Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog à part ........ Celui de Benjamin..... et moi, et moi et moi...

10 Janvier 2012 , Rédigé par daniel Publié dans #Blog à part

Dans la colonne de droite de cette page je propose un lien avec quelques blogs amis. Je ne sais pas si ces pistes sont très utilisées et si mes visiteurs, actuellement une trentaine par jour en moyenne, vagabondent parfois vers d’autres sites ; j’en doute !

Je ne reçois d'ailleurs plus guère de visites en provenance d’autres blogs : quelques visites amicales, de courtoisie en réponse à mes propres visites.

Mon blog fut beaucoup plus visité lors de périodes électorales locales parce qu'on me prêtait, une influence, des connaissances, notamment lors de la campagne des  dernières municipales où de nombreux visiteurs passaient par celui de Fraise des bois, un autre socialiste deux-sévriens et un blog qui avait pignon sur  web… C’était le temps où le nombre de visites quotidiennes pouvaient dépasser la centaine…. Et puis avec le temps …. Fraise des bois est maintenant quasiment à l’arrêt (un à deux billets par mois consacrés à la poésie). Et puis comme mon blog, n’est pas spécifiquement politique et que je ne propose qu’un ou deux billets par semaine, je ne me donne pas les moyens de fidéliser des lecteurs autres que mes vieux amis, la famille et quelques curieux provenant des moteurs de recherche ; d’ailleurs c’est généralement pour les rubriques « No pasaran », « Saga africa » et « voyages » et « A livres ouverts » que je reçois le plus de commentaires. Aujourd’hui j’en ai reçu un concernant un billet du 7 mai 2008 intitulé « Jeune Afrique et vieilles lunes » sur le barrage d’Inga que j’ai fait au Zaïre au début des années 70, et je rappelle aussi que ce sont des billets « No pasaran » qui nous ont permis de reprendre contact avec la famille andalouse de Pilou. Ca sert aussi à ça un blog.

 

La plupart des blogs amis pour lesquels un lien est proposé ont été avantageusement présentés par un billet. Tous ont été référencés avec leur adresse. Il y en eut même qui ont été présentés sans être reliés par un lien permanent pour ne pas concentrer trop de blogs socialos. Ainsi j’ai fait un billet pour le blog de la section socialiste de l’île de Ré qui a été arrêté en novembre dernier, fatigué sans doute de se battre contre l’arrivée de Ségolène à La Rochelle, pour celui de Pierre Larrouturou arrêté depuis septembre 2009, et pour celui de Gérard Filoche heureusement encore bien solide.

J’ai fait bien sûr un billet pour celui de ma petite cousine « Ti flé aw » (Malheureusement à l’arrêt aussi) et pour mon grand ami de jeunesse et aujourd’hui Fanfan le « Prolix ».

J’ai vanté les talents de Fraise des bois et d’Argoul malgré des désaccords avec l’un et l’autre. Je me suis amusé à les rassembler avec celui de Benjamin et le mien pour évoquer le 11 septembre 2001. Je connais bien Philippe-Fraise et j’ai rencontré une fois Argoul lors d’une blogosphère à Coulon.

Je connais les auteurs des autres blogs ou sites amis : mes anciens complices de feu NPS,  « les diaboliques » avec qui j’ai eu une grosse bagarre de cinéphiles et bien sûr « Vivre à Niort ». Quand au site généalogique, c’est lui qui m’a mis à l’honneur en publiant mon billet « Les lettres du bagne. »

 

Le seul dont je n’ai pas encore parlé c’est forcément le dernier que j’ai relié et c’est celui de Benjamin,  http://borghesio.typepad.com/benjamin/. Il était temps que je l’invite chez moi

Je ne connais Benjamin que par ses billets où ses commentaires où je n’ai guère trouver d’indiscrétions sur le bonhomme. Je l’ai découvert par le blog d’Argoul suite à un article polémique et agressif du 6 juin 2011 intitulé « Mélenchon entre Péguy et Doriot » et dans le cadre d’un débat entre ces deux blogueurs, j’étais sur la ligne de Benjamin. Il y eut aussi ces jours-ci, toujours chez Argoul, un échange entre eux sur Churchill qui m’a beaucoup intéressé. Churchill qui fut aussi, avec De Gaulle, l’objet d’un de mes billets . « La mésentente cordiale » 

 

Depuis juin 2011 je lis Benjamin tous les matins et j’adore. J'ai trouvé chez lui, qui se dit non encarté,  de subtiles analyses politiques, mais aussi des intérêts communs comme la Guyane, les pays d’Amérique latine (Ah! La balade dans Manaus et son théâtre..)  et cerise sur le gâteau Georges Brassens (une petite réserve avec le vélo à l’époque du tour de France … mais peut-être, lui, ne goûte t-il pas le rugby.)…Même si je ne suis pas toujours à 100% sur la même ligne, c’est certainement l’un des  blogs avec lequel  je me sens le plus en phase. …. Il était temps que je le présente à mes amis et pour cela, comme je l’ai fait pour d’autres blogs le mieux est d’en publier des extraits

 

Justement le 29 décembre dernier Benjamin faisait un billet sur un prochain voyage de Sarkozy en Guyane. Il m’était difficile de reprendre ce billet, ce jour là , aussi c’est avec un léger décalage, mais avant le déplacement du mec que je le propose aujourd’hui.

 http://borghesio.typepad.com/benjamin/2011/12/sarkozy-en-guyane-quel-barouf-%C3%A0-venir-.html

 

« De 300 à 400 hommes pour assurer "la sécurité du président" pendant deux jours! Entre les déplacements aéroportés, les frais de casernement, les indemnités de mission, au bas mot un million d'euros rien que pour cette "sécurité" alors que s'il y a un endroit où des élus peuvent prendre des bains de foule sans problème, c'est bien en Guyane (200.000 habitants environ) et quand cette région souffre d'un déficit dramatique en personnels de police et de gendarmerie pour assurer un minimum de sécurité, tout comme le suivi des opérations "Harpie" (lutte contre l'orpaillage clandestin).

Lorsque Chirac s'est rendu à Camopi (j'y étais, je peux en témoigner), alors que la rive opposée est occupée par un hameau de garimpeiros qui vivaient dans la plus complète illégalité, tous armés, sa sécurité était assurée par un demi-peloton... de gendarmes locaux et il s'est promené dans les rues de Saint-Georges (avec le Président du Brésil, Cardoso) en toute tranquillité après avoir fait de même à Cayenne.

A noter que les sites annoncés: Boulanger, Twenké-Taluwen, Maripasoula, Saint-Georges sont totalement ou relativement enclavés - donc facilement "bouclables". Une réunion aux allures de meeting dans une salle fermée, ce devrait être facile à contrôler si ce n'est pas très républicain: de Gaulle s'adressait aux Cayennais depuis la grande place des Palmistes sans la moindre crainte et les présidents venus après lui ont tous déposé la gerbe traditionnelle "Place du Coq" au milieu d'une foule bon enfant.

L'argument du Carnaval trop bruyant... ça fera pouffer de rire sur place. Parce que le Carnaval guyanais, c'est le grand défoulement et oui, les Guyanais sont taquins: ils peuvent être (légèrement) irrévérencieux à cette époque. Jusqu'en 2012, chacun en a pris son parti en souriant et l'absence présidentielle sur l'Avenue de Gaulle n'empêchera pas slogans et chansonnettes. Les responsables de la communication de l'Elyséen'ont sans doute pas voulu exposer leur Grand Homme aux taquineries locales... Il les subira néanmoins avec l'image d'un type qui n'affronte pas l'adversité: quand on vient en Guyane au moment du Carnaval, on assiste au Carnaval!  

Conseil au Président Sarkozy. Quoiqu'il lui en coûte, qu'il ne commette pas de nouveau la faute de quitterson costume pour enfiler un jean avant d'aller voir les "sauvages" amérindiens. Il a procédé ainsi à Camopi et ses hôtes ont été extrêmement vexés: parce que s'ils le reçoivent en kalimbé traditionnel, c'est pour lui faire honneur. Son prédécesseur pourtant monté à Camopi en hélicoptère puis en pirogue était aussi bien vêtu que lors de n'importe quelle visite officielle et cela fut considéré comme une marque de respect (même si plus tard, s'affranchissant de tout protocole, il a réclamé sans façon une Corona dès son arrivée à Saint-Georges et même s'il a payé sa tournée à l'aérogare de Cayenne)

 

Un ami de la Guyane ça crée des liens. J’ai d’ailleurs reconnu récemment celui qui, il y a quelques années, faisait sur le blog de Fraise des bois des commentaires que j’appréciais sous le pseudo de « réac de gauche »;  commentaires envoyés des bords de l’Oyapock.

 

Je vais ajouter d’autres extraits de billets récents, pour inciter des amis à être curieux et je pense plus particulièrement à Fanfan, à Michel mon cousin de Martigues, à l’autre Michel, le grand d’Aurillac, à Richard l’ariégeois etc… « Mes amis vous pouvez y aller sans crainte ça devrait vous plaire.  »

 

Voici des extraits de billets lucides de ce matin.  

 

TVA sociale

« Il est clair que la TVA sociale (oxymore) implique l'augmentation des prix, puisqu’elle frappe autant les produits importés que ceux qui sont fabriqués sur place. Donc c’est une ponction pour les consommateurs, même les plus modestes, injuste parce que celui qui est contraint pour survivre de dépenser 90% de ce qu'il gagne paye en proportion davantage que celui qui peut épargner 50% de ses revenus.

En revanche comme ce sont les cotisations PATRONALES qui seraient abaissées en compensation, le salarié ne verrait pas sa feuille de paye augmenter... surtout que le Medef en rajoute, qui réclame deux points de CSG en plus! Quelque chose me dit en outre que le pouvoir en profitera pour alourdir la sauce… en compensant 20 milliards de charges sociales par trente ou quarante milliards de TVA. Ce qu'a fait l'Allemagne quand elle augmenta sa propre TVA (pour la porterà 19%, moins que le taux actuel français qu'on veut encore faire progresser)

L’argument de la compétitivité fait rigoler: nous sommes en concurrence avec des pays qui emploient des méthodes mafieuses de dumping social, fiscal, environnemental et monétaire. Je doute qu’un gain de productivité de 2 ou 3% changerait quoi que ce soit à la donne. Un exemple est donné là... On parle, en Chine, d'augmenter de quelques euros les salaires des grandes villes industrielles pour que des esclaves qui travaillent 70h par semaine touchent 200 euros par mois. Face à cela, que pèsent deux, trois ou même cinq points de charges salariales?

En revanche, la part des revenus du capital a augmenté de 10 points de PIB en trente ans. Sans être un affreux marxiste révolutionnaire confiscatoire, faire en sorte que les revenus de ce qu’on gagne en ne fichant rien soient autant taxés que les revenus de ceux qui bossent dégagerait des milliards. » 

 

Taxe Tobin

En 1999, pour Sarkozy, une taxation sur les transactions financières était une absurdité complète dès lors qu'elle ne serait pas appliquée universellement (et même dans ces conditions, ce n'était pas une bonne chose: il y avait déjà "trop de taxes")

Sur un strict plan de tactique électorale, c'est sans nul doute bien joué. La taxe a de bonnes chances de voir le jour "en principe" à la suite d'un vote bâclé au Parlement, puis d'être remise en cause juste après les élections quand le pouvoir sera confronté au chantage de milliers de suppressions de postes dans le quartier de la Défense, là où sévissent nos traders.

En 2002, quand Sarkozycommença à se poser en présidentiable incontournable, il nous l'a joué plus humaniste que moi tu meurs, avec le suppression virtuelle de la "double peine" accouplé à une succession de lois revues dans le sens de toujours plus de sévérité, en contraste avec son image de libéral pur et dur, version autoritaire.

En 2007, le grand copain du capital la jouait plus socialiste que moi tu meurs, s'appropriant sans vergogne Blum, plus communiste que moi tu meurs avec la captation de la mémoire de Guy Môquet, plus gaulliste républicain progressiste que moi tu meurs en annexant Jean Moulin et par extension le programme du CNR, en plus d'être plus ami des ouvriers que moi tu meurs avec le slogan "travailler plus pour gagner plus".

En 2012 Sarkozy nous la jouera plus altermondialiste que moi tu meurs en plus de la faire plus protecteur de l'emploi des Français que moi tu meurs.

Son talent de bateleur associé à la toute puissance des médias qui le soutiennent (TF1 en première ligne, le groupe Lagardère juste derrière plus environ les 3/4 des autres chainesou journaux) font que cela peut marcher, surtout si en face il n'y a qu'un remake, sur la seule forme, de la campagne Mitterrand de 1981 (on est bien parti pour ça avec Hollande)

Une petite cuiller (vite retirée) de Taxe sur les Transactions Financières... Une grosse louche (maintenue) de TVA très majorée.

Sur la forme: chapeau, l'artiste. Sur le fond: à gerber.

 

Benjamin ne cache pas qu’il votera Mélenchon. J’aime bien Mélenchon mais je ne l’ai pas suivi quand il a quitté le PS et malgré que je me sente de plus en plus à l’étroit au PS. Je suis convaincu que le 1ertour de la présidentielle sera déterminant. Sarkozy est loin d’être battu malgré l’état de disgrâce…. Et je pense que celui qui sera vainqueur le 6 mai 2012 sera celui qui sera en tête au 1er tour. C’est la raison pour laquelle je soutiens immédiatement François Hollande.

 

J’ai bien aimé la façon dont Benjamin clarifie sa position et son soutien à Mélenchon, un billet à lire http://borghesio.typepad.com/benjamin/2012/01/la-gauche-ce-nest-pas-que-la-social-d%C3%A9mocratie-b%C3%A9gayante.html

 

Allez-y mes amis je ne vais quand même pas vous mâcher tout le travail, allez-y c’est un vrai plaisir.

Et j'espère Benjamin que tu ne m'en voudras pas d'avoir profité de ce billet pour faire dans le premier chapitre un peu de nombrilisme. C'est la raison pour laquelle, après relecture,  j'ai ajouté au titre.......et moi, et moi, et moi.

 

A suivre

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

benjamin 17/01/2012 10:43

L'essentiel est de ne pas de venir un supporter abruti (dois-je dire que c'est un pléonasme?) J'en connais assez en vélo pour déceler ce que ne voit pas le commun des mortels, le mouvement habile
de deux ou trois équipiers anonymes qui remontent leur leader au devant de la course sans lui faire courir de risque et en épargnant ses forces, la constitution d'une bordure, le côté incisif d'une
attaque franche, la manière dont un sprint impeccable est conduite, une chasse perturbée, analyser une tactique de course impeccable, etc.
Rien à voir avec le fait de se poster sur une tribune ou dans un virage pour brailler sa haine de l'autre et son "amour" du champion. En plus pendant le Tour on voit tant de paysages, de monuments
très bien commentés...
Alors je fais un exercice de style, je commente de façon lyrique "à la manière de" (Blondin, Michéa, etc. dont évidemment je n'ai pas le dixième du talent. C'est un peu un jeu...)
J'ai beau détester ce voyou de Cavendish, ses sprint sont aussi limpides et le fruit d'un tel travail d'équipe que ce sont des pépites que j'apprécie au plus haut point... En esthète, tu ne peux
que te pâmer devant le bijou comme tu ne peux que te pâmer devant l'exploit physique mais aussi les nerfs d'acier d'un Evans lancé dans le Galibier pour une chevauchée fantastique derrière Andy
Schleck, locomotive d'un groupe de six coureurs profitant de son effort et prêts à l'exécuter à la moindre défaillance... et il n'y en a pas eu malgré la tension nerveuse. (tu vois, je
m'emballle^^)
Mais j'adore aussi voir une course de gamins de 13 ans à l'affût des conseils, et qui en veulent. Les boulots faits dans les écoles de cyclisme sont assez géniaux!
Au final et même si (ne le nions pas) je suis un peu cocardier je ne tiens pas tant à voir gagner un Français que voir gagner celui qui s'est le plus donné ou fut le plus astucieux.

Je suis fan avant tout de spectacle sportif, quoi, tout comme en ovalie (une exception: contre les Rosbifs^^ Là tous les coups sont permis y compris les plus bas du moment que l'arbitre ne les voit
pas, pour gagner!^^)

Certes il y a une dérive due au professionnalisme mais hélas quel sport de haut niveau peut demeurer amateur?

Et on est loin du football: au rugby on peut emmener son petit garçon de huit ans en toute sécurité, pas de voyous, pas de fumigènes lancés dans les spectateurs, pas de banderoles obscènes, pas de
bagarre à la sortie, pas de clubs d'ultras qui se retrouvent pour se bastonner jusqu'à mort d'homme, parfois entre "supporters" de la même équipe!

daniel 17/01/2012 09:39

Merci pour ces commentaire Benjamin, je m'étais quelque peu éloigné pendant 4 jours de mon ordinateur, étant en famille du côté de Provins, dans un département que tu connais.
Je ne doute pas le moins du monde que tu ne sois pas, politiquemenr encarté.... ma hrase est maladroite (comme souvenr; j'ai des excuses j'étais ingénieur primaire du BTP, c'est à dire un quasi
illétré qui se soigne à la retraite) Moi je me suis encarté à une époque africaine où j'avais des déceptions à faire remonter à Tonton.... et puis je dois avouer que débarquant professionnellement
en 1987 dans une région (Poitou Charentes) où je ne connaissais personne, le fait d'être socialo, dans une ville socialo m'a un peu aidé à m'y faire des amis, mais pas que des amis.... c'est
l'inconvénient d'être une grande gueule.
Pour le tour de France il n'y a de ma part aucune ironie... je n'aime pas trop c'est tout, même si je me laisse parfois prendre au jeu d'une dramarurgie certaine, en particulier en montagne.
D'ailleurs je n'aime pas l'ambiance sport en général, sauf bien sûr le rugby, qui était pour moi, une culture et qui fut une vraie famille à un âge où je m'en cherchais une. Je regrette d'ailleurs
l'évolution professionnelle et c'est mon horreur d'un système Laporte qui m'a conduit à ouvrir une rubrique touche pas à mon rugby.
Cordialement.

benjamin 11/01/2012 09:05

Ah! Et oui j'ai la faiblesse de me passionner pour le Tour de France que j'assume sans état d'âme aucun (il y en a bien qui s'avouent socialistes^^) mais ça ne m'empêche pas d'adorer un bon match
de rugby.
Mais le vélo me donne des opportunités de faire des exercices de style, d’écrire "à la manière de ". pas le rugby sauf en de rares occasions.

benjamin 11/01/2012 08:38

Eh bien merci pour tout cela que je reprendrai peu à peu pour répondre en détail.
Une précision: je ne suis clairement pas encarté dans un parti politique, si je suis syndiqué à la CGT. (Pour répondre à: "il se dit non encarté").
Si un jour je franchis le pas, ce dont je doute, je l'écrirai sans fard. mais une chose est sûre c'est que si je le fais je ne me comporterai pas comme Fraise des Bois, par exemple, dont l'activité
consistait pour l'essentiel à dézinguer son camp et, en 2007, sa candidate. Pour moi, individu simple avec des idées simples, "un militant n'est pas là pour semer le doute. Il ferme sa gueule (sauf
en interne) ou il démissionne"