Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Moments de confinement et de dé-confinement ..... Brèves masquées ou démasquées

28 Juin 2020 , Rédigé par niduab Publié dans #Les moments de la vie

Bla, bla, bla .....

 

Hier, samedi, en milieu d'après midi, j'ai pondu le titre d'un nouveau billet pour y travailler ce matin. Pour l'enregistrer il me fallait au moins, écrire quelques mots.... et pour cela j'ai pris l'habitude de blablater (un bla-bla peut suffire, mais si je sens que je tiens bien le sujet je peux en jeter un peu plus, signe d'optimisme.).....  Sauf qu'ensuite il faut aussi enregistrer la date probable de parution ; une date que je peux ensuite éventuellement modifier...... Et maladroitement je l'ai enregistrée à Maintenant. Résultat j'ai constaté ce matin que cinq visiteurs avaient lu hier soir mon bla, bla provisoire ; et j'en ai un peu honte !

Et puis de retour d'une marche matinale (un petit 5 km aller-retour pour m'oxygéner et aller chercher du pain et un journal) et toute honte bue en prenant au passage un café, je me suis dit que dans le fond ce bla bla correspondait assez bien au titre de mon billet : Brèves masquées ou démasquées ; et qu'en plus il collait parfaitement à une citation de Michel Audiard que j'ai fait mienne depuis bien longtemps, « Ce n’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule ».

Et comme je n'ai pas vraiment grand chose à raconter, à titre personnel, de cette période de confinement puis de dé-confinement ce "bla, bla, bla" faisait finalement, sans l'avoir voulu, une assez bonne introduction.... que j'ai conservée. 

Mais je vais quand même me décarcasser pour écrire quelques brèves qui font sens, même si cette expression est condamnée par l'Académie française... ou, raison de plus pour un blablateur amateur mais provocateur.

Mon précédent billet dans la catégorie Moments de vie date du 20 mars, premier jour du printemps et de confinement. Un confinement que nous nous appliquions, chez nous, déjà depuis une dizaine de jours. Du point de vue relationnel nous avions quelques échanges de voisinage distancés. Pour ce qui concerne la famille peu éloignée, ni notre fils Didier ni Louma, la sœur de Pilou, ne sont entrés chez nous pendant toute cette période. Quand il ou elle passait pour venir chercher ou porter quelque chose, cela se faisait par dépôt dans notre allée et une discussion de jardin en respectant les distances. Nous avions même annulé le journal qu'un quidam nous dépose tous les matins dans notre boîte à lettres vers 5 h du mat. C'était sans doute excessif ..., mais avec tout ce qu'on entendait à la radio ou sur les chaines infos : même l'utilisation d'un masque bricolé n'était pas jugée utile par l'OMS et le gouvernement, tant cette saloperie de connard-virus était dangereux ..(???). Pilou avait alors accroché  une visière à une casquette que je mettais quand j'allais au drive de Leclerc ou d'Intermarché ou encore quant il fallait aller à la pharmacie. Une ambiance de film d’horreur

Par contre on a pu abuser du téléphone notamment avec notre fils Éric et sa famille confinés totalement dans  leur maison de banlieue parisienne région beaucoup plus touchée par le virus que nous, en Poitou Charentes. Nous prenions aussi des nouvelles de notre fille Cécile qui habite qu'à 70 km de chez nous ; d’autant que comme institutrice, elle était assez souvent requise pour s'occuper des enfants des soignants. Par contre ses ados étaient confinés chez eux avec quelques cours par internet.

Un jour, fin mars nous avons fait un tour de France par téléphone. Les appels quasi hebdomadaires de famille à Nice, Clermont-Ferrand, Ozoir la Ferrière et des amis de Toulouse, Strasbourg, ceux de la région parisienne, de l'Aveyron, de Lozère, du Gard, de Corse, de l'Hérault etc.... Je blablate encore !

Question occupations on n'avait pas trop à se plaindre : le matin très tôt je jouais au scrabble par Internet pendant deux à trois heures, en général de 5h30 ou 6h à 8 h ou 8 h30. Mon but était de dépasser les 2000 points avant que le scrabble Mattel ne disparaisse, condamné à partir du 5 juin... Et j'y suis arrivé !

Les jours où il ne pleuvait pas,  nous nous occupions de l'entretien du jardin à dose raisonnable quand même, car je devais aussi entretenir le blog et là je me suis régalé en m'attaquant à des dossiers ambitieux réclamant de longues lectures passionnantes. Et quand il pleuvait trop il y avait la télé de l'après-midi avec des chaines comme TCM cinéma et WB.tv où je pouvais revoir des westerns de mon enfance. Un régal.

En fin d'après-midi on suivait C dans l'air et après LCI. en privilégiant les débats concernant le Covid 19…. Malgré mon ignorance du sujet et pour ce le peu que comprenais, je me sentais en phase avec le médecin le Eric Come, bien mieux que le duo Cymes et Nagui, et surtout de l’hurluberlu de Marseille.

Et puis tout à coup, début en avril, ne te découvres pas d'un fil, les masques faits maison furent subitement considérés comme très utiles et protecteurs, par l'OMS. Incroyable....! Mais quelle perte de temps et combien de pertes ? 

Ca faisait déjà quelques jours que Pilou s'était mis à la tache, son seul problème était le manque d'élastiques, mais on a fini par trouver une solution en sacrifiant des chemises cartonnées de bureau. Nous avons envoyé par la poste des masques à nos enfants et petits-enfants, à ma sœur et sa famille et même à des amis de Toulouse.... mais aussi des amis proches et à des voisins.... Je blablate encore,...ça devient pénible !

Finalement pendant cette période de confinement je n'ai manqué de presque rien.... sauf du rugby.., ça ce fut difficile surtout le samedi et un peu le dimanche sans Top 14… La double peine !

En mai fais ce qui te plait c'est ce qu'a fait Macron en nous dé-confinant, passant outre l'avis du conseil des médecins experts. Il nous faisait comprendre que les français devaient retourner au boulot pour sauver l'économie française. Les chaînes infos, commençaient à changer de ton, surtout LCI qui après avoir fait peur, à juste titre, à tout le monde, ils ont du trouver que c'était plus attractif de jouer la carte optimiste, le virus allait bientôt disparaître, c’était sûr et presque certain.

D'un autre côté ça nous a permis de recevoir notre fils Didier le dimanche midi à notre grande table de la véranda toute ouverte puisqu'il faisait beau, le plus souvent. Idem pour Louma qui venait à notre table, toujours en véranda le vendredi ou le samedi midi. Nous sommes même allés un après midi chez Cécile et sa tribu. Le collégien n'était pas très content de devoir retourner en classe.

Nous avons pu aussi aller faire nos courses masqués dans les magasins sans passer par lea case drive.... et les fruits, les légumes et la viande étaient de meilleure qualité.

On a commencé à faire quelques marches pour essayer de résorber quelques kilos de confinement.... Le résultat ne saute pas immédiatement aux yeux..; patience ! C'est vrai que pendant la période de confinement nous avons juste fait un peu de vélo d'appartement : je disais que c'était pour aller à mon  télétravail de retraité. La marche est plus sympa surtout quand on la fait en vieux amoureux.

Et puis on a fini par aller chez le coiffeur pour se faire une jeunesse. Mauvaise pioche pour moi du moins, car à l'époque de mes 20 ans j'avais les cheveux un peu plus longs... je recommence à blablater... Désolé !

Et puis on est arrivé au 5 juin et mon scrabble Mattel disparaissait de mon ordinateur remplacer par le Scrabble Go : une merde ! J'ai bien essayé un peu, je faisais de très bons scores (en 25 jours 46 parties effectuées: 40 victoires, 5 défaites et 1 nul avec Pilou qui a depuis arrêté de jouer) mais c'est le décor qui est insupportable.... version scrabble façon Las Vegas : une insulte aux jeux culturels.  Plus la France se libérait du confinement et plus on voyait à la télévision des scènes choquantes comme lors de la fête de la musique...... On aura de toute évidence une seconde vague du virus qui risque de compromettre la reprise du top 14 en septembre. Une nouvelle saison sans rugby : salauds de jeunes ! Je plaisante !

On a quand même pris une journée de vacances le 23 juin dernier et nous sommes allés à l'île de Ré avant le début des grandes vacances, avant l'arrivée des Parisiens. On voulait aller vers le phare des baleines le matin en passant par le Bois plage..... Mais il y avait trop de trafic... j'ai fait demi-tour pour rejoindre Saint Martin en Ré où nous sommes arrivés vers 11 h. Il n'y avait pas trop de monde. On s'est baladé autour du port puis vers 11 h 45 nous nous sommes installés à la terrasse d'un restaurant et nous avons pu déjeuner en toute sécurité avant que de nouveaux clients arrivent. Vers 12 h 30 le restaurant commençait à se remplir alors que nous réglions la note. Nous avons repris la direction du phare des baleines que nous avons dépassé pour arriver au petit bois de Trousse chemise où nous avons fait une très belle promenade, avant de retourner chez nous en fin d'après midi.

 

Ajout du 30 juin : Il me faut bien aussi évoquer les résultats des élections municipales et là je suis sérieux je ne blablate plus.

Une abstention inquiétante pour notre démocratie. Si mon maire n'avais pas été élu au premier tour, les inquiétudes pour le virus ne nous auraient pas empêché d'aller voter d'autant que maintenant tout le monde peut y aller masqué.

Je suis assez content des bons résultats des écologistes, mais j'espère qu'ils ne décevront pas et sauront rester raisonnables sans mettre en place des mesures punitives qui réveilleront les colères des gilets jaunes et syndicalistes. Le Covid 19 va suffisamment planter la croissance économique pour plusieurs années et il ne faudrait pas trop en rajouter.

Et puis il y a un truc qui m'a profondément choqué lors de la soirée électorale, c'est le non respect des mesures de barrière. La victoire en clusterant : Anne Hidalgo, que j'apprécie,  faisait des bises à tout va, les futurs nouveaux maires écolos étouffés par leurs fans à Bordeaux comme à Lyon et presque partout ailleurs. J'ai l'air fin aujourd'hui avec mon slogan salauds de jeunes, les politiciens sont pires et sans l'excuse jeunesse pour la plupart.  

 

Je suis très, très inquiet de la situation en Guyane mon département de cœur où je suis allé 8 fois, pour raisons professionnelles (la première fois entre juin et octobre 1969 et la dernière fois en juin 2014).

Voir les nombreux articles dans la série Saga guyanaise. J'ai eu hier soir un échange avec une amie de Saint Laurent du Maroni, une région qui pour l'instant n'est pas trop touchée. La frontière avec le Surinam est fermée pour ce qui concerne le passage des camions et autres véhicules.  Le virus s'est propagé du sud frontière avec le Brésil par l'Oyapock et a déjà touché Cayenne et Kourou. Bon courage les amis !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article