Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retour au quotidien........ avec ses bons et mauvais moments

16 Janvier 2017 , Rédigé par niduab Publié dans #Les moments de la vie

Cela fera bientôt trois mois que nous sommes rentrés de notre périple dans le Pacifique : Cinq semaines en Nouvelle-Calédonie plus une pause de dix jours à Tahiti, avant de boucler, en avion, le tour de la planète. Il me faut bien reconnaître que ce voyage est resté très présent, ces derniers mois, dans nos pensées et nos discussions, En novembre et décembre j’y ai notamment consacré presque tous mes billets du blog : onze billets pour la Nouvelle Calédonie et quatre pour Tahiti. Pilou, de son côté, a très rapidement fait les albums photos.

Trois jours après notre retour du Pacifique, nous avions eu des visites de la famille ; ce fut certes un peu fatigant, en raison de l’effet décalage horaire dont nous n’avions pas souffert en arrivant à Nouméa mais qui fut assez perturbant en rentrant à la maison, du moins pour ce qui me concerne. Mais les sœurs de Pilou étant curieuses de tout savoir sur ce périple, ce fut finalement de bons moments à refaire ainsi notre voyage. Dix jours plus tard nous étions invités, avec deux autres couples, chez de bons amis. Nous avons passé une très bonne soirée à discuter de tout et de rien, du monde (ou presque) et de notre ville…. Mais sans la moindre curiosité pour le voyage que nous avions fait… Ah si ! Ils avaient bien reçu nos cartes postales. Nous fûmes quand même un peu déçus de ce manque d’intérêt …. mais ce n’était pas grave et comme le repas était succulent et nos amis amusants …..ce fut quand même une bonne soirée.

 

Il y eut quand même un grand regret lié à ce voyage c’est de n’avoir pu aller embrasser mon ami Fanfan, fin août début septembre avant de partir et alors qu’il venait de s’installer à Saint-Junien en Limousin à seulement 170 km de chez nous. Dès notre retour j'ai repris contact avec lui et nos échanges téléphoniques se sont multipliés tout au long du mois de novembre  tant je sentais que sa maladie gagnait du terrain et même si ses mails du week-end, ses ‘’avant-premières’’, destinés à tous ses amis du rugby conservaient une tonalité optimiste. Chaque semaine je lui proposais de venir le voir, un aller-retour dans la journée, même pour un très court moment. A chaque fois il me répondait : « Mon Daniel, ne vas pas croire que je ne veux pas te recevoir, mais là je ne peux pas ». Notre dernière conversation eut lieu le mardi 29 novembre. Le 3 décembre nous apprenions son hospitalisation en urgence puis le soir son décès. Les obsèques de Fanfan eurent lieu le 7 décembre, avec la présence de plus de 60 fidèles amis venus de presque toutes les régions de France ; la grande famille, sur plusieurs générations, d’un club de rugby.

Cette journée d’obsèques dont j’ai déjà, sommairement, parlé dans un récent billet consacré au rugby, fut une suite de moments dispersés, d’émotions fortes : en arrivant à la chambre funéraire il y eut les retrouvailles tristes mais souriantes avec les copains, puis il y eut une grande tristesse dans la petite église de Javerdat, auprès de sa compagne Michèle et de ses filles. Ce fut ensuite l’attente paisible et mélancolique, dans une petite salle du village autour d’un sobre pique-nique, en évoquant de lointains souvenirs liés à Fanfan et au monde du rugby. Enfin en milieu d’après-midi, nous avons rejoint le crématorium de Limoges, en passant par le village martyr d’Oradour sur Glane, un passage obligé mais symbolique pour celui qui a écrit sur son blog de bien belles pages sur la résistance en Corse durant la dernière guerre mondiale. Au crématorium, nous avons rendu un ultime hommage à notre ami, ce chantre de la l’amitié et de la solidarité, en chantant « Les copains d’abord » de Brassens et « Camarade » de Ferrat, sans oublier les magnifiques et poignants chants corses de ses très proches amis de sa terre natale. Quand le cercueil a été descendu j’ai pensé au beau texte que Fanfan avait m’écrit pour le décès de mon oncle Didi.

 

Puisque je suis dans le chapitre des mauvaises nouvelles, et avant de passer à des thèmes moins tristes, je dois dire que nous avons encore été présents, à deux autres cérémonies funèbres depuis notre retour du Pacifique. Juste avant Noël nous étions auprès de nos voisins qui venaient de perdre brutalement leur fils olivier âgé de 35 ans ; Quelle tristesse ! Et puis il y eut encore le décès de Jean Claude, un ami, compagnon de bridge, qui fit une crise cardiaque lors d’un voyage en Europe du nord. Son épouse s’est trouvée dans une situation bien difficile qui porte à réfléchir quand on voyage à l’étranger notamment dans des pays lointains.

 

Pas facile de redémarrer sur des moments plus souriants depuis notre retour au quotidien. Les images de guerre en Irak et en Syrie, le martyre d’Alep, entres autres catastrophes humanitaires ne sont pas follement réjouissantes …... Même les surprises ne sont pas toujours bonnes : Je n’ai, bien sûr, pas voté pour la primaire de droite mais j’ai suivi avec intérêt les débats : le temps de se réjouir un dimanche du limogeage de Sarkozy que le dimanche suivant c’était le tour de Juppé. Et le doute me prend : Le soufflé, Fillon, qui ramasse la mise à droite en quelques jours avec un programme socialement réactionnaire, ce soufflet ne peut que retomber. Et donc, pour la future présidentielle, il est à craindre un possible second tour Le Pen-Fillon et dans ce cas le peu d’engouement probable de beaucoup d'électeurs de gauche à reporter leur choix du 1er tour sur le candidat de droite. Imaginer une victoire de Mme Le Pen, c’est envisager la sortie de l’euro, la déconstruction de l’Europe, la fuite en arrière : le cauchemar absolu ! Et l’extrême droite qui progresse partout en Europe, le retour des nationalismes populistes malsains…. Et Trump qui l’emporte aux États Unis, un Trump qui veut faire copain avec Poutine, un Trump qui veut casser l’Europe, un Trump qui veut se désengager de l’Otan…. C’est dans combien de temps que je me réveille ?

Non, les surprises n’étaient pas trop bonnes à ces moments là. Ainsi le 27 novembre, jour de la victoire fulgurante de François Fillon, Manuel Valls publiait dans le JDD une tribune que je désapprouvai, même si je souhaitais que François Hollande ne se représente. Effets combinés de la victoire de Fillon ou, peut-être plus, l’élimination de Sarkozy et la menace de participation à la primaire du Premier ministre face au Président, le 1er décembre François Hollande annonçait qu’il ne serait pas candidat à la prochaine présidentielle. Sur le coup, je me demandais si c’était une assez bonne ou une très mauvaise surprise ; on finit par perdre ses repères !

S’ajoutais à ça, quelques jours plus tard une nouvelle surprise : Vincent Peillon s’engageait pour la primaire de gauche. C’est à Javerdat dans la petite salle du pique-nique, qu’un copain m’informait et aussitôt un petit groupe, connaissant mon passé militant, m’entourait et me demandait mon avis. Je dus leur avouer que je n’avais plus le moindre contact avec Vincent depuis quelques années et que je ne savais pas trop sur quelle ligne il se situait ; sans doute à mi-chemin entre Valls et Montebourg. J’ai même reconnu que cette nouvelle, a priori, me dérangeait un peu… ….. Qu’allait-il faire dans cette galère ? … Mais je devais attendre et voir !

 

Le 30 novembre j’ai eu la mauvaise surprise de m’être fait pirater ma messagerie. Heureusement le pirate a lancé, sous mon nom, son faux SOS pour essayer de soutirer du fric, vers 6 h. A cette heure j’étais déjà levé et rapidement averti par un copain sur Face book et une parente par téléphone. Le temps de réveiller ma copilote en informatique et en moins d’une heure nous reprenions la main sur la messagerie et pouvions envoyer une contre-alerte à tous nos amis et relations. Une dizaine de jours plus tard le même type d’attaque touchait un ami qui, ironie de l’histoire, animait ce soir là dans une salle de l’espace universitaire, un débat sur la sécurité informatique. C’est quand même un sacré problème et ça peut arriver à tout le monde. Prudence donc !

 

En novembre et décembre je suis beaucoup allé au cinéma. Il faut dire que j’avais quelques films à rattraper du moins pour ceux qui étaient encore à l’affiche. Les meilleurs films de l’année sortent souvent entre le 15 septembre et le 15 décembre, césars et oscars obligent. J’ai vu de belles choses… mais pas que….. J’en parlerai très bientôt en faisant dans la rubrique ‘’ciné-cure’’ la rétro 2016. Je peux quand même évoquer les deux films vus en ce début d’année 2017 : Une énorme déception avec ‘'Néruda’’, de Pablo Parrain, une très belle surprise avec ‘'Primaire’’ d’Hélène Angel avec Sara Forestier. Nous sommes aussi allés voir un documentaire sur la Guyane dans le cadre de ‘’Connaissance du monde’’. Un assez bon film mais qui ne nous a pas appris grand-chose : si ! Des images de Camopi et du haut Oyapock, zone que nous ne connaissons pas. Mais nous, nous connaissons Saül au centre de la Guyane qui est absent du film.

En novembre j’ai essayé aussi de reprendre les tournois de bridge, avec mon partenaire habituel : pour le premier tournois, ce ne fut guère brillant, nous avons terminé 14ème/17 avec un score de 45%. D’évidence je devais bosser un peu les annonces. Eh bien, malgré ces révisions poussées, les résultats ne furent pas au rendez-vous. Nous restions très réguliers dans une médiocrité décevante. Nous avons même terminé derniers lors des deux derniers tournois avant Noël. Une forte envie me prit de m’éloigner de ce jeu ou du moins d’arrêter les tournois. La trêve des confiseurs allait me faire du bien…. Au moins un nouveau long temps de réflexion.

Du coup j’ai aussi beaucoup lu pendant cette fin d’automne et ce début d’hiver dont trois romans de Ruth Rendell et deux de Léonardo Padura. J’ai aussi lu le premier livre de Nicolas Marjault « Nulle part à Niort » » un polar politique sans flingue et sans flic, car dans ce monde-là (la politique?) les morts n’intéressent plus personne. J’en ferai probablement un billet mais j’attends que Pilou lise aussi ce bouquin, car dans ce drame loufoque qui se suffit pourtant à lui-même, il y a un plus, pour les autochtones, un jeu de piste qui consiste à reconnaître des élus ou ex-élus de la municipalité niortaise. Et comme Pilou est plus experte que moi dans ce domaine (Moi je n’ai jamais postulé à être conseiller municipal) j’attends son avis. « Gardons la force de mon illusion dans un monde qui les a toutes perdues » telle est la sympathique dédicace écrite sur le livre par Nicolas…… Ça me fait penser que suis parti en Nouvelle-Calédonie avec un autre polar politique ou plutôt polar géopolitique, il s’agit de « Aurora » de Vincent Peillon. Je n’en parlerai pas plus car ce n’est pas tout à fait le type de polar que j’aime et j’ai un peu ramé pour le finir ! Du coup après avoir bouffé du polar pendant près de deux mois, et pour préparer les débats pour la primaire, j’ai repris fin décembre deux autres livres de Peillon, du sérieux cette fois : Il s’agit d’un essai « Éloge du Politique » et d’un livre d’entretiens « Conversations Républicaines » deux livres de 2011 d’avant la présidentielle de 2012. Pour le premier j’ai une nouvelle fois ramé, mais intellectuellement cette fois, et ça ne fait pas de mal, pour le second ce ne fut que du plaisir. Je pense que je pourrai très bientôt parler, un peu et modestement, de ces deux livres.

Les fêtes de fin d’année, justement parlons en : Noël tombant cette année un dimanche nous ne sommes pas allés passer quelques jours à Paris, mais nous aurons nos petits-enfants pour les vacances de février. Pour Noël nous avons rassemblé le reste de la famille le 24 décembre et j’ai même emmené les garçons au cinéma, l’après-midi, pour voir ‘’Rogue one’’ le dernier ‘’Star war’’. Eux se sont régalés, et c’est l’essentiel.

Pour le réveillon du jour de l’an nous avons été invités par une amie et nous avons passé une soirée exceptionnelle, avec une famille de migrants syriens ; un couple et deux enfants installés en Deux-Sèvres depuis quelques mois. Beaucoup d’émotions partagées pour ce qui restera pour moi l’un des meilleurs moments de l’année 2016. 

Nous voilà en 2017 et le temps des vœux, que je renouvelle à mes lecteurs, toujours plus nombreux, mais que je connais de moins en moins. Il n’y a plus beaucoup de commentaires sous texte. Seulement quelques uns, très rares, renvoyés par le site sur ma boite mail. Il y en a pourtant un, qui m’a vraiment fait grand plaisir, envoyé par Romain le fils de Michèle, la compagne de Fanfan. Il souhaitait que je lui envoie des photos de Fanfan pour faire le cadeau d’un album à sa mère. Je suis content d’avoir un peu contribué à la préparation de ce cadeau.

 Les vœux sont aussi l’occasion de conserver le contact avec des amis des temps passés, des temps où je travaillais loin de la métropole, loin de nos familles et que se nouaient de fortes amitiés. Certains de ces amis nous les voyons encore régulièrement, pour d’autres au contraire pour des raisons géographiques c’est plus espacé voire rare, aussi cette tradition des vœux par téléphone est très importante : C’est déjà fait avec Djalal et Nicole, avec Jean et Christine pour les années Cameroun, Alain et Liliane pour les années Maroc et il me reste à joindre demain Pierrot et Malou pour les années Zaïre. Je suis aussi allé cette année, comme chaque année, à l’agence que j’ai dirigée pendant près de 20 ans pour souhaiter la bonne année à mes anciens camarades de travail. Cette année encore j’ai été accueilli à bras ouverts et avec des sourires. Ils m’ont quand même fait un petit reproche : en 2016 pour la première fois depuis que je suis à la retraite je n’étais pas passé aussi fin juin. J'ai promis que cette année je passerai, au moins, une deuxième fois.

La semaine dernière nous avons fait notre première randonnée de l’année avec le groupe des marcheurs de Goise. Il faisait frisquet mais dans des conditions climatiques agréables (ni pluie, ni vent, ni gel). Une balade de 12 km dans le marais poitevin du côté du Vanneau. C’était un régal, avec ces beaux paysages d’hiver et l’occasion de souhaiter la bonne année à de nombreux amis. En marchant nous avons pu revenir sur notre voyage en Nouvelle-Calédonie notamment avec un couple d’amis qui s’y rend souvent ayant un fils travaillant à Nouméa. Nous avons aussi un peu parlé politique notamment de la magnifique prestation de Peillon, très tard la veille, dans l’émission, ‘’On n’est pas couché’’. Il eut aussi un appel à la mobilisation pour une manif contre la majorité municipale niortaise qui a des velléités de détricoter le modèle ‘’socio-culturel’’ niortais. Bêtement, pris par la rédaction de ce billet, j’ai zappé le rendez-vous de ce soir.

 

Retour au quotidien........ avec ses bons et mauvais moments
Retour au quotidien........ avec ses bons et mauvais moments
Retour au quotidien........ avec ses bons et mauvais moments
Retour au quotidien........ avec ses bons et mauvais moments
Retour au quotidien........ avec ses bons et mauvais moments

Ah ! J’allais oublier : ça étonnera peut-être le lecteur, mais j’ai apporté mon soutien pour la primaire à Vincent Peillon….. et puis vendredi dernier avec l’ami Morris nous avons fait notre premier tournoi de bridge après plus quatre semaines d’abstinence et nous avons terminé 4e / 14 avec un bon score de 57.6 %.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article