Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ciné-cure..... Ridicule.

17 Novembre 2010 , Rédigé par daniel Publié dans #ciné-cure

La situation politique était franchement ridicule depuis cinq ou six mois, depuis que le président a cru malin de préparer l’opinion et les prétendants à un prochain remaniement du gouvernement et jusqu’à l’annonce effective de celui-ci par le secrétaire général sur le perron de l’Elysée…… et puis jugeant s’en doute que le ridicule n’était pas à son summum le président à cru bon faire participer, hier soir, les français à une séance de câlinothérapie télévisée agrémentée de grossières contre-vérités…..

Comme c’est mon habitude de traiter les sujets de politique nationale, voire parfois de politique internationale (Rangoon à nouveau d’actualité) je ne fais pas changer de méthode et un film s’impose de toute évidence, c’est « Ridicule » de Patrice Leconte.

Je ne vais pas trop m’attarder sur la carrière de réalisateur de Patrice Leconte qui aurait fait 25 films pour grand écran. Je ne cracherai pas sur les « Bronzés » qui ont fait du bien à des millions de français et comme tout le monde je n’ai pas boudé mon plaisir du moins pour les deux premiers, ceux de 1978 et 1979 mais je n’ai pas eu envie d’aller voir celui de 2006.

J’avais aussi trouvé jubilatoire « Viens chez moi j’habite chez une copine » qui date de 1981 et je me rappelle avoir bien aimé en 1985 « Les spécialistes », même si l’ayant revu dernièrement à la télévision j’ai trouvé qu’il avait bien vieilli. 

J’ai ensuite trouvé, vers la fin des années 80 que Leconte devenait un cinéaste intéressant notamment lorsqu’il réalisa « Tandem » et « Monsieur Hire »

« Tandem » est un film ironique mais toujours tendre et humain, C’est une  évocation nostalgique du « jeu des mille francs ». Jean Rochefort y est éblouissant en animateur de jeux radiophoniques, façon Lucien Genesse, face à un Gérard Jugnot, en chauffeur, accompagnateur, homme à tout faire, qui, pour la première fois, abordait un rôle sensible. Ce film raconte une histoire simple mais originale, sur fond d’amitié entre deux solitudes égarées ensembles sur les routes de France.

« Monsieur Hire », fut sans doute le plus inattendu, des films de Leconte, celui qui était le plus en rupture avec ce qu’il avait fait auparavant. C’était aussi le plus risqué puisque c’était un remake de « Panique » de Julien Duvivier, adapté d'un roman de Georges Simenon et où Michel Simon jouait alors le rôle de Monsieur Hire.… Le film de Leconte doit aussi beaucoup à ses acteurs : Michel Blanc est impeccable dans un rôle d’homme secret, mal-aimé et voyeur et Sandrine Bonnaire est magnifique, On se laisse prendre par ce film noir où le spectateur hésite à choisir lequel des deux personnages est le plus pervers. 

En 1990, suivit « Le mari de la coiffeuse »un très beau film, personnel et une nouvelle fois inattendu avec Jean Rochefort et Anna Galiena magnifiques  «  C’est une histoire d’amour, mais comme il n’en existe pas dans la vie réelle. Un amour intense et harmonieux, sans nuages……. La vie des deux amants semble entièrement organisée autour de cette passion mutuelle. Elle est coiffeuse, lui ne fait rien, il lui tient compagnie…. C’est une histoire d’amour fou qui veut ignorer, juste le temps d’un film, les noirceurs de l’âme humaine…..C’est beau un cinéaste qui rêve…….Studio. 

Je n’ai pas vu les deux films qui suivirent, pas même en DVD, aussi n’en parlerai-je pas trop. De ce que j’ai lu Leconte fut accusé, à l'époque, de faire du sous-Blier. « Tango »de 1993 avec pourtant Noiret, Bohringer, Lhermitte, Bouquet, Miou-Miou n’a obtenu que des critiques acerbes. « Le parfum d’Yvonne »de 1994 une adaptation d’un roman de Patrick Modiano « Villa triste » avec Marielle et Hyppolite Girardot.eut un accueil à peine plus réservé.

 

Ce fut l’époque ou les rapports de Leconte avec les critiques de cinéma s’envenimèrent quelque peu et ce fut notamment le cas pour « Les Grands Ducs » sorti en 1996….. Mais le film est bâti autour de Noiret, Marielle et Rochefort qui interprètent  trois vieux comédiens «has been» et fauchés qui cachetonnent pour survivre et qui reprennent au pied levé, la veille d'une tournée théâtrale, trois petits rôles d'une comédie de boulevard. Sûrement le film le plus fou d'un Leconte, complètement délirant. Mais c'est avant tout une déclaration d'amour aux comédiens de l'ombre, aux gloires passées, au théâtre de boulevard, au vaudeville...

Gaff2092272520[1]Gaff1608462200[1]

 Avec « Ridicule »Leconte a réalisé une formidable comédie noire s’appuyant sur un film historique, costumé épatant et enthousiasmant. Tout est réussi : la photo est superbe, la reconstitution est soignée, la musique est belle... et surtout les dialogues sont brillants et magnifiquement  interprétés par des acteurs : Rochefort, Berling, Giraudeau et Fanny Ardant  un modèle de perfection: amour, amitié, ambition, manipulation, handicap... tout se mêle, se complète, s'éclaire pour dresser un portrait de cour cynique. «  C’est un beau film sur la dignité humaine et sur le pouvoir des mots. Une fable sur l’impuissance des nantis à concevoir autre chose que leur propre apparence….. Leconte qui joue habilement des contrastes entre la cour, lieu de mort et le reste du monde lieu de survie….. Ridicule, raconte la plus visible tare de la société : le gout morbide du pouvoir. Denis Parent.

Allons donc comprendre pourquoi après un tel chef d’œuvre Leconte se crut obligé en 1997 de ressortir de la naphtaline Delon et Belmondo pour tourner avec la petite Paradis « Une chance sur deux ». Bien sûr ça garantissait un million d’entrées. Ai-je le droit de railler les deux grands du cinéma français sur le retour d'âge, en citant un film que je n’ai pas vu et que je ne verrai pas. Le ridicule me concerne aussi.

Je n’ai vu ensuite qu’un seul film de Leconte, c’est « La veuve de Saint Pierre » sorti en 2000 ; encore une magnifique et romanesque histoire d’amour en costume. « Formidablement bien servi par un trio d’acteurs exceptionnel (Juliette Binoche, Daniel Auteuil et Emir Kusturica), la veuve de saint Pierre est une œuvre que certains trouveront trop classique. Oui, c’est du cinéma classique, et alors ? Qu’attend-on d’un film sinon qu’il nous transporte, qu’il nous fasse vibrer, qu’il nous nous déchire le cœur ? Là Patrice Leconte a une fois de plus parfaitement rempli son contrat » Studio.

Et puis plus rien ! Certes Leconte a continué à réaliser mais ni les bandes annonces ni les critiques ne m’incitaient à me déplacer au cinéma pour voir ses derniers films. Il semblerait que j’ai eu tort au moins pour « La fille sur le pont » en1999 avec Auteuil et Vanessa Paradis et pour « Confidences trop intimes » en 2004 avec Luchini et Sandrine Bonnaire. Il va ma falloir y remédier par les séances de rattrapage par DVD 

Suite du billet le 18 novembre :

Et si on évoquait maintenant la situation politique : Ah ! Sarko. Même les journaux de droite se sont défoulés, même l’Express, même Le Point, Le Figaro,  (non quand même pas le Figaro, il ne faut pas rêver).

Faisons Le Point aujourd’hui: « Le syndrome de la musaraigne … La séquence ‘’ remaniement’’ restera dans les annales comme un cas d’école : elle met au jour avec éclat les limites de la com. et des effets d’annonce. Il y a quatre mois (moi je dirais au moins 5 depuis juin) le chef de l’Etat avait ouvert les enchères ministérielles avec un brin de gourmandise un brin sadique et annoncé une nouvelle étape gouvernementale sur le ton ‘’Vous allez voir ce que vous allez voir’’. On a vu .Un festival de courbettes et de marchandages d’arrière-cuisine, dans une ambiance IVème République….. »

  Une fin de partie tout aussi ridicule avec l’annonce de l’annonce du gouvernement pour le lundi alors que tout le monde savait qu’il fallait profiter du dimanche, com. oblige avec l’énorme surprise du choix de Fillon le matin et l’ensemble des ministres pour le direct du 20 h. Ridicule jusqu’au bout…. le Sarko

J’envisageais, je préparais même ce billet depuis quelques jours, quand mon camarade blogueur Argoul a publié le 9 novembre un article intitulé « France ridicule » sur son site http://argoul.blog.lemonde.fr/. J’ai donc retardé quelque peu le mien, mais voilà Argoul vient subitement de claquer la porte du blog Le Monde pour migrer sur www.argoul.com où je conseille à mes lecteurs de le suivre.

De ce billet «  France ridicule » qui est encore consultable j’extraie quelques phrases chocs :

« …..Ridicule est Villepin lorsqu’il joue au grand sage, revenu de tout, qui a tout compris du pouvoir et qui déclame l’Histoire de France comme s’il en était propriétaire……

…….Ridicule est Sarkozy de s’être laissé piéger par la presse et la soi-disant opinion en promettant un remaniement ministériel qu’il est bien en peine de changer de premier ministre…..

……Ridicule est bel et bien Mélanchon, ce populiste de gauche qui fait du Frêche au petit pied….

……Ridicule est le quarteron de députés UMP qui veut sucrer à Martin Hirsch son indemnité de président de l’Agence de service civique…

……Ridicule l’Education nationale qui vient de retrouver 20000 emplois temps pleins, perdus dans les arcanes du Mammouth

……Ridicule encore l’Autorité des marchés financiers qui s’aperçoit qu’elle n’avait pas prévu qu’un produit dérivé permettait sans vergogne de contourner la loi…

……Ridicule….etc…..

J’ajoute à cet inventaire ma touche personnelle et locale

…… Ridicule Rodolphe C. secrétaire fédéral du PS des Deux-Sèvres qui pose sa candidature en interne pour l’investiture dans le canton Niort Est, un canton sans danger traditionnellement réservée à une femme car c’est le seul (avec le canton Niort nord) qui permet de faire élire une femme au Conseil Général. Niort-nord était représenté par Françoise  B. décédée en début d’année et donc remplacée par son suppléant et non renouvelable en mars prochain et pour Niort-est où Geneviève R. ne se représente pas. Résultat si par malheur les militants devaient ce soir désigner Rodolphe il n’y aurait, très  probablement, plus de femme au Conseil Général  79 et de toute façon il n’y  en aurait plus de gauche, ce qui ne serait pas un très grand succès et une super pub pour le PS.

J’espère qu’Eve Rose battra Rodolphe au scrutin pour l’investiture….. et que nos voix à Pilou et moi ne manqueront pas, car contexte familiale oblige, nous ne seront pas à Niort ce soir pour le vote.

 

A suivre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

argoul 02/12/2010 12:52


Merci de me suivre, cher Daniel.
Contrairement à ce que j'indiquais moi-même au début, l'adresse du blog ne comprend pas de www. Elle est http://argoul.com tout simplement (tapez argoul.com directement, ça marche).
J'ai rectifié ta référence sur le site.