 juillet le Conseil de sécurité des Nations Unies autorise le recours à la force afin de restaurer la démocratie en Haïti et de chasser la junte militaire.

Comme souvent à cette époque de l’année il ne se passe pas grand-chose d’important ; certes il y a beaucoup de travail car près de la moitié de l’agence doit prendre des congés d’où surcharge pour les autres, du moins lors des deux premières semaines. C’est au cours d’un suivi de chantier de terrassement que j’ai fait ma traditionnelle crise de colique néphrétique annuelle, et le plus souvent l’été. Pilou m’a remonté le moral en me disant : ‘’C’est fait on est tranquille pour le mariage.’’    

  Août : 22 Août au Rwanda fin de l’opération Turquoise et renforcement de la force onusienne Minuar 2. 14 août à la suite d’un attentat contre les colons israéliens plusieurs dirigeants du Hamas sont arrêtés par l’autorité palestinienne. Le 31 août l’IRA annonce un  cessez-le-feu en Irlande du Nord.

Le mariage justement, c’était le 27 août et, dès le 25, la famille arrivait à Niort, ma mère, ma sœur Annie, Paqui et Malou les sœurs de Pilou et nièces et neveux. Il y avait aussi mon frère Serge et même Dolly ma belle-sœur, les niçois : cela faisait plus de six ans que nous vivions à Niort et c’était leur première visite. Nous ne nous étions pas revus depuis l’été 1987, quand nous avions encore notre maison sur Nîmes. J’étais follement heureux de ce rassemblement familial qui fut malheureusement gâché par un nouveau calcul. Le vendredi soir alors que toute la famille était à la maison, je me tordais de douleur dans ma chambre. Le toubib finit par arriver, me fit une piqure pour me soulager. Dans la nuit j’ai évacué le caillou et j’ai pioncé. Le lendemain en début d’après midi, les jambes un peu flageolantes, je conduisais ma fille Cécile à la mairie et nous fîmes la noce toute la journée jusqu’à tôt le lendemain matin.   

Septembre : 19 septembre intervention des Etats-Unis à Haïti. La guerre continue en Bosnie-Herzégovine pour le partage du pays entre serbes et croates-musulmans et sous fond de purification ethnique, notamment dans la zone de Srebrenika.  

Retour au boulot dingue, avec un nouveau chantier d’autoroute en plus de tout le reste. Le 30 septembre il y avait vote en section vote pour désigner qui conduirait la liste socialiste lors des municipales de juin 1995. Deux candidats : Alain Baudin adjoint au maire,  supplétif du maire Bernard Bellec qui craignait l’affrontement direct et le verdict des urnes, et Ségolène Royal. Alain battit Ségolène 67 voix contre 60, mais Ségo avait tout prévu en convoquant un Conseil fédéral, instance départementale, à 22 h pour invalider immédiatement le résultat du vote des militants. Ségo voulait l’unanimité et je peux assurer, puisque j’étais membre votant de cette instance, qu’elle ne l’eut pas ; ce qui ne l’empêcha pas d’affirmer le contraire le lendemain sur RTL. 

Octobre : Le 7 octobre les Etats-Unis accuse l’Irak de concentrer des troupes à la frontière avec le Koweit. Des troupes américaines sont envoyées immédiatement dans l’émirat. Saddam Hussein retire ses hommes mais dénonce la totale dépendance des monarchies du Golfe envers la puissance américaine. 15 octobre restauration du président Jean Bertrand Aristide par les Marines à Haïti. Le 16 octobre la Finlande approuve par référendum l’adhésion à l’Union européenne (56.9% de oui). 19 Octobre une opération suicide du Hamas contre un bus à Tel-Aviv fait 22 mort civil. Le 29 octobre apparition an Afghanistan d’un mouvement Taliban qui mène le djihad contre le gouvernement de Kaboul.

Toujours bouffé par un travail démentiel, fatigué, démoralisé et les épisodes de septembre j’étais en complète rupture avec l’hypocrisie socialiste. Quand j’ai reçu les textes de motions pour le congrès de Liévin, j’ai foutu à la poubelle le pavé de la motion 1 foutage de gueule présentée par Emmanuelli qui réunissait tous les éléphants de Mélenchon jusqu’à Strauss Kahn. Bonjour la cohérence ! Mar contre j’ai jeté par curiosité un rapide coup d’œil sur le texte de la motion 2 dont je ne connaissais pas les rédacteurs : je fus emballé par ce court texte qui allait à l’essentiel de mes préoccupations. Le lendemain il y avait une réunion de section pour préparer le congrès. Je dis à mon pote Gérard qu’il devait lire la motion 2 dont le texte me paraissait remarquable. Aussitôt il prit la parole pour affirmer qu’il était, avec son ami Daniel, le mandataire de la motion 2 dans le département. Personne n’a réagi, mais dès le lendemain nous devions prendre contact, en passant par Solferino avec un dénommé Vincent Peillon qui était le leader de ce juvénile courant. Politique toujours le 28 octobre le PS national envoyait des émissaires à Niort pour tenter une conciliation entre Bellec et Royal, dans la perspective des municipales de juin 1995. Etaient présents Vaillant, Bartolone et Valls.

Novembre. 8 novembre résolution 955 du Conseil de Sécurité qui crée le tribunal pénal international pour juger les crimes de génocide et crimes graves contre l’humanité commis au Rwanda en cette année 1994. 8 novembre élection pour la première fois depuis 1952 d’une majorité républicaine dans les deux chambres du Congrès, face à Clinton, président démocrate. 13 novembre la Suède se prononce par référendum favorable à l’entrée dans l’Union européenne (52.2% de oui). Le 28 novembre en Norvège 52,4 % des votants refusent d’adhérer à l’Union européenne

Le 3 novembre avait lieu le vote pour le congrès socialiste. A Niort, pour des raisons stratégiques liées au différent entre Bellec et Royal, la motion 2 était très largement majoritaire et faisait même  29% dans le département des Deux-Sèvres. Nous faisions le deuxième meilleur score national.  Le 11 novembre se tenait à Paris le premier rassemblement des mandataires de la motion 2 qui avait fait 7% à l’échelon national. Gérard et moi, nous découvrions nos nouveaux amis et notamment Vincent Peillon. Il faut dire que notre score inattendu avait impressionné, du coup moi qui étais, quelques semaines plus tôt, à deux doigts abandonner la politique, j’allais entrer dans les instances nationales du PS. J’allais devenir l’un des 33 sages de la Commission nationale des conflits. Gérard qui est vétérinaire allait siéger à la commission nationale de l’agriculture. Cela devait être officialisé au congrès de Liévin qui se tint du 18 au 20 novembre. Du coup je n’ai pu être présent à Bordeaux au pot de départ de mon directeur régional avec qui j’étais en guerre ouverte depuis huit ans. Il ne voulait pas reconnaitre les excellents résultats de mon service parce que j’étais de gauche.  Le 25 novembre on devait désigner en Deux-Sèvres le premier secrétaire fédéral ; tout naturellement je fus candidat contre Ségolène Royal et très satisfait de mon score qui était encore de l’ordre de 29%.  

Décembre : Le 11 décembre Jacques Delors annonce qu’il ne sera pas candidat à l’élection présidentielle de 1995. 12 décembre, intervention des troupes russes en Tchétchénie. 26 décembre un commando du GIA détourne un avion qui s’était envolé d’Alger. Le GIGN réussit à reprendre le contrôle de l’avion à l’aéroport de Marseille. 27 décembre, En Algérie quatre pères blancs sont abattus dans leur monastère de Tizi Ouzou par six hommes armés habillés en policier.

Il me faut encore évoquer les dernières péripéties politiques dont ma première participation au conseil national le 2 décembre. Je devais aussi finir cette année politique par une histoire cocasse mais très instructive pour le politicard novice que j’étais et mes rapports avec la presse. Me prenant abusivement pour le commandant en chef de l’opposition interne à Ségo et voulant dénoncer une manœuvre, je me suis rapidement retrouvé dans le rôle du caporal épinglé. J’ai heureusement réussi à reprendre la main quelques jours plus tard, avec une dose d’humour ce qui me valut un honorifique ‘’prix orange’’ comme cadeau de Noël. Ouf ! Mais la leçon a porté. L’histoire est trop longue à raconter surtout en fin d’un billet déjà long. Le lecteur intéressé pourra se reporter à un billet du 11 décembre 2007 intitulé « Trop poli-tique…Mea Culpa ».    

 

(A suivre)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article