Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Saga Mexicana.... Coup de froid, un sombrero sur le nez en guise, en guise...

18 Février 2012 , Rédigé par daniel Publié dans #saga africa

En guise de cache-col ? Non ! De parasol comme le chantait si bien Marcel Amont, car nous autres, retraités ‘’affriandeurs’’ de soleil, dès que le froid s’installe en métropole on se carapate quelque part entre tropiques du cancer et du capricorne. L’an dernier c’était le Costa Rica, cette année nous avons retenu le Mexique… l’an prochain, à cette époque, ça pourrait bien être le Pérou ou le Togo… Si dios quiere !

En fait, comme on retient ces voyages d’hiver fin décembre et que, selon les destinations, les séjours sont de dix à quinze jours, on n’est jamais vraiment sûr d’échapper complètement aux plus grosses rigueurs hivernales mais cette année ça tombait pile poil. Le froid arrivant généralement fin janvier avec l’anniversaire de Thomas, anniversaire que nous attendons avant de tailler la route. Ce dernier dimanche de janvier pour les huit ans de notre second petit-fils était une agréable mais fraîche journée mais ça s’est gâté dans la nuit et le lendemain le premier épisode neigeux apparaissait : il était vraiment temps pour nous de partir. Le mardi bien au chaud, dans le TGV qui nous emmenait à Roissy, en regardant les tristes paysages blanchis et mornes, nous savourions à l’avance notre choix d’escapade en espérant que deux semaines plus tard le grand froid serait passé et que la nature aurait repris des couleurs.

Mercredi 1er février en soirée, après un voyage quelque peu longuet de plus de onze heures nous arrivions à Mexico. A l’aéroport nous étions un groupe de 28 personnes à nous rassembler sous la pancarte du tour opérateur : premiers contacts et heureuse surprise il n’y avait pas que des « tamalous » dans ce groupe.

Effrayante, la circulation dans Mexico ! Ce n’est pas pour rien que l’écrivain Paco Ignacio Taibo appelle cette ville tentaculaire le ‘’monstre’’.

101 6233101 6353

Une première nuit frisquette, dans un hôtel cossu de Mexico. En arrivant sous ces latitudes et en oubliant que Mexico se trouve à une altitude de 2250 m, on n’imagine pas qu’on puisse avoir froid. Le lendemain matin nous vîmes qu’il y avait des couvertures en réserve dans un placard. Pour la seconde nuit on y pensa.

Le second jour, mais la première journée de tourisme, nous avons visité le magnifique musée national d’anthropologie : C’est lors de cette visite que nous avons réalisé que nous avions pour nous accompagner en ce voyage une guide très érudite, sympathique, parfois quelque peu dirigiste mais toujours « Socorrida ». J’avais potassé un peu confusément le sujet mais c’est Soco qui m’a permis de mettre un peu d’ordre dans ma compréhension des civilisations entre les deux grandes zones culturelles : Celle de l’Altiplano au Centre Mexique pour les civilisations Zapotèque, Toltèque et Aztèque et celle des basses terres du sud, les territoires des cultures Olmèque et Maya, ainsi d’ailleurs que la chronologie de ces civilisations. Il est manifestement  important pour suivre ce chemin sacré du Mexique de commencer par visiter avec un bon guide, ce grand et beau musée où nous avons passé plus de trois heures, malgré la fermeture de certaines salles pour cause d’aménagements. J’ai déjà consacré un billet-photos à ce musée, billet que je complèterai dans quelques temps par quelques descriptions ou commentaires. 

101 6397

En début d’après-midi nous sommes allés déjeuner à bord de Trajineras sur les canaux de Xochimilco, sur ce qui reste du lac initial au sud de Mexico. J’ai aussi fait un billet-photos de cette balade, billet qui restera sans légende, tout en précisant que ce site est devenu en 1987, comme la plupart des sites que nous allions visiter, patrimoine mondial de l’Unesco. Avant de retourner à l’hôtel nous avons fait une pause au centre ville à la plaza de la constitution aussi appelée Zocalo, pour admirer de l’extérieur, entre autres, le Palacio Nacional mais en entrant dans la catedral Métropolitana. (Nous avons visité beaucoup d’églises et de cathédrales : un peu trop à mon goût et je ne les évoquerai pas toutes). Pour finir cet aperçu, nous avons fait un arrêt plaza Garibaldi, où se rassemblent les mariachis et qu’on aurait pu éviter.

Le lendemain, vendredi en matinée, nous avons effectué une visite de la basilica de Guadalupe. Encore une bondieuserie, la crise de foi n’est pas loin. D’accord la vierge serait apparue un jour de 1709 sur la colline de Tepeyrac au nord de Mexico à un indien qui s’appelait Juan Diego (Nom bien trop catholique pour un indien !), un peu comme Bernadette à Lourdes.

101 6514101 6483

Bon c’est vrai qu’il ne faut pas médire des religions, et puis cela a permis de faire de belles photos, sans compter qu’en 1910 Emiliano Zapata avait intégré cette icône dans son drapeau révolutionnaire ; alors respect !

Le reste de la journée fût nettement plus intéressant. On s’est rapproché de la cité des dieux à Théotihuacan, avec ses splendeurs dont la pyramide du soleil haute de 70 m. Je ne développe pas, me réservant pour plus tard de faire un billet concernant ce site situé à environ 40 km de Mexico centre.

Avant d’arriver sur le site, nous nous étions arrêtés dans un commerce-atelier où nous aurions pu nous ruiner en achetant tout ce qui nous plaisait notamment de magnifiques pièces en obsidienne. Pilou eut un coup de foudre pour un très beau masque en venturine : Après négociation, d’abord en français puis en espagnol (mas economico) l’affaire fut conclue ! Une bonne affaire selon Soco, ce dont je ne suis pas si sûr, notamment si on ajoute au prix négocié la perte du téléphone, qui était utilisé en fonction machine à calculer pour transposer les prix pesos en prix euros…. Et je ne peux pas mettre en cause les verres de Pulque et Téquila qui nous furent offerts puisque que c’est Pilou qui faisait les comptes.

DSCF2764101 6560

Après la montée des marches de la pyramide du soleil et avoir parcouru l’ensemble du site nous avons déjeuné dans un restaurant de Théotihuacan. D’une manière générale nous avons toujours bien mangé au Mexique ce qui contrastait avec le séjour de l’an dernier au Costa Rica. Pour ce déjeuner nous eûmes en plus un concert de Mariachis et des danses amérindiennes et c’est dans ce restaurant que notre petit groupe s’est formé sur la base d’affinités communes notamment celles d’être des voyageurs non râleurs …. Eh oui ! Comme souvent dans ce type de voyage il y avait quelques râleurs.... pour être honnête je devrais préciser quelques râleuses, au risque d'être taxé de misogynie. 

101 6599101 6616

En milieu d’après-midi nous avons repris place dans le car pour rejoindre Puebla, la « cité des anges » située à 125 km au sud est de Mexico. Arrivés assez tôt en fin d’après-midi nous pûmes faire une visite de cette jolie ville qui fut longtemps la plus espagnole des villes mexicaines, avec notamment son centre ville  ‘’Le zocalo ‘’vaste place plantée de grands arbres, sa cathédrale et son église Santo Domingo…. On a boudé les lieux de culte pour arpenter longuement la Calle 5 de Mayo, une jolie rue piétonne et ses très nombreux commerces de chaussures, las zapaterias.

 Tous les matins depuis notre arrivée au Mexique et grâce à Wifi j’essayais de faire vivre ce blog avec des billets faits à l’avance et en en préparant de nouveaux, des billets photos. Ce samedi matin, en nous connectant sur internet nous recevions une très mauvaise nouvelle ! Je n’en dis pas plus mais le reste du voyage, que nous ne pouvions interrompre à mi-circuit, devenait forcément différent.

DSCF2843101 6703

Pilou conversait plus souvent en espagnol avec notre guide Soco ; je crois que ça leur faisait du bien à toutes les deux, Soco se désespérant du comportement négatif d’une petite partie du groupe …. Tôt le matin nous avons repris la route, direction la région d’Oaxaca ancien fief des civilisations zapotèque et mixtèque et la ville de jade. Un trajet de 330 km soit comme tous les jours cinq ou six heures de voyage…. Une route belle et mélancolique, au pied des volcans dont le Popocatepelt et l’Iztaccihuati sur fond de ciel bleu et cernée d’impressionnant cactus candélabres. A la mi-journée nous avons déjeuné dans un restaurant indien avant de nous retrouver dans une petite ville avec une manifestation carnavalesque ; un enterrement parait-il !. Nous sommes arrivés avant la tombée de la nuit à Oaxaca où vécut Cortes au XVIème siècle, peut-être la plus belle ville du circuit.

101 6790101 6850

Le lendemain dimanche matin nous avions le choix : faire une pause, la grasse matinée et écrire des cartes postales au bord de la piscine de l’hôtel d’Oaxaca, ou bien aller visiter le site de Monte Alban situé à une dizaine de km. C’est le choix que nous avons fait avec une petite majorité du groupe  et nous ne l’avons pas regretté, ce site zapotèque me paraissant le plus surprenant du circuit (J’y consacrerai prochainement un billet) et c’est avec délectation que j’en faisais la pub à quelques compatriotes rétifs et fatigués lors de notre retour à l’hôtel d’Oaxaca pour le déjeuner. Dans l’après-midi nous reprenions la route pour nous arrêter à Tule pour admirer un arbre vieux de plus de 2000 ans puis à Mitla haut lieu de la culture Mixtèque et rejoindre Tehuantepec sur la côte pacifique par une délicate route de montagne et enfin arriver tardivement dans un très bel hôtel en bord d’océan ; un hôtel où nous retrouvions wifi et pouvions reprendre contact avec la France par internet.

Lundi matin nous quittions l’isthme de Tehuantepec pour rejoindre le Chiapas avec une première étape au Canyon de Sumidero et une magnifique balade en bateau pour laquelle j’ai déjà fait un billet-photos qui lui aussi restera sans légende.

 

(La suite de ce voyage et le retour en France hivernale dans le prochain billet)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article