Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quelques moments désagréables et d'autres ......... Des feuilles jaunies dans la bourrasque.

20 Décembre 2018 , Rédigé par niduab Publié dans #Les moments de la vie

Demain sera le premier jour d'hiver et je n'en suis pas spécialement ravi ; hormis les deux premières semaines de fêtes et surtout de rassemblement familial, je n'apprécie pas beaucoup l'hiver mais il faut bien faire avec. Cela nous conduit souvent à faire courant février ou début mars un petit voyage ensoleillé du côté des tropiques ; après tout, c'est beaucoup mieux et ça coûte moins cher que les sports d'hiver. J'ai parfois écrit dans des billets de ce genre que mes saisons préférées étaient le printemps et l'automne. Dans le précédent billet saisonnier, celui de la fin d'été, j'ai consacré le premier paragraphe (un peu trop long) à expliquer mon attente de l'automne afin de tourner la page d'un été trop aride. Aujourd'hui je dois bien reconnaître que cet automne aura été très décevant, pour ne pas dire angoissant. Ras le bol semble être le slogan du moment ; eh bien, pour moi aussi !

Alors de quoi vais-je bien pouvoir parler..... Je ne vais pas revenir sur notre voyage à Rome avec notre petite-fille Lulu, voyage traditionnel lorsqu'un de nos petits-enfants entre au collège. C'était notre 4ème voyage et pour la seconde fois la ville éternelle. Il nous restera encore un voyage-découverte à faire et ça sera pour Gaby dans trois ans. Pour ce qui concerne ces vacances romaines le lecteur que ça intéresse pourra consulter les cinq billets que j'y ai consacrés. (Le lien est un mot souligné pour aller sur le 5ème billet et un autre lien dans chaque billet pour aller au précédent). Je vais quand même évoquer un incident qui s'est produit durant ce voyage dont je n'ai pas parlé. Les fidèles lecteurs de ce blog se souviennent peut-être que lors d'un précédent voyage à Rome, celui de mai 2014 avec Thomas le cousin de Lulu, je m'étais fait voler mon portefeuille dans le métro. Eh bien, il nous est arrivé la même mésaventure cette année, et c'est celui de Pilou qui fut dérobé dès le premier jour touristique entre Pyramide et Termini, entre 8h30 et 9h, dans une rame où nous n'avions pas trouvé de place assise. Il a fallu faire une déclaration au commissariat ce qui nous a fait perdre beaucoup de temps à devoir nous rendre, pour différentes raisons, d'un poste de police à d'autres et pour revenir finalement au premier, celui de Termini. Le lendemain matin nous sommes allés au consulat de France pour signaler le vol des papiers d'identité et là, les démarches furent plus faciles et surtout plus rapides. En suite pour le reste de la semaine nous avons privilégié les trajets en autobus. Nous retournerons peut-être en Italie mais certainement plus à Rome.

 Cet automne, il y eut quand même quelques très bons moments comme l'anniversaire de la maîtresse de maison ; un tournant avec un changement de décennie. Le rassemblement familial ne fut pas complet puisque les parisiens n'ont pu venir sur un week-end. Et pourtant c'était un jour férié, le 11 novembre, mais à quoi ça sert un jour férié quand il tombe un dimanche. Mais ce fut quand même une bien belle journée.

Parmi les bons moments il y eut cette mission qui fut proposée à Pilou par un professeur d'espagnol. Il lui avait demandé de faire un témoignage sur l'arrivée de ses parents et autres membres de sa famille, migrant en France après la guerre civile espagnole. Un témoignage devant des lycéens de terminal sur le thème des migrations. Une très belle initiative et très belle rencontre. Le mémoire préparé a été publié sur ce blog (lien) 

Autres moments en vrac : j'ai ressorti mon vélo pour varier les plaisirs de balades en plus des mini-marches quotidiennes d'une durée d'environ 45 minutes pour aller chercher le pain et divers. Nous avons aussi fait une balade plus sérieuse (15 km) le dimanche 18 décembre avec un groupe de marcheurs de notre quartier. Je fus cependant quelque peu déçu de ne pouvoir discuter de la situation politique avec les copains ; juste un peu pour la courte marche pour le climat de la veille, mais rien concernant les manifestations, les débordements et le vandalisme à Paris et les grandes villes....... Sans doute une certaine gêne. Être ou ne pas être parmi les 70% de sondés qui soutiennent les gilets jaunes ? Moi je comprends certains problèmes mais je ne les soutiens pas globalement.

En vrac suite : je me suis pris une passion pour le scrabble d'internet et je me débrouille pas trop mal notamment pour des parties régulières entre 5h et 8h le matin. Par contre je commence à me lasser du bridge : trop de gens du club se prennent pour de grands compétiteurs et ça me gonfle. Moi ce que je veux c'est m'amuser et passer du bon temps. 

J'ai aussi beaucoup lu pendant cette période automnale surtout en soirée ou en fin de soirée si j'ai un peu regardé la télévision en première partie ce qui devient d'ailleurs assez rare vu le report des débuts d'émission vers 21 h 15 : quelle connerie ! A la place de la télé j'ai vu ou revu de très nombreux films en DVD : Une ciné-cure avec des films de Michael Mann et Ridley Scott.

Pour en revenir à la lecture je me suis lancé dans la découverte de Gérard de Cortanze avec « Les vice-rois » (590 pages) puis « Cyclones » (670 pages) il me reste à lire « Assam » (790 pages). J'aurai beaucoup de mal à boucler le cycle avant la fin d'année.

 Question cinéma ce n'est pas beaucoup mieux. J'ai souvent écrit que les meilleurs films de l'année sortent entre mi-septembre et mi-janvier (effet Oscars et Césars) malgré le handicap des fêtes de Noël et des niaiseries alors proposées. En cette fin d'année rien de bien enthousiasmant ; je suis, ou nous sommes Pilou et moi, allé voir « Firstman », « A star is born » « Un homme pressé » et « Amanda » ces deux derniers, les films français, étant les seuls à recommander, à un ami. A la fin de la semaine J’irai voir « L'empereur de Paris » mais on sera déjà en hiver. 

J'ai aussi consacré un peu de temps au jardin, du moins les jours où il ne pleuvait pas trop, pour

remplir la poubelle verte de branchages et des feuilles jaunes qui sont très jolies quand elles sont encore sur les arbres mais qui perdent tout leur charme quand elles restent entassées en un coin trop longtemps. 

Je ne dois surtout pas oublier une très sympathique soirée chez notre amie Gégé en compagnie d'autres copains qui d'ailleurs partais deux jours plus tard au Rajasthan (depuis ils sont rentrés et nous ont un peu parlé de ce circuit: je ne suis pas trop sûr qu'on ira un jour dans cette région). Mais la soirée fut très réussie et je fus très content que l'on ait pu partager nos impressions sur la crise sociale qui s'est abattue sur la France. 

Encore en vrac : En automne il y a  les matchs de rugby internationaux des tournées d'automne qui depuis quelques années ne sont guère bénéfiques pour le rugby français. Il y eut d'abord la défaite stupide dans les arrêts de jeu face à l'Afrique du sud, puis la résurrection face à l'Argentine et enfin le naufrage contre les Fidjiens. Que faire ? Faudrait-il que Laporte vire Brunel pour rappeler Noves ? Non c'est Laporte qu'il faut virer, le mal étant fait depuis trop longtemps (lire mes billets "touche pas à mon rugby'' et ce depuis 2007) le rugby français n'est pas près de s'en sortir. N'y voyez aucune trace de chauvinisme mais plutôt le deuil d'un style de jeu des temps passés. Heureusement qu'il reste les équipes des moins de 20 ans et des françaises qui nous ont émerveillés le 17 novembre en foutant une raclée à l'équipe des All Blacks championne du monde. Du coup j'ai écouté les conseils de mon ami Vony et j'ai suivi la coupe d'Europe de handball féminin et je me suis régalé par le beau jeu des françaises et leurs victoires, tout ça sans la moindre once de chauvinisme. C'est sympathique de voir la réussite les femmes en sport.

Ce qui n'est pas vrai dans tous les domaines car dans la jacquerie des gilets jaunes elles ne sont guère plus sensées que les mecs du moins pour celles et ceux qui retrouvant une fraternité de bistro improvisé, vitupèrent aux micros des journalistes sur les ronds points. 

Eh oui !, il faut que je parle un peu de ce grand ras le bol social national depuis près deux mois. Et je pense que cette atmosphère révolutionnaire qui traduit quand même une incontestable fracture sociale et territoriale de notre pays, est la cause principale de mon propre ras le bol moral. Entre ceux qui ne s'intéressent qu'à leur fin de mois et ceux qui envisagent la fin du monde avant la fin du siècle, moi je suis surtout inquiet d'une possible faillite économique, à échéance proche, d'un modèle social français encore envié il y a peu, comme l'un des plus égalitaires. Mais il n’y a que les gens qui, comme moi, ont beaucoup bourlingué et travaillé à l’étranger pour en avoir pleine conscience ; les gaulois attachés à leurs habitudes, leur territoire et leur loto hebdomadaire qui n'est pas un impôt comme les autres, ne s'intéressent pas à ça. Sur la question des révolutions, sujet qui m'a depuis longtemps intéressé, j'invite le lecteur à prendre connaissance des trois billets que j'ai consacré à la révolution de 1848 : liens 1, 2, 3. 

Je fus incontestablement surpris par cette explosion sociale mais il faut bien reconnaître que le pouvoir exécutif était particulièrement en souffrance depuis la fin du printemps: les résultats n'étaient pas au rendez-vous, le président Macron était trop souvent maladroit dans sa communication, pour ne pas dire hautain et arrogant. S'ajoute à ça l'affaire Benalla puis la démission de Nicolas Hulot (lien) suivi de celle de Gérard Collomb.... etc.... ça commençait à faire beaucoup..... Il suffit de quelques lourdes gouttes pour que les réservoirs débordent : Ces gouttes s'appellent « cours du du baril de pétrole » et « les taxations » ;  l'une a priori normale c'est la TVA et une autre plus difficile à comprendre et accepter la TICPE. En suivant quelques débats télévisés on apprend que ces taxations représenteraient au moins 60% du prix du carburant et que ces recettes sont très loin d'être consacrées à la cause écologique. Et quand ces lourdes gouttes sont accompagnées d’énormes gourdes gouvernementales ça explose. On comprend vite aussi que ce sont les classes défavorisées, les travailleurs plutôt pauvres qui sont les principales victimes de ces hausses du carburant ; ceux qui sont obligés de faire des kilomètres pour rejoindre leur lieu de travail. Ces frais contraints exorbitants les entraînent vers pauvreté voire la misère. L'exécutif n'a pas été capable d'éteindre l'incendie en faisant les concessions qu'il fallait faire d'urgence et la révolte s'est généralisé à tout ce qui touche au pouvoir d'achat puis assez rapidement à la haine de classe notamment vis à vis du Président Macron. Les samedis se suivent dans la violence et malgré tout avec le soutien des français selon les sondages. La fièvre populiste a gagné la France bien attisée par les extrêmes de droite et de gauche. 

Je n'étais pas vraiment fan d'Emmanuel Macron, un peu trop libéral pour mon goût et pourtant lors des élections présidentielles j'ai voté pour lui dès le premier tour. Il était hors de question que je vote pour Mme Le Pen ou pour Mélenchon ou Fillon. Alors pour qui ? Même Benoit Hamon le candidat socialiste, que par ailleurs j'ai un peu connu, était au ras des pâquerettes dans les sondages, il ne restait donc que Macron qui, par ailleurs, avait préconisé quelques mesures qui m'avaient intéressé. Ce n'était donc même pas un vote par défaut.

L'une de ces mesures consistait à ponctionner, par le biais de la hausse de la CSG, une part des revenus de ceux qui n'étaient pas vraiment à plaindre pour supprimer par transfert des charges sociales sur les salaires des actifs et permettre ainsi une hausse du salaire net notamment des plus jeunes salariés. Et comme les retraités, dont je suis, ne sont pas en moyenne (il y a bien sûr toujours des exceptions) les plus mal lotis ils étaient directement concernés et ça me paraissait être une bonne idée de solidarité inter-génération. Le projet initial écartait 30% des retraités, ceux dont la pension était inférieure à 1200 € ce qui n'est, certes pas, un signe de richesse surtout pour une personne vivant seule. Et puis quand le gouvernement a commencé à lâcher du lest il a remonté la seuil à 2000 € ce qui fait qu'il n'y aurait plus que 30% des retraités concernés. je pense qu'une balance à 50% vers 1500 ou 1600 € aurait été la bonne mesure surtout pour ceux qui vivent encore en couple et s'ils sont propriétaires de leur logement (sans parler de ceux quand même assez nombreux qui ont aussi une résidence secondaire par héritage ou par le fruit de leur travail et de leur épargne. ). Mais tout le monde n'a pas été fourmi mais dans cette génération plutôt gâtée il y eut beaucoup de cigales. 

Cette perte de CSG  sera certainement l'un des postes de la recettes-dépenses qui coûtera le plus cher au budget de notre pays et même si certains insoumis considèrent qu'il ne s'agit que d'une opération « Pièces jaunes.» Le déficit et l'endettement vont exploser et ce sont nos petits-enfants qui riront jaune. Les quelques modestes progrès chèrement obtenus pendant le mandat de Hollande sont effacés d'un coup... Et sans compter que ça a donné ces dernières semaines une impression d'amateurisme ! 

 

J'attends de connaitre plus précisément les mesures retenues dans la loi qui est actuellement discutée à l'assemblée. 

Pour faire simple le budget rectifié s'affiche avec 397 milliards d'euros de dépenses pour seulement 291 milliards d'euros de recette. C'est un peu comme un ménage qui gagne 3000 € par mois et qui dépense tous les mois 4000 €. 

Pour l'Etat en en cette fin d'année 2018 l'endettement public atteint 2322 milliards € soit 99.3% du PIB. En 2019 l'Etat empruntera au moins 200 milliards € sur les marchés financiers. La moitié de cette somme pour rembourser à échéance des emprunts passés. Tant que les taux d'intérêts restent proches de 0% ce n'est pas trop grave.... mais combien de temps ce jeu de dupes tiendra encore ? Jusqu'à la prochaine grosse crise financière ? La charge de la dette constitue le deuxième poste du budget de l'Etat ! La seconde moitié de 200 milliards € empruntés sera du déficit budgétaire complémentaire et des déficit qui ne concerne pas l'investissement ce qui serait acceptable mais pour couvrir des des frais de fonctionnement ce qui est s'appelle vivre au dessus de ses moyens !

L'économie française va dans le mur et c'est à court terme autre chose de beaucoup plus grave que les fins de mois et même que la fin du monde. J'en suis triste pour mes petits enfants et finalement je suis relativement fier de faire partie de ceux à qui on grignotera encore un peu de sa retraite par la CSG.

Billet terminé le 22 décembre 2018. J'ai modifié le titre du billet pour rendre hommage à un roman de Gabriel Garcia Marquez ( et en souvenir d'un cadeau d'anniversaire oublié.....)

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article