Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Moments de transition…., d’une décennie à l'autre et de gros soucis pour l'avenir...., plus quelques spasmes d’actualité ..... A vos souhaits !

5 Janvier 2020 , Rédigé par niduab Publié dans #Les moments de la vie

J'ai retenu un titre bien ambigu pour évoquer cette période particulière de l'année et pour finir par un renoncement qui est finalement le sujet principal de ce billet..... Mais bon il faut bien se mettre dans le contexte pour expliquer cela. Comme chaque année nous savourons le bonheur d’être rassemblés en famille, au complet, le dernier dimanche de l'année, après Noël et avant le jour de l'an. Cette configuration tient au fait que nos enfants et petits enfants parisiens doivent se partager entre la belle famille à Arcachon et nous à Niort. On a donc droit à une pause dès le début des vacances scolaires et un retour et un arrêt après Noël puis un départ avant le réveillon de la Saint Sylvestre....  Ce rassemblement de notre tribu est pour nous le moment phare de l'année..... J'avais toutefois, cette année, quelques craintes compte tenu du contexte politique : notre fille enseignante en primaire est totalement hostile au projet de réforme des retraites et elle le manifeste par la grève !….. Tandis que notre fils aîné cadre du secteur privé y est totalement favorable ; le troisième semble être quant à lui sur la ligne de son frère mais avec des doutes, ce qui est aussi notre cas à nous les parents..... Mais je ne sais pas trop pourquoi je commence par cette diatribe puisque le sujet ne fut jamais évoqué. En enfants bien élevés il n'y a pas eu de dérapage ; ils font fait honneur au repas (trop copieux) et se sont beaucoup amusés en participant aux nombreux jeux que notre plus jeune fils avait préparé. Pour cette belle journée nous étions treize à la douzaine avec l'arrivée en début d'après-midi de la sœur de Pilou. Elle n'avait pas voulu qu'on soit treize à table pendant le repas : superstition! 

Il faut dire que pendant cette dizaines de jours on a fait le plein de calories dans des configurations différentes de trois, quatre ou cinq personnes, notamment à l'occasion du passage par Niort de nièces. Il n'y eut qu'un bémol et c'était hier soir pour le réveillon de la Saint Sylvestre où nous nous sommes trouvés un peu seuls Pilou et moi, juste accompagnés pendant vingt minutes par le président de la république qui nous présentait ses vœux. J'espérais qu'il trouve des mots rassembleurs pour mettre fin à ces tristes moments de division sociale. Il a quant même réussi à placer (éternuer) le mot compromis (rapide) mais dans l'ensemble du discours il n'est pas vraiment sorti grandi de l'épreuve. Même pas capable de faire un pas vers la CFDT....

.Mais finalement ce réveillon d'hier soir en duo c’était bien !. Surtout si on le compare à celui de l'année précédente où l'un de nous était hospitalisé avec suspicion d'Avc et l'autre seul et inquiet à la maison devant sa télé écoutant un discours déjà très banal du président.....

Finalement ce fut une fin d’année sympa mais il était temps de prendre les bonnes résolutions et de retrouver nos habituels potages de légumes du soir.

 

J'arrête ce billet, en cette soirée du jour de l'an, pour consacrer un peu de temps à téléphoner à des proches lointains. Je reprendrai ce billet pendant le week-end avec un sujet plus sérieux; un projet qui va se terminer bientôt.

Pour la date du 1er janvier je propose à la place une carte de vœux planétaires.

L'année 2019 ne fut pas pour nous une très bonne année : j'ai déjà évoqué la suspicion d'Avc du tout début d'année. Il y eut ensuite en début d'été le zona carabiné qui frappa Pilou et qui nous a conduit à annuler des vacances avec nos petits enfants parisiens. Ces problèmes de santé se sont heureusement estompés (même si ce fut très lent pour le zona) mais cela ne nous a pas empêchés de faire un voyage sur le Nil au printemps puis un autre en Argentine du nord à l'automne..... Et puis l'ambiance en France, rythmée par les samedis des gilets jaunes, ne fut pas particulièrement agréable tout au long de l'année.

Le voyage en Argentine  nous a incontestablement regonflé: Il n'y a rien de plus beau que les chutes d'Iguaçu ! A tel point qu'en rentrant nous nous sommes précipités sur les catalogues pour choisir le prochain voyage, celui de l'hiver .... Et c'est de ça que je veux parler.... Autrement dit comment on peut se désillusionner en quelques semaines. Après quelques hésitations nous avons retenu un voyage en Inde et plus précisément l'état du Rajasthan (12 jours / 10 nuits.) dont 2 jours et 2 nuits à New Delhi. Nous avons retenu ce voyage le 2 décembre après avoir commencé faire quelques recherches sur la situation politique dans le pays : je consultais notamment le journal Le Monde que je reçois tous les jours par Internet : 

J’ai noté sur un article du Monde du 30 novembre que Le premier ministre Indien Narenda Modi était dirigeant nationaliste de la trempe de Trump et Bolsonero et qu’il gérait lui aussi son culte de la personnalité par tweets. Dans un article de la veille j’apprenais qu’il avait engagé un bras de fer avec les étudiants et professeurs de l’université Nehru de New Delhi qu’il jugeait trop à gauche.

Extrait d'un article du 7 décembre : « Depuis sa réélection triomphale en mai, le premier ministre indien, Narendra Modi, s’emploie à marginaliser les 180 millions de musulmans du pays. Il a commencé par un coup de force spectaculaire, le 5 août, au Cachemire, en privant cette région à majorité musulmane de l’autonomie acquise lors de l’indépendance. Une nouvelle étape a été franchie, le 4 décembre, avec un texte visant à amender la loi sur la nationalité de 1955 – les immigrés sans papiers de six communautés pourront être régularisés, mais pas les musulmans.»

Extrait d'un article du 12 décembre: « Pour la première fois, la nationalité indienne sera accordée sur des critères religieux. Une victoire pour le projet nationaliste hindou....Le Parlement indien a définitivement adopté la réforme de la loi sur la nationalité qui modifie substantiellement le principe de laïcité inscrit dans la Constitution et va contribuer à faire des musulmans des citoyens de seconde zone. ..[….]..Seuls les musulmans sont exclus du dispositif. Ils resteront des illégaux, des sans-papiers, c’est-à-dire sans droits. Le gouvernement n’a donné aucune indication sur leur possibilité de rester en Inde, d’être expulsés ou placés en camp de rétention, comme c’est le cas déjà dans l’État de l’Assam.

Cette loi poursuit deux buts principaux : légaliser les hindous venus de l’extérieur et, au contraire, écarter les musulmans. Elle marque un pas de plus dans la volonté de Narendra Modi et des nationalistes hindous au pouvoir d’imposer l’idéologie de l’hindutva, une nation pour les hindous. Les musulmans, 14 % de la population, soit 180 millions d’habitants, sont la cible privilégiée des nationalistes. Ils sont en voie de marginalisation et de ghettoïsation dans le pays. …[….]… Des étudiants ont protesté contre la réforme dans plusieurs villes du pays, comme à Lucknow, dans l’Uttar  Pradesh, ou à New Delhi, mais c’est dans les États de Tripura et d’Assam, au nord-est du pays, que la contestation a été la plus vive. Face aux manifestations, le gouvernement a coupé le réseau Internet dans dix districts de l’Assam, frontalier du Bangladesh, et imposé un couvre-feu dans la ville de Guwahati, où les affrontements ont été les plus violents. Journalistes étrangers interdits Les citoyens de l’Assam, en particulier les populations tribales, redoutent que la loi n’entraîne un afflux de réfugiés hindous et contribue à diluer leur culture et leur influence politique. Cinq mille militaires ont été déployés en renfort. Les journalistes étrangers ont été interdits d’accès il y a plusieurs semaines, comme au Cachemire.... »…..«

Extrait d'un article du 16 décembre : « La situation est explosive et l’on compte déjà deux morts, de 17 et 21 ans, tués par balle par la police, à Guwahati, en Assam. Un couvre-feu a été imposé dans plusieurs villes ; les avions, les bus, les chemins de fer sont suspendus. Les liaisons téléphoniques et Internet ont été coupés. Mais rien ne décourage les manifestants. Vendredi 13 décembre, ils étaient des milliers à braver les interdictions pour crier leur colère à Guwahati, l’épicentre de la contestation. A New Delhi, les étudiants de l’université Jamia Millia Islamia, qui voulaient eux aussi manifester, vendredi, contre la loi, ont été violemment réprimés. Cinquante d’entre eux ont été arrêtés. Des étudiants ont été grièvement blessés. Le gouvernement veut surtout éviter une contagion. Il a visiblement été pris de court par la révolte en Assam. Narendra Modi avait prévu de recevoir le premier ministre japonais, Shinzo Abe, samedi 14 décembre dans la ville de Guwahati. La rencontre a été annulée in extremis. Sur Twitter, M.Modi a appelé au calme et assuré qu’il avait sauvegardé dans la loi L’exécutif croyait avoir acquis l’adhésion des Etats du Nord en leur accordant des dérogations. Mais les habitants n’y croient pas.»….

Extrait d'un article du 17 décembre : « La contestation contre la réforme de la nationalité a pris un tour nouveau, dimanche 15 décembre, en Inde. La police a pris d’assaut l’université musulmane Jamia Millia, à New Delhi, puis elle a tiré des bombes lacrymogènes à l’intérieur de la bibliothèque et frappé violemment à coups de matraque les étudiants qui tentaient de se protéger en se cachant sous les meubles et dans les toilettes. La plupart d’entre eux sont sortis en levant les mains au-dessus de la tête, en signe de reddition. « Nous avons été traités comme des criminels », ont-ils dénoncé. Une soixantaine d’étudiants ont été blessés. Des centaines de personnes avaient auparavant manifesté dans le sud de la capitale pour protester contre la loi qui régularise des réfugiés venus d’Afghanistan, du Pakistan et du Bangladesh et leur accorde la nationalité sur des critères religieux, à l’exception des musulmans. Ces derniers, qui représentent 14 % de la population (un peu moins de 200 millions de personnes), sont la cible régulière du gouvernement.... Les nationalistes hindous veulent en faire des citoyens de seconde zone, privés de droit »…

Le jeudi 19 décembre nous avons assisté à Niort à une conférence intitulée «  L’Inde future 3ème grande puissance » animée par Eugène Julien, Ancien contrôleur Général du Ministère de l’économie. J'ai bien apprécié la parte historique de l'exposé mais quand le conférencier a abordé la situation actuelle en Inde sous les gouvernement Modi ça ne m'a pas fait remoner de moral. En rentrant à la  maison j'ai dit à Pilou que je n'avais vraiment plus envie de faire ce voyage. Pendant la période des fêtes de fin d'année je n'ai plus trop trouvé d'article sur la situation politique en Inde. 

J'ai trouvé par internet une dépêche A FP du 3 janvier intitulé : « Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté vendredi en Inde contre une loi sur la citoyenneté voulue par le gouvernement nationaliste hindou, qui selon ses détracteurs discrimine les musulmans...» et j'ai relevé dans cette dépêche qu'à New Dehli, les contestataires ont juré de poursuivre leur "résistance comme à Hong Kong". Il y aurait a ce jour 27 personnes ont péri (dont certains par balle. et il y aurait plus d'une centaine de blessés.  

Nous ne ferons pas ce voyage, dont le départ était prévu pour 5 février. Nous perdrons une partie de la caution de réservation (30% du prix du voyage). l'abandon est est fait à plus de 30 jours du départ. J'ai bien peur que la situation empire et qu'une décision trop tardive ne conduise à perdre beaucoup plus..... on trouvera bien un séjour plus cool et moins cher pour février ou mars  du genre Cap vert ou Les Canaries.... ou la Croatie. 

Avec tout ce qui se passe en ce moment en tous points de la planète, il convient quand on vieillit ne plus trop s'éloigner. Je le regrette et tout ça à cause de tous ces maudits nationalistes. 

 

Bien sûr il a fallu annoncer à nos proches que nous ne ferions pas le voyage en Inde pour des raisons d'insécurité, aussi leur a-t-on envoyé cette petite carte qui résume bien la situation. 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article