Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).

5 Avril 2015 , Rédigé par niduab Publié dans #Blog à part

En quittant le passage Choiseul nous nous sommes dirigés vers le nord pour rejoindre le passage des Princes en empruntant successivement une partie de la rue du Quatre Septembre, puis la rue Richelieu pour retrouver la galerie qui relie cette rue au boulevard des Italiens. En 1859, un homme d'affaires, Mirès, ayant acquis l'ancien palace ''Grand hôtel des Princes et de l'Europe'', fit ouvrir ce passage qui fut inauguré en 1860 sous le nom de passage Mirès. Quelques années plus tard suite à un changement de propriétaire le lieu devint le ''Passage des Princes''. Depuis 2002, il est devenu le passage des jouets avec une succession de boutiques qui enchantent les petits et les grands. 

Après avoir quitté la galerie côté boulevard des Italiens et souhaitant rejoindre le passage des Panoramas, nous nous sommes quelque peu égarés puisque nous nous sommes retrouvés devant la Bourse. C'est l'architecte A.T Brongniart qui a conçu ce palais qui fut achevé en 1825.  

Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).

En remontant vers le boulevard Montmartre, nous avons rapidement trouvé, rue St Marc, l'entrée sud du passage des Panoramas. 

On a oublié aujourd'hui ce qu'étaient les panoramas et l'énorme succès qu'ils rencontraient. Il s'agissait de toiles peintes avec de superbes effets de trompe-l'oeil, inspirées par l'histoire ou l'actualité, qui couvraient les murs d'une rotonde et que l'on admirait généralement d'un observatoire situé au centre. En 1799, l'armateur américain Thayer fit construire deux tours pour y installer ces attractions. Afin d'attirer la clientèle il ouvrit le passage des Panoramas qui mettait les passants à l'abri de la pluie et la boue.

Georges Méliès débuta comme peintre des panneaux présentés dans deux rotondes qui constituaient ces fameux panoramas.  

En 1834, les galeries de Saint-Marc, des variétés, de Feydeau et de Montmartre furent adjointes pour concurrencer Colbert, Vivienne et Véro-Dodat. Quand le théâtre des Variétés, dont l'entrée des artistes se situe au n°17, vint s'y adosser en 1807, la galerie n'a plus désempli. Et son succès se poursuivit, même après la destruction des panoramas en 1831.

C'est dans le passage des panoramas, que nous avons très bien et assez rapidement déjeuné pour 13 € avec un excellent plat du jour et dessert. Comme j'ai réglé la note en présentant le guide du routard, les cafés furent offerts. 

Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).

Le passage Jouffroy se trouve en face de la sortie nord du passage des Panoramas de l'autre côté du boulevard Montmartre et donc dans le 9e arrondissement. Ce passage couvert est long d'environ 140 m, mais au 2/3 du parcours il y a un décrochement à angle droit et quelques marches de dénivellation à descendre pour aboutir rue de la Grange-Batelière.   

Ce passage fut édifié en 1845 pour profiter de la popularité du passage des Panoramas à l'initiative d'un groupe d'investisseurs présidé par le comte Jouffroy et M. Verdeau. Le premier légua son nom à ce passage et le second au passage qui prolonge celui-là de l'autre côté de la rue de la Grange-Batelière. 

Le passage Jouffroy est un témoin de l'importante évolution technologique du XIXe siècle et de la maîtrise des structures en fer  ; c'est le premier passage parisien entièrement construit en métal et en verre. Seuls les éléments décoratifs sont en bois. Il s'agit également du premier passage chauffé par le sol. 

Au début des années 1880, Arthur Meyer fondateur du journal Le Gaulois, s’associe au caricaturiste Alfred Grévin pour créer une galerie de personnages en cire sur un terrain adjacent au passage. Elle est inaugurée le 10 janvier 1882 et a pris depuis le nom de Musée Grévin. La sortie du musée, ornée d'un décor composé de divers personnages, se situe dans le passage et contribue pour une large part à son succès.

Le passage Jouffroy fut entièrement rénové en 1978, il a recouvré son dallage d'origine. Les boutiques ont toujours été de qualité (cafés, modistes, tailleurs, coiffeurs...). Il a gardé tout son charme avec dès l'entrée, l'hôtel Mercure Ronceray, où Rossini composa ''Guillaume Tell' et divers magasins spécialisés et l'inévitable salon de thé.

Le passage Verdeau se situe entre la rue Grange-Batelière au sud et la rue du Faubourg-Montmartre au nord il fut construit en 1846, juste après le passage Jouffroy par le même groupe d'investisseurs. 

C'est le plus clair des trois passages alignés, avec sa haute verrière en arête de poisson et un dessin très épuré néo-classique. L'ouverture de l'hôtel des ventes à proximité, rue Drouot, a attiré de nombreux antiquitaires qui y ont élu domicile. Au 14-16 du passage il y a un magasin de photos installé depuis 1901. 

En sortant du passage Verdeau, Faubourg Montmartre, nous sommes passés devant une jolie boutique à la façade verte et au nom inscrit en lettres d'or ''A la mère de famille'' : c'est une célèbre chocolaterie qui fut fondée en 1761. Un peu plus loin au croisement avec la rue Richer nous sommes passés devant ''Les Folies Bergères''. Pas le temps de nous arrêter car nous avions encore une assez longue étape à effectuer en direction des passages Brady et du Prado.  

Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).

Nous sommes passés devant l'auberge du Père Louis qui fut ouverte en 1903, située rue de la Boule Rouge, en face des Folies Bergères. Nous avons poursuivi notre  périple par la rue Richer puis la rue des Petites Ecuries et enfin la cour du même nom où nous nous sommes arrêtés au Tribal café. La cour des Petites Ecuries tient son nom des petites écuries de Louis XV installées là de 1755 à 1796. 

Le passage Brady se trouve de part et d'autre du Boulevard de StrasbourgLes travaux du Passage Brady ont commencé en 1825, terminé en 1828. Les deux maitres d'ouvrage furent M. Briavoine, négociant et M. Brady, un commerçant établi au no 46 du faubourg Saint-Denis, précisément là où se trouve actuellement l'entrée du passage sur cette rue. Le projet initial prévoyait un "passage couvert'' dans toute sa longueur abritant 113 magasins avec logements au dessus.  Il reliait autrefois la rue du Faubourg Saint-Denis à la rue du Faubourg Saint-Martin avant d'être scindé en deux par la percée du Bd de Strasbourg en 1852. Seule la partie débouchant au no 46 de la rue du Faubourg-Saint-Denis est couverte d'une verrière. On y trouve de nombreux restaurants et divers commerces et artisans. L'autre partie du passage débute au no 43 de la rue du Faubourg-Saint-Martin. 

Après le passage Brady nous avons continué sur le boulevard de Strasbourg pour rejoindre la porte St Denis où se trouve le passage du Prado. Ce passage fut créé en 1785. Initialement découvert, il est couvert depuis 1925. Son nom fait référence au musée du Prado à Madrid. Il ne fut donné au passage qu'en 1930. Avant cette date il était appelé passage du Bois-de-Boulogne en référence à un bal public qui s'y trouvait ce qui pour des parisiens pouvait géographiquement paraître incongru alors que passage du Prado...... Le passage relie la rue du Faubourg-Saint-Denis au boulevard Saint-Denis  en formant un coude à angle droit en son milieu. Les deux parties sont reliées par une rotonde.

La porte Saint-Denis est un arc de triomphe inspiré de l'arc de Titus à Rome  qui fut construit en 1672 par l'architecte François Blondel à la gloire de Louis XIV . Elle est située à l'emplacement d'une porte de Paris de l'ancienne enceint de Charles V. 

Nous sommes ensuite retournés sur nos pas pour rejoindre la porte St Martin. L'édifice se trouve au croisement de l'axe Saint-Martin  et des grands boulevards Saint-Denis et Saint-Martin : Il est lui aussi situé à l'emplacement d'une porte de l'ancienne enceinte de Charles V. Elle fut érigée en 1674 sur l'ordre de Louis XIV en l'honneur de ses victoires sur le Rhin et en Franche-Comté par l'architecte Pierre Bullet. 

Le théâtre de la Renaissance  est situé boulevard Saint Martin, en face de la porte Saint Martin. Il fut inauguré le 8 mars 1873. 

Nous avons continué en direction de la place de la République que nous avons atteint après un très cours arrêt passage Vendôme.

Édifié en 1827 le passage Vendôme reliait à l'origine le Bd du Temple au Carreau du temple et était situé à un emplacement idéal entre l'animation des théâtres  du boulevard et un marché animé. Malgré son architecture élégante et ses boutiques qui trouvèrent rapidement preneur, le passage déclina rapidement pour des raisons peu évidentes et fut déserté à peine quelques années après son inauguration. Le passage reste de nos jours peu passant malgré son emplacement à proximité d'une des places les plus animées de la capitale.

Nous voilà pendant quelques instants en pause place la République face à la statue de Marianne. En 1879 un concours fut organisé pour l'installation d'un grand monument consacré à la République de nouveau proclamée. Il fut remporté par les frères Morice et l'inauguration du monument eut lieu le 14 juillet 1883. Il est constitué de cette statue colossale de Marianne, en bronze de 9.5 m de haut sur un  soubassement en pierre de 15 m de haut où sont assises des allégories de la Liberté, de l'Egalité et de la Fraternité. 

Parfois en raison de son nom et de la symbolique qui lui est liée, mais surtout à cause de son accessibilité et de sa localisation au carrefour de grandes avenues, c'est un des lieux habituels des manifestations, le plus souvent à l'initiative des organisations politiques de gauche ou des organisations syndicales. Mais la place de la République a aussi été le cadre choisi en 1958 par le Général de Gaulle pour une manifestation, le 4 septembre 1958, en faveur du OUI au  référendum instituant la Vème République ou, le 11 janvier 2015, pour le départ de la marche républicaine destinée à rendre hommage aux victimes décédées dans les attentats et prises d'otages des jours précédents et à s'opposer au terrorisme.  

Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).

Souhaitant finir la journée au Musée Carnavalet, dans le Marais, nous avons filé vers le sud par le Bd du Temple suivi du Bd des Filles du Calvaire et enfin le Bd Beaumarchais. Le Bd du Temple était appelé le ''boulevard du crime'' du fait de la présence de nombreux théâtres populaires spécialisés dans la présentation de mélodrames dans lesquels on mourait beaucoup. Il a été immortalisé par la géniale évocation cinématographique de Marcel Carné ''Les enfants du paradis''. ''Les filles du calvaire'' était l'appellation populaire des Bénédictines de Notre-Dame du Calvaire, une congrégation religieuse créée en 1617. 

Rue Amelot, rue parallèle aux boulevards qui se succèdent, on aperçoit le Cirque d'hiver qui était destiné aux arts équestres et qui fut inauguré le 11 décembre 1852 par Napoléon III. Il porta d'ailleurs le nom de cirque Napoléon avant de devenir le Cirque d'hiver en 1873.  

Rue St Gilles nous avons quitté les grands boulevards pour nous diriger vers le Marais. Nous avons pris ensuite la rue de Béarn pour atteindre la place de Vosges. Cette place fut, sous le nom de place Royale,  le centre de la vie parisienne pendant tout le 17ème siècle. Elle fut rebaptisée place des Fédérés, puis de l’Indivisibilité en 1793, et enfin place des Vosges en 1800, en l’honneur du premier département qui ait payé ses impôts à une République qui n’en avait cependant plus pour très longtemps.

Nous étions alors à proximité du musée Carnavalet qui est situé rue de Sévigné. C'est le musée municipal parisien consacré à l'histoire de Paris. J'y étais venu il y a une dizaine d'années pour admirer, sur les conseils d'un ami, le magnifique tableau d’Ernest Louis Pichio représentant Alphonse Baudin sur la barricade du faubourg Saint Antoine où il fut tué le 3 décembre 1851. J'ai déjà raconté plusieurs fois cette histoire dans ce blog, notamment par le billet ''Mourir pour des idées''. Je souhaitais que Pilou voit, grandeur nature, ce magnifique tableau. Malheureusement, ce jour-là, quelques salles étaient fermées au public dont celle de ce tableau. Pas de chance ! Elle serait ouverte la semaine suivante, mais la semaine suivante nous ne serions pas parisiens. Ma seule déception de la journée. On a un peu regardé d'autres oeuvres du musée mais le coeur n'y était plus et nous avons vite repris notre route pour rejoindre le Châtelet, en prenant la rue de Rivoli puis en faisant un petit détour pour passer devant l'Hôtel de ville et la tour St Jacques....... 

Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).
Blog à part ... Balade parisienne : les passages couverts (suite).

En arrivant devant la tour St Jacques je notais que nous avions fait sept heures de balade parisienne. Même pas mal aux jambes ! La station Châtelet Les Halles n'était pas trop loin et il ne restait plus que 45 minutes de RER à supporter dans des conditions un peu moins agréables, mais il fallait bien en passer par là !

Les paragraphes de couleur bleue sont empruntés à de multiples sources : Le guide vert, le routard et puis en picorant diverses informations sur internet dont Wikipédia et quelques sites comme : 

http://www.parisrevolutionnaire.com/spip.php?article192

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article