Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Philo bath ...... …… La sagesse des mythes….. Le châtiment de Tantale

31 Mai 2019 , Rédigé par niduab Publié dans #Philo bath

J’ai déjà évoqué le livre de Luc Ferry « La sagesse des mythes » dans un billet de janvier 2009. Dans ce billet quelque peu ambitieux et incontestablement maladroit je faisais un cocktail de quelques livres que je venais de lire à savoir, deux livres d’un économiste, le regretté Bernard Maris : « Keynes ou l’économiste citoyen.» publié en septembre 2007 et « Capitalisme et pulsion de mort »  publié en décembre 2008.  Je venais également de me procurer le livre du philosophe Luc Ferry  « La sagesse des mythes » publié aussi fin 2008.  J’avais eu un coup de cœur pour ces livres, mais le seul que j’avais eu le temps de lire de façon approfondie c’est celui sur Keynes, les deux autres avaient été assez copieusement parcourus, avec grand intérêt, mais je ne pense pas les avoir très bien présentés en quelques lignes, notamment celui de Luc Ferry (qui fut aussi ministre de l’éducation nationale dans les gouvernements Raffarin). Depuis J’ai repris ce livre et j’y reviens assez souvent avec plaisir. Je vais essayer d’en donner un aperçu plus juste et je pense que ce billet ne sera que le premier d’une « petite » série, un peu comme Luc Ferry a poursuivi son analyse éducative en format " bandes dessinées " avec la collaboration de dessinateurs de talents.

Dans son livre l'auteur explique la signification philosophique des grands mythes grecs qui sont très souvent à la base des travaux des philosophes de l'Antiquité et pour cela il ne retient que les premiers écrits sur les mythes grecs dont l'Iliade d'Homère et la Théogonie d'Hésiode.

Dans ces récits il relève sur le plan philosophique, trois idées fondamentales. La première est que la vie bonne est une vie en harmonie avec l'ordre cosmique, dans un monde organisé, bien partagé. Telle est la loi fondamentale qui s'impose à tous et même aux dieux qui sont souvent déraisonnables : il arrive qu'ils se disputent comme des enfants. Lorsqu'au cours d'une discorde l'un d'eux se met à mentir, Zeus peut lui demander de prêter serment sur l'eau du Styx, le fleuve divin qui coule dans les enfers. Et si son serment est contraire à la vérité sa vie pendant un an ne sera que souffrances et lors des neuf années suivantes il devra encore s'acquitter de tâches ingrates et sera interdit de compagnie avec les autres dieux ; ça ne rigolait pas au royaume des dieux grec ! Ainsi Apollon, qui s'était révolté contre son père Zeus menaçant ainsi l'ordre du monde, eut pour punition d'être réduit en esclavage au service d'un simple mortel dont il dut garder les troupeaux comme le premier berger venu. Ouai ! Mais la tache ne parait pas si ingrate que ça, puisque le mortel en question était le roi de Troie ; ça pourrait passer, aujourd'hui, pour une sorte de stage écolo dans le Larzac. Il y avait manifestement des punitions à géométrie variable chez les dieux grecs et Apollon étant sans doute l'un des préférés,...il eut juste droit à un petit coup de pied au cul.

La deuxième idée découlent de cet ordre précieux et il s'agit l'hybris qui est une faute très grave. On peut citer la démesure orgueilleuse qui pousse les êtres, mortels comme immortels, à ne pas savoir rester à leur place au sein de l'univers...., c'est sans doute ce qui conduisit Zeus à punir l'impatient et récalcitrant Apollon.

La troisième idée se nomme Dyké ; la justice, et c'est la vertu majeure. Sur le temple d'Apollon à Delphes sont inscrites des devises dont la plus célèbre de la culture grecque est « Connais-toi toi-même ». Il ne s'agit pas là d'un conseil psychanalyste; la formule signifie qu'on doit connaitre ses limites et savoir rester à sa juste place. 

Le cosmos, l'ordre harmonieux, diké la justice, c'est à dire l'accord avec l'ordre cosmique, et hybris, le désaccord et la démesure, voilà donc les trois maîtres mots du message philosophique qui commence à se dégager de la mythologie...... D'innombrables récits tournent autour de ces questions. 

Et si on garde à l'esprit que ce sont des écrivains, des poètes, des philosophes (Homère, Hésiode, Eschyle, Platon, etc...) qui ont inventé ces histoires, c'est bien pour s'interroger sur le sort des humains qui, pour être heureux, doivent conduire leur existence avec sagesse . 

 

Je m'excuse auprès de Monsieur Ferry d'avoir autant trituré son texte (pages 108 à 113) pour le résumer en quelques lignes de blog. J'espère ne pas l'avoir trop dénaturé. 

 

Pour finir et imager ce billet voyons maintenant, succinctement, le fameux mythe de Tantale. 

Dans la mythologie grecque Tantale était un mortel fils de Zeus et de la nymphe Plouto. Il régnait sur la Lydie, un royaume très prospère. Considérant ce bienheureux souverain comme l'un des leurs, les dieux le couvrirent de faveurs, le laissant notamment déambuler à sa guise dans leur céleste palais, et en l'invitant même à leurs banquets.....Mal leur en prit car l'effronté, fier de son privilège se crut autorisé  à dévoiler au monde entier, du moins ce qu'il était alors, les secrets les plus intimes des dieux et déesses....

Il se mit même à douter que les dieux, à commencer par Zeus, soient vraiment aussi clairvoyants qu'ils le prétendent et sachent réellement tout sur les mortels. A son tour il les invita chez lui à déjeuner. Sans doute en apparence un déjeuner de remerciement mais aussi l'occasion de vérifier si ses amis était bien omniscients, ces dieux qui se croyaient plus savants que lui.  Il chercha donc à les tromper et de la pire façon qui soit. Il sacrifia son fils Pélops et leur servit en guise de repas la chair de sa chair.

Mais Tantale s'est lourdement trompé car les dieux ont su ce qu'il préparait et en furent horrifiés. C'est par une affaire de nourriture que Tantale avait péché, c'est par elle aussi qu'il sera puni :

enchaîné aux enfers, il est condamné à souffrir pour l'éternité de la faim et de la soif et sans oublier un énorme rocher suspendu au dessus de sa tête qui menace de tomber sur lui. ..... 

Et c'est là que j'ai des doutes ! Tantale était-il mortel ou immortel ?  Dans la magnifique revue de Géo-histoire publié ce mois-ci « Eternels héros de la mythologie » dans le chapitre « Tantale la cruauté punie » il est mentionné qu'il avait obtenu l'immortalité de ses anciens amis dieux.... Ceci dit ils pouvaient la lui conférer à un moment puis la supprimer plus tard, quand ils sont fâchés.

Après tout, le pire supplice dans ses conditions c'est bien l'immortalité. Imaginez plusieurs millénaires après la disparition de tous les dieux grecs, le bonhomme Tantale pourrait être encore enchaîné aux enfers à souffrir de la faim et de la soif. La version de l'humaniste Luc Ferry avec ce salaud ( Tuer son fils et faire des dieux des cannibales), un salaud donc, avec un rocher au dessus de lui qui aurait bien fini par l'écraser, c'est bien le châtiment le plus humain. 

 

Mais je reviendrai bientôt sur ce livre et ses mythes (ou un autre si je trouve un volume en B.D.)..... Et surtout leur approche philosophique. 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article