Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog à part ...... A la décharge des tuniques bleues.

25 Septembre 2016 , Rédigé par niduab Publié dans #Blog à part

Les Tuniques Bleues est une série de B.D. humoristiques racontant les aventures du sergent Chesterfield et du caporal Blutch, soldats de l'armée nordiste à l'époque de la guerre de Sécession. Une série créée en 1968 dans le journal Spirou par le dessinateur Louis Salvérius et le scénariste Raoul Cauvin. L'année 1972 fut un tournant avec la fin de participation à Spirou, en histoires courtes pour une parution en format album aux éditions Dupuis. En mai 1972 il eut aussi la mort subite de Salvérius qui n'était âgé que de 37 ans. Il travaillait, alors sur ce qui allait devenir le 4ème album « L'Outlaw » qu'a du finir Willy Lambill. 

Dans ce billet je ne présente que les albums dont je dispose où plutôt que m’a prêtés  mon fils, deuxs bonne douzaines.... Je n'ai de Salvérius que les n°1 et n°2. Je n'ai pas le 3ème « Et pour 1500 dollars en plus », ni le 4ème « L'Outlaw » autres œuvres de Salvérius. Je n'ai pas non plus le 9ème « La grande patrouille », ni le 10ème « Des bleus et des tuniques » qui ne sont pas des histoires pleines mais des suites de gags, des planches probablement d'origine Spirou dessinées par Salvérius et remises en forme par Lambil.

Tous les autres albums du n°5 au n° 8 puis du n°11 au n° 59 sorti en 2015 sont dessinés par Lambill sur un scénario de Cauvin. Il en sera de même pour le 60ème qui va sortir fin octobre 2016 et qui aura pour titre « Carte blanche pour un bleu » 

Il n'est pas nécessaire, me semble t-il, de disserter sur l'orientation pacifiste et antimilitariste qui est le socle de la série. Le contraste entre le sergent Chesterfield qui rêve de gloire et le caporal Blutch qui ne pense qu'à se planquer quand la mitraille éclate ; Les liens antagonistes et pourtant très amicaux entre les deux personnages véhiculent sur le mode comique, un message dénonçant l'illusion de l'héroïsme et la cruauté de la guerre. 

Voici quelques extraits des albums que j'ai trouvés chez mon fils. Il faudra au moins deux billets pour en faire le tour. J'ai fait le choix des images mais j'emprunte les résumés de l'histoire au site des Tuniques bleues accueil : http://www.lestuniquesbleues.com/albums.htmlLes lecteurs pourront trouver sur ce site d'autres informations comme la présentation des personnages secondaires comme Amélie Appeltown le grand amour de Chesterfield,  Le capitaine Appeltown le père d'Amélie qui a Chesrfield pour cauchemar, le Capitaine Stark du 22ème de cavalerie dont la seule raison de vivre est de tomber (mais il se relève tout le temps) au champ d'honneur en chargeant l'ennemi, Le général Alexander chef des armées.... etc. Mais le personnage le plus important hors Blutch et Chesterfield, le troisième héros de la série, est le cheval Arabesque à qui Blutch a appris à faire le mort à la moindre escarmouche. .... Dommage qu'Arabesque ne rencontre jamais Jolly Jumper.

Feuilletons maintenant une dizaine d'albums parmi les plus anciens 

L'album n°1 s'intitule « Un chariot pour l’Ouest » est sorti en 1972. :Un messager blessé parvient à atteindre le camp de Fort Bow. Il appartient à la garnison de Fort Defiance. Les soldats y subissent le siège des Indiens. Mais ils sont à bout de forces et à court de munitions. Il faut faire vite! C’est donc un sergent Chesterfield déterminé, flanqué de son inséparable caporal Blutch et de leurs compagnons qui volent au secours des leurs. Pas facile de se déplacer sans encombre avec un chariot bourré de munitions, dans une zone infestée par les Indiens. 

L'Album n°2 « Du Nord au Sud » parut aussi  en 1972 

La guerre de Sécession entre l’Union et les Confédérés est déclarée. Le sergent Chesterfield, le caporal Blutch et leurs compagnons rejoignent les troupes du général Grant. Entre un capitaine de cavalerie fanatique de la charge, un général prêt à soûler ses soldats pour les convaincre d’accepter des missions risquées et des Indiens dangereusement susceptibles, nos cavaliers ne risquent pas de s’ennuyer ! 

Les trois premières sont dans l'album n°1             les trois autres proviennent de l'album n°2
Les trois premières sont dans l'album n°1             les trois autres proviennent de l'album n°2
Les trois premières sont dans l'album n°1             les trois autres proviennent de l'album n°2
Les trois premières sont dans l'album n°1             les trois autres proviennent de l'album n°2
Les trois premières sont dans l'album n°1             les trois autres proviennent de l'album n°2
Les trois premières sont dans l'album n°1             les trois autres proviennent de l'album n°2

Les trois premières sont dans l'album n°1 les trois autres proviennent de l'album n°2

L'Album n°12 « Les bleus tournent Cosaques » est sorti en 1977 

Les charges suicidaires du capitaine Stark ont à nouveau décimé le 22e de cavalerie. Les volontaires désignés de force préfèrent encore le peloton d’exécution plutôt que ce régiment de fous ! Il faut pourtant renouveler les troupes. De nombreux étrangers débarquent en Amérique dans l’espoir de faire fortune. Formés et armés, ils pourraient peut-être constituer la relève. Nommés instructeurs par l’État-major, le sergent Chesterfield et le caporal Blutch sont chargés de faire d’un groupe de paysans cosaques de véritables soldats. Ne parlant que le russe, sans aucune expérience militaire et peu motivés, ces Cosaques sont loin d’être des élèves dociles. D’autant plus qu'ils semblent plus doués pour les acrobaties équestres que pour la charge ! 

L'Album n°13 « Les bleus dans la gadoue » parut en 1978.

Durant leur patrouille dans les environs du campement, Blutch et Chesterfield font une curieuse rencontre avec une jeune fille vêtue d’un uniforme yankee. Elle raconte qu’elle est sans nouvelles de son frère, Johan Cassidy de Bellevue. Ce dernier est peut-être mort, ou prisonnier ou plus probablement… déserteur ! Pour l’honneur de sa famille, la courageuse jeune fille a décidé de le remplacer au front. Cette nouvelle recrue que Chesterfield s’est fait un devoir de protéger va lui donner bien du fil à retordre. Sans compter la pluie qui a transformé le front en un véritable bourbier et rend les combats de plus en plus difficiles. 

Les trois premières sont dans l'album n°12             les trois autres proviennent de l'album n°13
Les trois premières sont dans l'album n°12             les trois autres proviennent de l'album n°13
Les trois premières sont dans l'album n°12             les trois autres proviennent de l'album n°13
Les trois premières sont dans l'album n°12             les trois autres proviennent de l'album n°13
Les trois premières sont dans l'album n°12             les trois autres proviennent de l'album n°13
Les trois premières sont dans l'album n°12             les trois autres proviennent de l'album n°13

Les trois premières sont dans l'album n°12 les trois autres proviennent de l'album n°13

L'Album n°18 « Blue retro » est sorti en 1982.

Cette histoire remonte au tout début de la guerre de Sécession. À cette époque, Cornélius Chesterfield travaillait comme apprenti boucher et Blutch était tenancier d’un saloon. Les lecteurs apprendront avec beaucoup d’éclats de rire comment Chesterfield s’est enrôlé dans l’armée pour éviter d’être marié à la fille du boucher et comment Blutch a signé bien malgré lui… sous l’effet de l’alcool ! Dès le commencement, s’installe chez Blutch cette rancune tenace qu’il entretiendra à l’égard de Chesterfield. Et à peine engagé, il ne rêve que de déserter !

L'Album n°20 « Black Face » date de 1983.

Derrière les lignes ennemies, il y a des Noirs, beaucoup de Noirs qui travaillent dans des plantations. Si l'on parvenait à les mener à la révolte, ils deviendraient de puissants alliés au camp des Nordistes. Pour les convaincre de prendre les armes contre les Sudistes, il faut leur envoyer un des leurs. Escorté par le sergent Chesterfield et le caporal Blutch, un homme surnommé Black Face accepte d’aller parler aux esclaves de l’autre camp. Mais attention, cette stratégie risque de se révéler une arme à double tranchant.

Les trois premières sont dans l'album n°18             les trois autres proviennent de l'album n°20
Les trois premières sont dans l'album n°18             les trois autres proviennent de l'album n°20
Les trois premières sont dans l'album n°18             les trois autres proviennent de l'album n°20
Les trois premières sont dans l'album n°18             les trois autres proviennent de l'album n°20
Les trois premières sont dans l'album n°18             les trois autres proviennent de l'album n°20
Les trois premières sont dans l'album n°18             les trois autres proviennent de l'album n°20

Les trois premières sont dans l'album n°18 les trois autres proviennent de l'album n°20

L'Album n°21 « Les cinq salopards » de 1984.

Le 22e de cavalerie est à nouveau complètement décimé.
Sa réputation est tellement mauvaise que plus personne ne souhaite s’y enrôler. Devant cette situation, le général Alexander envoie deux cavaliers, le sergent Chesterfield et le caporal Blutch, recruter eux-mêmes des hommes pour leur régiment. Malheureusement pour eux, les citoyens ne sont pas très réceptifs aux notions d’honneur et de patriotisme. En désespoir de cause, les deux recruteurs se rendent dans un pénitencier et dégotent cinq canailles auxquelles ils proposent de s’engager dans l’armée pour échapper à la corde. Mais le 22e de cavalerie a-t-il grand intérêt à grossir ses rangs d’un mystique obsédé par la construction de cathédrales, d’un spécialiste des arts martiaux qui brise à la main les pierres comme les hommes, d’un aveugle et de son chaperon aussi dangereux l’un que l’autre et surtout d’un homme qui vole les chevaux à la seule fin de les dévorer ?

L'Album n°22 « Des bleus et des dentelles » parut en 1985.

Une bombe explose dans les tranchées. Le caporal Blutch est touché. Le médecin est formel : pour éviter la gangrène, il faut lui amputer la jambe. Pendant ce temps, un groupe de jeunes femmes débarque dans le camp pour assister les infirmiers et donner les premiers soins aux blessés. Grâce aux soins de Mademoiselle Jenny, Blutch et sa jambe semblent se rétablir plus vite que prévu. C’est presque un miracle ! L’infirmière et le caporal passent beaucoup de temps ensemble. Y aurait-il de l’amour dans l’air ? Incroyable, ces deux-là ont carrément décidé de se marier !

Les trois premières sont dans l'album n° 21             les trois autres proviennent de l'album n°22
Les trois premières sont dans l'album n° 21             les trois autres proviennent de l'album n°22
Les trois premières sont dans l'album n° 21             les trois autres proviennent de l'album n°22
Les trois premières sont dans l'album n° 21             les trois autres proviennent de l'album n°22
Les trois premières sont dans l'album n° 21             les trois autres proviennent de l'album n°22
Les trois premières sont dans l'album n° 21             les trois autres proviennent de l'album n°22

Les trois premières sont dans l'album n° 21 les trois autres proviennent de l'album n°22

L'Album n°23 « Les cousins d'en face » de 1985.

La voie de chemin de fer est détruite sur une centaine de yards. Affecté à la reconstruction des rails, le 22e de cavalerie est assisté dans sa tâche par quelques ouvriers chinois et supervisé par un ingénieur écossais en kilt, joueur de cornemuse. Un joyeux mélange ! À leur tête, le major Ransack, une canaille qui pille les villages sudistes. Voilà qui ne manque pas de piment ! Les conditions météorologiques, le froid et la neige, ralentissent fortement les travaux. Et pour couronner le tout, le sergent Chesterfield découvre que les Confédérés qui les bombardent ne sont autres que ses propres cousins ! Un vrai cas de conscience pour le sergent partagé entre l’honneur de son rang et son sens de la famille…

L'Album n°24 « Baby blues » est sorti en 1985.

Le sergent Chesterfield et le caporal Blutch découvrent un bébé abandonné au milieu de nulle part. Ils le ramènent à Fort Bow où Amélie Appletown, la fille du colonel, accepte avec joie de s’en occuper. Le camp militaire se change alors en une véritable pouponnière: il est interdit de jouer du clairon pendant les siestes du bébé, les affûts de canon sont transformés en landaus et les soldats se prennent pour des nounous. De quoi exaspérer le colonel Appletown !

Les trois premières sont dans l'album n° 23           les trois autres proviennent de l'album n°24
Les trois premières sont dans l'album n° 23           les trois autres proviennent de l'album n°24
Les trois premières sont dans l'album n° 23           les trois autres proviennent de l'album n°24
Les trois premières sont dans l'album n° 23           les trois autres proviennent de l'album n°24
Les trois premières sont dans l'album n° 23           les trois autres proviennent de l'album n°24
Les trois premières sont dans l'album n° 23           les trois autres proviennent de l'album n°24

Les trois premières sont dans l'album n° 23 les trois autres proviennent de l'album n°24

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article