Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ciné cure............Wall street

27 Janvier 2008 , Rédigé par daniel Publié dans #ciné-cure

Voici le film culte par excellence et si c’est l’actualité qui m’en fait parler aujourd’hui, il n’en demeure pas moins qu’il reste pour moi un film référence. Un film instructif, un film engagé mais aussi un film de cinéma passionnant, magnifiquement réalisé et bien interprété si on oublie Charly Sheen (l’erreur de casting) ….. Un film qui a synthétisé tout ce qu’on aime du cinéma américain tout en affichant une critique du système…. le film Stone type, qui par la fiction cherche à éclairer, et dans ce cas, à dés-anesthésier les esprits sur les bienfaits ou l'utilité de la planète financière.
Oliver Stone n’est jamais aussi bon que lorsqu’il puise dans sa vie, dans son expérience personnelle pour raconter, pour filmer des histoires : des devoirs de mémoire en quelque sorte. Sa vie, est en filigrane dans ses films : la révolte, la provocation, la marijuana au Mexique, le Viêtnam, son admiration pour Kennedy, l’Amérique latine…
  il a appris auprès de Martin Scorsese, et fut scénariste pour Brian de Palma (Scarface) et d' Alan Parker (Midnight Express)…. avant de se lancer dans la réalisation avec Salvador, Platoon et son 3ème film « connu » Wall Street. J'ai aimé la plupart de ses films mais pas tous ......
  ainsi je suis passé à coté de certains comme Alexandre, et L’enfer du Dimanche …. mais sa trilogie vietnamienne est remarquable : Platoon, Né le 4 juillet et Entre Ciel et Terre. Il y eut aussi un très, très bon U turn.....et bien d'autres.
Oliver Stone est né l’été 46 (un excellent cru) de mère française et de père américain. Son père était justement un financier de Wall Street et ça serait son décès en 1985 qui l'incita à se lancer dans ce projet qui reste, aujourd’hui  pour moi, son film majeur.
 undefined
Dans ce film de 1987 un courtier ambitieux Bud (Charly Sheen), pour se faire une place au soleil dans le monde merveilleux de la bourse, approche un reptile de la finance au nom évocateur Gécko (Michael Douglas) et lui fournit une information privilégiée sur les difficultés d’une petite compagnie aérienne dans laquelle son père (l’excellent Martin Sheen, père du pâlot Charly) est délégué syndical. Grâce à ce tuyau, Gordon Gécko réussit une magnifique affaire puis prend Bud à son service. La suite de l’histoire se transforme en fable moralisatrice, puisque le naïf Bud prenant enfin conscience des magouilles, des malversations du reptile golden boy et des conséquences de son avidité, notamment sur l’entreprise de son père, et l'absence de scrupule, il s’oppose à son mentor et provoque sa chute.
 La description de la bourse, des cercles des requins de la finance et de la foi de ces idéologues prédateurs dans cette croisade sectaire du capitalisme financier parasite, « Les escroqueries sont salutaires car la cupidité est juste et la bourse est son église »
Le film est sorti au moment du krach de 1987 ce qui lui apporta un surcroît de publicité. Il fut récompensé par l’Oscar du meilleur acteur pour Michael Douglas, bien sûr.
 
Cette semaine où notre monde capitaliste a connu son 6 ou 7ème krach sérieux en 20 ans il est utile, me semble t-il, de rappeler cet excellent film. Depuis l’été nous vivons au rythme du feuilleton des subprimes.
Ces derniers jours ça s’est encore gâté avec l’affaire de la Société Générale la 3ème banque française qui vient de perdre plus de 5 milliards d’euros… Ah oui c’est vrai, selon la pub de la banque et la propagande gouvernementale ce n’est pas lié (ou pour si peu 2 milliards seulement….. mais alors le total c’est combien ? 5 ou 7 milliards ?)
 
Le petit caporal a eu une révélation à New Delhi : « Le Capitalisme financier marche sur la tête ……». Si ça continue au rythme des révélations populistes il va devoir modifier l’équilibre de son ouverture... pour tendre vers une véritable cohabitation ….jusqu’à Besancenot…. mais attention pas d’ouverture à droite on ne veut surtout plus entendre parler de Monsieur Besson.
Mais non c'est encore du foutage de gueule et d'ailleurs, dans la journée, Sarko s’est ressaisi….. après avoir écouté ses conseillers il a modéré ces propos: « … on ne peut assimiler le problème interne à la Société Générale avec la crise des subprimes. Dans un cas, c’est un problème de dérégulation d’un marché qui fait la part trop belle aux spéculations et qui a besoin de plus de transparence et de moralisation, dans l’autre cas il s’agit, aux dires du gouvernement de la Banque de France, d’une fraude interne qui ne touche pas à la solidité et à la fiabilité du système français. »
 
Tu parles….. Moi je trouve que l’histoire du Rocambole n’est pas plus rassurante …. d’autant que le PDG de la Société Générale doit se mettre en quête de nouveaux investisseurs susceptibles d’amener en urgence 5 Milliards à la banque…. mazette…pourquoi ? Puisque les comptes seraient encore excédentaires … à moins que ce ne soit qu’un écran de fumée pour cacher des pertes plus conséquentes. L’ardoise des subprimes serait-elle plus importante qu’annoncée…. car le grand problème est là : Personne ne sait vraiment où les 500 milliards de dollars de pertes annoncées vont tomber…. car il s’agit bien d’un krach de confiance…. lié au système, modèle que nous a tant vanté le petit caporal pendant la campagne présidentielle...... pour relancer la croissance.
Lire notamment le billet de l’économiste Daniel Cohen dans le Monde du 9 janvier (avant l’explosion médiatique) intitulé : Les Subprimes : La crise continue. 
« …..La crise des subprimes hérite de cette ambiguïté. En plein mois d’août, les fonds hypothécaires sont brutalement devenus illiquides, personne ne sachant quelle valeur donner à des portefeuilles fabriqués à partir de formules que personne ne comprenait plus. Progressivement pourtant, il est devenu clair que les pertes étaient réelles, grevant durablement les bilans bancaires…. »
Car les mafieux de la finance ont dispersé les pertes liées aux déficits de la crise immobilière américaine, dans de multiples fonds d’investissements sur lesquels les Frankensteins investisseurs, se sont précipités contaminant ainsi toute la planète finance….. Plus personne ne sait ce qui est un bon ou un mauvais risque d’où la panique actuelle. Et on voudrait nous présenter le libéralisme comme un horizon paradisiaque. Il y en a même qui veulent casser notre système social, la gestion de nos retraites, pour les offrir en pâture à ces requins.
 
Depuis plusieurs années on nous dit que Stone souhaite faire une suite à Wall Street, Gordon Gecko ayant purgé sa peine de 20 ans de prison…. Il aurait aujourd’hui du grain à moudre.
Ce qui semble certain c’est qu’il prépare, actuellement, un film sur sa bête noire, Georges W. Bush avec dans le rôle du président l’excellent Josh Brolin que l’on peut voir dans « No Country for old men » des frères Cohen actuellement à l’affiche.
Oliver Stone devrait aussi se rappeler que sa mère était française…. il pourrait peut être s’intéresser à notre président…… un bon sujet me semble-t-il…. mais dans quel genre ? Comique ou dramatique ?
 
(A suivre )
 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Initiative 18/02/2008 13:22

Ce que Sarkozy n'a pas compris....
"Je veux développer le crédit hypothécaire en France." C'est ce qui a permis de soutenir la croissance aux Etats-unis " affirmait Nicolas Sarkozy, fin 2006 quand il expliquait sa "nouvelle" stratégie économique (Cf Les Echos 9 novembre 2006). Qu'en est-il aujourd'hui ? Alors que le gouvernement américain vient d'annoncer que 1.300000 familles ont été expulsées l'an dernier de leur logement pour cause de surendettement et que les Etats-Unis sont à deux doigts de la récession, notre nouveau Président veut-il encore "développer" le crédit hypothécaire ?
P.L.