Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Moments de vie..... De retour pour une sacrée semaine !

16 Avril 2013 , Rédigé par niduab Publié dans #Les moments de la vie

Une semaine qui débute normalement un lundi, le lundi 8 avril, dans un hôtel de Pretoria. La veille au soir en arrivant dans la chambre je m’étais précipité sur internet dont j’avais été privé depuis trois jours. Après vingt minutes de connexion gratuite j’avais du sortir ma carte bancaire pour une connexion payante à raison de 90 rands /H (environ 9 euros) ; je choisis de retenir deux heures pour la soirée…… Rien !  Aucune connexion !  Ce lundi matin, très tôt, je me connectais à nouveau pour vingt minutes/jour gratuites et quelle ne fut pas ma surprise de voir sur ma messagerie qu’on m’avait retenu 180 rands (environ 18 euros) tout en me fournissant le code qui aurait pu me permettre de me connecter sur Internet si j’avais pu ouvrir ma messagerie  ….Futés ces Sud-Africains !  Eux les poissons d’avril ils les font, avec une semaine de décalage, le jour de l’Annonciation. …..  Ils m’ont quand même remboursé quelques jours plus tard….   Je ne vais pas raconter dans ce billet cette dernière journée du voyage qui nous a permis de visiter rapidement le centre de Pretoria avant de rejoindre Johannesbourg et de déjeuner à Soweto. Un futur billet-voyage sera consacré à ces dernières étapes du voyage.  

GEDC0768

Vers 17 h 30 nous étions à l’aéroport international Oliver Tambo pour un envol à 19 h 30 dans un Airbus 380. C’est la deuxième fois que prenions un A380, avion maouste qui embarque beaucoup plus de monde que les autres modèles sans pour autant donner plus de confort notamment pour ceux qui sont grands ; sans être des géants juste un peu plus que la moyenne. Ceci dit j’ai pu avoir un siège à la gauche d’un couloir, me permettant d’allonger le plus souvent ma jambe droite, celle dont le genou commence à prendre un petit coup de vieux. Durant le vol, pratiquement sans sommeil, j’ai pu regarder deux bons films que j’avais loupés à leur sortie en salle. « Alceste à Bicyclette » de Philippe Legay avec Luchini et Wilson et «L’odyssée de Pi » d’Ang Lee, deux excellents films qu’il me faudra revoir dans de meilleurs conditions ; au moins en DVD sur un écran plus grand.

 Mardi matin nous atterrissions à Roissy à 6 H. Vers 13 H le TGV nous déposait à Niort. Un SMS envoyé immédiatement à notre fils Didier pour lui confirmer notre retour à la maison et notre disponibilité pour récupérer Prosper, le chat familial. Il nous rappela immédiatement pour nous annoncer une mauvaise nouvelle : Dorian notre petit-fils âgé de 6 ans était hospitalisé depuis dimanche après-midi suite à une mauvaise chute en vélo. Lors d’une promenade campagnarde en famille, notre redoutable casse-cou a fait un impressionnant soleil qui s’est traduit par une fracture à chaque bras au niveau des radius ou cubitus. Nous nous sommes précipités à l’hôpital pour trouver notre petit-fils, tristement couché, les deux bras dans le plâtre et avec un impressionnant maquillage mercurochromé du visage. Cécile, qui avait des réunions importantes ce jour n’était pas là et c’est François qui était présent auprès de son fils. Les infirmières nous indiquaient que Dorian avait été très courageux et qu’il était adorable de patience et de gentillesse, ce qui signifiait clairement qu’il s’emmerdait copieusement.  

Comme, pour notre retour, il fallait bien faire quelques courses je suis allé dans une grande surface proche, en laissant Pilou avec le petit ; Je cherchai aussi un cadeau pour lui remonter un peu le moral…. J’ai bien pensé lui prendre un vélo avec des petites roues mais n’étant pas sûr que Dorian ait encore retrouvé son habituel sens de l’humour, niveau CP, je me suis abstenu : j’ai donc acheté diverses babioles dont un jeu d’osselets trouvé par hasard ( !) … Depuis le temps que je lui promettais de l’initier à ce jeu dont j’avais été, à son âge et un peu plus, maitre es-récréations, il y a.... prescription. De retour à l’hôpital j’apprenais que le médecin était passé, entre temps, et avait donné l’autorisation de sortie.  Nous devions donc le ramener chez lui puisque son père était venu le voir avec son véhicule de travail. Sur le chemin du retour nous somme passés chez nous pour déposer rapidement au frigidaire les quelques commissions faites, et pour prendre les cadeaux que nous ramenions d’Afrique du Sud ainsi que les chocolats de Pâques que nous avions achetés, avant de partir.

Une petite demi-heure plus tard Dorian était chez lui auprès de sa mère et de ses frères. Grande joie de retrouvailles, pour la famille qui avait eu une grande peur (Cécile avait passé une nuit et deux jours à ses côtés à l’hôpital) ….. Même Dorian s’efforçait, malgré ses points de suture, de sourire aux blagues de ses frères…. L’heure de goûter était un peu dépassée, mais les œufs au chocolat faisaient tellement envie…. Hugo, Thomas, Dorian assis à table chacun devant le sien …. Dorian les bras dans le plâtre…. Je ne vais pas faire de délation et dire qui a osé dire « Pas de bras, pas de chocolat » mais juste que ce n’est pas moi ! Je n’aurai jamais osé ; déjà que de lui offrir des osselets était limite….. ….. mais effet catharsis tout le monde a rigolé, Dorian aussi même si ça lui faisait mal. Il ne fut pas autant abandonné et on a fait ce qu’il fallait pour qu’il puisse becter ses chocolats.

Comme les vacances scolaires devaient débuter en fin de semaine, il ne manquerait pas trop d’école et pourrait se rétablir et se reposer pendant deux semaines, sans compter que début mai il y aura aussi de nombreux jours fériés. Un garçon très sérieux notre Dorian, pas question de trop manquer l'école….. Sans soute viendra t-il quelques jours chez papy et mamie, les premiers jours de mai, avant un retour à l’école le 6 mai ou au pire le 13 mai.  Ce que je regrette quand même un peu c’est qu’on ne pourra pas jouer au bowling pendant les vacances….peut-être aux osselets en 5ème semaine !

 Mercredi fut, donc le premier jour du retour à la normalité. Vider les valises, ranger et faire encore quelques courses. Il me fallait aussi lire la douzaine de journaux « Nouvelle République » reçus et constater que nous n’avions pas été indispensables à la vie niortaise. Certes il n’y avait pas eu de miracle et le stade Niortais avait pris la raclée attendue à Saint Nazaire et descendait en Fédérale 2. Que voulez-vous, je ne peux pas aller donner des conseils aux Springboks en Afrique du Sud et coacher en même temps les rugbymans Niortais.

J’ai commencé aussi à lire les « Monde » version électronique pour essayer de comprendre cette foutue affaire Cahuzac et j’ai aussi religieusement écouté l’intervention télévisée du président Hollande : « François il serait temps que tu te bouges un peu plus ! » J’ai aussi pu finir en soirée le polar que j’avais commencé pendant le voyage et dont l’action se passe dans le milieu Afrikaner aux alentours du parc Kruger, l'excellent « Lemmer l’invisible » de Deon Mayer.

Jeudi je retrouvais Morris mon partenaire de B.D. (bridge détente) et nous avons assez bien joué ; Sauf que l’avenir est incertain puisque la semaine précédent notre départ pour Afrique, le club avait partiellement brûlé et, pour cause de présence d’amiante, dispersée dans tout le bâtiment, il n'était même pas question de se  réunir dans la partie qui n’a pas été touchée par l’incendie, l’ensemble devant être maintenant détruit. Depuis on joue dans un autre lieu, mais dont les salles exigües ne sont pas adaptées et de plus non disponibles pendant les périodes de vacances scolaires (accueil des d’enfants). Une réunion d’information eut lieu en fin d’après-midi qui n’a pas apporté beaucoup de solutions alternatives du moins à court terme ….. Rien avant septembre. Je tenterais bien, par de vagues connaissances, une intervention en mairie mais ce n’est pas le moment d’être accusé de conflit d’intérêt. Tant pis pour le bridge.

Il y avait aussi, jeudi soir, une réunion de section PS. Je n’y vais plus très souvent, mais par curiosité pour savoir ce que mes camarades avaient à dire sur l’affaire Cahuzac j’ai fait un petit effort. Bien m’en a pris, non pas pour l’affaire en question car les réflexions des uns et des autres ne volaient pas très hauts, mais pour la suite de la réunion : D’abord Geneviève, notre Députée Maire avait pu être présente et elle nous a fait un topo de haute volée sur la Communauté d’Agglomération et son évolution à moyen terme. Et puis en fin de réunion, on eut la surprise du chef : Pour répondre à Rodolphe Chalet qui avait annoncé le mois dernier sa candidature à la primaire socialiste pour la tête de liste des futures élections municipales, c’est Pascal Duforestel, 47 ans,  actuel 1er adjoint de l’équipe en place qui a annoncé sa candidature. Devant une salle comble, il s’est lancé dans la bataille pour défendre le bilan de la municipalité et poursuivre dans l'unité des forces de gauche, la rénovation de notre ville. Je n’étais pas dans la confidence et je n’ai d’ailleurs pas vu arriver cette très bonne nouvelle qui retirera aux opposants internes leur seul argument qu'ils puissent avancer, à savoir le cumul des mandats de Geneviève. J’ai bien noté que je n’étais pas le seul à avoir été surpris car il y eut une formidable ovation à cette annonce, même si certains, peu nombreux,  faisaient incontestablement la gueule en quittant la salle. On a même pu lire, deux jour plus tard dans la N.R. une déclaration de J.R. une ancienne conseillère qui osa dire « Elle a envoyé un larbin au charbon ». Le premier adjoint à la mairie de Niort, vice-président du conseil régional et par ailleurs professionnel reconnu et créateur d’entreprise dans le domaine culturel, un larbin ? Quelle élégance J.R.! Moi je soutiens à 100% cette candidature de compétence et de sagesse. Bravo à Pascal et à Geneviève !  

Vendredi j’avais retrouvé pleinement le rythme niortais : j’avais rattrapé mon retard de publication des billets sur le blog : d’abord le premier billet sur l’Afrique du sud : Cape-Town et surtout un billet nécessaire sur l’affaire Cahuzac.

Je suis aussi allé au cinéma pour voir « Quartet » le 1er film réalisé par Dustin Hoffman. Le résultat est un excellent film «….et le moins qu’on puisse dire c’est que Dustin Hoffman, s’en tire avec les honneurs en donnant vie et matière à cette chronique sur le temps qui passe au sein d’une maison de retraite pour anciens musiciens, où de vieilles querelles et amourettes refont surface…..Studio Ciné Live J'étais seul dans la salle à la séance de 11h30: j'adore ! 

Un petit tour au centre-ville pour aller à la Maison de la Presse. Je suis tellement content d’avoir acheté, juste avant de partir, la revue '' Le Monde Histoire consacré à l’Afrique du Sud '' que je veux commander plusieurs numéros qui étaient sortis auparavant. Une chance ils en avaient pas mal en réserve et j’en ai achèté sept dont : Les Etats-Unis de Roosevelt à Obama, Le Japon d’Hiroshima à Fukushima, L’Egypte de Nasser au Printemps arabe, la Chine de la révolution à la naissance d’un géant, …. etc, etc...  Et j’en ai commandé d’autres qu’il n’avait plus comme Israël et le Brésil. Perspectives de voyages ? Peut-être...  Il faut dire que celui sur l’Afrique du Sud m’a bien aidé pendant ce voyage compte tenu la médiocrité et la partialité du guide qui nous accompagnait.

Au cours de cette traversée du centre-ville j’ai relevé que les jardiniers et les débuts du printemps avaient bien travaillé et que l’aménagement de la place la brèche continuait à donner un sacré coup de jeune à la vieille ville. Le parking à ciel ouvert que j’appelais la verrue n'est déja plus qu’un mauvais souvenir

Samedi midi Niort inaugurait son centre d’art photographique qui était installé dans l’ancienne demeure de l’écrivain Ernest Pérochon. Pérochon Prix Goncourt 1920 pour « Néne », mais aussi auteur de nombreux et magnifiques romans comme «  Les creux des maisons », « Les gardiennes » « Les ombres » etc… Il faudra que je fasse très bientôt un billet sur ce fils de cultivateurs deux-sévriens, instituteur et grand écrivain qui vécut à Niort dans cette grande maison avenue de Limoges. Je fus surpris de la qualité des discours lors de cette cérémonie dans ce grand et beau jardin en ce samedi midi ensoleillé….   Surtout le tout premier, celui de Jane Debenest la petite fille d’Ernest Pérochon, qui au-delà de l’assistance « s’adressait à son grand père en se félicitant que la maison qui s’était endormie, ait de nouveau les volets ouverts, grâce à l’action de la municipalité. Elle a souhaité que dans cette maison qu’une pièce soit consacrée à l’écrivain, à travers l’association des Amis d’Ernest Pérochon dont le premier président fut le gendre d’Emile Zola. Le Courrier de l’Ouest.». Jane Debenest qui fit une belle carrière de diplomate se souvient : « Avec mon petit râteau je le suivais  tout le temps. Il m’apprenait le nom des fleurs, des arbres, des insectes. On dit volontiers que l’on comprend quelqu’un à travers se maison mais mon grand père, c’était à travers son jardin. Il était à son image, simple et chaleureux. Dans toutes ses lettres, y compris la dernière, il y fait référence. »

Ce samedi fut culturel, mais totalement par hasard, car nous avons appris que l’inauguration du centre national photographique avait lieu ce samedi que le matin même par les journaux. Par contre j’avais réservé, à l’avance, ma place pour un concert au Moulin du Roc. Ce n’est pas que sois un grand spécialiste ni même amateur de musique classique, mais depuis le film de Milos Forman, Amadeus sorti en 1984, j’écoute de temps à autres, avec plaisir du Mozart : c’est délassant ! Alors quand j’ai su que l’orchestre philharmonique d’Emmanuel Krivine allait se produire à Niort, je me suis dis que c’étais l’occasion ou jamais. Et je ne l’ai pas regretté ! Au programme un adagio et fugue n°546, La symphonie concertante et puis pour finir la symphonie n°41 Jupiter. Je connaissais cette dernière qui ne m’a pas trop surpris, par contre avec la concertante je faisais une découverte et ptn que c’était beau !

GEDC0791

Dimanche matin nous retrouvions, pour la première fois de l’année les marcheurs de Goise pour une balade d’une quinzaine de kilomètres dans le marais poitevin autours de Magné. En rentrant à la maison vers 13h  j’en avais plein les pattes et je savais que l’après-midi serait essentiellement canapé, façon Drucker, consacré essentiellement à donner des coups de téléphone à la famille. Par ailleurs la semaine se terminait comme elle avait commencé avec des difficultés à me connecter sur Internet. Problème de Live-box à changer dès le lendemain. Parmi les coups de téléphone l’un d’eux m’apprenait que Dorian avait bon moral, la preuve étant que Cécile l’avait retrouvé en train de jouer au foot avec ses deux frères. Il était toutefois très prudent car avec ses deux bras dans le plâtre et tenus par des écharpes, il jouait goal en se contentant d’esquiver le ballon. ( !!!)  

 

(A suivre)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article