Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ciné-cure...... The Lady.

1 Juillet 2012 , Rédigé par daniel Publié dans #ciné-cure

Les critiques de cinéma ont été le plus souvent sévères avec Luc Besson, mais le public répond généralement présent, et le réalisateur a finalement réussi à imposer ses choix et son style. Rares sont les films qui n’ont pas fait un million d’entrées : «Le Grand Bleu » a atteint 10 millions de spectateurs en salle, le «Cinquième élément » a flirté avec les 8 millions, et Subway, Nikita, Léon, Jeanne d’Arc ont tous tourné autour des 3 millions de spectateurs (et sans parler des films pour les mômes, les « Arthur »  que j’écarte, mais qui ont fait aussi de belles recettes et encore plus en DVD.)

19827489-r 160 240-b 1 D6D6D6-f jpg-q x-20111011 0411139483[1]

Alors pourquoi son dernier film, « The Lady »,  a-t-il fait un résultat aussi modeste avec moins de 500.000 entrées ? Et alors que c’est, à mon sens un très, très grand film. J’ai déjà évoqué ce désamour incompréhensible pour le film de Kassovitz « L’ordre et la morale » qui a fait pire avec moins de 200.000 entrées. Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans le monde du cinéma. Deux des meilleurs films de 2012, année record de fréquentation des salles, n’ont pas eu le succès attendu. Bien sûr Kassovitz prend parfois des positions surprenantes et Besson s’est un peu coupé de son public initial en faisant, depuis quelques temps trop de films pour enfants. S’ajoute à ça que  beaucoup de producteurs s’obstinent à vouloir la sortie de films prometteurs  pour la fin d’année, la meilleure période de fréquentation et le bon moment pour espérer un Oscar ou un César mais aussi risque d’embouteillage et  quand on a la malchance de tomber en même temps que «Les intouchables » on se ramasse…. Et puis les films politiques et instructifs n’ont plus trop la côte en période de crise….. On l’a encore vu ce printemps avec des salles vides pout le remarquable « Margin Call »

 Peut-être que Luc Besson aurait du attendre six mois de plus, que son très beau film sur Aung San Suu Kyi sorte quand la grande dame de Rangoon serait en visite en Europe et serait reçue comme un chef d’Etat en France.

C’est le troisième billet ciné-cure où je parle de cette grande figure, qui dans mon Panthéon personnel est au même rang que Gandhi et Mandela. Il y eut « Total recall » de Paul Verhoeven  et « Rangoon »de John Boorman. Je ne vais donc pas  refaire une présentation de l’icône mais plutôt faire un parallèle entre des propos de Aung San Suu Kyi, lus ou entendus la semaine dernière lors de sa réception à Paris, et l’interview par Studio Ciné live, en avril 2011 de l’actrice Michelle Yeoh qui l’interprète si magistralement  dans « The Lady »

Au préalable je reprends une partie d'une critique sévère mais représentative, qui analyse le film de Besson, sans en comprendre l'importance et en l'assortissant de remarques idiotes et assassines.

« C’est une femme frêle et droite devenue symbole de la liberté par la force des choses. Une femme que rien ne brise, ni la menace, ni le deuil, ni la privation de liberté Aung San Suu Kyi pourrait être un personnage de légende tant son histoire inscrite dans les soubresauts sanglants de la Birmanie…..Sauf que, obsédé par la bravoure de son héroïne, aveuglé d’admiration, Luc besson écarte toute explication de l’engagement politique soudain d’Aung San Suu Kyi ou de la levée de son assignation à résidence …. Qu’insinue la critique ? Que Suu Kyi serait allée à la soupe par ambition politique ! Quand ? Lors des élections de 1991 qu'elle a remportées pour son parti avec 302 députés sur 350 ? Scrutin annulé par la junte au pouvoir. Ou les toutes dernières, il y a quelques mois, pour le renouvellement d'une cinquantaine de députés ou elle obtint 44 sièges ? La levée de son assignation à résidence est intervenue en fin de tournage du film. Comment peut-on écrire de telles conneries ? 

Et les pires horreurs suivent quand la critique reproche à Luc Besson «  …d’évacuer  toute émotion lors des retrouvailles d’Aung San Suu Kyi avec son mari  après des années de séparation. Efface toute trace de chagrin chez les enfants alors que leur père se meurt d’un cancer sous leurs yeux….. Seule compte la représentation iconique de la grande dame en sa forteresse de vaillance… ». C’est justement là que le film est fort et juste ; c’est par cette approche, cette présentation, que Luc Besson m’a impressionné et que son actrice, la merveilleuse Michelle Yeoh m’a époustouflé.  

Pour faire une bonne critique il faut non seulement connaître et aimer le cinéma mais  il faut aussi, pour les films ayant trait à l’actualité où à l’histoire, savoir de quoi on parle et ne pas rechercher forcément un mélo flamboyant sous prétexte que le personnage est exceptionnel. Est-ce que le film d’Attenborough sur Gandhi est un mélo flamboyant ? Stupide !

 article photo 1340910773594-1-HD[1]

J’en viens à quelques extraits d’interviews très intéressants.

Aung San Suu Kyi  (Entretien au ‘’Monde’’ du 28 juin 2012) :

«  Mon objectif est une vraie société démocratique en Birmanie. Etre fille de général m’a certainement facilité les choses ; je n’ai aucun ressentiment envers les militaires. Rien n’est facile, ce n’est pas sans risques et pour chaque décision que nous prenons il y a un risque calculé, mais l’anxiété ne doit pas nous freiner. ….. Je crois davantage dans le mouvement que dans la personnalisation de la politique. Mais dans les transitions, les gens aiment pouvoir se reconnaitre dans les visages. C’est une question de phases……

Ce n’est pas tant les militaires que le président Thein Sein qui a décidé de prendre cette voie. Il est conscient de l’état dans lequel se trouve notre pays, de la pauvreté de la population et de la manière dont notre système s’est effondré, dans l’éducation, la santé, les services publics, l’économie. Dans tous les domaines beaucoup de choses ne fonctionnent pas. Il fallait faire quelque chose…. C’est un défi important, car au Parlement nous ne sommes que 44 face à des centaines….Mais au moins ça nous donne le temps pour renforcer nos troupes et les préparer à des responsabilités plus importantes. C’est difficile car à cause de la répression, pendant longtemps nous n’avons pas pu fonctionner, ni recruter de nouveaux membres. C’était une manière de nous faire disparaitre, et pourtant nous avons réussi à survivre….. »

19858561-r 120 160-b 1 D6D6D6-f jpg-q x-20111130 053001

Michelle Yeho : Actrice jouant le rôle d’Aung San Suu Kyi dans le film de Luc Besson. (Extrait de l’Interview de Studio Ciné-Live avril 2011)

«  ….. Alors que Luc terminait le montage, le département d’Etat américain et de nombreuses ONG nous ont contactés pour utiliser le film afin de révéler au monde la situation d’Aung San Suu Kyi…… C’est ce qui les intéressait car malgré de nombreuses campagnes de sensibilisation, le grand public ignore encore qui est Aung San Suu Kyi. Quand on va plaider sa cause au Congrès, on se rend compte que ses membres ignorent son nom. ! Mais avec le pouvoir du cinéma, nous aurons beaucoup plus d’impact. Nous espérons que les spectateurs feront le choix d’agir ou, du moins, s’ils ne s’impliquent pas concrètement qu’ils resteront en alerte…..

….. Grâce à son statut, Aung San Suu Kyi combat des adversaires armés de fusils avec des mots, sa compassion, par le dialogue et elle encourage des gens à faire de même. C’est à ça que nous servons, nous l’aidons. Imaginez un peu l’exemple qu’elle donnerait au monde si elle remportait la victoire de cette manière…..

….. L’annonce de sa libération eut lieu pendant le tournage du film. …..Nous savions qu’elle allait être libérée parce que Kim était sur le point d’obtenir un visa pour aller la voir. Rendez vous compte ! Il n’avait pas vu sa mère depuis dix ans ! Après la mort du père, sous la pression internationale, la junte a semblé culpabiliser….

….. Luc besson a appris sa libération en la voyant saluer la foule à la télévision. …. Nous avions tourné la même scène la veille. : Pour Luc, c’était presque : Quoi ? Quelqu’un m’a volé ma scène ? …..

Quand la fiction devance la réalité La meilleure réponse à une critique malveillante, par ses sous-entendus…… dans le même journal toutefois..... 

 

  (A suivre)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article