Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Trop poli-tique... Contribuez, il en restera toujours quelque chose.

22 Août 2008 , Rédigé par daniel Publié dans #trop poli-tique

 Mardi dernier il y eut une réunion de section pour débattre des contributions dans la perspective du prochain congrès de Reims du 14 au 16 novembre.
 En fait je ne suis pas allé à cette réunion comme je ne suis allé à aucune depuis mars et comme je n'irai à aucune d'ici la fin d'année. Non pas, parce que je ne me sens plus de la famille socialiste (je paierai ma cotisation militante 2008), mais j'ai besoin de prendre un peu de distance avec un parti qui me déçoit autant qu'il me parait indispensable ... mais de tout ça je reparlerai à l'occasion....... Ce qui est certain c'est que cette fois je ne participerai pas aux votes du congrès et que pour la première fois depuis plus d'une quinzaine d'années je ne serai membre d'aucune instance fédérale ou nationale. Ce coup de blues n'est pas subit, au contraire il est mûrement  réfléchi et ce depuis 2002 et si j'ai fait un peu de rab, ce fut d'abord par amitié...... pour Geneviève, Vincent.... et puis il y eut l'espoir NPS avec de nouvelles rencontres Arnaud, Gérard, Pierre, Benoît, etc....  et j'ai  marché, j'y ai encore cru ..... mais la rénovation interne a fini en eau de boudin, en batailles d'ego.... alors peu enclin à favoriser l'acharnement thérapeutique.... je passe la main et même pas tristement. 

  Même pas triste, la preuve j'ai lu toutes les contributions et avec mauvaise foi et bonne humeur je me suis amusé à faire du « copie / découpé / collé » et voilà ce que cela donne quand j'extrais de ces 300 pages  ce qui me parait être la substantifique moelle de chaque contribution générale.
 A tout seigneur tout honneur j'ai commencé par disséquer le texte de François  Hollande et puis ensuite j'ai un peu charcuté ceux des principaux prétendants :

  François Hollande honnête et lucide : « L'accumulation de réponses à des questions qui ne nous sont pas toujours posées et les difficultés à appréhender celles qui le sont réellement lorsque nous sommes aux responsabilités, créent la déception ». Bravo François je partage ton avis.
 Mais il y a aussi le François médiocre élève en géométrie : « ...il nous revient de proposer un cercle vertueux ... c'est le seul chemin pour retrouver des marges de manœuvre et une influence dans la mondialisation... ». Le cercle seul chemin entre des marges ?

  Il y a ceux qui veulent se refaire après avoir perdu les jeux ; ainsi  Bertrand Delanoë se veut entreprenant face aux périls qui guettent le PS : « Nous devons nous prémunir contre une tentation : celle de devenir la coalition des pouvoirs locaux. Nous n'avons pas à nous installer dans une cohabitation d'un style nouveau, où la droite aurait « vocation » à gérer l'Etat et nous les collectivités locales... ».  Bravo Bertrand : enfin quelqu'un écrit ce qui se murmure tout bas depuis quelques années..... et qui est surtout véhiculé par les élus locaux qui représentent près de la moitié des militants (hors arrivage occasionnel). La suite cependant m'inquiète un peu «  .... Il faut aujourd'hui passer à une nouvelle étape de la décentralisation, en particulier au service des villes où vit 77% de la population. Fort de l'expérience de ses milliers d'élus locaux qui innovent et gèrent en fidélité à leurs valeurs, le PS devra promouvoir cette nouvelle avancée de la décentralisation... ». N'est-il pas en train d'essayer de placer comme leader du PS le maire d'une très grande ville ? Ils ont déjà tellement de boulot..... et puis les villes se sont embourgeoisées rejetant la classe ouvrière à l'extérieur, en banlieue : j'ai peur qu'une telle initiative finisse par un « Allo, Maire bobo »  
 Pour le reste la lutte contre l'immobilisme est chez lui une idée fixe : « L'immobilisme est un fléau, mais l'ingratitude est un leurre... ( ?) »   «  L'ascenseur social est en panne... » « ..seuls l'immobilisme et la passivité sont sources de déclin » .. « La démocratie sociale est essoufflée.. » « Nous sommes donc  à la croisée des chemins » «...les pistes ne manquent pas.. » « ...  L'essentiel est de concentrer nos efforts sur la construction de nos propres forces... »   Attention Bertrand, il ne faut pas combattre l'immobilisme en courant dans tous les sens, sinon... on ne tient pas la distance. et on s'essouffle.

  Il y a aussi les bricoleurs comme Martine Aubry adepte du travail manuel : « Etre citoyen, c'est tout d'abord être doté de droits réels, donnant à chacun les moyens de prendre sa vie en main »...... « Aucun des problèmes qui secouent le monde ne se règlera par le laisser-faire ou la main invisible du marché.. ». Elle aurait pu faire plus concis en reprenant la célèbre formule « la mano en la mano » ?
 Martine jardinière : « Comment se construire des racines quand on habite dans un immeuble posé sur un terrain vague ? » « Cette ségrégation est devenue un puissant facteur d'enracinement des inégalités »
 Martine combattante : «L'Europe telle qu'elle a été conçue au départ par ses pères fondateurs est non seulement en panne mais elle oublie même aujourd'hui sa mission. Et pourtant rappelons nous ce qu'elle a apportée : la paix... » et puis plus loin « L'Europe doit être le fer de lance du développement durable ....». C'est exact la lance c'est moins polluant que des bombes au napalm .... mais ça reste quand même guerrier ; n' y aurait-il pas des moyens plus pacifiques pour faire avancer cette noble cause ?

  Il faut citer le collectif des surveillants de dortoirs animé par Marc Dolez, qui dans " Debout la Gauche" en appelle aux illustres anciens «...nous refusons la liquidation du parti de Jaurès et Mitterrand .. ».  Quand  les héritiers de Guesde et Mollet se réclament de Jaurès et Mitterrand, on peut penser que la guerre de sécession n'aura pas lieu, d'autant que cette fois les nordistes ne sont qu'une poignée.... mais il est vrai que ce sont des lèves tôt.... c'est important le départ dans une course, a fortiori pour une course à l'échalote.

 Un Cassandre isolé, Gaétan Gorce : « Le parti ne travaille plus, ne pense plus, il ne faut pas s'étonner qu'il ne gagne plus.... notre parti qui rêve d'une VI ème république, a succombé depuis longtemps aux délices de la IVème .... ».

Ah Utopia ! Que c'est rafraichissant l'utopie si on passe rapidement sur un tissu de c.... : « ....une rupture culturelle indispensable à la remise en cause des dogmes de la croissance, de la consommation, et de la valeur travail afin de créer un nouvel imaginaire... » « ....Nous contestons le discours actuel qui institue le travail comme une valeur émancipatrice,comme vecteur de réalisation individuelle ... » « Nous sommes convaincus qu'il faut dépasser la contradiction croissance / décroissance car elle nous entraîne dans l'immobilisme....  C'est quand je lis des trucs de cet acabit que je me demande ce que je fous, avec ces gens là, dans un parti  sensé représenter les classes populaires : (Jospin 12 % du vote ouvrier en 2002.)

 Enfin un texte consistant, celui de Laurent Fabius : Je n'irai pas par quatre chemins pour dire que de toutes les contributions générales c'est sans doute la meilleure... ce qui contribue aussi à mon trouble militant moi qui depuis 25 ans n'ai jamais flirté avec cette sensibilité.... ce pourrait-il que je me sois trompé ? Impossible ! ou alors est-il meilleur qu'avant ? ou les autres moins bons ? 
 D'abord ça commence bien avec un humour «contre-pétant » : «...De nouveaux pays affirment leur puissance, et d'abord la Chine, pendant que l'occident peine à retrouver un souffle...... ». Certes Laurent et ses amis ont un peu de mal à se positionner «...l'Occident n'est plus au centre du monde...» «...Pour nous socialisme ne rime pas avec nombrilisme..» «...L'Europe demeurre un magnifique projet, mais elle joue malheureusement souvent contre-elle...» «...Faute de quoi, bulle après bulle, la finance cannibalisera l'économie réelle...» . Que du vrai, et  bien construit avec au préalable un impératif :  «....Face à la nouvelle situation, les dirigeants européens ou américains doivent se montrer courageux et dire à leurs peuples " Le monde a changé , de nouveaux pays nous rejoignent, nous devons partager la puissance et la richesse, nous allons relever le défi en changeant de modèle, en produisant plus et surtout mieux sans tricher, c'est à dire sans recourir à l'endettement financier massif "..... » et puis les chapitres « Agir pour l'emploi et défendre les salariés et le code du travail » font chaud au coeur, surtout juste après avoir lu le délire d'Utopia.
 Vais-je avoir des regrets de ne pas m'engager. Non ! Trop tard Laurent j'ai déjà trop donné...

 Ségolène Royal combattante : Rien de bien nouveau c'est la Ségolène que l'on attendait. Elle est sur le fond la plus agressive contre Sarkozy mais par ses phrases courtes, ses messages "coup de poing " elle est aussi dans la forme celle qui s'en rapproche le plus.... et ça, ça me gène un peu aux entournures.  Que ce soit nécessaire pour une communication à la télévision, à la rigueur pourquoi pas, mais pour une contribution adressée aux militants, c'est dommage ; les militants ayant, en principe, une culture politique : «....La France va mal, elle a besoin de nous, elle nous attend....»«....ne soyons pas les spectateurs passifs du film catastrophe....».«....Les salaires stagnent, les prix montent tandis que l'ascenseur social lui descend au sous-sol..» «....L'heure n'est plus aux diagnostics tièdes, aux appréciations timorées, mais à la lucidité radicale......» «....Ce socialisme offensif radical et efficace, vise à rendre le pouvoir aux citoyens, en leur garantissant l'égalité des possibles....». Même quand elle quitte le pré des assauts pour le champ des propositions, sans surprise, le style reste le même :  «..Il faut associer plus directement les citoyens à la construction de l'intérêt général ..» «..Il nous faut de toute urgence produire et consommer autrement pour garantir le développement soutenable de notre pays....». Aucun avis, aucune proposition que je ne peux ne pas retenir ou accepter ...sauf que c'est toujours présenté dans le plus pur style "yaca faucon". Trop peu pour moi.  

 Au suivant, au suivant : un appel à l'unité et à la refondation par 4 comparses dont Charles Fiterman (ancien ministre communiste devenu socialiste). «..la question est de refonder le paradigme d'Epinay, à savoir la recontre d'un outil politique, d'un projet progressiste d'une stratégie d'alliance, de rassemblement et de mobilisation avec les problèmes et les attentes de notre pays et de notre temps ...».
En quelque sorte "Ici et Maintenant", la ligne mitterrandiste. Pas rancunier le Fiterman.

 Reconquêtes par Benoît Hamon et Henri Emmanuelli mes anciens camarades de NPS, du moins la branche du 3ème type, les survivants bunkérisés, l'alliance des vieux briscards d'Henri et des jeunes loups de Benoît. Beaucoup de talents dans cet  aréopage, même si le texte me semble plus émaner des jeunes loups que des vieux briscards (on n'y trouve aucun des bons mots un peu lourdingues d'Henri et je n'ai pas vraiment matière à  découpe caustique. Trop sérieux ces jeunes ). Un texte bien dans la ligne des anciens présidents des MJS : «..Parmi les poncifs abondamment diffusés par la pensée dominante l'idée que le  progrès n'est concevable qu'en contrepartie de sacrifices imposés aux salariés , occupe une place de choix......» «..Il est nécessaire de régénérer le clivage droite / gauche , de lui rendre le tranchant que le conflit brutal d'intérêts légitime...».

 Un texte sans intérêt et sans humour de Jean-Marc Ayrault, sauf à remettre les points sur les "i" d'un problème majeur au PS :  «..Nous refusons le "localisme". Celui ci a deux visages. Le premier est celui du repli sur eux-mêmes d'élus qui préfèreraient gagner des pouvoirs locaux en restant dans l'opposition plutôt que de prendre le risque du pouvoir. Le second est celui d'un parti devenu une addition de baronnies qui renonceraient à intervenir dans les débats nationaux à partir du moment ou leurs intérêts seraient préservées.......». Nous refusons le localisme ...et moi donc... un message important à marteler encore et encore... et peut être aurai-je une chance d'avoir à nouveau envie de militer et de me battre.... 

 Il y a aussi les reclassements, les regroupements comme " Besoin de gauche" avec comme premiers signataires Moscovici et Montebourg deux camarades que j'aime bien mais que je ne vois pas trop ce qui les.... Ah si ! mais c'est bien sûr, c'est la proximité alphabétique. «....il est clair qu'il existe, aujourd'hui, un besoin de gauche...». Heureusement que certains au PS sont vigilants.

 Dans la rubrique ce n'est pas parce que l'on a rien à dire qu'on ne fait pas de contribution ...on peut essayer de lire "La ligne claire": «....Cette volonté réformiste affirmée, on pourrait nous demander en quoi notre position de responsables locaux de villes, de départements et de régions nous donne quelque légitimité à la porter ...».
Pour moi c'est une très bonne question. On peut zapper les réponses. 
 De la même veine " Pour un socialisme du XXIème siècle "  «....Agir local, Agir national, Agir avec l'Europe, Agir pour la planète sont des urgences , mais par où commencer et à quel niveau se battre ? .... Il est un niveau immédiatement accessible : celui des intercommunalités ...». Comme projet de gauche on fait mieux car à ce niveau il faut forcément composer avec la droite.
A lire, à la place, un excellent texte de 1994 (Congrès de Liévin)  : Agir en socialistes. 

 Il existe aussi une contribution refuge "Pour un socialisme écologique" : ça ne mange pas de pain et puis ça permet d'éviter de se positionner sur d'autres textes, sans fâcher quiconque. Un refuge de montagnards échos-logiques attendant les derniers appels .. . Je n'en dirai pas plus de mal (ce n'est pas l'envie qui me manque..) car j'ai pas mal d'amis qui ont signé... dont Louis juste devant Geneviève. «....En ce début du 21ème siècle le socialisme écologiste doit être un nouvel horizon.....»
ok mais en laissant quand même un peu de place au social car quand je lis «....l'urgence sociale et l'urgence écologique sont liées chez nous comme dans le monde entier.....» et tout en partageant sur le fond cette analyse, je ne suis  pas complètement rassuré sur les priorités de ces camarades.

 Il y a, bien sûr, les attendus comme Mélenchon avec "Réinventer la gauche"  «....Nous devons considérer que les 10 points de la part de richesse nationale qui sont passés de la rémunération du travail à celle du capital constituent notre marge de manoeuvre pour une politique socialiste de réformes radicales bien financées....»
ou encore Marie Noëlle Lienemann avec "Changer !" «....La gauche ne doit pas se contenter de proclamer qu'elle ne se satisfait pas du monde dans lequel nous vivons. son rôle c'est d'imaginer une voie nouvelle pour réduire les inégalités dans le monde. C'est aussi de promouvoir un nouveau cadre économique et social favorable au monde du travail......».

 Et puis il y a les potes comme Gérard Filoche "D'abord redistribuer les richesses " et Pierre Larrouturou " L'urgence sociale !". Je ne suis pas toujours pleinement d'accord avec eux mais qu'est ce qu'ils nous font du bien en proclamant haut et fort que la France est riche et que les travailleurs de notre pays sont performants. 
 Selon Filoche «....Nous ne sommes pas en faillite, c'est un mensonge délibéré de Fillon, Sarkozy et du Medef, pour nous faire croire que rien n'est possible....» Les salariés français sont les plus productifs au monde après ceux des Etats Unis....» 
et Larrouturou de renchérir «....de tous les pays qui n'ont pas choisi la voie du dumping, c'est la France qui a le mieux maintenu sa compétitivité , ce qui amène à relativiser les discours catastrophiques du Médef ...».
 Désolé les copains je ne partirai pas en motion avec vous. Je n'ai plus le gnac pour être un minoritaire de ce parti qui me désole......

 Enfin pour finir un coup de coeur pour "Brèves de Campagnes " de Marylise Lebranchu même si c'est un peu fourre-tout et probablement une contribution complémentaire à celle de Martine Aubry. «....C'est maintenant qu'il faut convaincre nos concitoyens si l'on veut tenir nos promesses dans l'exercice du pouvoir national.» 

Pour en savoir plus : www.parti-socialiste.fr

A suivre.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

rodolphe 25/08/2008 16:37

Daniel, même s'il est clair que nous n'avons pas toujours été sur la même longueur d'onde, je serais sincèrement déçu que tu abandonnes le parti... l'analyse des contributions que tu nous proposes ici est d'ailleurs la meilleure preuve de ton attachement au PS, malgré tout !

THERIZOLS MICHEL 24/08/2008 17:05

en ce qui concerne le phénomène "parti d'élus professionnels de la politique " et la représentation des couches populaires, je recommande le livre de Frédéric SAWICKI et Rémi LEFEVRE : La Société des Socialistes