Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Trop poli-tic ...... Analyse logique incertaine.

9 Avril 2015 , Rédigé par niduab Publié dans #trop poli-tique

Après un délai de réflexion d’une dizaine de jours je peux esquisser une analyse des résultats des dernières élections dans mon département avec un regard particulier sur ma ville de Niort qui avait déjà connu, l’an dernier, la défaite ‘’inimaginable dans le berceau de la mutualité ’’ de la gauche lors des municipales

Au soir du 1er tour des élections départementales j’estimais, en voyant les résultats des Deux Sèvres s’afficher à la télé, que la messe était dite : Le département allait passer à droite, allait repasser à droite, devrais-je dire après cette parenthèse de six années de gestion par la gauche. La participation, comme un peu partout en France, n’était pas exceptionnelle mais ça aurait pu être pire puisque, avec 50.4%, elle était en hausse de 6% par rapport aux cantonales de 2011.

Les résultats globaux de ce 1er tour étaient les suivants : Front national 19.6%. Union de la droite (UMP et UDI) 37.0%. Divers droite : 2.4%. Union de la gauche (PS et EELV) 32.6%. Divers gauche : 4.0%. Front de Gauche : 4.5%. Précisons que les bulletins blancs représentaient 4% des votants et les nuls 2%. Un seul canton était remporté dès 1er tour par la droite et sans surprise c’était celui de Mauléon. Le FN ne pouvait se maintenir que dans un seul canton et dans le cadre d’une triangulaire

La Gauche ne virait en tête que dans 6 cantons sur 33. « C’est notoirement insuffisant pour espérer conserver le pouvoir au conseil départemental. Mais comme à Niort l’écart est suffisamment faible entre la gauche et la droite pour que la première ose encore y croire » estimait Philippe Barbotte de la Nouvelle République.

Le Courrier de l’Ouest confirmait plus sévèrement: « La droite est en ballotage favorable mais le PS et ses alliés ne se sont pas écroulés. Le FN frôle les 20% des suffrages ». Le FN retrouvait finalement son score des européennes de mai 2014, mais avec une participation en hausse de 7.5% et il obtient ses meilleurs résultats en zones rurales.

Gilbert Favreau (UMP) celui qui allait devenir, 10 jours plus tard, le président du Conseil départemental, restait mesuré : "Nous sommes dans état d’esprit de conquête. J’ai aujourd’hui la conviction que nous pouvons reprendre la majorité dimanche prochain.» assorti d’un constat d’évidence « La présence constante du FN, qui exprime un malaise profond, est un paramètre qu’on ne peut plus occulter.»

De leur côté, les leaders de la gauche voulaient encore croire au sursaut :

Eric Gauthier, Président sortant qui ne se représentait pas : « Rien n’est joué. On annonçait partout que le département allait basculer à droite. Rien n’est moins sûr et rien n’est perdu »

Rodolphe Challet. Secrétaire fédéral du PS : « La gauche va gagner au second tour. Rassemblée, elle est très forte. Elle est en particulier en mesure de l’emporter dans les trois cantons niortais ».

Il est évident qu’ils ne pouvaient pas dire autre chose et d’ailleurs il était vrai que sur les trois cantons niortais cela devait se jouer à très peu.

 

Une semaine plus tard….

Au niveau national la gauche gouvernementale prenait une belle fessée et pourtant, elle semblait presque soulagée, en conservant près d’un tiers des départements, que ce ne fut pas pire. La droite savourait sa victoire et Sarkozy, conforté, exultait d’autant plus que la gauche résistait assez bien dans le Sud-ouest de Juppé.

En Poitou-Charentes les 4 départements étaient maintenant dirigés par la droite, contre deux auparavant ; même la Charente basculait de peu (2 cantons) mais basculait à droite.

En Deux-Sèvres il n’y eut pas de miracle, le score est sans appel comme le mentionnait la Nouvelle République : « Vraie ‘’raclée’’ pour la gauche aux élections départementales : Sept ans après les avoir perdues, la droite reprend les rênes du département. Haut la main. Jeudi elle occupera 24 des 34 sièges de la nouvelle assemblée deux-sévrienne » Les territoires conservés par la gauche sont tous situé dans le sud, même si certains dont deux cantons niortais ne sont passés à droite que de très peu. (Ce qui pourrait conduire à des invalidations et ce d’autant que des documents ont été distribués la veille du scrutin, ce qui est formellement interdit).

 

Des études ont été faites à l’échelon national pour analyser le comportement des électeurs entre les deux tours et je vais regarder sur certains cantons si cela se confirme en Deux-Sèvres.

Je passe rapidement sur le report des voix de droite en cas de duel Gauche-FN puisque ce cas de figure ne se présentait pas en Deux-Sèvres. L’exemple le plus proche se trouve à Marennes en Charente-Maritime où, sans pouvoir l’emporter, les candidats FN ont quand même progressé de 11% au second tour. Ce qui confirme le sondage IFOP qui indique que 60% des électeurs de droite ont opté pour le ni-ni, seulement 22% d’entre eux choisissent le FN et 18% la gauche.

Dans les Deux-Sèvres il n’y eut qu’une seule triangulaire, c’était dans le canton du Val de Thouet : Au 1er tour les résultats donnaient : FN : 29.3%, Union de droite 38.2%, Union de gauche : 32.5%. Au second tour avec une hausse de participation de 3.2% et une baisse de bulletins blancs de 1.5% on note un recul du FN à 25.7%, et une hausse quasi équivalente des autres concurrents, L’Union de droite progressant de 2% l’emportait avec 40.3% contre l’Union de gauche en hausse de 1.6%, à 34.1%.

 

Voyons maintenant les cantons où les candidats de gauche ou divers gauche étaient en tête au 1er tour mais furent battus au second tour. En fait il n’y en avait que deux, les cantons de Thouars et le canton de Saint Maixent.

Pour Le canton de Thouars le 1er tour avait donné les résultats suivants : FN : 21.1%,  Union de droite : 26.2%, Union de gauche : 32.51 % ; Divers gauche : 21.2%. La gauche semblait être en mesure de l’emporter. Eh bien non ! Au second tour avec une participation en légère baisse (- 1.3%) et une petite hausse du vote blanc (+1.4%) c’est la droite qui gagnait avec 50.6% contre 49.4%.

Pour le canton de Saint-Maixent il y eut moins de surprise car si les candidats de gauche viraient en tête au 1er tour ils n’avaient, à priori, aucune réserve de gauche : Union de gauche : 39%, Union de droite : 38.1%, FN : 22.9%. Avec au second tour une participation de même niveau mais une légère hausse (+1.5%) du vote blanc, on est surpris de retrouver l’Union de Gauche à 48.6 %, talonnant l’Union de Droite qui l’emporte toutefois sans contestation avec 51.4%.

Un sondage national d’Opinion Way indiquait qu’en cas de duel Droite/ Gauche, les électeurs du Front national optaient à 65% pour le candidat de droite. Ce fut manifestement vrai, voire beaucoup plus, à Thouars où les candidats de gauche semblaient être favoris mais qui n’ont pas récupéré la totalité (loin de là) des suffrages portés sur le binôme divers gauche. C’est un peu moins vrai, semble-t-il, à Saint-Maixent où les candidats d’’Union de droite étaient largement favoris. Manifestement une proportion non négligeable de l’électorat FN s’est reportée sur les candidats de gauche.

 

Avant d’analyser les résultats sur les trois cantons niortais je propose d’examiner le canton de Cerizay. Au 1er tour les résultats étaient : FN : 18.7%, Union de droite : 39%, Union de gauche : 38.2%, Front de gauche : 4.2%. Le challenge semblait d’autant plus difficile pour la gauche que le Front de gauche refusait d’apporter son soutien aux candidats de l’Union de gauche (PS, EELV, et PRG).

Au second tour avec une petite hausse de la participation (+0.6%) et une stabilité du vote blanc la droite l’emportait avec 53% contre 47% pour la gauche. Si on considère qu’une large majorité des électeurs du Front de gauche a malgré tout voté pour les candidats de l’Union de gauche, cela confirmerait qu’environ un bon tiers de l’électorat FN, aurait préféré se reporter sur les candidats de gauche.

 

Les dernières analyses concernent donc la ville Niort : Rappelons d’abord les résultats du 1er tour lors des élections municipales et européennes de 2014.

Election municipale : Votant 59,3%, Exprimés : 57.7% : FN : 7.4 %. Union de droite (UMP-UDI-Modem-Dissidents socialistes) : 54.3%, PS : 20.4%, EELV : 7.6%. Front de Gauche : 10.3%.

Election européenne : Votants : 40.8% Exprimés : 39.5 %. FN : 12.1%, Debout la France : 3.4 %, UMP : 18,2%, UDI-Modem : 12.4%, PS-PRG : 22.2%, EELV : 12.9%, Nouvelle Donne : 5.5%, Front de gauche : 8.3% ….et divers< 1%.

Voyons maintenant les résultats des deux tours des dernières élections pour les trois cantons niortais. Précisons que l’Union de droite correspond à la majorité municipale (UMP, UDI, Modem, ex-socialistes et divers) et que l’Union de gauche regroupe le PS, EELV, le PRG. Le Front de gauche regroupe le PC et le FG de Mélenchon. Enfin ‘’Nouvelle donne’’ a présenté un binôme de candidats dans le canton n°2.

 

Niort n°1 au 1er tour : Votants 46.4% Exprimés 44.7%. FN : 13.1% Union de droite : 39.4%, Union de gauche 37.3%, Front de gauche : 10.2%.

Au 2ème tour la participation était en légère hausse (+ 0.5%) et les votes blancs en hausse de 3.8%. L’Union de droite avec 50.2% l’emporte sur l’Union de gauche (49.8%). L’écart en suffrage était de 18 voix ce qui est très faible.

 

Niort n°2 au 1er tout : Votant 45.7% Exprimés 43.9%. FN : 12.7%, UMP: 35.3%, Union de gauche : 33.7%, Divers gauche 7.7%, Front de gauche 10.6%

Au 2ème tour : la participation en légère hausse (+1.2%) sans doute compensée par une hausse du vote blanc (+ 3.5%). Union de gauche 50.7% devance Union de droite 49.3%.

 

Niort n°3 au 1er tour : Votants 45.2% Exprimés 44.4%. FN : 14.4% Union de droite (avec un candidat qui était encore au PS fin 2013) : 38.3%, Union de gauche 37.7%, Front de gauche : 9.7%.

2ème tour : La participation était en légère baisse (-0.5%) et les votes blancs en progression (+3.3%). Union de droite 50.3 % Union de gauche 49.7% avec un écart de 32 voix.

 

Si la gauche incontestablement progresse par rapport aux résultats catastrophiques des municipales liés à la désunion complète du 1er tour et des bisbilles internes au sein du PS et le changement de camp de certains. L’union, dès le 1er tour, PS et Verts a permis cette amélioration. Le refus de soutien au 2e tour du Front de gauche a, probablement, entraîné la défaite dans les cantons n°2 et n°3 et même si la droite ne récupère pas la totalité des suffrages du FN. Dans l’attente de possibles invalidations.

 

Un dernier mot pour conclure : On ne peut que se réjouir de la modification de la loi électorale qui a permis d’assurer la parité totale des Conseil départementaux. Je renvoie le lecteur qui sera allé jusqu’au bout de ce billet de se reporter à celui que j'avais fait fin mars 2011, quand il n'y avait pas une seule  femme élue dans cette assemblée.

 

( A suivre) 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article