Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Philo bath..... .. Historiens et écrivains de la Grèce antique

10 Mars 2019 , Rédigé par niduab Publié dans #Philo bath

Voici mon neuvième billet consacré aux hommes illustres de la Grèce antique. Pour ce billet comme pour les précédents j'ai abondamment pioché dans un livre passionnant trouvé un peu par hasard en 2012 dans une librairie d’Athènes. Un livre de Papadogeorgos  Georgos titré « Hommes illustres de la Grèce Antique, leur vie, leur œuvre ». Je ne me suis pas contenté d'emprunter dans cet ouvrage j'ai recoupé les informations par des recherches sur internet et notamment par Wikipedia, toutes ces informations ayant la même source les livres de Diogène de Laerce.

Les six premiers billets proposés en été 2012 étaient consacrés aux grands philosophes. Le dernier de ces six billets est intitulé « Épicuriens et Stoïciens ». En cliquant sur ce titre le lecteur arrivera au billet précédent et ainsi de suite.... jusqu'aux « sept Sages.» 

En Octobre 16  je me suis intéressé aux « Grands rhéteurs » puis en avril 2018 j'ai pris le risque de classer les « Grand stratèges et politiciens » parmi les philosophes. En Grèce antiques les intellectuels n'étaient-ils pas tous un peu des philosophes ? On pourra sans doute inclure aussi dans cette catégorie les grands sculpteurs, peintres, poètes nommés les louangeurs de beauté. Pour les hommes illustres dont je vais parler dans ce billet, à savoir les historiens et écrivains je pense être à l'abri des critiques d'autant que je vais commencer par celui qui nous a le plus appris sur les philosophes sans pour autant nous dire grand chose pour ce qui le concerne. Peut-être n'osait-il pas s'afficher philosophe. 

Diogène Laerce aurait été originaire de Laerce  ville d'une colonie Grecque la Cilicie en Asie Mineure. Il vécut probablement au IIIe siècle. Il est l'auteur de l'ouvrage exceptionnel intitulé « Vie et opinion des Philosophe » divisé en dix livres qui comprennent 82 biographies d'hommes ayant vécu du VIe siècle av. J.C  jusqu'à Épicure qui vécut au IVe siècle av. J.C. Cet ouvrage est donc un essai sur l'Histoire de la philosophie. Son approche est biographique et littéraire mais il est presque impossible de prouver que Diogène était adepte d'une ou école philosophique école ou d'une autre. Certains exégètes estiment qu'il semblait apprécier Épicure et se montrait dur envers Platon.

Il a écrit : « Gouverne après avoir appris à être gouverné. »

 

Ésope : Il n'existe rien de certain sur la vie d'Ésope. Le témoignage le plus ancien est celui d'Hérodote qui vécut deux siècles plus tard. Ésope vécut au VIe siècle et était originaire de Phrygie en Asie mineure. Il était esclave et appartenait à Xanthos un philosophe de Samos, qui finit par le vendre à la demande de sa femme tant Ésope était laid et effrayant. C'est Jadman un autre sage de Samos qui l'acheta, l'accueillit, puis prenant rapidement conscience de l'intelligence et de la sagesse d'Ésope il décida de l'affranchir et l'engagea à conter ses histoires et fables en public, aux enfants et aux adultes, pour gagner sa vie. 

Par son talent il devint vite très populaire auprès des habitants de l'île. Il parti ensuite à Sarde à la cour de Crésus puis se rendit en Égypte. La facilité d'Ésope à concevoir des mythes et ses talents de conteurs lui permirent de connaitre rapidement la célébrité. Des écrivains et poètes romains firent des adaptations  de ces fables ce qui contribua à leur sauvegarde et à de nouvelles adaptations bien plus tard dont celles de La Fontaine au XVIe siècle. 

Il semble qu'il trouva la mort à Delphes  assassiné par un groupe d'habitants qui le jetèrent du haut d'une falaise. 

Il a dit : « Ne condamne personne pour ses malheurs, mais aide le.» « L'ambition trouble l'esprit des hommes » « Les hommes sages sauront d'abord réfléchir aux conséquences de leurs actes avant d'agir »

 

Hérodote est considéré comme le père de « l'histoire » et il fut le premier à la transformer en science. Il naquit vers 480 av. J.C à Halicarnasse en Asie Mineure puis en 469 av. J.C ses parents s'enfuirent à Samos pour échapper à un tyran. Jeune homme il voyagea beaucoup, Égypte, Cyrène, Syrie, Tyr, Babylone, et alla jusqu'à Colchide (Irak) et Olbia (Ukraine) et Macédoine..... Puis retour à Halicarne où il participa à l'insurrection qui renversa la tyrannie, puis il a rejoint Athènes ou il s'est lié avec Sophocle. Il se fit historien, et grâce à ses nombreux voyages il fut aussi géographe, anthropologue et analyste politique. Il classait son travail en trois catégories : a) celles qu'il avait vues personnellement, b) celles qui lui avaient été racontées par des témoins oculaires et enfin c) celles qu'il connaissait uniquement par rumeur. 

Il suit ensuite les colons qui, à l'instigation de Périclès, partent fonder Thourloi  dans le sud-est de l'Italie. C'est là qu'il finit la rédaction de ses œuvres et qu'il est mort vers 420 av. J.C. 

Il a écrit  « La liberté de parole est un bien précieux. »

 

Thucydide naquit vers 460 av. J.C dans la périphérie d'Athènes. Sa famille propriétaire de mines d'or était riche et ils étaient apparentés à Miltiade. Grace à cette aisance économique le jeune Thucydide put faire des études poussées en suivant les leçons des sophistes dont Gorgias et de rhéteurs dont Antiphon. Muni d'un tel patrimoine intellectuel et familial il fut élu à 36 ans stratège d'Athènes. On lui confia le commandement d'une escadre de sept navires, qui devaient surveiller les côtes au large de la Thrace. Mais il ne parvint pas à empêcher la flotte spartiate d'envahir Amphipolis. Accusé de trahison par le pouvoir athénien il fut contraint à un exil qui dura vingt ans. Il s'installa en Thrace où il avait des propriétés et des intérêts dont les mines d'or et consacra son temps à travailler sur son ouvrage consacré à la guerre du Péloponnèse. 

Il ne revint à Athènes qu'à la fin de la guerre en 404 Av. J.C. et poursuivit la rédaction de son ouvrage qui fut interrompue par sa mort soudaine dans des conditions quelque peu obscures en 395 av. J.C. 

Dans cet ouvrage, Thucydide évoque les conséquences de cette guerre désastreuse pour Athènes et Spartes mais aussi les autres villes qui s'allièrent à l'une ou l'autre. Il fut reconnu comme un grand historien, grand écrivain mais aussi peut-être comme le premier grand journaliste. 

Il a écrit : « La liberté est le fondement de la félicité et le bonheur le fondement de la liberté » 

 

XENOPHON naquit dans une riche famille aristocrate à Erchia près d'Athènes vers 428 à  av. J.C. Jeune homme il fit la connaissance de Socrate et suivit ses cours en consignant les pensées du maître gâce à un système d'écriture rapide en grec. Il ne s'entendait pas avec les autres socratiques notamment Platon à qui il reprochait de déformer les idées de Socrate. Xénophon était hostile à la restauration de la démocratie après la tyrannie des Trente. Il s'engagea vers 400 av. J.C. comme observateur dans une expédition de mercenaires grecs dans un conflit de trône en Perse entre deux princes frères. Cette aventure tourna à la débâcle à Byzance et Xénophon fut élu stratège en charge de l'arrière garde de la troupe de mercenaires grecs. Cette retraite est restée dans l'histoire sous le titre de retraite des "Dix Mille". Xénophon en fit un ouvrage qui s'appelle "L'Anabase de Cyrus"un nom du prince qu'il avait soutenu. 

Xénophon était sympathisant du régime de Sparte et en 396 av.J.C. lorsque Agésilas le roi de Sparte devint le chef de campagne de libération des villes grecques d'Asie Mineure, l'écrivain-historien prit par à cette expédition. Il suivit aussi Agésilas dans la campagne de Béotie en 384 av. J.C.

Les Athéniens le condamnèrent à l'exil et lui confisquèrent ses biens, sa fortune. Il se réfugia avec sa famille à Sparte où il fut bien accueilli et installé à Scillonte où il resta plus de 20 ans à écrire ses ouvrages ''Éthiques et Politiques'' comme "l'Apologie de Socrate" ou historiques comme "Agésilas". La guerre entre Sparte et Éléens l'obligea à quitter Scillonte et il dut se réfugier à Corinthe où il mourut vers 355 av. J.C 

Il a écrit : « Le besoin est le meilleurs des maîtres. » 

 

Plutarque fut un grand historien mais pas au sens strict du terme car son œuvre est avant tout celle d'un encyclopédiste, d'un philosophe et surtout d'un biographe. C'est d'ailleurs en cette dernière qualité qu'il est connu pour son œuvre « Vies Parallèles » qui est une collection de biographies des personnalités célèbres du monde antique. En cliquant sur le titre le lecteur trouvera l'ensemble de ces biographies. Je termine ce billet comme je l'ai commencé avec Diogène Laerce.

Plutarque naquit en 46 à Chéronée une petite ville proche de Delphes. D'une famille aisée de l'aristocratie, il partit en 65 poursuivre ses études à Athènes qui était encore la ville des philosophes. Il fut l'élève d'Amonios un maître platonicien qui l'initia à tous les systèmes de pensées philosophiques. Mais sa soif d'apprendre était si grande qu'il quitta Athènes pour se rendre à Alexandrie où il y avait des écoles illustres et, mais aussi une bibliothèque exceptionnelle. 

Il fait de nombreux séjour à Rome où il se lia d'amitié avec d'illustres Romains et jouissait d'une réputation si grande que de nombreuses personnalités assistaient à ses cours et vouaient une admiration sans limites au philosophe grec. On sait qu'il y séjourna en 69/70 avec des fonctions d'ambassadeur puis en 79 entre temps il fonde une famille, à Chéronée où il crée une école. Il séjourna de nouveau à Rome en 88, puis plus longuement en 92. Il acquiert la Citoyenneté romaine. La vie de Plutarque fut toujours conforme à ses théories morales. Ses concitoyens lui rendirent hommage en lui confiant diverses fonctions qu'il assuma avec plaisir, non pas pour satisfaire ses ambitions mais pour servir du mieux qu'il soit Rome ou à Chéronée...

Il devint prêtre d'Apollon à Delphes, probablement autour de 85 et occupa cette fonction jusqu'à sa mort. Il voyage encore un peu et était encore à Rome en 100-102, où il commence l'immense cycle de ses Vies parallèles. Il revint ensuite à Chéronée où il est partagé entre l’écriture de son œuvre et la vie publique et mourut vers 125. 

L'œuvre littéraire de Plutarque est considérable. Ses livres se divisent en deux catégories, les «Vies parallèles » comprenant des biographies d'hommes célèbres et dont j'ai déjà parlé et les « Œuvres morales » composées d'essais à teneur principalement éthiques.  

Il a écrit : « en voyageant, on peut trouver des villes sans mur, incultes, ingouvernables, pauvres. Mais des villes sans sanctuaires et sans dieux, il n'en existe aucune. »  

Philo bath..... .. Historiens et écrivains de la Grèce antique
Philo bath..... .. Historiens et écrivains de la Grèce antique
Philo bath..... .. Historiens et écrivains de la Grèce antique
Philo bath..... .. Historiens et écrivains de la Grèce antique

Je n'ai pas évoqué Archimède dans ce billet, comme je n'avais pas parlé d'Alexandre dans le billet consacré aux grands stratèges et politiciens. Je ferai probablement, dans l'année un billet pour chacun comme j'an ai fait en janvier dernier pour Eratosthène

Dernière retouche de ce billet  le 13.03.2019

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article