Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Histoire de rôle ….Lutte de pouvoir religieux en Egypte antique: Aton ou Amon

21 Mai 2016 , Rédigé par niduab Publié dans #Histoire de rôles

Dans mon précédent billet j’expliquais que j’avais dû me plonger dans un livre de la collection Histoire et Civilisations, le tome 2, l’Empire Egyptien pour bien appréhender la trame du livre que je lisais et que j’avais pris beaucoup de plaisir à cet excercice. Il me semble utile de prolonger cette analyse par ce nouveau billet.

Aménophis III, fut le neuvième pharaon de la XVIIIe dynastie et régna pendant 38 ans entre 1390 et 1352 av.J.C. « Il ne devait avoir que 10 à 12 ans lorsqu’il monta sur le trône. Peu de temps après, il épousa Tiyi, la fille d’un couple de noble provinciaux. Tiyi ne fut pas l’unique femme d’Aménophis, qui se maria aussi pendant son règne avec six princesses de territoires lointains. Cependant il est clair que la reine Tiyi instaura alors une pratique jusque-là assez inhabituelle : la représentation de la reine aux côtés de son mari en de très nombreuses occasions…». Aménophis III  donna au dieu Aton un rôle prédominant  durant son règne, mais c’est son fils, Aménophis IV, qui fera de la personnification du disque solaire, Aton, le dieu unique de l’Égypte. « D’ailleurs beaucoup d’égyptologues pensent que le pharaon Aménophis III, durant les douze dernières années de son règne a partagé le trône avec son fils…… ». Le règne d’Aménophis III se caractérisa sur le plan de la politique extérieure par davantage de diplomatie et peu d’action militaire ce qui le différencie de ses prédécesseurs. Il fut aussi un grand bâtisseur comme beaucoup avant lui mais là aussi on peut noter une différence notoire avec les autres pharaons : « Un temple de grande taille situé à Soleb, semble avoir eu pour objet de culte le souverain égyptien lui-même. Il allait de paire avec un autre temple, plus petit, élevé à une quinzaine de kilomètres, dédié à au culte de la reine Tiyi. Si on ajoute à cela le fait qu’Aménophis III se fit identifier au dieu Soleil dans les textes et les monuments,  on peut dire que ce pharaon fut déifié de son vivant. Ce détail explique peut-être les changements religieux révolutionnaires qu’imposera Aménophis IV quelques années après le décès de son père. Sa décision d’adorer le seul dieu Aton s’expliquerait par le fait d’avoir assimilé son père au disque solaire, unique divinité du panthéon…..

1/ Bas relief provenant du temple de Merenptah : Amenophis III sur son char triomphant,  2/ Amenophis III,  3/ Tiyi
1/ Bas relief provenant du temple de Merenptah : Amenophis III sur son char triomphant,  2/ Amenophis III,  3/ Tiyi1/ Bas relief provenant du temple de Merenptah : Amenophis III sur son char triomphant,  2/ Amenophis III,  3/ Tiyi

1/ Bas relief provenant du temple de Merenptah : Amenophis III sur son char triomphant, 2/ Amenophis III, 3/ Tiyi

...... Malgré les 12 ans d’expérience de son fils en tant que corégent il semble que la reine mère Tiyi exerça une influence notable au cours des premières années où Aménophis gouverna seul. Au cours des cinq premières années de son règne, il poursuivit fidèlement la politique engagée par son père, notamment en construisant de nouveaux édifices  et en faisant de son épouse Néfertiti un élément clef de son gouvernement, tâche dans laquelle s’impliquèrent activement ses six épouses connues. La cinquième année marqua un tournant décisif lorsque le roi décida de changer de nom et, par là même, de donner à son règne une nouvelle orientation…… Il s’agit là d’une question de contrôle politique et de diffusion de l’idéologie pharaonique dans une volonté de transmettre suffisamment de valeurs culturelles afin de favoriser une certaine docilité vis-à-vis des exigences économiques et politiques égyptiennes…… Aménophis IV décida d’abandonner son nom qui signifiait "Amon est satisfait" pour devenir Akhenaton "esprit d’Aton". Ce changement radical de divinité fut accompagné d’une décision non moins drastique, mais tout à fait cohérente : l’abandon de la vieille capitale thébaine en faveur d’une nouvelle ville érigée sur un site de Moyenne Egypte connu sous le nom arabe de Tell el Amarna. La construction d’Akhetaton, "Horizon d’Aton" fut un choix bien pensé car toutes les rues convergeaient vers une large avenue centrale appelée "voie royale" dont les fonctions étaient non seulement pratiques mais aussi cérémonielles : Tous les jours, le couple royal empruntait l’un de ses chars pour parcourir le chemin qui reliait le palais aux temples du centre-ville, représentant ainsi sur la terre la course quotidienne du soleil vers le firmament……

....... Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le dieu auquel Akhenaton dédia tous ses efforts n’était une déité qu’il s’était inventée. Aton était le mot utilisé par les Egyptien pour désigner le disque solaire et ses rayons. Sous le règne d’Aménophis III et même celui de son prédécesseur Thoutmosis IV, il commença à être considéré comme la force divine qui émanait du dieu solaire et, en tant que tel, fut adoré comme une divinité à part entière…..

.....Si le culte d’Aton prit beaucoup d’importance, ce n’est pas parce que l’Egypte entière vint à adorer une nouvelle déité mais grâce à la façon dont elle le fit. Dans la nouvelle religion, Aton était le créateur de tout, et les humains ne pouvaient accéder à lui qu’à travers le souverain, Akhenaton, et la famille royale. A la différence des déités traditionnelles Aton n’était pas un personnage caché dans un temple. Au contraire, l’ensemble de la population pouvait le voir et sentir son pouvoir – la chaleur de l’astre solaire – tous les jours....

.....En fait la nouvelle religion instaurée par Akhenaton ne peut pas être considérée comme monothéiste, car de toute évidence beaucoup d’Egyptiens continuèrent à adorer les dieux traditionnels comment en témoignent les nombreuses amulettes protectrices retrouvées dans les ruines. Par conséquent, le culte d’Aton relevait plutôt de l’hénothéisme : il correspondit à une période où, bien que n’étant pas unique, un dieu éclipsa totalement, pour un temps, les autres dieux du panthéon....

..... Les raisons de ce changement radical restent obscures. Il nous est difficile de comprendre les raisons, mais peut-être le mysticisme du roi et les questions politico-économiques y furent pour quelque chose....

....Le fait de donner autant d’importance à Néfertiti durant le règne de son époux avait pour objectif de renforcer le côté divin de la famille royale en tant qu’entité à part entière. Ainsi suivant les traces de Tiyi, l’épouse d’Aménophis III, la reine était un personnage de poids sur le plan religieux comme politique, et nombreux sont les documents qui en témoignent…… Dans ce pêle-mêle de croyance qui caractérisait alors l’Egypte, Néfertiti s’imposa définitivement comme un membre actif de la religion et du gouvernement…. »

On remarque d’ailleurs que la reine changea plusieurs fois  de nom  et chaque changement semble correspondre à une évolution de son statut de reine et dans le partage du pouvoir avec son époux le pharaon. Néfertiti devint au bout de quelques années, Néfernéferouaton-Néfertiti, puis entre la 12e et 13année du règne elle se rebaptisa Ankh-Khéperouré-Néfernéferouaton, montrant ainsi qu’elle était devenue corégent du royaume.  Lors du décès d’Akhénaton, la 16e année de son règne, tout porte à croire qu’elle fut amené à monter seule sur le trône et à assumer le rôle de régente. La reine modifia une nouvelle fois son nom et devin Ankh-Khéperouré–Semenkhkaré, ce nom devait être celui du successeur d’Akhenaton.

Une autre hypothèse remporte un grand nombre d'approbations de la part des égyptologues. Elle propose que Néfertiti meure avant Akhenaton et que ce soit Mérytaton la fille aînée du couple royal qui succède à son père. Le fait que Mérytaton ait, assez souvent les derniers temps, remplacé Nefertiti auprès de son père lors de cérémonies religieuses, conforterait cette hypothèse. 

« La disparition d’Akhenaton ne fit qu’accentuer la confusion ambiante entraînée par le changement de capitale et de religion. Face à cette situation, Néfertiti (ou Mérytaton) se vit contrainte d’agir rapidement pour rester au pouvoir. Toutefois elle ne prit pas les décisions les plus judicieuses….. » Notamment quand, n’ayant aucune confiance dans ses courtisans, elle demanda au souverain Hittite de lui envoyer un de ses fils dont elle ferait un mari et le souverain d’Egypte. « Un acte qui, dans l’idéologie pharaonique, était non seulement inimaginable mais était également une humiliation pour le pays…… Quelques années à peine après son accession au pouvoir Semenkhakaré (Néfertiti ou Mérytaton) disparait brusquement des sources documentaires au profit de Toutankhamon.» 

 1/ Akhénaton,  2 & 3 /Akhénaton et Nefertiti,   4/ Nefertiti,   5/ Mérytaton 1/ Akhénaton,  2 & 3 /Akhénaton et Nefertiti,   4/ Nefertiti,   5/ Mérytaton
 1/ Akhénaton,  2 & 3 /Akhénaton et Nefertiti,   4/ Nefertiti,   5/ Mérytaton 1/ Akhénaton,  2 & 3 /Akhénaton et Nefertiti,   4/ Nefertiti,   5/ Mérytaton 1/ Akhénaton,  2 & 3 /Akhénaton et Nefertiti,   4/ Nefertiti,   5/ Mérytaton

1/ Akhénaton, 2 & 3 /Akhénaton et Nefertiti, 4/ Nefertiti, 5/ Mérytaton

« Couronné sous le nom de Toutankhaton, il monta sur le trône alors qu’il n’était encore qu’un enfant, à l’instar de plusieurs de ses prédécesseurs immédiats. Néanmoins, contrairement aux autres souverains, le nouveau monarque n’eut à ses côtés aucune figure féminine forte capable d’assurer la fonction de régent d’un roi enfant de neuf ou dix ans. Cette tâche incomba, en l'occurrence, au général Horemheb qui fut l’homme fort du gouvernement durant la petite dizaine d’années où régna le pharaon. Bien que non issu de la famille royale, le pouvoir ne lui était pas étranger car il était le commandant en chef des armées égyptiennes. Ses fonctions de régent faisait de lui l'héritier désigné dans l'éventualité où Toutankhamon et sa soeur Ankhesenpaaton ne parviendrait pas à avoir de descendance qui leur survivrait.» 

Une petite parenthèse pour revenir sur la généaologie du couple royal : Pour ce qui concerne Ankhesenpaaton il n'y a pas trop de mystère, il s'agirait de la troisième fille du couple Akhenaton-Néfertiti. Pour ce qui concerne Toutankhaton les tests ADN effectués montrent que sa mère (la momie dénommée Young Lady) était la sœur de son père Akhenaton, tous deux issus du couple royal Aménophis III-Tiyi. La seule origine qui reste très incertaine, tant que sa tombe ne sera pas trouvée, est celle de Néfertiti. L’hypothèse la plus couramment admise est que sa mère, épouse d'Aÿ grand dignitaire qui succéda à Toutankhamon, était une sœur de la reine Tiyi. 

« Ce fut donc Toutankhamon -- ou plutôt son régent, le général Horemheb -- qui se chargea de mettre un terme à la révolution religieuse qu'avait entreprise son père, Akhenaton..... Toutankhaton avait vécu très peu de temps à Armana et revint dans la traditionnelle Thèbes et changea de nom pour devenir Toutankhamon (et sa sœur-épouse devint Ankhésenamon). ;... Aux alentours de sa quatrième année de règne, il publia un décret par lequel il entendait rétablir l'orthodoxie qui existait avant qu'Aton ne devint le dieu de la monarchie. Dans ce texte, connu sous le nom de Stèle de la restauration, il est clair que ''l'hérésie'' armanienne allait bien au-delà de la question religieuse : Toutankhamon redonne aux dieux leur dignité, permet qu'ils soient à nouveau honorés et déclare que leurs biens leur seront restitués...

La cause de la mort de Toutankhamon, alors qu'il n'avait que 19 ans, est inconnue.... L'hypothèse de l'assassinat fut écartée après examen de la momie au scanner..... Si à l'évidence la tombe avait été initialement creusée pour une personnalité éminente de la cour, la mort soudaine de Touthankhamon la destina finalement au pharaon, lequel fut inhumé dans une certaine hâte. »

1 & 2 Toutankhamon, 3/Tableau musée du Caire :  L'épouse  royale parfumant Toutankhamon1 & 2 Toutankhamon, 3/Tableau musée du Caire :  L'épouse  royale parfumant Toutankhamon
1 & 2 Toutankhamon, 3/Tableau musée du Caire :  L'épouse  royale parfumant Toutankhamon

1 & 2 Toutankhamon, 3/Tableau musée du Caire : L'épouse royale parfumant Toutankhamon

« Malgré la présence de deux foetus momifiés dans sa tombe, on considère que Toutankhamon mourut sans descendance, mettant un terme à la lignée masculine qui avait gouverné l'Egypte depuis le début de la XVIIIe dynastie. Le pouvoir revint alors à l'un des deux personnages les plus influents de la cour pendant le peu de temps que dura le règne de Toutankhamon, le "commandant des troupe" Ay. Etonnamment, le général Horemheb, qui avait été régent, ne prit pas le pouvoir ..... Il semble qu'au moment où Toutankhamon disparut, Horemheb était en campagne contre les Hittites.... L'opportunité était trop belle pour Ay..... qui mourrut quatre ans après être devenu pharaon.... Ce court règne fut certainement assez tendu en terme de politique intérieure car à sa mort le trône ne revint pas à Nakhtmin son petit-fils, l'héritier désigné, mais au général Horemheb.»

Celui-ci semble avoir eu un règne long (près de 30 ans) prospère et pacifique qui permit une restauration de l'Egypte telle qu'elle était avant la parenthèse amarnienne. Il aurait épousé en seconde noce Moutnedjemet, peut-être une soeur de Néfertiti. Toutefois le pharaon mourrut sans descendance. Horemheb avait alors désigné pour successeur un militaire, le général Paramses, qui devint le premier pharaon de la XIXe dynastie sous le nom de Ramses Ier.  

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article