Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog à part........ La rencontre

11 Avril 2011 , Rédigé par daniel Publié dans #Blog à part

La rencontre

J’ai bien failli rater cette soirée. Je devais m’occuper des réservations et puis…….

Et puis quand je me suis réveillé en début de semaine, ce fut pour apprendre que toutes les places étaient prises et que nous étions inscrits en liste complémentaire…. Il faudrait donc voir sur place s’il y avait des désistements.

Dès 20 H Pilou et moi, nous étions parmi les premiers de la file à l’entrée du petit théâtre de Saint Florent ….

Devant nous il y avait Pierre un copain fonctionnaire à la mairie… Il avait l’air inquiet. Les portes s’entrouvrirent et une dame se chargeait de filtrer les gens qui avaient réservé : une dizaine de personnes purent entrer avant que ce soit le tour de Pierre :

«  Avez-vous réservé ? » « Non ! »

«  Désolé mais il n’y a plus de place ».

Une dizaine de personnes plus tard nous étions à notre tour soumis à la question :

« Oui mais nous sommes sur la liste complémentaire » « Entrez et voyez »

Cinq minutes plus tard, un monsieur qui avait réservé trois places était finalement seul…. Nous pouvions entrer. Ouf !

42 ans et 3 mois plus tôt (et oui déjà !) trois hommes se retrouvaient dans un appartement parisien pour une rencontre historique pour la radio RTL et le journal Rock & Folk : Brassens, Ferré et Brel. Trois artistes, trois poètes qui, réunis par F.R. Christiani, vont parler de tout et de rien….De tout, de poésie, de musique, du folklore, du public, des femmes….. et de rien, Dieu, l’anarchie.... J’ai déjà fait un billet sur cette rencontre en invitant Chorus sur mon blog…. J’y retourne pour une photo et un court extrait :

brel, brassens ferre

« Ferré : Moi j’ai une idée… ;Je voudrais qu’un jour, ce serait extraordinaire, qu’on choisisse les dix plus grandes salles de France, tous les trois, qu’on choisisse chacun douze chansons, qu’on fasse la parade s’il le faut puis qu’on rentre en scène, Brassens une chanson, il s’en va, Brel une chanson, puis moi, puis Brel, puis Brassens, puis moi….pendant deux heures. Voilà, c’est une idée de fou que j’ai….

Brel : C’est assez fou ! Donc j’aime assez !

Brassens : Oui, ça n’est pas une mauvaise idée… puis ensuite … Oui, on peut le faire, pourquoi pas, on n’a rien contre à l’occasion d’un truc, mais faire ça tous les jours, je ne sais si c’est faisable.

Ferré :… Deux ou trois fois. Ca ne serait pas mal.

Brel : Ah oui ! Moi, dès que c’est dément, je plonge…..»

Il faut croire que ce n’était pas si facile que ça à organiser et Brassens était manifestement le plus réservé ou le plus lucide…. Quant à Brel, a priori enthousiaste, il avait déjà fait ses adieux au tour de chants en 1967 et il terminait, à cette époque sa carrière sur scène avec « L’homme de la Mancha » … alors pensez…. !…. Ça ne pouvait pas se faire. Brassens et Ferré se sont bien retrouvés au Palais des sports en 1972 pour un concert pour l’abolition de la peine de mort, mais il y avait aussi beaucoup d’autres chanteurs mais pas de Brel déjà ailleurs entre cinéma et fuite en avant…..  

Ils ne l’ont pas fait mais d’autres, des régionaux, s’y sont lancés pour notre bonheur : Michel Beaufils, Philippe Guillemoteau et Jacky Le Poittevin. Chacun se produisait de son côté, Beaufils et sa guitare au service de tonton Georges, Le Poittevin avec une carrière de musicien plus diverse notamment avec les Douglas mais un attachement très marqué pour Léo, quant à Guillemoteau, compositeur interprète qui s’investit beaucoup pour la promotion des musiques populaires des Deux–Sèvres, il est aussi un admirateur et spécialiste du grand Jacques. Le spectacle serait né il y a 8 ans quand les trois amis ont choisi de se retrouver pour un récital commun et partagé. Depuis et le plus souvent à la demande d’associations ils reprennent et pérennisent cette rencontre en ayant la possibilité de piocher des trésors dans trois répertoires inépuisables.

 

Le spectacle se déroule en deux parties.

Lors de la première partie après une ouverture partagée en interprétant tous les trois autour du piano de Jacky « Mon camarade » une chanson motivante de Léo Ferré sur des paroles de Jean René Caussimon « … il n’y a pas de raison qu’on y arrive pas mon camarade. » ,chacun interpréta ensuite 5 ou 6 chansons de son maitre à chanter.

Jacky a chanté seul à son piano  « M. William  cet employé modèle qui manque de tenue » écrite également par Caussimon et « Mon Piano », suivi de « Tu n’en reviendras pas toi qui courais les filles…..et toi vieux joueur de manille…. » un poème d’Aragon mis en musique par Léo, puis d'un medley ou pot pas pourri, avec « Paname » « Les anarchistes » et « Jolie môme »

Ce fut ensuite au tour de Michel avec Brassens qui interpréta en s’accompagnant à la guitare « Je rejoindrai ma belle à l’heure du berger au mépris du danger…. », puis la « ronde des jurons » suivi par « Le temps ne fait rien à l’affaire, quand on est con on est con… ». Une surprise après car il interpréta « Le vingt deux septembre, aujourd’hui je m’en fous… » à mains nues sans guitare, accompagné au piano par Jacky puis il récita le texte très paillard de «  La veuve et l’orphelin, quoi de plus émouvant… » 

Ce fut enfin à Philippe de chanter Brel avec « Amsterdam » a cappella puis accompagné par Jacky au piano « La valse à mille temps » après avoir mimé une danseuse de boite à musique . Ce fut ensuite « A jeun …. Parfaitement à jeun… », qu'il réalisa d'abord une magnifique interprétation théâtrale très brelienne, puis « quelques pas de deux et quelques pas de danses…. pour célébrer « Les Marquises » et enfin ce fut « le temps venu….de retrouver Mathilde »

  Une pause, un entracte avec une loterie avant d’aborder la seconde mi-temps qui changeait de style, avec des échanges de répertoire entre Jacky, Michel et Philippe.

La reprise se fit encore en équipe autour du piano avec « L’étrangère…..quand c’est fini tout recommence, toute musique me séduit, et la plus banale romance m’est l’éternelle poésie…» magnifique poème de Louis Aragon mis en musique par Ferré, une chanson qui avait été magistralement interprétée par Montand. S’ensuivit un feu d’artifice, auquel je participais en fredonnant de plus en plus toutes ces chansons que je connais ; d’abord silencieusement et puis, et puis…. La salle était invitée à participer et la salle finissait par ce lâcher….

Avec Brel « ….bien sûr le temps va trop vite…. Mais, voir un ami pleurer » puis « Le Lion…. vas-y pas Gaston » sans oublier de « rêver un impossible rêve avec La quête et partir où personne ne part » avec l’homme de la Mancha et encore « Le moribond » et « Vesoul » et les trois copains a cappella et en chœur avec la salle « Les bourgeois.... c'est comme les cochons plus ça devient vieux plus ça devient..... »

Brassens fut aussi partagé avec « Au bois de mon cœur, y a des petites fleurs, y a des copains….» puis « quatre vingt quinze pour cent » « une jolie fleur » et surtout une magnifique interprétation de « Saturne » par Jacky et ce malgré un petit trou de mémoire sur le dernier couplet, rattrapé par Michel « Je sais par cœur toute tes grâces et pour te les faire oublier, il faudra que Saturne en fasse des tours de sablier…. »

Pour Ferré j’ai apprécié « Graine d’ananar…..La société, faut pas s’en mêler, je suis un type à part, une graine d’ananar…» interprété par Michel plus habitué à chanter l’anarchie façon Brassens ; je fus surpris par Philippe chantant « Les corbeaux » le poème de Rimbaud si joliment mis en musique par Ferré….. et puis « C’est extra » et encore à trois « Les 400 coups….La poésie est dans la rue, s’il faut tirer par tous les bouts, copains tirons les 400 coups… »

Mais j’en oublie sans doute, car dans l‘ambiance de fête du final, je chantonnais mais je n’imprimais plus.

Ils ont promis de recommencer dans quelques mois avec d’autres chansons alors et si je peux me permettre de les conseiller :

Pour Georges Brassens : quitte à dire un texte je crois que le « Moyenâgeux » s’y prête beaucoup mieux que « La veuve et l’orphelin » chanson paillarde qu’il vaut mieux chanter. Comme chanson dédiée aux femmes, j’aime mieux « Les passantes » que « 95% » et puis « L’histoire de Faussaire » chanson jazzy accompagnée au piano ça serait top. Conserver « Saturne » et penser peut-être à « Hécatombe » et aux « Oiseaux de passage ».

Pour Jacques Brel j’apprécierai beaucoup que soient chantées « Le dernier repas » « Au suivant » « Jacky » « Ces gens là » et « Jaurès ».

Pour Léo Ferré, conserver bien sûr « L’étrangère » et « Mon camarade » ajouter « Elsa » d’Aragon et « les assis » de Rimbaud et encore « Comme à Ostende » et « Avec le temps »

   

(A suivre….. enfin j’espère car ce sont des régionaux )

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Daniel 08/02/2013 20:58

Merci beaucoup. Je vais réserver mes places pour votre récital de mars prochain et ce d'autant que je n'ai pas pu aller à celui de Magné.
En attendant, jeudi prochain je vais aller Yves Jamait. J'adore !

Philippe Guillemoteau 08/02/2013 17:24

Bonjour
C'est Michel qui vient de trouver (et nous faire connaître) votre blog.Je ne sais pas par quel hasard !
Avant tout, merci de vos appréciations qui flattent agréablement nos égos, même si nous ne devons pas oublier de partager vos compliments avec les trois auteurs originaux.
Et comme nous préparons actuellement notre passage dans la grande salle du Moulin du Roc le 16 mars prochain (dans le cadre du festival Impulsions Femmes - ça ne s'invente pas !)et que nous voulons
renouveler une partie de notre répertoire, les suggestions que vous faites en fin d'article nous intéressent d'autant plus.
Bien amicalement
PhGuillemoteau

Roselyne MATHIEU 20/07/2011 14:32


Ce sera le 3 décembre à MAGNE que vous pourrez à nouveau vous régaler avec les "BBF"

Je suis "tombée" sur votre blog après une visite de Philippe Guillemoteau, en cherchant leur blog que je n'ai d'ailleurs pas trouvé mais voilà...
je viens de parcourir quelques pages du vôtre et je crois bien que j'y reviendrai.