Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A livre ouvert ..... Ô Nougaro : L'intégrale.....

4 Mars 2014 , Rédigé par niduab Publié dans #à livre ouvert

  Ce 4 mars cela fait dix ans que Claude Nougaro s’est éteint. C’est sans doute pour ça que quelques livres et Cd paraissent. Question CD je suis assez bien fourni mais je n’avais encore aucun bouquin. Il y a quelques jours, dans ma librairie préférée, je suis tombé sur l’intégrale de Laurent Balandras et immédiatement j'ai su que c’était ce que je cherchais. Non pas une biographie de Claude Nougaro, mais l’histoire de ses chansons, un peu comme le livre consacré aux chansons de Bob Dylan dont j’ai parlé il y a peu. Je ferai dans quelques temps, un travail similaire pour Brassens, Ferrat, Brel et peut-être Ferré.

nougarook[1]

Dans cette intégrale, Laurent Balandras présente, par ordre chronologique de leur création, plus de 300 chansons et raconte leur histoire dans laquelle le poète toulousain pendant près de cinquante ans a mis beaucoup de lui-même.

Selon l’auteur, dès l’âge de 15-16 ans, Claude Nougaro, trainait à Montmartre du côté du cabaret « Le Lapin agile » où il rencontra le poète Jacques Audiberti ; il croisa aussi Brassens, Brel, Caussimon, etc.... Il écrivait des textes qu’il proposa à Jean Constantin et qui furent interprétés par Philippe Clay. Il fut le parolier de la chanson « Les pantoufles à Papa » dont je me souviens très bien pour l’avoir entendue de ma chambre d'enfant, puisque dans ces années là, mes parents habitaient Noisy-le-Grand une maison voisine de celle de Jean Constantin. Cette chanson fut d’ailleurs la cause de la brouille entre Nougaro et Constantin. Bien lui fit car il fit alors la connaissance de Jean-Michel Arnaud puis de Michel Legrand. Il participa aussi à un album d’Henri Salvador qui lançait en France, avec Boris Vian  le style yéyé façon humoristique.

« Salvador fut en quelque sorte ‘le parrain musical’’ de Nougaro puisqu’il accepta de signer le texte de présentation du jeune artiste au dos de son premier album quand il parut en 1959 ». Sur ce premier 45 tours le titre phare était ‘’Il y avait une ville’’ mais le sujet effraya sans doute en cette période de menaces nucléaires. http://www.youtube.com/watch?v=luiByXD05hA. Le disque fut un échec mais Nougaro allait persister en se consacrant d'abord à son métier de parolier en écrivant notamment pour Marcel Amont et Philippe Clay.

1962 fut l’année charnière de Claude Nougaro, grâce à l’appui de Michel Legrand. Ce fut notamment ‘’Le Cinéma’’ et les ‘’Don Juan’’ sur des musiques de Legrand mais aussi ''Le jazz et la Java'' sur une musique de Jacques Datin avec un refrain totalement emprunté, '' Three to get ready'' au jazzman américain Dave Brubeck. Cette chanson fut créée par Marcel Amont sans grande réussite avant d'être reprise, la même année, par Nougaro et par Yves Montand avec le succès que l'on sait. http://www.youtube.com/watch?v=zmRgXOw1o3A

Jacques Datin a aussi offert cette année là à Claude Nougaro, la musique de ce qui fut son 1er tube ‘’Une petite fille’’. « La double chance de Claude Nougaro passa d’abord par une déception car Philippe Clay refusa la chanson. Il l’interpréta donc lui-même. L’autre aubaine ce fut la réalisation pour la télévision avec un clip génial mettant en scène le chanteur courant sous la pluie sous le rythme syncopé de la musique…. La séquence marqua les esprits et, pour ceux qui l’on vue, elle resta une référence ,comme un coup de foudre. ‘’Attends-moi’’ ce cri déchirant lui a été inspiré par le film de Pagnol ‘’Manon des sources’’, la séquence où Ugolin se précipite derrière Manon. »

    1963, l’année de « Cécile ma fille », l’année où je devenais un inconditionnel de Nougaro et comme de nombreux parents de cette décennie nous appellerons, quelques années plus tard, notre fille Cécile. La musique de cette chanson est de Jacques Datin qui se partage avec Michel Legrand les musiques des autres chansons de l’album.

   1964 : Michel Legrand travaillait de plus en plus pour le cinéma et un nouveau compositeur apparait alors près de Claude Nougaro, il s’agit d’Hubert Giraud qui lui apporta notamment « Les p’tits bruns et les grands blonds » qui fut à l’époque notre chanson fétiche à Jeff et moi.

 « Le chanteur ne figure plus dans le palmarès des meilleures ventes, qu’importe son audience est suffisante pour lui garantir suffisamment de concerts. D’autant que l’interprète s’affirme sur scène entouré de pointures du jazz.  Il enregistre notamment ’’Je suis sous’’ une chanson qui a été créée pour Philippe Clay sur une musique de Jacques Datin qui a repris en introduction la base rythmique de ‘’I Put a spell on you’’ la version originale.»

  « C'est à Bobino, sur la rive gauche, que le taureau Nougaro effectua sa rentrée parisienne en 1965. Son nouvel album comprend majoritairement des adaptations de standards américains ainsi qu'une chanson hommage à Jacques Audiberti dont la mort l'ébranle. ....''Amstrong'' est écrit sur la musique d'un gospel traditionnel.» http://www.youtube.com/watch?v=TqzmrgBU6bE.

 Il y a aussi '' A bout de souffle'' sur le ''Blue rondo à la Turk'' du pianiste de jazz Dave Brubeck, puis ''Sing, sing, song'' sur une musique d'Oscar Brown jr. Michel Legrand avait eu le temps de lui proposer de nouvelles musiques notamment pour ''Schplaouch''. Par contre il n'y a pas  Jacques Datin et on ne le retrouvera plus sur les albums qui suivront.

 1966 : « Sur scène, Claude Nougaro s'est entouré des meilleurs jazzmen français dont Maurice Vander au piano et Eddy Louiss à l'orgue. L'année sera marquée par le tître '' Bidonville'' adaptation d'un succès brésilien de Baden Powell. ». Il y a aussi '' Les mains d'une femme dans la farine '' magnifique adaptation d'un thème de Steve Allen et Ray Brown. Les autres chansons de l'album, dont ''L'amour sorcier'' furent écrites sur des compositions de Maurice Vander et parfois Michel Portal ou Claude Nougaro 

 Ce fut aussi l'année des malentendus : pour '' Bidonville'' le texte initial de Moraes a recourt au mot camara qui veut dire chambre en portugais, et Nougaro le transforme en camarade, au sens fraternel,. Il dit ne se soumettre à aucune idéologie, ce qui ne l'empècha pas d'être considéré comme un chanteur engagé, ce qu'il recusait. http://www.youtube.com/watch?v=n63woek9vzc

Idem pour  '' Les mains d'une femme dans la farine ''  « Des mouvements féministes prennent la chanson au pied de la lettre: '' Evidemment, dit Nougaro, j'aime les femmes comme un macho latin. C'est pour ça que je me fais dévorer par les chiennes de garde comme un pauvre loup-garou. Il n'y avait pas de mépris de ma part. Je ne sais pas si tant de gars de la chanson ont célébré la femme comme je l'ai fait.» http://www.dailymotion.com/video/xoa5hv_les-mains-d-une-femme-dans-la-farine_music

1967 : « Dans une carrière d'artiste, une seule chanson peut vous faire tutoyer les étoiles. C'est le cas de Nougaro en cette année 1967 lorsqu'il accouche de '' Toulouse'' mais ce fut un accouchement douloureux. Il écrit la musique avec Christian Chevalier et y colle un texte basé sur ses souvenirs d'enfance. En fait il règle ses comptes avec la cité où il a grandi malheureux abandonné à ses grands-parents. Cette première version , le poète la soumet à sa compagne qui objecte : " Quand on écrit à une ville qui vous a vu naître, on n'écrit pas une chanson où l'on se plaint, on lui écrit une chanson d'amour et Nougaro se remet au travail pour sortir la version que l'on connait. Nougaro le Parisien redevient, en une chanson Nougaro le Toulousain. Parce que ce n'est pas d'une chanson qu'il s'agit mais d'un hymne ».

 1968: « Nougaro est saisi par les événements de Mai 68. Ces étudiants en rebellion vont lui inspirer une chanson sur une musique d'Eddy Louiss, une chanson qui fut encore mal comprise et le cloisonnait dans le camp des chanteurs engagés alors que son texte dénonce les fils à papa qui crachent dans la soupe». Il fit aussi deux autres chansons qui ont bien marché sur des musiques de Maurice Vander, ce sont des chansons qui lui ressemblent plus : ''Quatre boules de cuir'' et ''La pluie fait des claquettes'', l'une de mes chansons préférées avec un emprunt à Jean Cocteau, " Marlène Dietrich a un nom qui débute comme une caresse et qui s'achève par un coup de cravache'' : http://www.dailymotion.com/video/x14szu9_claude-nougaro-69-la-pluie-fait-des-claquettes_webcam

 A partir de 1969, j'ai quelque peu perdu de vue Claude Nougaro : la vie professionnelle me conduisaient très loin et Radio France Internationale ne me permettait pas de suivre le parcours des chanteurs que j'aimais.

 Toutefois l'été 1979 Nougaro a fait un concert en Arles où nous vivions lors des vacances de cette période africaine : je me souviens avoir particulièrement apprécié dans cette magnifique ambiance estivale du théâtre antique ''Dansez sur moi''(1973) sur un thème de Neal Heifi où dans ses derniers vers l'auteur évoque sereinement la mort  comme une compagne de voyage. http://www.dailymotion.com/video/xtb5hc_claude-nougaro-dansez-sur-moi_music

Je fus aussi surpris de découvrir  ''L'aspirateur'' '1978) sur une musique de Jean Claude Vannier où le poète se moque de sa nouvelle compagne véritable petite fée du logis puis  '' Le coq et la pendule'' (1979) sur une musique de Maurice Vander, chanson hommage à ses compagnons musiciens Eddy Louiss et Vander qui avaient chacun une ferme en Poitou. http://www.dailymotion.com/video/xokkt_claude-nougaro-le-coq-et-la-pendule_music

Enfin et surtout ''Tu verras'' en adaptant le tube de Chico Buarque. «sans en demander une traduction, le texte de Nougaro prend la couleur d'une farandole de pardons suite à ses débordements....... J'ai rencontré une musique puissamment évocatrice que j'ai fait connaître dans la mesure de mes moyens mais je ne suis pas encore un chanteur déguisé en brésilien pour faire de la samba dans les rues de Paris...»

 Nous sommes rentrés définitivement en France fin 1986, pour découvrir quelques mois plus tard le nouveau Nougaro avec ''Nougayork',' une chanson qui ne m'a pas vraiment emballé. J'en suis resté à mes amours d'antan.

Mais j'ai lu avec plaisir les informations qu'offrent le livre de Laurents Balandras sur la fin de carrière de Claude Nougaro.... et je vais probablement me procurer ces derniers albums. Peut-être encore des trésors à découvrir.

 

( A suivre)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article