Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Voyage au Sénégal......... L'enfant noir

24 Mars 2009 , Rédigé par daniel Publié dans #voyages

L'enfant noir est un roman de l'écrivain malinké Camara Laye (né en Guinée en 1928   puis exilé, sous la dictature de Sékou Touré, au Sénégal où il décéda en 1980 à Dakar). C'est un livre majeur de la fin de la période coloniale qui valut à l'époque à son auteur des critiques acerbes de ses collègues écrivains africains engagés : "Afrique noire littérature rose" disait Mongo Béti....... et pourtant comment ne pas aimer la gaîté, la curiosité, l'innocence, le regard tendre de ces enfants quand on voyage en Afrique...  du moins quand ces enfants restent de vrais enfants, avec des jeux et des rêves d'enfant.... car, malheureusement il y eut trop, ces dernières années (et il y a encore...), beaucoup trop de pays en guerre civile où les jouets des enfants soldats, enfants drogués, étaient de vraies armes.

Koba et BA des enfants Peuls du lac Retba.


".... Le griot s'installait, préludait sur sa cora et commençait à chanter les louanges de mon père. Pour moi, ce chant était toujours un grand moment. J'entendais rappeler les hauts des ancêtres de mon père, et ces ancêtres eux-mêmes dans l'ordre du temps.....  " 

Diagne et Gaye les enfants de Lébous et de Lampoul

"..... Comme la veille, nous allions de concession concession en concession, précédés de tam-tams et de tambours, et nos compagnons nous quittaient au fur et à mesure qu'ils atteignaient leur logis.....''

Wane enfant Haalpuular et Mbengue enfant Wolof jouant au ballon à Saint Louis.

Kébé et Diop enfants Wolofs à Thiès

"....Nous sommes revenus dans la case, nous nous sommes assis sur des nattes et nous y sommes demeurés sous la surveillance des hommes. Nous bavardions entre nous de choses et d'autres, dissimulant le plus que nous pouvions nos inquiétudes; mais comment aurions-nous pu effacer de notre pensée la cérémonie du lendemain?...."

L'école maternelle de Djilor village du Saloum où naquit en 1906 Léopol Sendar Senghor 1er président de la République Sénégalaise.

"....A l'école, nous gagnons nos places, filles et garçons mêlés, réconciliés et, sitôt assis, nous étions tout oreille, tout immobilisé, si bien que le maître donnait ses leçons dans un silence impressionnant. Et il eût beau voir que nous eussions bougé !...."
"... Le tableau noir était notre cauchemar; son miroir sombre ne reflétait que trop exactement notre savoir; et ce savoir souvent était mince, et quand bien même il ne l'était pas, il demeurait fragile ; un rien l'effarouchait......"

".... La punition la plus banale, en deuxième année, consistait à bayer la cour. C'était l'instant où l'on constatait le mieux combien cette cour était vaste et combien les goyaviers y étaient plantés dru......."
"....Il y avait les enclos pour les vaches, pour les chèvres; il y avait les greniers à riz et à mil, à manioc et à arachides, à gombo, qui sont comme autant de petites cases dressées sur des socles de pierres pour les préserver de l'humidité....."
Khoudia et Faye les enfants Sérères de Gandlaye.



".... A mesure que la matinée avançait, la chaleur gagnait, prenait une sorte de frémissement et d'épaisseur, une consistance à quoi  ajoutait encore un voile de fine poussière  fait de glèbe foulée et de chaume remué..."

Dieuré dieuff (en Wolof)  et bo kom la cass (en Sérère) .

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article