Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

No pasaran..... entrevistarse con una teniente de Alcalde

9 Juin 2009 , Rédigé par daniel Publié dans #no pasaran

 Ce billet est destiné essentiellement à la famille et aux amis proches qui n'ont pas le bonheur de vivre dans les Deux-Sèvres, ni le plaisir de lire la Nouvelle République (Je n'en fais pas un peu trop?). Enfin, bref, voilà... c'est la seconde interview de Pilou dans ses fonctions politiques. Il faut bien que j'en fasse écho sur ce blog.
 On a d'ailleurs failli louper cet article parce qu'il est paru le 20 mai, et le lendemain jour de l'Ascension nous partions pour Paris voir les enfants et Lucie notre petite-fille avant de nous envoler pour la Guadeloupe pour une douzaine de jours. Certes on aurait fini par le trouver au retour d'autant que nombreux sont ceux qui nous ont fait l'éloge de cet article rédigé par un sympathique journaliste (Non je ne fais pas le lèche-bottes blues !) qui a interviewé sept conseillers municipaux. Pilou eut l'honneur du premier article, de faire, en quelque sorte, l'ouverture du festival. Tous les autres articles, les autres interviews, sont parus pendant notre absence et, très franchement, je n'ai pas fait l'effort de les chercher, ni même de connaître le palmarès. (Il faudrait peut-être car j'ai des bons potes dans le lot....ils vont mal le prendre.)
 Voici en bleu l'article de F. Bonnet  (en noir quelques commentaires ou observations du témoin que je suis) :
 Certains sont tous neufs en politique. D'autres moins. Certains avaient déjà une petite idée de ce que représente la prise de responsabilité citoyenne ou la gestion municipale. D'autres pleins d'allant, ne demandaient qu'à apprendre et à se confronter à la réalité exaltante de l'excercice du pouvoir. Un an après avoir intégré le conseil municipale  en tant qu'adjoint au maire ou simple conseiller, dans la majorité ou l'opposition, sept élus niortais ont confié à la Nouvelle République ce que leur engagement a, d'ores et déjà, changé dans leur vie au quotidien. Des surprises, des confirmations, mais comme on le verra, pour l'heure, nul regret avoué.

1- Pilar Baudin, l'ex-secrétaire du maire devenue adjointe
 A la liberté d'une retraite bien méritée, cette ex-fonctionnaire territoriale a préféré l'engagement citoyen. Et toutes les réunions qui vont avec.....

 «
Cette responsabilité, je ne l'imaginais pas aussi prenante... Le plus frustrant, c'est de ne pouvoir m'occuper de mes petits enfants autant que je le voudrais.... hormis cette forte disponibilité, rien ne m'a vraiment surprise. J'étais initiée..

 Pour Pilar Baudin, élue discrète, la mairie n'est pas une nouveauté. Elle connaît même le sujet sur le bout des doigts pour avoir fréquenté les lieux durant neuf ans en tant que secrétaire du maire. A l'époque celui-ci s'appelait Bernard Bellec. (Une petite erreur cependant : Pilou a bien travaillé pendant 9 ans à la mairie de Niort, mais elle n'a passé que 5 ans au secrétariat du maire.  Ensuite elle eut en charge le budget du secteur associatif)

 « J'ai passé le concours de la fonction publique sur le tard, à 44 ans, après avoir élevé mes trois enfants et suivi mon mari dans ses missions professionnelles à l'étranger » confie-t-elle. « Après ce poste à Niort, j'ai intégré le service comptabilité de la mairie d'Aiffres au sein duquel je suis restée jusqu'à ma retraite en janvier 2008.»

 

Quelques mois plus tard, cette fille de réfugiés politiques espagnols très tôt confite en politique (quelle drôle d'expression !)  - elle est au PS depuis de nombreuses années - faisait son retour dans la maison du peuple niortaise. Par la grande porte. En tant qu'adjointe aux finances. La plupart des visages municipaux lui sont familiers. « Quand je suis revenue, j'ai reçu un accueil très chaleureux de mes anciens collègues. Certains, la larme à l'oeil, m'ont dit: "On est contents que tu sois là" ! » Ca aide à l'intégration.
 Autant que d'avoir un passé associatif et de bénévolat. Pilar Baudin a très longtemps milité en tant que parents d'élèves au sein de la FCPE.
Pour autant, elle ne soupçonnait pas qu'il lui faudrait participer à autant de réunions.....« Cette équipe fonctionne beaucoup plus collectivement que du temps de Bernard Bellec. Nous abordons les grands dossiers de façon collégiale et transversale, ce qui nous oblige à nous réunir fréquemment » confie l'adjointe. (Sans doute un peu trop... il faut tenir 6 ans : qui veut voyager loin...etc... conseil d'un spécialiste.)
 

« En outre, je suis dans toutes les commissions d'appels d'offres, que ce soit à la Ville, la CAN et le SEV (syndicat des eaux du Vivier). » avec les séances de conseil municipal communautaire, d'école et du quartier Goise-Champclairot, c'est en moyenne une dizaine de rendez-vous hebdomadaires que Pilar Baudin se doit d'honorer, dont certains qui se prolongent parfois jusqu'à une heure avancée de la nuit.

 Des regrets après un an de ce régime-là et à un âge où d'autres se réjouissent de jouir de la liberté du retraité? « Non, aucun regret. Mon mari comprend d'autant mieux le sens de mon engagement qu'il est lui aussi depuis longtemps impliqué en politique. (Ai-je vraiment le choix?). Nous nous organisons.»  Notamment pour partir en voyage, leur passion commune. Un virus (bénin) contracté lors de leur vie en Afrique et en Guyane. Bientôt, ils vont s'envoler pour la Guadeloupe. Pour quinze petits jours. « Entre deux Conseils.»
 
  Non ! Ces photos ne concernent pas la mairie de Niort et elles n'accompagnaient pas l'article de la N.R.
 Bien trop jolies ces photos ! Elles ont été prises à l'occasion de nos séjours dans les DOM, à La Réunion, en Guyane, en Martinique et ces derniers jours en Guadeloupe.  
  La collection de Pilou....  les premières photos datant de 2005. Que faut-il en penser ? Une ambition de délocalisation sous les tropiques ? Ce n'est pas que je n'aime pas notre bonne ville de Niort .... mais dans le fond moi ça ne me déplairait pas...

A suivre.

 Puis-je finir ce billet "No Pasaran" sans évoquer le magnifique télé-film d'hier soir sur France 2 : « Elles et moi » de Bernard Stora qui raconte l'intégration en France de réfugiés républicains espagnols arrivés en 1939. Avec les personnages de Pilar, Luis et Isabelle Esteva j'ai l'impression de revivre des histoires entendues dans le cercle familial dans les années 60 à 80  ... Il va me falloir me replonger dans mes souvenirs, la mémoire de  la famille de Pilou et en parler à nouveau sur ce blog (la suite de ce remarquable télé-film ce soir)
Continuara

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article