Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Brève politico-musicale....... Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

27 Septembre 2020 , Rédigé par niduab Publié dans #Brèves de trève

Jaurès, la chanson qui ouvre Les Marquises (1977), son dernier album fait exception dans la carrière peu politisé (*) de Brel. Les couplets, qui donnent la parole aux ouvriers et aux domestiques, et le refrain, qui ressasse comme une revanche la mort tragique de Jaurès, ont modelé en profiteur la mémoire contemporaine du leader socialiste

                                Ils étaient usés à quinze ans
                                Ils finissaient en débutant
                                Les douze mois s'appelaient décembre
                                Quelle vie ont eue nos grands-parents 
                                Entre l’absinthe et les grand-messes 
                                Ils étaient vieux avant que d’être
                                Quinze heures par jour le corps en laisse
                                Laisse au visage un teint de cendre 
                                Oui not’ Monsieur oui not’ bon Maître
                                 Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

                                 On ne peut pas dire qu’ils furent esclaves
                                 De là a dire qu’ils ont vécu 
                                 Lorsque l’ont part aussi vaincu
                                 C’est dur de sortir de l’enclave
                                  Et pourtant l’espoir fleurissait 
                                  Dans les rêves qui montait aux yeux
                                  Des quelques ceux qui refusaient 
                                  De ramper jusqu’à la vieillesse
                                  Oui not’ bon Maitre oui not monsieur 
                                  Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
                                  Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

                                   Si part malheur ils survivaient
                                   C’était pour partir à la guerre
                                   C’était pour finir à la guerre 
                                   Aux ordres de quelques sabreurs 
                                   Qui exigeait du bout des lèvres
                                   Qu’ils aillent ouvrir au champ d’horreur 
                                   Leurs vingt ans qui n’avaient pu naître 
                                   Et ils mouraient à pleine peur
                                   Tout miséreux oui not’ bon Maître
                                   Couverts de prêtres oui not’ Monsieur

                                    Demandez-vous belle jeunesse
                                    Le temps de l’ombre d’un souvenir
                                    Le temps du souffle d’un soupir
                                    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
                                    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

(*) Cherchant un thème pour un nouvel article j'ai feuilleté, entre autres revues, Un hors-série du monde de de mars-avril 2014 consacré à Jean Jaurès et je suis tombé, dans la rubrique  « Hommages » sur le texte de la chanson de Brel. Ce qui m'a le plus frappé c'est que cet hommage en page 105 se trouvait à côté (page 104) d'un hommage de Mendès France intitulé « L'espérance de l'humanité s'exprimait par sa voix.» Et du coup je me suis rappelé d'une information surprenante que j'avais trouvé dans un livre de Jean Lacouture consacré à Pierre Mendes France. J'ai retrouvé cette information lointaine dans ce livre page 631. C'était lors des élections législatives de 1967.
Quel candidat n’a jamais pu se prévaloir de cautions aussi éclatantes et diverses ? Quatre prix Nobel (François Jacob, Jacques Monod, André Lwoff et Alfred Kastler) et Jean Rostand, Jean Vilar, Daniel Mayer, Maurice Duverger, Jacques Brel, Serge Reggiani, Marie Dubois, Jacques Martin… Plusieurs d’entre eux viennent parler ou chanter à Grenoble : et Mendès, qui fréquente très peu l’Olympia, découvre Jacques Brel avec ravissement. 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article