Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Trop poli-tique... La croissance en vert mais le ver est dans le fruit.

20 Août 2009 , Rédigé par daniel Publié dans #trop poli-tique

  L’excellente nouvelle de mi-août, et là je suis sérieux, c’est l’annonce par l’INSEE, d’une augmentation du PIB de 0,3 % au second trimestre 2009 ; une petite reprise qualifiée de fragile qui se dessine également en Allemagne : heureuse surprise et frémissements prometteurs ? Même Madame Lagarde n’en faisait pas trop dans ses premiers commentaires en donnant l’impression de ne pas trop y croire… et puis la récupération politique prenant le dessus, et c’est de bonne guerre, elle fit mine ensuite d’y être pour quelque chose.

 Notre ministre de l’économie et des finances a d’abord déclaré «  La France  se distingue de ses voisins. Elle est sortie plus vite du rouge » … c’est vrai la France se distingue de ses voisins et c’est bien de le souligner mais c’est grâce à son système de protection social amortisseur de crise mis en place depuis 1946 et que certains libéraux, bien de chez nous, vouent aux gémonies depuis les années 80…. La France serait donc en train de sortir du rouge mais, sans faire la fine bouche, il faut quand même rappeler que sur un an la PIB est encore en recul de 2,7 % et que le déficit budgétaire est abyssal ....  du jamais vu depuis plus de 50 ans. Ensuite Christine (eh oui elle a l’air sympa alors je me permets des familiarités) a ajouté « Cette hausse conforte pleinement le gouvernement dans sa politique économique en faveur de l’activité et de la compétitivité du pays. ».

 Madame la ministre il ne faudrait pas jeter le bouchon trop loin… car vous savez pertinemment qu’en France plus de 70 % des investissements publics sont financés par les collectivités territoriales qui sont très majoritairement socialistes et qui, dans leur budget, ont joué le jeu de la relance bien plus que l’Etat.  Quand à la compétitivité il faudrait aussi en parler avec franchise : une politique qui vise à réduire les effectifs, à casser les services publics et qui conduit à une envolée du chômage comme on n’avait jamais vu depuis….. Balladur, voire plus…. et alors que contrairement aux décennies précédentes le pays se trouve maintenant dans une situation démographique favorable (il y a maintenant plus de départs en retraite liés au papy boom que d’arrivées de jeunes sur le marché de l’emploi.).

 Depuis des experts, plus ou moins indépendants et même des experts libéraux et pro-gouvernementaux, comme les deux Nicolas, Baverez et Bouzou, évoquent une croissance en « W » avec en perspectives des alternances de petites hausses et de récessions… un scénario au mieux de croissance zéro à l’horizon 2011-2012… qui n’arrangera ni les déficits publics ni l’emploi.

  Et puis il y a les autres les experts investis, médiatiques, nuls ou aveugles, les tocards les fayots comme Sylvestre ….ceux qui nous ont gonflés, sans retenue, avec les bienfaits du libéralisme et qui depuis l’été dernier, n’osaient plus trop se faire voir tant ils avaient eu peur du cataclysme de l’implosion du système …. Et bien ils reviennent avec le sourire avec arrogance.

 Bien sûr pour rompre avec la pensée unique on commence à voir, à entendre parfois un Généreux, un Liem Hoang Ngoc, un Larrouturou, un Lordon…mais si peu … peut-être un peu plus et depuis plus longtemps un Marris …

  Certes il reste la presse écrite, libre où chacun peut s’exprimer : les quotidiens régionaux dont les titres sont survolés, les quotidiens nationaux, sans doute lus avec un peu plus d’attention, mais, soit ils sont inféodés au pouvoir, soit adeptes du sensationnel d’opposition et qui sont donc, aussi, à prendre avec réserve.

   Il y a encore les hebdos qu’il est utile de conserver pour les relire un an plus tard pour se fendre la gueule et enfin les mensuels qui sont un peu plus sérieux grâce au recul mais la plupart libéraux et de droite.

  Et puis il y a la perle rare « Alternatives économiques ». Celui de Juillet-Août est remarquable et d’autant plus remarquable qu’il n’a pu parler ni la petite reprise, ni des nouvelles distributions de bonus puisqu’il est paru 1,5 mois avant la divine surprise et les cadeaux indécents. Voilà un journal qui propose une analyse des événements à venir sans marcher à côté de ses pompes : c’est tellement rare que ça mérite d’être souligné.

. D’abord et ça aussi ça mérite un coup de chapeau, il remercie la crise qui lui a permis de voir des résultats de 2008 progresser de 8 % ; c’est quand même honnête de le reconnaître.

 Il y a ensuite une excellente étude sur le modèle français qui fait de la résistance, qui souffre un peu moins de la crise que ses voisins, avec des atouts rappelés : Une démographie dynamique, une action publique qui amortit les chocs, un taux d’épargne élevé des ménages, une consommation qui résiste… mais en soulignant aussi que certaines faiblesses endémiques comme le caractère peu industriel  et peu exportateur de l’économie française ont relativement préservé notre pays de la chute industrielle de la production industrielle…. Mais de ce dernier point il ne faut pas trop tirer  gloriole.

  Il me faut pour citer l’éditorial de Philippe Frémeaux dont le titre sonne si juste : « Indécence ».

 J’adore Frémeaux qui nous a fait le plaisir de venir à Niort début juin 2006 à l’invitation de l’association « Citoyens d’abord » pour réfléchir sur le thème de la presse et des autres médias.  Voici quelques extraits de son édito.

« …..ils s’étaient fait une grande peur à l’automne dernier, quand la planète financière menaçait de s’effondrer….. les milliards investis dans les plans de relance devraient assurer la survie du capitalisme.

Ce regain d’optimisme est indécent car si la crise semble finie pour certains, elle ne fait que commencer pour le plus grand nombre. ……….. pour la France le risque aujourd’hui est que, fort d’une situation plus favorable Nicolas Sarkozy cède à la tentation de relancer un programme de réformes d’inspiration libérale. Qu’il oublie que la moindre profondeur de la récession qui affecte le pays tient moins aux mesures adoptées ces derniers mois qu’à la résistance de ce fameux modèle social français qu’il entend réduire sinon détruire. Ce modèle doit être réformé et l’offre doit être soutenue, mais ce n’est pas en supprimant les postes de fonctionnaires à tour de bras, en réduisant les protections dont bénéficient les salariés ou encore s’abstenant de demander le moindre effort de solidarité aux plus aisés qu’on sortira de la crise. Au contraire le risque est réel de plomber tout espoir de reprise durable de l’activité. »

  Et puis sur la page suivante, j’ai relevé cette piqure de rappel de Guillaume Duval « ….Heureusement que Nicolas Sarkozy n’avait pas encore eu le temps de mettre en œuvre son programme libéral quand la crise est survenue ! .. »

 

A suivre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Niduab 27/08/2009 07:03

Suite à ce billet j'ai reçu un mail via over-blog d'un rédacteur l'Alter Eco qui disait ceci :
" Juste un petit mot pour vous remercier de votre post très gentil du 20 août dernier, A bientôt"
A mon tour de remercier une nouvelle fois ce journal et ce journaliste (ce que j'ai déjà fait par mail)

Flatté que je suis....