Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voyage jusqu'à Tataouine...pour une poignée de makrouds

3 Avril 2008 , Rédigé par daniel Publié dans #voyages


  Lorsque nous avons dit à Edwige que nous partions pour un voyage d'une semaine en Tunisie du côté de Djerba, elle nous rappela que Francis et ses frères avaient passé leur jeune enfance à Zarzis où leur père était administrateur d'exploitations agricoles.
 "Ah quelle chance, c'est superbe. Nous y sommes retournés il y a quelques années.... je trouve que cette région est vraiment magnifique... soyez gentils, ramenez nous des makrouds. Ce sont des pâtisseries à base de semoule fourrées d'une pâte de dattes puis après cuisson trempées dans le miel : c'est extra."

Le dimanche 7 mars 2004 nous atterrissions à Djerba puis nous avons rejoint notre hôtel le Sun Beach . Ce n'était pas, loin s'en faut, le plus cher et le plus luxueux, mais c'était très correct comme point de chute et puis avec tous ces touristes, allemands en grande majorité, qui prenaient des bains d'un soleil très timide, rien  de tel pour avoir envie de tailler la route, fuir l'hôtel et même fuir Djerba. Le lendemain nous avons loué une voiture et nous commencions notre périple.

  Lundi fut quand même consacré à visiter l'île des Lotophages, selon Homère, l'île où Ulysse fit escale pour goûter le miel qui envoûtait. Dans la ville principale, Houmt-souk, nous avons traîné, butiné, autour des h'wânet, simples échoppes  d'artisans,  ou  fondouks qui abritent des ateliers de tissage ou de bijoux.
Nous avons fait le tour de l'île, de la mosquée Fadhoun à la synagogue La Griba, du port Ajim sur la côte ouest à Midoun sur la côte est. 
Nous avons visité, également le musée de Guellala consacré au patrimoine djerbien ; un musée constitué d'une série de menzels.
  Nous avons ensuite rejoint El Kantara au sud puis traversé le détroit par la voie romaine longue de 7 km qui permet d'atteindre le continent africain et sans hésiter nous avons poussé jusqu'à Zarzis. C'est charmant avec la plage, les dattiers et oliviers, pittoresque avec le petit port.....et des hôtels. Cela a du quand même bien changer depuis l'enfance de nos amis.  

     Mardi nous avons filé plein sud vers Tataouine la "porte du désert". Nous sommes passés par Médinine puis nous avons pris la route de Tataouine, la piste des relégués "marche ou crève"  pour arriver dans cette petite ville sans  prétention dont le nom a si mauvaise réputation à cause de ce bagne militaire qu'elle abritait sous le protectorat français.
   Nous avons mangé dans un restaurant à Tataouine. Au dessert nous eûmes des makrouds. Pour un bec sucré, et c'est mon cas, c'est divin.

 

  
   Nous avons continué vers le sud, passant par Ksar-Ouled-Debbab un village berbère fortifié au sommet d'une colline, puis nous avons pris la direction de l'ouest vers Douiret (petites maisons) où à côté d'une petite ville nouvelle subsiste, sur une hauteur, un  ksour abandonné qui offre une magnifique vue panoramique  sur la région.

 

 

 
  Ensuite nous avons rejoint Chenini.
  De tout notre voyage c'est le site qui m'a le plus impressionné. La mosquée blanche est le seul élément qui se détache des maisons troglodytes et des ghorfas incrustés dans la montagne.
  Au sommet de la Colline on trouve un ksar citadelle, un kalâa où étaient stockées les réserves  des habitants  du village pendant les périodes de  guerres, notamment  lors de l'invasion arabe hilalienne du XI ème siècle.


  Nous avons retrouvé tout au long du chemin la même configuration que ce soit à Guermessa où un peu plus loin à Béni-kheddache et Ksar - Jouamâa:
  Les Berbères ont choisi les pitons les plus élevés pour bâtir leur village en y mettant les ghorfas, le plus possible, en sécurité. 
  Dans les siècles passés les habitants de Ghomrassen  vivaient  dans des  habitations  troglodytes encastrées dans les falaises qui surplombent la vallée. Le village s'est ensuite développé dans les parties plus accessibles.


    Cette région fut mise à l'honneur par les films de Georges Lucas, "La guerre des étoiles". Le dernier épisode fut tourné à Ksar Hadada. On notera que Lucas a donné pour nom Chénini à l'une des lunes de la planète de Luke Skywalker et que la planète des sables se nomme Tatooine.
  Le soir à la tombée de la nuit nous sommes retournés à Djerba où après une si belle et fatigante journée nous avons plongé dans les bras de Morphée comme Ulysse  succombait aux pouvoirs enchanteurs de l'île au miel.  


Le lendemain mercredi comme Ulysse fuyant les charmes de l'île pour reprendre son voyage, nous nous sommes remis en route vers le sud-ouest. Nous  repassions par Médenine pour nous diriger ensuite vers Matmata du nom d'une tribu berbère. Une pause à Toujane un beau village accroché à mi-pente d'une colline et dont la spécialité est ....le miel.
Nous étions dans le djebel Dahar un plateau orienté nord sud qui sépare en deux le sud Tunisien : à l'est la plaine Jeffara et à l'ouest le désert, l'erg. 

 C'est tout au long de la crête du Dahar de Chenini à Matmata que l'on trouve ces pittoresques paysages et  villages  avec habitations troglotydes et des ksour au sommet des collines.
 Matmata ancienne présente un aspect "irréel"  avec  ces maisons terriers enfouies dans le sol d'une cuvette qui semble être  criblée d'innombrables  cratères. Cela donne une apparence lunaire au site. 

 


 
  Bien sûr aujourd'hui beaucoup d'habitants ont fait le choix de rejoindre Matamata la nouvelle, mais de nombreuses familles restent en faisant le choix des conditions de vie ancestrales ....ne serait ce que pour attirer et accueillir les touristes.

  C'est tout autour de Matmata, sur le plateau du Dahar que furent tournés les derniers épisodes de la "guerre des étoiles" notamment "La menace fantôme" et "L'attaque des Clones".  L'hôtel Sidi Idriss servit de décor pour la résidence de Luke Skywalker et Owen Lars.
 

  Nous avons continué notre route vers l'est et nous sommes passés successivement par Tamerzet et Zeroua par une piste difficile.  
 Toujours les mêmes paysages dont on ne se lasse pas..... quand on est touriste et de passage pour quelques jours.

  De là à y vivre en permanence c'est bien sûr une autre histoire.

 





En quittant Tamezret pour rejoindre le grand Erg oriental vers le Chort el Djerid on quitte le  plateau Dahar par une route qui suit des aménagements en terrasses construites  en  risbermes.







 Nous avons emprunté une partie de la route des puits (Bir) . Nous négligions toutefois, faute de temps , de revenir plein sud vers Ksar Ghilane et ses paysages de dunes.  A Bir Ghézene nous choisissions de continuer sur Douz le centre de rassemblement des nomades. Douz a son musée du Sahara et même un festival du Sahara (en décembre). 
  Nous avons poussé jusqu'à Zaafrane sur une route qui traverse une succession de dunes et d'oasis. A Zaafrane des dizaines de dromadaires attendent les touristes face à l'immensité des dunes du désert.

 
  Nous avons prolongé ce raid dans Nefzaoua en bordure est du Chort el Djerid en remontant sur Kébili, ancien marché aux esclaves,  en longeant le lac salé.
  Nous ne nous sommes pas trop attardés à Kibili en retournant vers l'est par la route de Gabès, qui borde le Chott el Ferej. Une petite pause à El Hamma, ancienne cité romaine, exutoire naturel de la nappe albienne ce site compte plusieurs sources renommées. 
 Nous avons ensuite foncé sur Jorf pour traverser le détroit avec le bac et rejoindre, avant la nuit, notre hôtel à Djerba.

  L'avant dernier jour fut consacré à la visite de Gabès avec une ballade partielle du golfe de Gabès.  Du tourisme classique : L'avenue Bourguiba, le port, la place du marché. C'est là qu'on a commencé à se rappeler qu'on devait ramener des makrouds à Edwige..... et puis on est passé à autre chose... une visite d'Oudref pour s'intéresser aux tapis, les mergoums, puis retour au sud de Gabès avec un arrêt dans les oasis de Téboulbou puis de Mareth.... en oubliant les makrouds..... puis on y a repensé le soir en se baladant, en bavardant sur la plage romantique proche de l'hôtel.
 Enfin le dernier jour fut une journée de repos à Djerba car il fallait reprendre le boulot lundi. D'abord on devait rendre la voiture et puis il fallait passer un peu de temps dans les souks et surtout ne pas oublier  les pâtisseries pour trouver ces fichus makrouds.... tout s'est a peu près bien passé sauf pour les makrouds........... car malheureusement il n'y en avait pas dans les pâtisseries salons de thé de Houmt-Souk..... on les a pourtant toutes faites, c'est juré.  Ces gâteaux ne se trouvent que sur le marché.... et il n'y a pas de marché à Djerba le samedi.... après midi..... oui c'est vrai on s'y est pris un peu tard.... 
 
  C'était gênant car nous avions invité nos amis à la maison le samedi suivant. Un miracle...... il y en avait au Carrefour de Niort.... peut-être pas aussi bons mais c'était quand même des Makrouds. 


(A suivre)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article