Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les moments de la vie..... Les devoirs de vacances des grands-parents (1)

15 Août 2010 , Rédigé par daniel Publié dans #Les moments de la vie

  Cette année les vacances avec nos petits-fils étaient planifiées autour de leur demande de faire un safari dans une réserve africaine et nous, nous pliant à cette « exigence » nous avons mis le cap sur Sigean dans l’Aude en bord de Méditerranée.

Première étape le sud du Lot et Garonne afin de récupérer, au passage, nos trois marmots qui, depuis deux semaines, faisaient du camping avec leurs parents. Oui ! J’ai bien dit nos trois petits fils ce qui était, de l’avis de Cécile, une folie. Mais, Dorian (3.5 ans) revendiquait son rang de grand garçon pour pouvoir accompagner ses frères et depuis le début de l’année il n’avait de cesse de le prouver: comme de faire du vélo sans les petites roues, de savoir compter jusqu’à…. et même plus et savoir « presque » nager sans brassard-flotteur (mais pas sans surveillance.). Toutefois nous pensions qu’au dernier moment il risquait de changer d’avis à moins que maman ne vienne aussi. Finalement fier comme l’arrière ban (c'est-à-dire qu’il ne faisait quand même pas trop le fier de quitter maman) il se décida à monter en voiture.

100 2215 

100 2206

Nous étions arrivés la veille, en fin de matinée, au camping du côté de Mézin. Dans l’après midi nous nous sommes rendus en chœur à Nérac. D’abord au site Aqualand puis en fin d’après midi, nous avons visité la ville, le château d’Albret et les bords de la Baïse. C’est en apercevant le château du pont, face nord, que nous nous sommes rappelés être déjà venus, assez récemment d’ailleurs, à Nérac, et c’est en arrivant dans le parc près de la fontaine que nous nous sommes souvenus d’une balade en 2007 avec nos amis d’Agen, Jean et Christine.

C’est près de cette fontaine que, selon la légende, Fleurette la fille du jardinier du château d’Albret et petite amie d’Henri III de Navarre, voulut se suicider après avoir appris que son bien-aimé prince charmant allait épouser Margot, la sœur du roi de France et fille de Catherine de Médicis. On dit que l’expression conter fleurette vient de cette amourette sans lendemain. Henri III de Navarre y gagna un grade car quelques années plus tard il devint Henri IV roi de France…. Paris valait bien une messe et encore plus une Fleurette…qui mit quand même plus de vingt ans à trépasser, ce que ne dit pas la légende.

Il était trop tard pour prévenir nos amis d’Agen que nous n’étions pas très loin de chez eux car le lendemain dès 9 H, nous prenions la route avec les petits en direction de Sigean avec une petite pause programmée à Toulouse chez nos amis Claudine et Jipé.

100 2239S5300740

A 17 H nous nous installions dans un chalet au camping de Sigean. Les gamins avaient déjà repéré la superbe piscine ….. Mais il fallait aussi faire un minimum de courses, même si le menu du soir devait être à base de pizzas made in camping. Le lendemain, dimanche, nous faisions une reconnaissance de la proche région dont la plage de Port la Nouvelle. Il faisait chaud en cette fin juillet, mais la tramontane soufflait fort. Les gamins n’appréciaient pas ces bourrasques de sable fin qui leur cinglaient la peau. Mon appareil photo non plus car il rendit l’âme après cet ultime cliché.

On n’écoute jamais assez Brassens qui a perdu la tramontane en trouvant Margot. Nous qui avions laissé Margot et Fleurette à Nérac on devait donc trouver la tramontane et le mistral en Languedoc. N'ayant jamais aimé être dans le vent, nous avons décidé, pour le lundi, de battre en retraite vers l’ouest ….. En suivant les conseils de tonton Georges nous sommes allés voir Carcassonne. Un peu plus d’une heure de route pour atteindre la cité et se mettre un peu à l’abri. A la porte narbonnaise un petit train et des calèches attendaient les touristes. Le petit train permet de faire le tour de la cité en longeant l’enceinte externe, celle qui fut construite au XVème siècle.

  S5300742 

Les calèches promènent les touristes sur les lices entre les deux enceintes de remparts. Il faudrait rester sur place une semaine entière pour bien enregistrer les différentes péripéties de l’histoire si riche de Carcassonne. Les invasions Wisigoths ou Sarrasins des VIIème et VIIIème siècle. La croisade menée par Simon de Monfort au XIIIème siècle pour débarrasser la cité de l’hérésie cathare, et la rattacher à couronne royale. La guerre de cent ans, et la bastide incendiée par les anglais emmenés par le Prince noir. Les divisions pendant la guerre de religion ….Epuisant de tout saisir et de répondre en plus aux « pourquoi ?» des grands

  S5300753  

S5300769

 Et c’est là que les légendes sont utiles : Le nom de Carcassonne vient d’une certaine princesse sarrasine dame Carcas. L’armée de Charlemagne assiégeait depuis cinq ans la cité, imprenable par la force, afin d’affamer la population….. Comme il ne restait plus rien à manger la princesse fit jeter sur les assaillants, les dernières victuailles disponibles dont un cochon bien rempli. Ce bluff déconcerta l’empereur qui fit lever le camp à ses troupes. On dit depuis que les carcassonnais sont redoutables au poker;

  Il y avait beaucoup de monde dans la cité et il ne fallait pas perdre de vue les garçons et c’est là qu’on a bien mesuré le plaisir d’en avoir trois à surveiller en courant de la basilique Saint Nazaire au Château Domtal, sans oublier le déjeuner dans un restaurant de la place Marcou dont il vaut mieux taire le nom, surtout pour les menus enfants.

Le soir nous étions de retour au camping de Sigean avant 19 H et les petits allèrent piquer une tête à la piscine malgré le vent fripon. 

    Mardi Claudine Jipé et leur petits-enfants Axelle et Angel sont venus nous rejoindre pour la visite de la réserve africaine. Voire le billet du 29 juillet qui relate cette belle journée au cours de laquelle la tramontane s'est un peu mise en veilleuse.

DSCF0139

  Mercredi le vent redoublait d’ardeur et nous avons été intéressés par un panneau publicitaire situé à l’entrée de la réserve africaine, une jolie affiche pour Terra Vinéa. Il s’agit d’une ancienne mine de gypse de Portel des Corbières (à une dizaine de kilomètres de Sigean) qui a été fermée en 1994 et que les vignerons ont acheté pour en faire un chai dans des conditions de conservation idéales à 80 m de profondeur et une température constante à 16° C, tout au long de l’année…. Et puis l’aménagement touristique a suivi. Un petit train nous emmène à l’entrée de la grotte. Il faut descendre une bonne centaine de marches pour atteindre le chai, où nous attendent des milliers de tonneaux et un magnifique spectacle de musiques et lumières.    

DSCF0145

Le voyage ne s’arrête pas là, car c’est une balade culturelle sous terre sur un kilomètre de galeries aménagées pour remonter le temps. On y trouve reconstituée une villa de la Rome antique ou l’histoire du vin reste à l’honneur. Un peu plus loin on traverse le moyen-âge et puis progressivement on arrive au 19ème et 20ème siècle avec des expositions de matériels d’agriculture et de vendanges. Enfin pour terminer et avant de remonter à la surface on passe devant des reconstitutions de l’extraction du gypse en carrière dans les années cinquante. Un coup de chapeau des vignerons à leurs parents carriers et mineurs.

 Enfin, pour finir cette aventure, les touristes ont droit à une dégustation de divers crus, avec une incitation certaine à acheter. J’en ai goûté deux, des rosés excellents. Je n’ai rien acheté mais nous avons déjeuné, très bien, au restaurant du site. Un site à visiter pour ceux qui vont dans la région et je pense plus particulièrement, à nos amis de Vic, Jef et Nicky, que nous n’avons malheureusement pu voir cette semaine là.

   

(A suivre)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article