Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

No pasaran!... Une auberge espagnole.

23 Septembre 2007 , Rédigé par daniel Publié dans #no pasaran

Cet article et ceux qui suivront pour parler de cette période de la vie de Luis et Rafaël s’appuieront sur le Mémoire de Maîtrise d’espagnol de Cécile « les réfugiés espagnols dans les compagnies de travailleurs étrangers en Poitou-Charentes. » 

Num--riser0007.jpgPour ce 1er chapitre qui concerne l’arrivée en France des républicains espagnols j’emprunte le titre au très beau livre de 120 pages de Luis Bonet publié en 1994. L’auteur y raconte plusieurs mois de vie dans des conditions humiliantes au Camp de St Cyprien puis celui de Barcarès.
    Cécile pour préparer son Mémoire a pu rencontrer Luis Bonet, et, bien sûr, son grand oncle Rafaël . Elle a pu recueillir, aussi, d’autres témoignages comme celui de Mme Aranda, la veuve d’un militant socialiste de Niort, disparu en 1992. Elle rencontra aussi José Tamborero. 
     
    Il est curieux de voir que, noyés dans une masse de plusieurs milliers de réfugiés, tous ces hommes se sont, selon leurs témoignages, très souvent croisés. Se sont-ils connus ?
 
En 1992, Rafaël, s’est confié à Cécile, la petite fille de son cher frère Luis décédé en novembre 1981. Les 2 frères n’avaient eu qu’une obsession tout au long de ces 5 années « d’arrivée » en France ; la même qu’au cours de 3 années de guerre civile : ne jamais se séparer, rester ensemble, se protéger mutuellement ; ce fut leur force. 
      Rafaël déclara à Cécile qu'ils étaient, sans doute, entrés en France entre le 5 et le 10 février 1939. Selon le livre "les camps du mépris", les autorités françaises, devant l'afflux des réfugiés, avaient fermé la frontière le 2 février, avant de la rouvrir le 5 février pour une très courte période de 4 jours, afin de laisser entrer les derniers soldats républicains pourchassés par les franquistes.
 
      Après la terrible défaite de la sanglante bataille de l’Ebre. Les troupes nationalistes ont traversé le fleuve à la mi-janvier et se sont précipitées sur Barcelone qui tomba le 26 janvier. Pendant 5 jours les phalangistes fusillèrent sans procès, commettant en pleine rue ou dans les maisons plus de 10 000 assassinats. L’ordre nouveau était en place et plus de 500 000 républicains n’eurent pas d’autre choix que la mort ou la fuite éperdue. Cet exode apocalyptique, sous la mitraille des aviations italiennes et allemandes, précipita ces pauvres gens vers la France, le pays des droits de l’homme. L’accueil ne sera pas celui que ces malheureux attendaient…….A la frontière les policiers et des soldats les dépouillaient, certes des armes, mais de presque tout. On les laissa plusieurs jours sans nourriture et entassés comme du bétail dans des camps.

    Luis et Rafaël Rozon, sont passés en France par le col d’Arès (Léo Aranda aussi) et passèrent les 1ères semaines dans les champs du côté de Prats de Mollo, puis vers Amélies les Bains et Céret. Ils creusaient un trou dans la terre pour s’enfouir sous une couverture et de la paille qu'ils trouvaient pour se protéger du froid hivernal. Luis Bonet, lui, est entré par le Perthus et put passer une 1ère nuit confortable au Boulou ; ça sera la seule car dès le lendemain la longue marche, sous la neige, commençait. Les autorités françaises étaient complètement dépassées par les évènements et la population devint, assez rapidement, méfiante.  Les sermons des dimanches à l’église aidant, les habitants des villes et villages traversés regardaient, avec crainte ou hostilité, débarquer cette cohorte de « Rouges » hirsutes. 
   Luis Bonet et ses camarades furent parqués sur la plage de St Cyprien entre mer et barbelés sous la surveillance de tirailleurs Sénégalais. Le périple de Luis et Raphaël Rozon fut sensiblement le même car ils arrivèrent, eux aussi, transis de froid et morts de faim sur la plage d’Argelès…et dans les mêmes conditions, c'est-à-dire sans aucun baraquement, aucun sanitaire, avec pour seul refuge, les « châteaux de sable » de la plage où ils pouvaient se terrer la nuit pour se protéger du froid. Ah si, il y avait une structure de ci de là : quelques poteaux étaient plantés dans le sable pour y attacher les perturbateurs, qui y passaient la nuit en plein air au lieu d’être à l’abri dans le sable ; de quoi refroidir les récalcitrants de toute tentative de récidive. Qui connaît un peu cette région ne sait dire où commence et où finit la plage d’Argelès et où commence celle de St Cyprien. Pour toute nourriture, du pain fut enfin donné aux indigents ; certains se permirent même quelques excès en faisant du troc avec les tirailleurs « dit » sénégalais. Une boule de pain, ou un paquet de cigarettes ou une couverture contre une bague ou une montre.
 
A partir de fin mars,  les réfugiés purent enfin et progressivement quitter cet enfer pour rejoindre un purgatoire salvateur. Un camp en dur avec des baraquements et des sanitaires qui avaient été sommairement construits à Barcarès. Luis Bonet y fut transféré, Rafaël et Luis Rozon sans doute aussi, mais il y a une incertitude dans le témoignage de Rafaël qui dit avoir été d’abord conduit à Agde et d’avoir été volontaire avec son frère pour faire les vendanges, avant de revenir à Barcarès. Les vendanges ayant lieu début septembre et ne durant guère plus de 2 ou 3 semaines, il est probable que les 2 frères sont d'abord allés à Barcarès comme Luis Bonet, Léonardo Aranda et José Tamboréro ; ces 2 derniers ayant, même, participé à la construction du camp de Barcarès pendant que les 4 autres se gelaient, inactifs, sur les plages.
Rafaël regrettait d’ailleurs ne pas avoir participé aux cours qui étaient donnés à Barcarès pour l’apprentissage du français, ce que fit, évidemment, Luis Bonet qui était un intellectuel. Tous ces jeunes hommes purent aussi commencer à faire différentes activités dans ces camps, enfin plus humainement aménagés du moins ce qu'on imagine de camps de "détenus", à défaut d’être des lieux de villégiature. Des travaux, un peu de sport, les visites de médecins de la Croix Rouge, ….la possibilité de reprendre vie, de reprendre espoir, d'évacuer le grand traumatisme de la défaite de la République, de parler résistance avec des mouvements anti-fascistes qui s’organisaient. Luis Bonet put  bénéficier, suite aux cours de français et la rapide assimilation de notre langue, d'un statut d’interprète. Il y eut, dès l'été, une forte propagande des autorités pour inciter les réfugiés, qui refusaient d'envisager un retour en Espagne, à rejoindre la légion étrangère ; n’oublions pas que la France déclara la guerre à L’Allemagne le 3 septembre 1939, même si cela ne fut que pour une « drôle de guerre » jusqu’à l’offensive allemande de mai 1940.

    En septembre de nombreux espagnols furent réquisitionnés pour des travaux en dehors des camps dont les vendanges. Ce fut le cas de Luis et Rafaël Rozon du côté de Agde, et de Léo Aranda à Marsillargues. Luis Bonet lui dut se rendre en Seine et Marne pour travailler dans une ferme à la récolte de betteraves.
 
Ensuite, tous à nouveau regroupés à Barcarès, ils apprirent, courant novembre, leurs prochaines affectations aux Compagnies de Travailleurs Etrangers. Ces compagnies avaient été créées en avril 1939, mais à cette époque la priorité était, soit au retour des réfugiés en Espagne, et à la moindre incartade des malheureux étaient remis à la frontières entre les pattes des fascistes, soit à l’engagement de volontaires pour la légion étrangère. Pour tous les autres, ceux qui restaient encore dans les camps en septembre et octobre, il fallait bien, d’une manière ou d’une autre, qu’on les fasse participer à l’effort de guerre. Luis et Rafaël Rozon, José Tamborero, Léo Aranda et Luis Bonet, furent tous affectés en Poitou-Charentes. Les 2 frères Rozon dans la 132ème compagnie  à St Jouin de Marne, Luis Bonet également dans les Deux Sèvres à la gare d’Airvault, José Tamborero se retrouva à la 171 CTE dans la Vienne à Availles et Léo Aranda également dans la Vienne à L’Isle Jourdain.
 
(A suivre)  
 
(*) On peut lire aussi « Camps du Mépris de René Grando, Jacques Queralt et Xavier Febres »
 
Luis Bonet-Lopez (Valence 1910-Montendre 1997) était imprimeur de formation. Son engagement comme communiste, anti-franquiste et résistant ainsi que des dons multiples de dessinateur, aquarelliste, poète et animateur culturel en font un personnage parmi les plus attachant. Il a aussi écrit  « Mémoires d’exil d’un espagnol » ; (le croix vif)
 
L’un des poèmes de Luis Bonet :
 
Saint-Cyprien 1939.
 
Ici, les nuages du ciel prennent des tons délicats de nacre et de velours.
Le soleil se montre, là-bas à la limite de la mer.  
Les cimes des montagnes accueillent avec joie,
Les scintillements lumineux que le soleil nouveau leur envoie.
Les neiges qui les habitent prennent de belles couleurs.
 
Sur le sable de la mer, la beauté n’apparaît pas.
Tout ce qui l’envahit à la couleur de la douleur et de la tristesse !  
La teinture de la misère souille tout de famine,
De poux intraitables, de tristesse, de désespoir et de froid insupportable…  
Les épines des barbelés baignées par le soleil
Sont dures à supporter pour tous les locataires !!!

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Daniel 29/03/2016 15:53

Non ! Rafaël qui fut coiffeur à Toulouse a toujours vécu, depuis 1945, à Toulouse ou dans sa périphérie.
Désolé et bien cordialement.

seguin 29/03/2016 14:24

Bonjour, je voudrais savoir si dans les années 60 Raphaël habitait à Bordeaux.
Ma mère Margarita Ascaso Budria, nièce de Joaquin Ascaso Budria(Président conseild 'Aragon en 36-37) réfugiée en 39 et vivant dans le Tarn rendait visite à un certain Raphaël quand j'avais 5 ou 6ans; le même Raphaël et un autre espagnol venaient manger la paëlla à la maison à Talence prés de Bordaux aux beaux jours(annees 60).
Merci.
Cathy seguin

Pilar 17/10/2008 23:06

Bonjour Rose Marie et Richard, ces articles sont rédigés par Daniel, mon mari, essentiellement pour laisser une trace de nos familles à nos enfants et petits enfants.
Je suis la fille aînée de Luis ROZON et donc la nièce de Rafaël. Je me souviens de Rose Marie que j'ai connu lors d'un séjour que j'ai effectué chez ses parents au Faget, je devais avoir une quinzaine d'années et nous étions également allé quelques années plus tard les voir au Mas d'Azil.
Je serais ravie de reprendre contact avec vous.
Nous habitons Niort (Deux Sèvres) mais nous sommes actuellement à La Martinique pour quelques jours.
Je vous donne mon adresse mail pour que nous puissions correspondre : daniel.baudin@wanadoo.fr

Je vous embrasse

Pilar BAUDIN (ROZON) et Daniel

SENSEBY 17/10/2008 12:50

Précision : mon épouse Rose-marie SENSEBY, née ROZON est la fille de José ROZON, fils de Paco (Francisco) fusillé en 1936 sans doute à Grenade. Son nom figurant sur une liste de 17 noms établie à Romilla, petit bourg dépendant de Chauchina, voisine de Fuente Vaqueros.

Pilar 20/10/2008 23:02


Bonjour,
A la Martinique pour encore 24 heures, je reprends le commentaire que j'ai laissé sur le blog. Ce blog est tenu par mon mari Daniel
Je suis Pilar Rozon, fille de Luis et nièce de Rafaël et donc cousine du père de Marie Rose. Elle se rappelle peut-être de moi. Il y a quelques dizaines d'années (j'étais adolescente) j'ai passé
quelques jours à la ferme du Faget.
Pour me contacter par mail : daniel.baudin@wanadoo.fr


Pilar


SENSEBY Richard 17/10/2008 11:10

Rafael Rozon dont la vie est racontée ici est-il Rafael Rozon, artisan coiffeur à Toulouse, ancien combattant républicain, passé par les camps d'Argeles et de cette région, né à Romilla (Grenade), mort il y a quelques années à 95-96 ans. Il avait un frère, Luis, qui combattit comme lui et qui s'établit à Paris ? Ils avaient un frère, Paco, militant PSOE, fusillé sans doute à Grenade, qui fut dénoncé et arrété à Romilla, commune voisine de Fuente Vaqueros (village où est né Garcia Lorca) en Juillet ou Aout 1936. Mon épouse, née Rozon, est la petite fille de Paco et donc la petite nièce de ce Rafael Rozon, homme discret mais ferme dans ses convictions. Passionné de généalogie, je commence à faire l'arbre généalogique des Rozon, nés autour de Grenade (Andalousie)