Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Brèves de trêve...........Tableaux de Simone et Henri Jean.

26 Avril 2013 , Rédigé par niduab Publié dans #Brèves de trève

  Simone et Henri ont le charme des conteurs car leurs gravures nous introduisent dans un univers magique. Mais leurs personnages fantastiques nous sont malgré tout très proches. Nourris de la mémoire du monde et du temps, ils nous racontent une histoire simple : un homme, une femme qui s'aiment sous le soleil et sous la lune. Parfois très figuratifs, les signes peuvent aussi basculer dans l'abstraction et réinventer un abécédaire qui reste naturellement accessible. Déclinées dans les bleus ou dans les ocres, les gravures ont les couleurs de la vie. La matière est , elle aussi, très présente dans le relief du papier ou dans les pâtatraces, pâtes à papier crées par Simone dans l'atelier, ou encore dans les supports comme l’amate, le kraft...

 

  417[1]414[1]

  Les techniques de gravures se mêlent avec talent et fantaisie afin de rendre l'image au plus juste.  

http://shjean.pagesperso-orange.fr/s_h_jean.htm             

a6c4ceaeb5[1]a437eb93f0[1]

A quatre mains ....
Nous travaillons comme des chercheurs.
Le résultat dépasse toujours la somme de ce que nous sommes.
La réflexion rebondit, s’enrichit, se complète.
Du signe de l’un repris par l’autre naît une émotion différente.
 

Il réapparaît modifié, sur une toile, agrandi.
Il était sur une pataraces, peut-être sur une gravure...

Etait-ce bien celui là et de qui?
Qui fait quoi? Est-ce la main droite ou la main gauche?
D’un concert à quatre mains, la mélodie entendue sera unique.
Quelle est la part de chaque musicien? Mystère?
Nous travaillons toujours, suivant le fil, habités d'images.
Le corps, la main ont une mémoire que la mémoire ne sait pas.
Graver, peindre, pour nous, c’est chercher les clefs de notre propre mémoire.
Suivre la ligne, c'est suivre le fil d'Ariane. 
Simone et Henri Jean 

    412[1]Simone et Henri 2

  Article d'Emmanuel Touron dans la Nouvelle République :

  http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2013/01/21/Simone-et-Henri-Jean-une-oeuvre-d-amour  :  

 « Simone et Henri Jean se sont placés à la croisée parfaite de l’œuvre d’art et de l’histoire d’amour. Une œuvre d’amour. Eternelle.

 Une maison réfugiée parmi les grands arbres, du côté de La Couarde. Accueillante et chaleureuse grâce au feu qui couve dans le poêle, mais il y a autre chose, ce supplément d'âme des lieux chargés d'une histoire. Les murs sont illuminés des tableaux des maîtres des lieux.    

 Henri Jean n'est plus là, emporté il y a trois ans, terrassé un jour de novembre alors qu'il rejoignait son atelier. L'endroit est resté figé depuis. Et il y flotte toujours le parfum de la création. Dans un coin, des toiles restées vierges. Près de l'entrée, les gravures encore empaquetées, récupérées après l'exposition rétrospective à l'hôtel du Département. Sa compagne Simone n'a pas pris le temps de les déballer.
2110035a39[1] Simone et Henri Jean 1

Dans leur maison, respire encore leur œuvre commune. A côté des huiles qu'il réalisait seul ces derniers temps, près des inachevées qu'il n'a pas eu le temps de signer, foisonnent les gravures qu'ils ont réalisées ensemble.

 Il peignait déjà quand ils se sont rencontrés, au Chili. Simone ne connaissait rien à la peinture mais, étant ''quelqu'un qui s'emmêle'', elle s'est immiscée dans son travail. Henri l'a laissée faire, acceptant de se laisser bousculer par son audace, suscitant implicitement ses suggestions, risquant sur ses conseils des couleurs, des rythmes ou des coupes que, seul, il n'aurait sans doute pas osés. Elle s'est tellement engagée qu'il a fini par signer les gravures de leurs deux noms.
  Au bout d'un moment, il y avait une telle osmose entre nous que nous étions incapables de dire qui avait fait quoi. C'est le mystère de cette création… »

Plus qu'une collaboration, une communion fusionnelle. Simone et Henri ont avancé en correspondance, l'un se donnant en écho à l'autre, le geste de l'un prolongé par l'idée de l'une, les hésitations de l'un balayées par les encouragements de l'autre… Un couple lancé en roue libre dans l'exploration de son art et du monde, un monde voulu onirique et sublimé où ''chaque chose a son importance''.
 ''Evidemment, c'était beaucoup de travail, c'était fatiguant'', sourit Simone, mais c'était d'abord du plaisir. Et ce qui est merveilleux, c'est qu'on arrivait à nous étonner nous-mêmes…

  GEDC0813

  Quelques jours avant qu'il ne parte, Henri lui a dit : ''Avec toi, je ne me suis jamais ennuyé, tu sais''. C'est étrange comme on éprouve parfois la nécessité d'un bilan. A moins que ce ne fût une ultime déclaration. Dans un remerciement.

Henri Jean n'est plus là. Et on a pourtant l'indicible sentiment qu'il occupe toujours les lieux. En fait, c'est une évidence : il est encore là.
Il vit tellement à travers elle, Simone est tellement le prolongement de l'homme qu'elle aime… »    

(A suivre)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

PROST 02/05/2013 11:39

Emossion! On voit bien que je suis sous le coup de l'émotion!!!

PROST 02/05/2013 11:36

J'ai de plus en plus l'impression de faire (un peu) partie de ta famille tellement tu exprimes bien tous ces sentiments sur tes proches que j'ai plus ou moins connus. Que d'émossion aussi, mon
ami...Merci pour ces belles pages de la vie.