Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Moments de vie..... La dernière tournée fut pour moi (suite)

11 Septembre 2012 , Rédigé par niduab Publié dans #Les moments de la vie

 La dernière tournée estivale fut pour moi une sorte de rupture avec les précédentes tournées aoûtiennes car le planning concocté, retenu et annoncé depuis juin nous échappait. Nous avions écarté pour cause de canicule la visite de la Rioja et Isa n’étant pas présente à Barcelone aux dates où nous pouvions passer, nous ne devions pas mettre les pieds en Espagne cette année. Par ailleurs je venais d’apprendre par mon frère, lors de notre rencontre d’Avignon, que nos anciens d’Alès, oncle et tante, n’avaient finalement pas trop envie de recevoir de la famille, en cette période, pour cause de grosse fatigue, ce que j’avais déjà ressenti, l’année dernière, quand nous nous étions arrêtés quelques heures.

 Décidément il va me falloir programmer, pour 2013, des circuits de visites printanières ou automnales santé-compatibles. J’apprenais, aussi par un coup de téléphone, que mon ami Chris de Villefranche-de-Rouergue était aussi bien fatigué….. Ah ! Ces grosses chaleurs, quelle galère ! Bon, nous ne passerons pas non plus par les Cévennes et l’Aveyron ! Il nous fallait changer d’orientation et pour éviter d’être emporté par le troupeau de ‘’bison futé’’ en ce week-end noir de fin août nous sommes allés nous réfugier dans les hauts de Provence.

 C'est une région que nous connaissons peu, malgré de nombreuse balades, dans les années 70, sur les bords de Durance, justement avec nos amis Chris et Françoise à l’époque où ils étaient vauclusiens, mais je ne me rappelle pas être allé plus loin que Manosque (C’est même dans cette ville qu’en 1972 j’ai mis un terme à ma carrière rugbystique, à la grande satisfaction de Pilou).

 Nous avons posé notre valise dans un hôtel de Gréoux-les-Bains, un hôtel que nous avions retenu par internet. Il était très bien, très propre,  très, trop blanc. Il faisait un peu hosto voire maison de retraite..... Parfaitement démoralisant.

DSCF4253DSCF4240

 Gréoux-les-Bains est une petite ville thermale réputée depuis l'antiquité, pour ces eaux bénéfiques pour soigner l'arthrose mais, et même si on est sur les rotules pour avoir consacré beaucoup de temps aux petits enfants tout au long de juillet, on ne peut obtenir de passe-droit pour accéder aux bains de boue, soins et massages  en arrivant de façon impromptue. Les curistes retiennent leurs places de longs mois à l’avance. C’est bien de le savoir pour plus tard…. dans une vingtaine ou une trentaine d’années quand nous serons vieux….

 Déjà étonnant d’avoir pu avoir une chambre dans cet hôtel ; chambre que nous avons abandonnée le lendemain pour un autre hôtel, incontestablement moins clean mais moins déprimant.

 Nous avons donc consacré ces deux journées à découvrir, un peu la région : la charmante petite ville de Gréoux, mais aussi le lac de Sainte-Croix dont bien sûr, nostalgie oblige, un coup d’œil attentif au barrage ; un barrage voûte à double courbure construit entre 1971 et 1975 à l’époque où je faisais celui d’Inga au Zaïre. Que voulez-vous on ne peut pas être partout, en même temps !

DSCF4178DSCF4182

 Nous avons rejoint Moustier Sainte-Marie, berceau de la faïence, qui se trouve à 35 km à l’est de Gréoux-les Bains, magnifique site entre le lac de Sainte-Croix et les gorges du Verdon.

Il est impératif de se garer à la sortie de la ville sur une route qui remonte vers Notre Dame de Beauvoir mais finalement nous restions près du centre de la cité où l’on descend par une ruelle qui débouche sur  le vallon qui traverse le village.

 Le pont de la source permet d’accéder à la place principale et à l’église avec son clocher du XIIe siècle en pierres de tuff. En amont on découvre la chapelle perchée tout en haut. En repassant côté est du pont nous retrouvons la place, qui accède à la source, encadrée de boutiques qui invitent à la découverte et aux dépenses.

DSCF4218DSCF4224

 A proximité de l'endroit où jaillit la source, il y a un restaurant où nous avons déjeuné au calme et à la fraîcheur. Après avoir traversé le village, le ruisseau dévale le coteau pour aller se jeter dans le lac de Sainte-Croix.

 Nous avons poursuivi notre chemin en prenant la direction de La Palud et à la sortie de ce village nous avons pris sur la droite la route des crêtes et des aigles, nombreux dans le ciel. Cette route est ouverte depuis plus de vingt ans et permet de découvrir, à partir de belvédères judicieusement répartis tout au long du circuit de 23 km un aspect aérien du site et les plus beaux surplombs des falaises. Un parcours magnifique, grandiose : la barre de l'Escales, la falaise des Baumes Fères, le Blanc Martel, le ravin de Mainmorte. De retour à La Palud nous avons prolongé notre parcours découverte sur la D 952 jusqu'à Mon. Un parking en bord de route nous invite à faire une nouvelle halte. Un peu de marche sur un sentier caillouteux, de quelques centaines de mètres avant d'atteindre un nouveau belvédère, le Point Sublime qui mérite bien son nom pour la vue qu'il offre sur couloir de Sanson.

DSCF4236DSCF4277

 Nous avons poursuivi notre route jusqu'à Castellane où nous ne nous sommes guère attardés. Il commençait à être un peu tard et il y avait le trajet retour à faire sur cette partie de route moins bien garnie en belvédères pour admirer le paysage et avec une circulation qui commençait à s'intensifier avec de très nombreux et dangereux troupeaux de motards en transhumance et roulant en groupe élargi sur la chaussée y compris dans les virages. Ces mecs sont dingues, j'ai bien cru m'en farcir quelques uns, et à plusieurs reprises, bien qu'étant toujours bien serré sur ma droite et en roulant très, très prudemment. Ils m'ont vraiment foutu la trouille ces cons.....

  Le week-end se terminait et le flux migratoire aussi : nous pouvions mettre cap à l'ouest pour notre deuxième et dernière semaine. Je voulais quand même passer par Aix-en-Provence, ville que j'adore mais où nous ne sommes pas allés depuis plusieurs décennies. Retrouver le cours Mirabeau et ses terrasses de restaurants, la fontaine de la Rotonde, ses petites places et ruelles du centre ville.

DSCF4257DSCF4283

Je devais donc passer ensuite par ou près de Martigues et je ne pouvais décemment pas ne pas m'arrêter chez mon cousin : Je l’appelais :

« Michel, contrairement à ce que je t’ai dit en juin nous ne sommes pas en Espagne mais en Haute-Provence et nous pouvons faire une petite pause chez toi au passage »

« J’espère bien mon grand et j’espère que ta pause sera d’au moins une soirée, toute une nuit, camarade, qu’on refasse le monde »

« Bien sûr, mon cher cousin » 

 Michel était en fait le cousin de ma mère -- son père était le dernier d’une longue fratrie charentaise dont mon grand père était l’aîné -- mais nous avons le même âge. Nous nous sommes perdus de vue pendant quelques années (une bonne trentaine quand même) avant de nous retrouver grâce à des cousines, retrouvailles amplifiées par internet et consolidées depuis 5 ans par nos premières visites à Martigues (lui pour un problèmes de santé ne peut se déplacer, mais je ne désespère pas qu’ilaccepte un jour que j’aille le chercher pour un pèlerinage sur la terre de nos ancêtres : Chasseneuil, / La Rochefoucaud). J’adore ces moments passés à rattraper le temps perdu tant nous nous découvrons de points et d'idées communes, que ce soit en cinéma, littérature, musique et politique. L’accueil de Michel et Clau ma gentille cousine par alliance, même en arrivant à l’improviste, est un vrai bonheur. Des moments rares et riches après nous être oubliés par négligence si longtemps…. C’est ce qui étonnait Valérie, une des filles de Michel qui était présente, avec ses trois enfants, la seconde journée, avant notre départ. 

Après les avoir quittés nous sommes passés rapidement près d’Arles et Nîmes, où nous eûmes longtemps notre ‘’sweet home’’. Encore une petite hésitation : Est-ce que je fais ou non un saut à Alès ? ne serait pas opportun….mais mon oncle et ma tante, la sœur de ma mère, vieillissent…. Il me faudra préparer et bien organiser un voyage au printemps, peut-être en commun avec mon frère. ….

GEDC0231GEDC0245

 Et puis on se doit de passer voir une jeune nièce à Toulouse qui s’est délocalisée de la région parisienne  depuis quelques mois.

Sur la route de l’ouest nous avons fait successivement plusieurs haltes en haut-Languedoc : une courte pause à Saint-Guilhem le désert,  puis une étape à Clermont l’Hérault. Je n’ai pu m’empêcher, le lendemain matin, d'aller admirer le barrage de Salagou (un barrage poids en enrochement avec revêtement bitumineux de la fin des années 60 ) et sa retenue. Nous avons poursuivi notre route avec une pause pour déjeuner à Saint-Pons les Thomières où nous étions déjà venus il y a trois ans, avant de reprendre notre route vers Toulouse, via Mazamet et Castres. 

GEDC0263GEDC0278

 

Nous sommes arrivés chez Jipé et Clau en fin d'après-midi. L'accueil est toujours chaleureux, peut-être un marqueur naturel des Clau, même si Clau de Toulouse et Clau de Martigues ne se connaissent pas.

Jipé, en plus d'être un très bon copain et un ex-broussard, est une sorte de Géo Trouvetou: il faudrait que je fasse, un jour, un billet pour décrire son atelier, mais je devrais le faire de chez lui pour qu'il me précise tout ce qu'on y trouve en plus des machines outils, des trésors divers dont des restes de voitures et bateaux, et ce en plus de l'avion qu'il est en train de construire, syndrome toulousain. Quand nos amis sont passés par Niort début juillet pour assister à la sortie de l'Hermione à Rochefort, je lui ai dit que j'avais cassé le mécanisme pour monter ou descendre le siège conducteur du scénic. Ce n'était pas réparable, parait-il, selon Renault ; il fallait changer le siège.... ??? Ptn le coût ! « Je t'arrange ça fin août » m'a dit Jipé. Promesse tenue

GEDC0270

Le second soir nous avons respecté les traditions en invitant nos hôtes dans l'un des excellents restaurants de la place du Capitole.

 Cette année nous sommes restés les trois jours sur Toulouse ce qui nous permettait aussi d'aller voir notre nièce, notre Nana, qui fut super contente de nous voir. 

J'ai déjà fait un billet sur la surprenante cow-parade, que nous avons découvert par hasard en visitant le Capitole ; ça devient une habitude après la mairie de Barcelone l'an dernier, celle de Toulouse cette année. Nous étions dans la salle des illustres, qui accueille les réceptions officielles et sert aussi de salle de mariage, quand j'ai vu que la fenêtre balcon centrale, celle où sont installés les drapeaux, était ouverte, je me suis approché du balcon pour voir s'il y aurait autant de monde pour m'applaudir qu'en eut Mélenchon en avril dernier.... et oh surprise ! ..... Il y avait des vaches, beaucoup de vaches et d'autres encore qui arrivaient.... 

Clau nous emmena, ensuite, aux Galeries Lafayette, où nous sommes montés directement au dernier étage, sur la terrasse d'où on peut admirer les toits de la ville rose.

GEDC0309GEDC0311  

 Nous étions de retour à Niort le samedi 1er septembre. La tournée des amis 2012 était terminée....  Ma soeur Annie, Michel et mon neveu Sylvain allaient faire une étape chez nous le samedi suivant, venant Loire-Atlantique et avant de rentrer à Aurillac

(A suivre)   

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article