Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blog à part...... Blues trottoir...

2 Octobre 2009 , Rédigé par daniel Publié dans #Blog à part

Dans le genre « il était une mauvaise foi » voici un billet d'humeurs et d'humour que je dédie à la mémoire de mes deux grands-pères Marcel et Ernest (mes second et troisième prénoms, merci du cadeau) respectivement « pépé voiture » et « pépé vélo » (à l'époque on n'était pas moderne et on ne disait pas encore papy). Mes grands-parents habitaient à Champigny, quai Lucie, en bord de Marne, un site aussi joli que les bords de Sèvre niortaise. 
 Marcel, « pépé voiture », (une vieille B 14 d'avant guerre) c'est ma lignée petite bourgeoisie et Ernest, « pépé vélo », c'est ma lignée prolo.... comme quoi en soixante ans les choses ont bien changé... « mais vous n'êtes pas obligé de me croire ».  
 Le dernier week-end de septembre était très attendu et par chance, il fut superbement ensoleillé  …. Rien à voir, donc, avec le titre du billet évoquant un soir de pluie et de brouillard. Niort était en fête avec le forum des associations et Phoebus était de la partie.

 Le vendredi, en fin d’après-midi, il y eut une réception à la mairie pour lancer l’évènement et le fil conducteur de ce rassemblement de quelques 530 associations du Niortais regroupant 24000 adhérents, c'était la tolérance. Personnellement j’aurais préféré qu’on parle plutôt de lutte contre l’intolérance. Certains intervenants, et notamment le responsable départemental de la LDH, ont  d'ailleurs souligné l’ambiguïté de la notion de tolérance.
 
Mais je n’ai pas pu écouter l’ensemble des interventions car tout à coup je me suis demandé si je n’avais pas oublié de fermer le gaz sous la cocotte-minute … Prompt retour anxieux à la maison… pour rien : heureusement ! Non ce n’était pas un prétexte pour m’éclipser,… c’est tout simplement que je ne suis pas encore tout à fait au point dans mon rôle de petite fée du logis…. mais je progresse, je m’améliore… un peu de tolérance SVP… ça ira mieux dans quelques mois…. quand je serai à 100 % à la retraite …
  Voilà encore un sujet qui me fâche … je revendique fièrement mon ancrage à gauche et  pourtant je ne cache pas que c’est avec regret que je vais bientôt devoir prendre ma retraite complète.  Aussi jeune… après tout je n’ai que 63 ans … et je n’ai pas vraiment l’impression quand je fais quelques exercices physiques, des pompes ou du footing d’avoir perdu mes moyens par rapport à mes 40 ans disons 50 ans… peut-être la foulée un peu moins véloce, mais ça c’est du pinaillage…  Il va donc falloir que je prenne définitivement ma retraite.. mais pour quoi faire ? Rejoindre des associations de bricoleurs ou de jardiniers pour apprendre à devenir un bon papy retraité ? Un coup de blues me submerge ….
 Bon d’accord c’est pour la bonne cause… je dois laisser la place aux jeunes … j’espérais pourtant avec l’évolution démographique, à savoir plus de papy-boomers partant à la retraite que de jeunes arrivant sur le marché de l’emploi, que le chômage allait mathématiquement baisser et j'espérais avoir encore un peu de rabe, qu'on aurait encore un peu besoin de moi... mais c’était sans compter avec la crise et surtout avec cette bande d’incapables Sarko & co.

Ah ! Le blues quand ça vous tient… Et pourquoi y a-t-il fallu, en plus, que vendredi en arrivant à la mairie je tombe sur Valy, Dolly et Lily ?  Les égéries du lobby véliberté. Des boulets, qui, sous prétexte que je suis un bon camarade, me demandaient d'aller manifester à leurs côtés, à bicyclette, le lendemain matin pour obtenir des aménagements qui faciliteraient l'utilisation de la petite reine en zone urbaine. Désolé mais moi, primo je suis républicain, alors les reines petites ou grandes c'est pas mon truc.... et secundo je déteste faire du vélo.

 Je tolère les cyclistes et je veille, très scrupuleusement, à leur sécurité quand je suis au volant : Eux et les piétons qui traversent aux passages protégés… plus vigilant que moi, ça n'existe pas…… mais qu’ils aillent faire joujou ailleurs que sur les pénétrantes, à la campagne par exemple ou sur une île interdite aux voitures, au lieu de revendiquer leur liberté envahissante en grappillant sur la nôtre, malheureux automobilistes prolétarisés.
 Oui je sais je suis encore de mauvaise foi et en plus pour une mauvaise cause mais j’en ai vraiment marre de ces groupes de pression propagandistes qui veulent, de toute force, vous faire rentrer dans leur case. Un peu comme ces diaboliques qui n’admettent pas qu’un cinéphile ne soit pas un inconditionnel des films américains en V.O.
 La preuve que je suis de mauvaise foi c’est, qu'en plus, j’ai deux vélos …  D'abord celui que je préfère c’est mon vélo d’appartement à la selle confortable que j’utilise pour remplacer le footing les jours pluvieux et pour continuer d’entretenir mon jeu de jambes, le postérieur confortablement installé, en regardant «C dans l’air» et son inénarrable animateur..... ce vélo là ne dérange personne... et puis il y a l'autre, des toiles dans les rayons, qui n'a jamais vu un.... feu tricolore .... C'est un routier classique, qui a très peu servi (en période de rodage dans le marais Poitevin et à l’île de Ré) et qui reste, depuis longtemps, soigneusement rangé dans la cabane au fond du jardin, une sorte d’abri réserve anti-pénurie ou en cas de prise du pouvoir par une secte anti-voiture.
 Oui je sais, je divague c’est ça le blues du futur retraité, inquiet pour son avenir.

Maintenant je redeviens presque sérieux en parlant de tolérance car je ne conteste nullement la liberté d’action de grâces de ces cyclo-activistes…. Qu’ils manifestent... surtout un samedi, ça ne mange pas de pain…. Ils ont d’ailleurs choisi un nom parfaitement adapté : Vélorution, un anagramme renversant, incontestablement réactionnaire. CQFD.

 Oui je sais, je suis toujours de mauvaise foi, de très mauvaise foi. Que ceux qui se reconnaîtront dans ces lignes, ne m’en veuillent pas trop, et puis...  ils ne sont pas obligés de me croire.

 Lors de la précédente manif, fin juin, il y avait 600 cyclistes ; ce samedi matin de fin septembre ils n’étaient plus que 300 selon un journaliste qui pédale un peu dans la semoule ( la moitié serait plus près de la vérité ) ….

Je me joindrai peut-être à ces activistes quand ils ne seront plus qu’une dizaine, les causes perdues ça me convient assez, uniquement pour raison humanitaire et à condition que je retrouve ma pompe à vélo.
 La cohabitation voiture piéton en centre-ville est déjà suffisamment difficile à mettre en œuvre, alors  si le vélo s’y met aussi on n'est pas encore descendu du manège.

 Je vaquais donc, traînant au centre ville piétonnier et vélo-cité (il y a des pistonnés) dans mon délire de futur retraité inutile, par ce radieux début de week-end ; c'était ma crise de blues matinale, et je maugréais contre l’état des trottoirs niortais, non pas les pistes cyclables, les trottoirs réservés aux honnêtes et souvent besogneux  marcheurs. 

Je maudissais les vélorutionnaires, les fuites de gaz, les cinéphiles diablotins, les commerçants hostiles à la piétonisation du centre ville, Sarko and co  etc…. et ça, en ultra tolérance, silencieusement dans ma caboche….. je ruminais, je ruminais, je ruminais contre tout ce qui me dérange….  tout ce qui me gonfle avec ou sans pompe.... quand.... subitement, quelque chose d’inattendu m’a secoué et m’a ramené dans le monde des vivants pour me réconcilier avec mes semblables (hormis Sarko & co….)

 A trois pas des halles, où nous devions faire quelques courses, devant la Messe de la prison, pardon, la Maison de la Presse, deux papys cow-boys s’étaient installés avec sono et guitares pour un récital. Ils n’étaient pas annoncés dans le journal, mais j’appris par la suite qu’ils avaient demandé à la mairie l’autorisation de se produire en zone piétonnière ce samedi matin : Je ne sais rien d’eux, je ne sais pas si ce sont des professionnels ou des amateurs légèrement à la bourre avec trois mois de retard pour la fête de la musique, mais quel talent ! Putain quel talent et vive les rues piétonnes !

 J’ai laissé Pilou aller seule, au marché quand j’ai entendu qu’ils attaquaient « Georgia on my mind » de Ray Charles puis à la suite « King of the road ». J’ai cru comprendre à la fin de cette chanson de routards qu’ils n’étaient pas de la région et qu’ils se produisaient, ainsi, un peu partout en France, chantant dans les zones commerciales, un étui à guitare ouvert devant eux pour recueillir quelques euros.

.
 
Ils entonnèrent ensuite d’autres blues dont « The Dock of the Bay » d’Otis Redding. Le guitariste et le chanteur, sympathiquement grandiloquent, genre Joe Cocker, étaient géniaux. Je n’ai pas pu rester toute la matinée à les écouter car il me fallait bien retourner à mes devoirs et la corvée de courses… mais en m’échappant de temps à autres pour revenir et intercepter encore et encore quelques chansons blues ou country c’est ainsi que j’ai encore pu entendre « Jackson »  de Johnny Cash et June Carter, quelques autres chansons aussi magnifiques mais que je ne connaissais pas ou qui étaient enfouies loin dans ma mémoire de futur retraité. Un récital Blues trottoir par deux inconnus talentueux ; un récital qui m’a requinqué, qui m'a permis d’éliminer mon coup de blues….. Finalement il en faut peu pour être bien dans sa peau….. Si la manifestation des cyclistes avait eu lieu l’après midi peut-être que …. Qui sait ? Non quand même pas ! 
 L’après midi, Je suis retourné en ville en espérant que les cow-boys seraient toujours là, mais ils avaient du prendre la diligence pour rejoindre une autre ville… mais Niort était toujours en fête et il y avait toutes les animations prévues pour le forum des associations à la mairie et en bord de Sèvre à Pré Leroy. On y a retrouvé des amis tenant des stands et j’ai même croisé dans ce site champêtre des cyclistes très sympas… il y en avait même qui avaient perdu leur clef d’anti-vol et qui allaient être obligés de rentrer à pied …en abandonnant sur place leurs vélos.... un comble, c’était trop bête… mais heureusement pour eux, l’histoire s’est bien terminée et on pourra, à nouveau, les croiser en ville (!).
 L’après midi s’est poursuivi entre flamenco et danses médiévales, entre stands de géologie et généalogie.  


  Le lendemain dimanche c’était l’anniversaire d’Hugo. On l’a fêté à la maison où après le gâteau il reçut le cadeau dont il rêvait : tout l’attirail du parfait géologue avec en prime une collection de pierres presque précieuses…

Et puis l’après midi toute la famille est allée s’oxygéner au Pré Leroy et les petits s’en sont donnés à cœur joie.  



A suivre

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Daniel 03/10/2009 21:26


Pomme de discorde: mon billet c'était du second degré. Et toi ton commentaire c'est à quel niveau ?

Une petite info complémentaire : Le duo Soulman était encore là ce matin et il parait qu'il sera là tous les samedi jusqu'à fin octobre. Un bonheur total et bravo la piétonnisation du centre
ville.
Ce matin durant un peu plus d'une 1/2 heure nos amis ont joué : Sonny, Busted de Johnny Cash qui fut aussi repris par Eddy Mitchell sous le tître fauché, puis une nouvelle fois The Dog of the Bay
d'Otis Redding et puis Road 66.
je les ai quitté sur un classique de Country dont je ne souviens plus du tître.
Merci et à la semaine prochaine... j'essaierai de rester plus longtemps.


Pomme de discorde 03/10/2009 12:04


Voilà un billet comme je les aime, plein de vacheries. Très bien continuez.
Je regrette quand même que la seconde partie soit un peu trop gentillette et pas à la hauteur de la première vacharde à souhait.
Au nom de la discorde je vous décerne des pépins de bronze. Il faut être plus régulier sur le texte pour mériter les pépins d'argent ou mieux encore les pépins d'or...
Vous devez progresser.

PDD