Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog à part..... Bridge over troubled water (bis)

3 Mars 2009 , Rédigé par daniel Publié dans #Blog à part

 Je ne pouvais pas laisser l'ouvrage en plan après avoir fait un billet sur les opérations de contrôles des fondations. Pourtant j'avais fait là l'essentiel de mon travail et pour la suite du chantier je fus beaucoup moins mis à contribution. Certes je suivais encore le travail de l'équipe chargée des contrôles des bétons notamment lors des phases de bétonnage des piles à partir de la plateforme, mais je n'étais plus en première ligne.

 

De même la réalisation, la confection, des voussoirs se faisait en préfa à la Repentie. De nombreuses éprouvettes étaient réalisées pour suivre la maturation du béton et déterminer l'évolution des résistances afin que ces éléments puissent être déplacés sans le mondre risque.
La technique de construction par encorbellement permettait d'avancer d'au moins 15 m par jour et c'est cette particularité du projet qui aurait permis à l'entreprise Bouygues de remporter le marché: Une fois que toutes les fondations étaient finies et les piles montées le tablier pouvait être réalisé en moins de 200 jours et être terminé avant l'été 1988 (un été de péages en plus)
 Pour cet ouvrage, commencé en février 1987 et les dernières fondations réceptionnées début novembre 1987, le dernier des 796 voussoirs fût posé et assemblé fin février 1988, il y a aujourd'hui un peu plus de 21 ans. Quelques jours plus tard j'accompagnais mon ami Jef, un languedocien égaré en Poitou-Charentes pour venir me voir, et lui permettais d'être  le premier civil (hors personnel de chantier) à passer le pont (et sans péage).


 Ce fut un bien beau chantier et un sacré spectacle de voir la rampe de lancement longue de 285 m en appuis sur le tablier déjà réalisé, au droit des piles, placer sur la pile suivante le voussoir de base, puis ensuite tous les voussoirs intermédiaires. Une fois que tout était posé il fallait assembler, cabler puis procéder aux opérations de mise en précontrainte... ce fut les dernières tâches que j'eus très ponctuellement à contrôler.... L'ouvrage de 3 km était terminé, l'aventure aussi.
  Il fut politiquement inauguré le 19 mai 1988.... car si je me souviens bien il y eut deux inaugurations en quelques mois.... et je ne sais pas trop pourquoi. Celle du 19 mai avec tous les politiques locaux mais sans les représentants nationaux de l'entreprise (j'y étais et ce fut très sommaire) puis une autre juste avant l'été pour la mise en service officielle,  avec tout le gratin national. (Plus festive, m'a t-on dit, car je n'y fus pas convié).



(A suivre)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

daniel 15/04/2009 16:47

Merci pour ce commentaire André,

Seulement tu ne l'as pas placé au bon endroit ; ce billet concerne la construction du Pont de l'ïle de Ré et non l'Afrique. Je te réponds plus longuement en commentaire au billet " L'Afrique n'est pas un bac à sable"

Pineau 15/04/2009 16:19

Daniel,

Le journal de l'ANJCA est avant tout un outil pour exprimer les actions de l'association ici sur Niort ; les réalisations sur Atakpamé ; les projets ; les échanges et un peu de réflexion générale pluraliste sur la coopération décentralisée. C'est le lien entre tous les adhérents et partenaires de cette coopération.
Ce n'est pas parce que Sylvie Brunel est l'amie d'Eric Besson que ses réflexions, au regard de son expérience importante à AICF, je crois, ne sont pas importantes. Il n'est pas inutile d'être "pluriel" dans les réflexions. C'est aussi une question d'ouverture. Il y a quelques jours, le maire d'une importante ville de la région parisienne le disait lui aussi, qu'il fallait ouvrir le débat et la confrontation d'idées.
Dans le prochain numéro nous donnerons la parole à Gaston Kelman pour son ouvrage "Les hirondelles du printemps africain", mais surtout nous présentons l'important projet de marché aux poissons.
Bien amicalement.
André Pineau.