Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'invité........ Hubert Reeves : Chroniques du ciel et de la terre.

4 Juillet 2010 , Rédigé par daniel Publié dans #L'invité

Dans le cadre du Festival Téciverdi, la municipalité niortaise a invité l’astrophysicien, vulgarisateur scientifique, Hubert Reeves pour animer, le 30 juin dernier, une conférence- débat sur « L’avenir de la vie sur Terre ». La grande salle du Moulin du Roc, qui peut accueillir plus de 500 spectateurs, était bondée. Le vieux savant -il va avoir 78 ans dans quelques jours- était heureux comme un gamin et prenait plaisir à ce jeu de séduction avec ces spectateurs studieux, un public totalement acquis à sa cause. Tout au plus s’est-il fait, légèrement, enguirlandé en fin de séance, par un débatteur qui voulait se faire remarquer,  pour avoir laissé son projecteur allumé plus longtemps que nécessaire. Humblement le scientifique l’a éteint en s’excusant. Par contre personne n’a moufté lorsqu’il a dit quelques énormités comme « l’avenir de la terre serait moins inquiétant si sept milliards d’individus réduisaient largement leur consommation de viande » et alors qu’il y a près de la moitié de la population mondiale qui ne mange pas de viande ou du poisson au moins une fois par semaine…. Certes un quart de la population pourrait en manger tous les jours……et la plupart (et j’en suis) ne s’en prive pas. Il y eut trois ou quatre autres maladresses d’expressions plus écolo-réactionnaires qu’écologistes de gauche et qui m’ont fait sursauter mais..... dans l’ensemble, la prestation du grand communicateur m’a assez plu et je vais plutôt rapporter dans ce billet ce qui m'a vraiment intéressé, avant de raconter en fin de billet un court échange que nous avons eu lors du cocktail de remerciement que la MAAF, partenaire de la manifestation, a offert. 

L’exposé de Reeves ne s’est guère écarté du livre « Chroniques du ciel et de la vie » qu’il publia en 2005, sauf qu’il nous a offert sur grand écran des photos de galaxies, de notre galaxie, la Voie lactée ou d’étoiles qui ont explosé…. Des photos qui ne sont pas dans le livre. Le livre est cependant très intéressant car chaque chapitre est très court et pédagogique en allant à l’essentiel : Ce livre est en fait une compilation des chroniques, hebdomadaires, parfois actualisées que tenait l’auteur sur France-Culture. «… La Terre n’est pas infinie….. » Ces chroniques détaillent les agressions que notre planète subit et en voici en condensé quelques points forts qu’Hubert Reeves a « martelé » mercredi dernier sur la scène de la salle du Moulin du Roc.

 

«  Les rejetcielvie[1]s de carbone sont aujourd’hui de sept milliards de tonnes par an, deux fois plus que la possibilité d’absorption de la végétation et de l’océan. Le gaz carbonique s'accumule dans l’atmosphère……. et retient une partie de la chaleur solaire  réémise par la Terre… ». C’est l’effet de serre. « …Seul le recours à des énergies non émettrices de gaz carbonique représenterait la solution idéale pour rééquilibrer l’atmosphère terrestre et freiner le réchauffement. »

«  ….On estime aujourd’hui que plus de la moitié du manteau forestier de notre planète a disparu…..En Amazonie, pour faire place à des pâturages….. un territoire équivalent a celui de la France a été déboisé en moins de vingt cinq ans… » 

«  C’est la présence d’eau liquide à la surface de la Terre et le foisonnement d’êtres vivants dans les premières centaines de mètres sous l’eau qui sont à l’origine de la séquestration du carbone terrestre. Les organismes microscopiques pour fabriquer leur nourriture par photosynthèse, absorbent le gaz carbonique et l’associent à l’eau en utilisant la lumière du soleil comme source d’énergie…. puis à leur mort leurs squelettes donnent naissance aux minéraux carbonatés.  La surface de Vénus dépourvue d’eau n’a pas accès à ce mécanisme de transformation et son gaz carbonique reste à l’état libre dans son atmosphère……. Si tout le carbone de la surface terrestre était émis dans l’air sous forme de gaz carbonique, notre atmosphère s’échaufferait à des centaines de degrés et toute vie disparaitrait. Vénus est sous nos yeux une sorte d’avertissement. »

 Au fil de l’exposé en salle, comme du livre,  le scientifique ne négligea pas d’évoquer les problèmes liés à l’ozone, au méthane, à l’azote incorporés par les fertilisants dans le sol et qui lessivés par la pluie polluent les nappes phréatiques ou les rivières et mers ;  les pluies deviennent de plus en plus acides…. Toutes ces pollutions sont dues à l’industrialisation, aux transports….mais « ces problèmes peuvent trouver des solutions……malheureusement, de tels progrès sont confinés aux pays riches… ».

Le problème le plus important reste manifestement pour Hubert Reeves le gaz carbonique qui s’accumule dans l’atmosphère et est la principale cause du réchauffement planétaire….. Et son pronostic est  qu'il devrait encore doubler dans les cinquante prochaines années « en particulier à cause de la forte croissance économique des pays du Sud-Est asiatique (Chine, Indes) » certes « l’épuisement prévu à l’échelle d’un siècle ou deux, des réserves d’énergies fossiles nous soulagera du problème d’émission de gaz carbonique » et l’auteur d’évoquer les énergies alternatives « l’énergie solaire et l’énergie nucléaire.

Ces deux modes ont leurs difficultés et leurs problèmes » difficultés pour le premier « par la faiblesse de rendement de la technologie contemporaine » problèmes pour le second « parce qu’elle hypothèque l’avenir des générations futures ». Hubert Reeves place « ses espoirs d’énergie pour demain dans la fusion thermonucléaire de l’hydrogène en hélium… ….qui engendre très peu de déchets…… mais qui n’est pas encore au point...... très loin de là. On y travaille depuis un demi-siècle, les avancées sont importantes mais la route est encore longue et incertaine….». Alors le grand communicateur sort sa botte secrète « Les négawatts c'est-à-dire les économies d’énergie. De gré ou de force les humains y seront amenés 

Si on est pressé on peut sauter les chapitres du livre au demeurant fort intéressants, « les mauvaises herbes et les animaux inutiles », pour aborder les perplexités de l’auteur : « Les forêts précèdent les civilisations, les déserts les suivent » écrivait Châteaubriand.

Parmi ces perplexités il est important de lire le chapitre 29 du livre « Les limites de la démocratie ». Ce thème n’a pas été traité pendant la conférence et c’est bien dommage car il aurait, sans doute, eu moins de consensus dans cette grande salle : « Mais il faut bien reconnaitre que, face à la crise planétaire contemporaine, le système démocratique est confronté à ses propres limites….Le problème le plus urgent est sans doute celui du réchauffement planétaire…. » Pour freiner ce réchauffement il faudrait diminuer de 60% les émissions de gaz carbonique (retour au niveau de 1950). «…. Que font, que peuvent faire les gouvernements ?.... » et il cite  Al Gore qui estime que « … Le minimum requis pour sauver la planète est bien supérieur au maximum possible pour ne pas perdre les prochaines élections.. ». Face au tragique destin de notre avenir « …la politique arrivera-t-elle à prévoir à long terme, à prendre rapidement les décisions qui s’imposent… ? »  

 

Dans le livre, les chroniques qui suivent s’intéressent à la permanence de la vie terrestre, suivie de questions existentielles telles que « L’humanité s’humanise-t-elle ? », « Somme nous seul dans l’univers ?» « Extinction de l’humanité ? »…. Ces questions passionnantes mais qui restent sans réponse, que l’on peut établir entre la vie sur Terre et le cosmos sont, à mon sens, les passages les plus intéressants du livre comme ils le furent de la conférence, mais abordés plus tôt …. La partie rêve et anticipation avant les annonces catastrophiques ; il ne fallait pas désespérer trop vite le public.

« En resituant, notre planète dans le système solaire on réalise mieux l’importance de sa place. Plus les planètes sont éloignées du Soleil, moins elles en reçoivent de la chaleur. Mais que font-elles de cette énergie thermique ? C’est ici qu’intervient l’effet de serre qui permet de la retenir et de l’accumuler. Si les planètes n’avaient pas d’atmosphère, la température de la surface de Vénus serait à + 20 degrés Celsius. Celle de notre planète serait à -15 degrés…… L’effet de serre engendré par l’atmosphère de Vénus dense, riche en gaz carbonique, porte sa température à 480 degrés Celsius.  La faible concentration de ce même gaz dans notre atmosphère nous fait aujourd’hui bénéficier d’une température moyenne de + 15 degrés Celsius… »

«…..A cause de notre présente ignorance de l’ensemble et du déroulement précis des processus qui ont permis le passage de la matière inanimée à la matière vivante sur la Terre, nous devons renoncer à toute tentative de calculer la probabilité d’apparition de la vie dans un contexte planétaire. Quels que soient la dimension de l’univers et le nombre de planètes potentiellement habitables, le fait que la vie soit apparue sur la Terre ne nous apprend rien sur la probabilité qu’elle existe ailleurs dans l’univers…… ». Cependant « ….Une propriété du cosmos nous frappe de manière de plus en plus évidente : sa grande homogénéité. De chez nous jusqu’à des milliards d’années-lumière, on relève de grandes similitudes dans l’aspect et le comportement de la matière. C’est un peu partout passablement, mais pas exactement, pareil. A la fois au niveau des grandes structures (galaxie, nébuleuse, étoiles) et à celui des petites structures (molécules, atomes, particules élémentaires). Et les lois qui régissent la matière sont partout les mêmes. ..».

 « …. On compte généralement cinq grandes périodes d’extinction majeures dans l’histoire de la Terre (quatre milliards d’années) …… Les causes de ces extinctions sont encore mal connues au moins pour les plus anciennes…… La troisième, datant de deux cent cinquante millions d’années, a failli être fatale aux organismes terrestres. On estime à 90% la fraction des espèces alors éliminées…… La quatrième extinction, il y a environ deux cents millions d’années, mit fin au règne des ammonites…. Peu de temps après cet événement apparaissent les premiers dinosaures et les premiers mammifères…… Une météorite nommée Chixculub a bouleversé tout cela. Ce gros cailloux d’environ dix kilomètres de diamètre, après avoir gravité autour du soleil pendant des milliards d’années a dévié vers la Terre…… et a fini par s’écraser dans le golfe du Mexique dégageant une énergie équivalent à des millions de bombes atomiques…..  D’opaques nuages de fumée sombres obscurcissent le ciel pendant des mois. Les rayons du soleil ne pouvaient les traverser, ce qui entraîna une interruption de la photosynthèse et entraîna une longue période de froid intense…. Nous ne savons pas comment les mammifères ont réussi à survivre à cette catastrophe planétaire, mais ils sont toujours là alors que les grands dinosaures ont disparu….

Selon Hubert Reeves nous sommes incontestablement engagés dans une période d’extinction, « ….Selon le programme des Nations unies pour l’environnement, près d’un quart des mammifères et 12% des espèces d’oiseaux sont menacés…… Dans cette sixième extinction les humains jouent trois rôles différents. Ils en sont la cause, les victimes possibles et les sauveurs potentiels…. ». Et à la fin de la 48ème chronique et au début de la 50ème, l’auteur d’évoquer un scénario qui permettrait vraisemblablement de stopper les dégâts : la disparition de l’espèce humaine !

« Nous autres civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles » écrivait Paul Valéry, auquel Reeves répond en citant le poète Hölderling « Mais là où il y a danger, croît ce qui le sauve »

« S’humaniser ou périr :….. La sixième extinction pourrait se terminer non pas par une passivité qui nous mènerait à une inéluctable disparition, mais à une réaction vigoureuse…. »

«  ….alors nous pourrions pousser plus loin, parmi les étoiles et les galaxies, notre exploration de l’univers…… et, peut-être - qui sait – bénéficier un jour des apports culturels de civilisations extraterrestres…. si elles existent.. ». Pas très optimiste cette fin de livre ! Livre que je n’avais pas encore lu car je l’ai acheté sur place à un stand de librairie où l’auteur dédicaçait très sympathiquement son ouvrage. L’exposé en conférence me parut moins sévère : cela est peut-être du à l’inversion de l’ordre des thèmes : d’abord l’extinction des espèces puis que faut-il faire pour éviter notre disparition ? 

       

Nous avons donc retrouvé Hubert Reeves lors du cocktail qui suivait la conférence. La grande foule s’était dissipée et rapidement nous nous sommes retrouvés à quelques dizaines de personnes.

 Quel sympathique personnage souriant et peu avare de répondre aux questions que les gens lui posaient. Je dois avouer que j’éprouvais, comme à chaque fois que je discute avec un écolo, un mélange de grand intérêt et d’énervement (notamment en lisant les livres sur l’Afrique de René Dumont). Je profitais d’un moment où il n’était pas accaparé pour lui parler de la déforestation.

S5300735

« N’exagérez vous pas un peu avec les méfaits de la déforestation ? C’est vrai dans de nombreux territoires notamment en Afrique mais avancer qu’en Amazonie une superficie équivalente à la France aurait été déboisée ? Je connais la Guyane depuis plus de quarante ans et je crois bien que si la forêt représentait plus de 95% du territoire en 1969, elle en présente encore au moins 94% aujourd’hui ». 

 

S5300736

J’ai vu que je le gênais un peu avec ma remarque aussi ai-je embrayé immédiatement sur le thème de la pollution par l’extraction de l’or et le problème d’une exploitation du gisement dans le marais de Kaw et j’ai vu revenir un grand sourire sur son visage…. Il se retrouvait alors à son avantage. Il n’en avait pas parlé pendant la conférence et je n‘avais pas encore feuilleté son livre, mais la Guyane française est le sujet de sa 24ème chronique. Nous avons pu en parler pendant une dizaine de minutes et d’ailleurs j’en ai profité pour lui demander une dédicace. J’ai terminé en lui demandant ce qu’il pensait du film « Avatar » de son compatriote James Cameron ; il ne l’avait pas vu. «  Vous devriez car derrière les effets spéciaux hollywoodiens il y a en condensé beaucoup de thèmes qui vous sont chers …une planète d’une autre galaxie, des arbres qui symbolisent la vie et la culture d’une espèce…. Et la cupidité et la violence des terriens qui veulent s’enrichir en dévastant cette planète.»

Il parut intéressé ! Ce qui pourrait peut-être l'inciter à modifier la conclusion de son livre (????).

 

(A suivre)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article