Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ciné-cure....Rétro 2011

5 Janvier 2012 , Rédigé par daniel Publié dans #ciné-cure

Voilà ma désormais traditionnelle rétro ciné-cure. Ayant encore vu cette année de très, très nombreux films ce qui, en les présentant tous, même sommairement, va me conduire à faire un billet long, long comme un jour sans cinéma, je vais donc aller à l’essentiel en abordant immédiatement cette retro 2011.

Le premier film vu début janvier 2011 fut «  Même la pluie » un très beau et touchant film hispano-bolivien d’Iclar Bollain : une œuvre sociale, poétique et tragique. Un film vu au Centre d'Action Culturel en version originale, en espagnol, ce qui ne m’a pas trop gêné, sauf que ce film vu dans un tel environnement culturel échappe au plus grand nombre. Dommage ! Je lui donne un très mérité 16/20.

A la même époque je suis allé voir, au Méga CGR, un film très populaire, « Le fils à Jo », un film qui avait a priori tout pour me plaire puisque l’histoire pétrie de bons sentiments, concerne le monde du rugby, avec Gérard Lanvin, Vincent Moscato, et Olivier Marchal. …. Et pourtant je suis resté sur ma faim et même un peu déçu de l'image qu'il donne des anciens rugbymen. 12/20

Quand un nouveau Clint Eastwood sort sur les écrans,  je vais le voir le plus tôt possible, aussi le 19 janvier en soirée j’étais à la projection d'« Au-delà » avec au générique Matt Damon et Cécile de France. Ce n’est pas le meilleur Eastwood : Il y a des passages magnifiques et d’autres plus décevants, notamment toute la partie qui se déroule à Paris. 14/20.

Fin janvier arrivait un film de Peter Weir dont les critiques n’étaient guère élogieuses. Devant partir en Guyane il était à craindre qu’il ne soit plus à l’affiche à mon retour je m'y suis donc précipité dès sa sortie. Finalement j’ai bien aimé  cette fuite du goulag qui, sur 10 000 km, nous entraîne, avec sept évadés, sur « Les chemins de la liberté », de la Sibérie à l’Himalaya en passant par le désert de Gobi. Avec de magnifiques paysages, des acteurs comme Ed Harris, Jim Sturgess et Colin Farrel et une histoire tirée de faits réels, c'est un  beau voyage méritant 14/20.

Le film suivant je le mentionne même si c’est un film qui est sorti en toute fin d'année 2010 et que je n’avais pas pu voir en salle mais que j’ai retrouvé fin janvier dans l’avion qui m’emmenait en Guyane : « Red » est une comédie d’actions avec d’anciens barbouzes en retraite qui reprennent du service. Au générique Bruce Willis, John Malkovich, Morgan Freeman et même Ernest Borgnine en second rôle savoureux. Un divertissement réjouissant pour faire passer le temps en avion, mais qu'il valait mieux éviter de voir en payant l'entrée en salle. 11/20

 12 jours plus tard, lors du vol retour de Guyane, j’ai vu « 127 heures » un film de Danny Boyle avec James Franco. Un film qui n’est sorti que 3 semaines plus tard en France. Je l’aurais peut être mieux apprécié au cinéma mais je n’avais guère envie de le revoir. Encore une histoire réelle, celle d’un type coincé sous un rocher au fond d’un canyon des gorges de l’Utah pendant plus de 5 jours  et plus d'une heure bien longuette pour le spectateur coincé lui aussi….. 10/20 (La moyenne juste pour les paysages)

De retour de Guyane une courte semaine en métropole le temps de voir deux films assez particuliers

D’abord « Le discours d’un roi » avec Colin Firth dans le rôle du George VI, l’homme qui ne voulait pas être roi d'Angleterre, et Geoffrey Rush dans le rôle du thérapeute qui soigne le souverain bègue. Malgré le handicap de voir ce film au CAC en version anglaise, j’ai adoré cette histoire.15/20

Autre chose avec « Black Swan ». Quel film stressant ! Je n’aime pas ces films qui traitent de la folie des êtres. J’avais ressenti le même malaise il y a bien longtemps avec « Vol au dessus d’un nid de coucou » ou encore la semaine dernière avec le dernier Cronenberg dont je parlerai en fin de billet. Ce cygne noir est trop sombre même si les acteurs y sont excellents ; Nathalie Portman, Winona Ryder, Vincent Cassel mettent leur talent au service d’un film trop dur. 8/20.

Début mars de retour d’un voyage au Costa Rica j’espérais que le film de Philippe Le Guay «Les femmes du 6ème étage » aurait suffisamment de succès pour dépasser les deux semaines à l’affiche. Ce fut un très beau succès populaire et j’en étais d’autant plus content que Pilou, pour une fois, m’accompagnait. Une histoire touchante et rafraîchissante où ces femmes espagnoles, à Paris comme femmes de ménage chantaient des chansons qui avaient bercé l’enfance de Pilou. Un très beau film avec un Luchini qui servait magnifiquement ce très beau film. 17/20

La semaine suivante arrivait sur les écrans « True Grit » des frères Cohen avec Jeff Bridges, Matt Damon et Josh Brolin, une superbe distribution. J’ai bien aimé ce western et ses brutes qui s’entretuent. 14/20, mais quelques jours plus tard, comme pour me laver de la crasse du film j’ai revu en DVD « 100 dollars pour un shérif »d’Henry Hathaway tourné en 1969 avec John Wayne et dont True Grit est un remake.

« La permission de minuit » de Delphine Gleize est un drame médical émotionnel traitant d’une maladie génétique, les enfants-lune, et pour lequel le rôle du médecin au grand cœur ne pouvait être tenu que par Vincent Lindon. 15/20

« Fighter » vu vers le 10 mars est un film sur la boxe. Je déteste ce sport, mais je crois que j’ai aimé presque tous les films, de «Raging Bull » à « Million dollar baby »,  dont le thème est la boxe. Celui là n’échappe pas à la règle avec les excellents acteurs Christian Bale et Mark Wahlberg. 15/20

« Ma part du gâteau » de Cédric Klapisch  avec Karin Viard en femme de ménage humaniste et Gilles Lellouch en spéculateur salopard. Une façon d’appréhender la crise qui aurait pu être très utile si le film avait été mieux ficelé. 12/20.

J’attendais « L’agence » sorti fin mars tiré d’un roman de Philip K Dick auteur de science fiction. Avec Matt Damon et Emily Blunt. J’aime ce type de film et les acteurs, alors même si ce n’est pas un chef d’œuvre …. J’ai passé un très bon moment. 14/20.

« Je n’ai rien oublié » de Bruno Chiche. Rien que pour le plaisir de voir face à face Gérard Depardieu et Niels Arestrup et de revoir Nathalie Baye aimant toujours l’ex-Martin Guerre devenu Alzheimer. Emotions. 13/20.

Encore un film sur la crise et le surendettement mais façon hollywoodienne cette fois : «  The Compagny Men » avec Ben Affleck, et Tommy Lee John. Ça laisse d’autant plus voir qu’il y a en guest-star, Kevin Costner, le beauf bedonnant du play-boy Ben. 13/20

Au printemps la France reçoit souvent les rebuts américains : un exemple type avec « Morning Glory », encore que je ne me souvienne pas si j’ai vu ce film en salle ou, plus probablement lors d’un voyage en avion. Cela aurait pu être une version comédie du vieux « Network » de Sydney Lumet mais c’est surtout navrant à l’image d’un Harrison Ford pathétique. 8/20.

« La nostra vita », un mélodrame italien avec un très bon acteur Elio Germano en ouvrier du bâtiment  qui perd sa femme et doit faire surface pour l’équilibre de sa famille et ce malgré des ennuis au travail. Un mélodrame  politico-social à l’italienne comme je les aime malgré quelques  facilités. Vu au CAC en V.O. mais l’italien est une si jolie langue, je pardonne. 14/20.

 « La proie » un thriller avec Albert Dupontel c’était alléchant. Le rythme du film est bon et les acteurs efficaces… il ne manque pas grand-chose pour que ce soit un film marquant…. Pour l’instant j’en reste à 12/20.

« John Rabe » est un film intéressant car il raconte un fait historique peu connu. L’invasion de Nankin par l’armée japonaise en 1937. De nombreux chinois furent sauvés du massacre grâce au courageux comportement d’un industriel allemand. Mais, dommage, Gallenberger n’est pas Spielberg et son John Rabe n’était pas Schindler et avait aussi le désavantage d’être un admirateur d’Hitler. La mayonnaise ne prend pas. 12/20 pour quelques doses d’émotion.

 Je suis allé voir « De l’eau pour les éléphants » pour l’actrice Reese Witherspoon que j’avais adoré dans « Walk on line » le biopic sur Johnny Cash. Dans ce nouveau film sur la vie d’un cirque elle reste, comme l’histoire, trop convenue. 11/20

Avec « Stone », c’est un peu la même démarche, un film avec Robert De Niro et Edward Norton ça ne se refuse pas…. J’aurais pourtant du… car ce fut une grosse déception ! 10/20.

En mai c’est le Festival de Cannes et certains films sortent en salle la même semaine et pourtant je sais qu’il faudrait laisser le temps de réflexion et de lire les critiques. Pas une trop mauvaise surprise avec « Le gamin au vélo » des frères Dardenne surtout avec Cécile de France. J’ai aimé ce film subtil et émouvant. 15/20

Inconditionnel des polars de Michaël Connelly  je ne loupe pas les rares adaptations au cinéma (« Créance de sang » d’Eastwood.) tout en regrettant qu’aucune adaptation n’ait encore été effectuée des romans où le héros est son flic récurrent Harry Bosch. Hollywood nous propose « La défense Lincoln » de Brad Furman avec Matthew McConaughey dans le rôle de l’avocat Mickey Haller. Faute d’Harry je me contente de son demi-frère Mickey. Un excellent thriller qui respecte parfaitement le roman. 14/20.

Il me fallait voir « La conquête » une comédie sur les années de  campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Un film sur ma tête à claques préférée, pensez donc. Un film de Xavier Durringer bien construit avec l’extraordinaire performance de Denis Podalydes ; et pourtant je n’en fus pas satisfait. Pas assez méchant envers le sale mec. Le futur président est certes présenté  comme ambitieux, antipathique et avant tout cocu…. Mais on oubli de souligner que les cocus seront avant tout les français qui ont cru au travailler plus pour gagner plus. On aurait pu au moins mettre plus en évidence son talent de bonimenteur et son incompétence crasse à diriger un pays. 13/20

Je ne suis pas un fan de Woody Allen ; rares sont les films vus qui m'ont plu. Je peux citer « La rose pourpre du Caire » et à un degré moindre « Coup de feux sur Broadway » et « Accords et désaccords ». Pour être honnête je dois dire que j’ai le plus souvent boycotté les films où il fait l’acteur car je ne le supporte pas. Ces méchancetés étant dites j’avoue avoir adoré « Minuit à Paris » : une petite merveille avec Owen Wilson, Rachel McAdams et …. Carla (un tout petit rôle). Quelle belle idée que de renvoyer ce modeste écrivain américain ¾ de siècle en arrière pour retrouver Scott Fitzgerald, Hemingway et Picasso. J’ai été suffisamment sévère avec Allen dans le passé pour que cette fois je puisse surnoter un peu ce film avec un 17/20.

L’inverse pour « The Tree of Life ». J’ai longtemps mythifié Terrence Malick sur la base de deux films admirables « La balade sauvage » et « La ligne rouge ». Je lui ai même consacré un billet ciné-cure. J’avais déjà été déçu par son avant dernier film « Nouveau Monde». Quand à son 5ème et dernier film, qui reçut en mai dernier la Palme d’or à Cannes, ce n’est, à mon sens, qu’une merde mystique. Que sont venus foutre dans ce film Brad Pitt et Sean Penn (dont pratiquement toutes les scènes sont coupées). J’aurai envie de mettre 0/20 car c’est l’un des rares films où je n’ai pu m’empêcher de quitter la salle, de dégout, avant la fin. Je vais rester tolérant avec un 4/20.

Peu de cinéma en juin  pour cause de voyage en Andalousie et de beau temps en France et donc de grands travaux dans le jardin et puis ni «Pirates des CaraIbes : La fontaine de jouvence » ni « Pater» ne m'inspiraient vraiment, et puis j'avais été bien refroidi par «The Tree of Life »......... Il restait « Omar m’a tuer » un film a priori sympathique de Roschdy Zem avec Sami Bouajala et Denis Podalydes ; et pourtant je n’y ai pas entièrement adhéré malgré des passages très émouvants. Peut-être un peu trop à charge le thème de l'erreur judiciaire ….. Je ne sais pas ce qui a coincé pour ne pas me laisser emporter par les aspects poignants et évidents. 13/20.

Début d’été et avant que le CAC ne ferme ses salles de cinéma pour une pause estivale il a passé « La dernière piste » un faux western, un vrai road-movie, à l’époque de la conquête de l’Ouest. Qui dit CAC, dit salles des bobos niortais et le film est bien évidemment passé en version originale, le meilleur moyen apartheid pour ne pas se retrouver avec des spectateurs du populo. Bon comme le film n’est pas trop bavard, l’anglais ne m’a pas trop gêné. Ce film est très beau sans être passionnant : il y a des fois comme ça où l’on regrette Sergio Leone ou un Sam Peckinpath qui savait marier les beaux paysages, les longs silences, la musique avec la violence et quelques massacres. Une jolie caravane de pionniers qui mérite un 13/20.  

  Le cinéma de l’été est souvent peu intéressant, mais je me suis laissé tenter par trois films américains.

« Super 8 » Un film à la Spielberg, c’était normal puisque le réalisateur J.J.Abrams est un disciple du maître. Les acteurs principaux sont des enfants et on s’imaginerait bien partir vers un « rencontre du troisième type » mais on bifurque rapidement vers le gore façon « Les dents de la mer » ce qui est moins intéressant, à mon sens : 13/20

« Cow-boys et envahisseurs ». Des Aliens qui attaquent notre planète pourquoi viendraient-ils forcément au XXème ou XXIème siècle ? Pourquoi pas à l’époque du Far-West  pour s’en prendre aux cow-boys et indiens ? Ce n’est pas plus con ! Daniel Craig et Harrison Ford y sont à l’aise et je ne me suis pas ennuyé mais un petit 13/20 est suffisant.  

« La planète des singes » Une curiosité de voir l’origine de la prise de pouvoir des singes. Décevant, tape à l’œil et pour tout dire ennuyeux. 11/20.

A partie de mi-août et jusqu’à début octobre j’ai fait une longue pause. Un mois de vacances entre Catalogne et Corse avec de nombreuses escales intermédiaires, un court retour sur Niort avant de repartir en Guyane  fin septembre. Un seul film vu mi-septembre, « Présumé coupable »de Vincent Garenq. Ce film traite de l’affaire d’Outreau. Philippe Torreton est extraordinaire dans le rôle d’Alain Maurécaux et on ne peut que lui souhaiter le prochain césar de meilleur acteur. Pour le reste, et surtout la partie judiciaire le film choque et c’est très bien ainsi, mais ça reste trop classique limite télévision. 15/20 grâce à Torreton.

 « Le complexe du castor » de et avec Jodie Foster et surtout Mel Gibson en dépressif. Encore un film vu dans de mauvaises conditions en avion en septembre, alors qu’il était sorti en mai en même temps que sa présentation à Cannes. Un film sympathique : 14/20.

Arrive avec le dernier trimestre 2011 le grand embouteillage avec de très nombreux bons films et une forme d’addiction pour le spectateur qui courant de salle en salle, pour ne rien louper arrive malgré tout à voir encore, entre deux chefs d’œuvre, quelques navets.

Retour de Guyane mi-octobre il y avait déjà à l’affiche l’excellent «Drive » de Nicolas Winding Refn avec la nouvelle coqueluche hollywoodienne, Ryan Gosling qui tient un rôle de solitaire : cascadeur de cinéma le jour et taxi pour gangsters la nuit.  Excellent : 16/20.

 « The Artist » un film gonflé sans dialogues et en noir et blanc, un film français et hollywoodien de Michel Hazanavicius hommage au cinéma d’antan et tellement moderne grâce à Jean Dujardin et Bérénice Bejo. 16/20.

« Polisse » un titre avec une faute d’orthographe pour un film coup de poing mais forcément  imparfait. Le quotidien d’une brigade de protection des mineurs. Une réalisatrice Maiwenn, grande en devenir, de bons acteurs excellents, Karin Viard, Marina Fois Duvauchelle, Starr. La grande découverte de l’année 16/20.

« Les marches du Pouvoir » de et avec George Clooney. Un thriller politique sur fond de primaires démocrates aux Etats-Unis…. Et avec encore Ryan Gosling qui crève l’écran malgré les belles présences de Clooney et Seymour Hoffman. 15/20.

« La couleur des sentiments » un film bien fait, adapté d’un best-seller de Kathryn Stokett, qui décrit le mépris des épouses blanches inoccupées et souvent fatiguées pour leurs domestiques noires dans le Mississipi ségrégationniste. 14/20.

« Les aventures de Tintin : Le secret de la Licorne » Comment laisser passer un Steven Spielberg ? Et pourtant c’est de loin le pire de ses films…. J’ai même piqué un petit roupillon d’environ 15 minutes. Regrettable… pas le roupillon, le film. 10/20.

« L’exercice de l’Etat ». Un remarquable film politique de Pierre Schoeller qui cerne les enjeux du pouvoir et les humeurs et compromissions de ce milieu. Olivier Gourmet en ministre et Michel Blanc son directeur de cabinet et néanmoins ami sont magnifiques. 15/20

« Killer d'élite » Une nouvelle erreur. J’aurais pu éviter de voir ce film mais sachant qu’il revisitait des moments peu glorieux de l’histoire de l’armée britannique et que Robert De Niro y tenait un rôle, je suis allé le voir. 10/20.

« Intouchables » Je ne vais pas être long car tout le monde connait le sujet et beaucoup ont vu le film. Cette fois c’est un succès mérité pas une incongruité du genre « Bienvenu chez les Ch’tis ». Un très, très bon film qui a touché le public : 18/20.

« La source des femmes » de Radiu Mihaiteanu avec la lumineuse Leïla Bekhti. Un film féministe, sans doute un peu naïf, mais c’est tellement bon de le prendre au premier degré. 15/20.

« Contagion » Un film de Steven Soderbergh dont j’attendais beaucoup, à lire les critiques et en voyant le générique ; Matt Damon, Jude Law, Kate Winslet, Laurence Fishburne, Marion Cotillard…. Et un virus qui circule autour de la planète à grande vitesse….. Mais je ne fus pas contaminé ; tout au plus miné pour un généreux 12/20.

« Le stratège » de Bennet Miller avec Brad Pitt. J’aurai pu apprécier ce film si je comprenais quelque chose au base-ball. Un film à laisser aux amerloques 11/20. Il vaut mieux voir, malgré mes réserves  « Le fils à Jo », avec un sport bien de chez nous. 

« Toutes nos envies » de Philippe Lioret avec Vincent Landon et Marie Gillain. Un film généreux, trop sans doute car vouloir rassembler dans un même film toutes les misères sociales (Surendettement, justice, cancer) ça fait beaucoup pour une seule histoire. Pour les acteurs admirables 15/20.

Ce qui est regrettable c’est qu’après « Intouchable » de très bons films n’aient pas eu le public et le succès qu’ils méritaient. Notamment « L’ordre et la morale »de Mathieu Kassovitz qui raconte l’assaut de la grotte d’Ouvéa en Nouvelle Calédonie entre les deux tours de l’élection présidentielle de 1988. On peut contester le choix qu’à fait Kassovitz de suivre à la lettre le point de vue de Philippe Legorjus, il n’empêche que ce film est une très grande réussite et du très grand cinéma. 17/20.

«  Les neiges du Kilimandjaro » Rien que pour le titre je serais allé voir ce film, mais en plus de savoir que c’était le nouveau Guédignan avec Ariane Ascaride, J.P. Darroussin et Gérard Meylan c’était un incontournable. Aussi beau et même plus que « Marius et Jeannette » 17/20.

De Jean-Jacques Annaud peut-on ne pas attendre le dernier film même si comme « Or noir » il fut bien mal vendu…. Et puis en en voyant ce film dont l’histoire nous emmène dans les années 30 au cœur des déserts d’Arabie, on ne peut que penser à « Lawrence d’Arabie » et la comparaison devient alors cruelle. 13/20.

Mon vrai coup de cœur de l’année car ce fut une surprise « Les adoptés ».Dans l’embouteillage des bons films en cette fin d’année, je l’ai vu le dernier mardi avant qu’il ne soit retiré de l’affiche et je l’ai vu aussi pour Mélanie Laurent, réalisatrice et actrice. Du vrai bonheur : il y a dans ce film une justesse d’écriture, un amour des personnages, un sens de la mise en scène qui ne laisse pas indifférent. Je ne suis pas sûr que ce soit le meilleur film de 2011 mais c’est celui qui m’a le plus touché. Un 18/20 risqué…. Mais j’assume.

 C’est mon fils Didier qui m’a poussé à aller voir « Time out » d’Andrew Niccol celui qui avait fait il y a 13 ans « Bienvenue à Gattaca ». Je me suis exécuté pour faire jeune. Bon c’est une nouvelle fresque-thriller futuriste. Peut-être même que c’est le message philosophique le plus important pour un futur guère engageant : Arrêtez de faire des gosses ! .A voir plutôt en DVD pour un petit 12/20.

Avec « The Lady » de Luc Besson j’espérais mieux, mais malgré quelques faiblesses ce film doit être vu, ne serait-ce pour connaitre Aung San Suu Kyi. Besson a peut-être péché par excès d’admiration pour la grande dame de Rangoon. Un parcours politique bien tracé mais un manque d’émotions à trop vouloir dire  et encore heureusement que l’actrice Michelle Yeoh, si ressemblante, amène un supplément d’âme. 15/20

« Les Lyonnais » Un bon film d’Olivier Marchal avec Lanvin et Karyo auquel je donne immédiatement 14/20 pour ne pas trop de sous-noter car…. Car un peu comme pour le dernier film de J.J. Annaud il nous fait penser à un autre et notamment dans de nombreuses scènes…. Et cet autre film c’est « Le Parrain » de Coppola…. Et une nouvelle fois la comparaison est cruelle.

« Carnage » : Je n’aime pas beaucoup le théâtre et ce film est du ciné-théâtre de Roman Polanski avec Jodie Foster et Kate Winslet….Mais le théâtre ce n’est pas toujours un « diner de con » un peu lourdingue… Encore que les cons seraient ici, plutôt à mettre au féminin, mais c’est tellement bien interprété même quand le gâteau passe mal. 14/20.

Fantastique « Hugo Cabret » et fantastique Martin Scorsese aussi talentueux pour raconter Méliès que pour décrire « les gangs de New-York ». Un film magnifique destiné aux enfants et leur grand-père, mais quelle  idée de le sortir pour les fêtes de Noël quand les mouflets ne rêvent que de films d’animation et ce n’est pas la 3D qui fera que les mômes choisiraient ce  film au détriment du « Chat potté » tout en gênant le grand-père seul en salle. A cause de cette maudite 3 D je ne donne qu’un 18/20.

Ah ! les films qui sortent entre Noël et jour de l’an et qui ne trouvent de place que dans une salle dite culturelle, à éviter, ce que je n’ai pas fait.

Quand on me dit qu’un film a reçu le prix Louis-Delluc je pense immédiatement à « La Gifle », « L’horloger de Saint Paul », « Danton », L’effrontée » « Au revoir les enfants » « Tous les matins du monde » « Marius et Jeannette »  j’en passe et des meilleurs…. Du moins jusqu’à la fin du XXème siècle, car, à quelques exceptions près, depuis une dizaine d’année cette distinction s’est bobo-isée, télérama-isée… Enfin bref « Le Havre »est encore une superbe merde. C’est à la mode de rendre hommage au cinéma d’antan avec « The Artist », « Hugo Cabret » et j’ai l’impression que Aki Kaurismaki à voulu rendre hommage au cinéma de Carné d’avant guerre, mais un « Quai des brumes » sans Prévert et pire sans Gabin et Morgan et ses beaux yeux. Le jeu des acteurs est stupide ou ils sont nuls, c’est très mal joué (même Darroussin). On dit que c’est voulu pour faire peuple ????. 5/20 pour ce film aussi débile que « The Tree of Life ». Un point de plus car  je suis moins déçu par Aki Kaurismak que je ne connaissais pas trop, que je  le fus par Malick. .. . Maintenant je sais. 

Je suis moins sévère avec « A dangerous Method » de David Cronenberg avec ses acteurs Viggo Mortensen, Vincent Cassel et Michael Fassbender. J’aime bien ce cinéma même si encore une fois j’ai été gêné par les scènes de folie de Keira Knightley – Sabina Spilrein. Reste les débats de psychanalyse, les joutes verbales, entre Freud, Jung et Spielrein mais heureusement, pour une fois, de voir le film au CAC en V.O. m’a évité le mal de tronche. Il ne restait que l’ambiance générale du film qui reste très Cronenberg pour un petit 12/20.

Bref le bilan 2011 se traduit par 56 films vus avec une moyenne de 13.2 +/- 2.9. Une douzaine de films (notés 11/20 et moins) que j’aurai pu éviter de voir (dont 2 vus en avion).

Deux films de plus que l’année précédente mais surtout une meilleure moyenne (11,9 pour 54 films en 2010) ce qui confirme une plus belle année cinématographique 2011.

Voilà aussi la liste des films que j’aurais pu voir mais que j’ai loupé, notamment  « Des vents contraires » et « Blue Valentine » qui ne sont pas sortis à Niort et dont j’attendrai la sorti DVD.

Il y a aussi « Another Year » « Les yeux de sa mère », « Habemus Papam » mais j’ai du faire ces semaines là d’autres choix et que je les verrais bien un jour ou l’autre à la télé ou en DVD.  Enfin Il y a une séance de rattrapage au CAC fin janvier pour « La piel que Habito »  d’Almodovar adapté d’un roman de Thierry Jonquet que j’irai sans doute voir, mais je ne pense pas faire un effort pour voir « Une séparation », et « Tomboy ». Ca dépendra de ce qui sortira sur le circuit commercial cette semaine là. … et il y a du bon à venir.

Mon top 10 est donc le suivant ; 1/ Les adoptés 2/ Intouchables. 3/ Hugo Cabret  4/ Les femmes du 6èmeétage. 5/ Minuit à Paris. 6/ L’ordre et la morale 7/ Les neiges du Kilimandjaro 8/ The Artist.  9/ Même la pluie. 10/ Drive.

En comparaison voici quelques bilans de la presse spécialisée (En rouge des films que je n'ai pas vus)  :

  Le top 10 des rédacteurs de « Première » est : 1/ Black Swan 2/  The Tree of life.   3/ Drive  4/ L’Apollonide. Souvenirs de la maison close.  5/ Les aventures de Tintin. Le secret de la Licorne.  6/ J’ai rencontré le diable. 7/ Animals Kingdom . 8/ Polisse. 9/ The Artist. 10 / Never let me go.

Le top 10 des lecteurs de « Première » : 1/ Black Swan. 2/ Drive. 3/ Polisse. 4/ Le discours d’un roi . 5/ The Artist. 6/ Harry Potter et les Reliques de la mort  7/ The Tree of life. 8/ Super 8. 9 / Figher 10/ Une séparation..

 

Le top 10 des rédacteurs de «Studio Ciné-live». 1/ Polisse  2/ Intouchable 3/ Black Swan. 4/ Une séparation 5/ The Tree of life.  6/ Les aventures de Tintin. Le secret de la Licorne. 7/ Le cheval de Turin. 8/ Drive. 9 ex aequo/ The Artist et Melancholia.

Le top 10 des lecteurs de « Studio Ciné-live ». 1/ Intouchable 2/ Drive 3/ Polisse 4/ Black Swan. 5/ Le discours d'un Roi. 6/ The Artist  7/ Mélancholia   8/ Super 8.  9/ Les aventures de Tintin. Le secret de la Licorne. 7/ La guerre est déclarée.

 

A suivre….. car manifestement j’ai bien meilleur goût que les critiques professionnels.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

argoul 07/01/2012 11:14

La réaction d'un libéral à la TVA sociale : tu seras content.
http://www.atlantico.fr/decryptage/tva-sociale-reduction-cout-travail-pouvoir-achat-hausse-prix-protectionnisme-competitivite-alain-madelin-261169.html