Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presse aidant.... Cathy, Delphine et..... divers (voire plus)

7 Juillet 2013 , Rédigé par niduab Publié dans #Presse aidant

 De retour de deux semaines de vacances en Espagne, je dois m’appuyer sur la presse pour ce premier billet. En fait c’est à Barcelone, mercredi dernier, que j’ai appris que Delphine Batho avait été démissionnée du gouvernement. Nous étions Place de Catalogne et je cherchais un journal français pour m’informer sur la crise égyptienne, quand je suis tombé sur « Libération » avec en première page la ministre méditative et le titre « Batho La coulée verte : La ministre de l’Ecologie a été démise de ses fonctions hier, après avoir fortement critiqué la rigueur budgétaire qui lui a été imposée».

 Que Delphine me pardonne mais ma première pensée ne fut pas pour elle, même si après avoir lu l’article je trouvais la punition quelque peu disproportionnée ;  je reste d’ailleurs sur ce jugement et pas seulement par chauvinisme parce qu’elle était la ministre de notre département.

  Non ! Ma première pensée fut pour Cathy. Nous avions reçu courant juin une invitation de notre  gentille copine qui devait recevoir les insignes de chevalier de l’Ordre national du mérite, distinction qui devait lui être remise par la ministre Delphine Batho, à la mairie de Magné le samedi ?????...... et là le trou de mémoire. Je ne savais plus si la cérémonie devait avoir lieu le samedi 29 juin ou le samedi 6 juillet. La seule chose dont j’étais sûr c’est que ça devait être un samedi et que nous ne serions pas présents d’où le mail d’excuse que j’avais envoyé à Cathy, accompagné bien sûr de nos plus vives et sincères félicitations….

 Je n’ai su que ce soir en rentrant de voyage, en consultant la Nouvelle République, que la cérémonie s’était déroulée quelques jours avant le mauvais coup infligé à notre charmante ministre.

Ouf ! …. Et voilà ce qu’en disait La Nouvelle République.

Ruban-bleu-pour-Catherine-Tromas image article large[1]L-avocate-du-Marais-epinglee-par-la-ministre slider[1]

 « Samedi après-midi, dans le parc de la mairie de Magné, c'était l'effervescence, on attendait les personnalités locales mais aussi la ministre de l'Ecologie et de l'Environnement Delphine Batho. Catherine Tromas, militante écologiste devait recevoir les insignes de l'Ordre national du mérite .

C'est devant ses parents, sa famille, ses amis et un parterre de nombreux militants responsables de diverses associations locales en rapport avec le Marais et l'écologie en général, que Catherine Tromas, très émue, a été décorée par Delphine Batho en présence du préfet, de Geneviève Gaillard, députée-maire de Niort, de Gérard Zabatta, conseiller général, de Gérard Laborderie, maire de Magné et de nombreux membres du conseil municipal de la commune. »

 « Catherine Tromas militante écolo de la première heure, vient de recevoir les insignes de l’ordre national du Mérite des mains de Delphine Batho.

  La fatigue et une espèce d'envie de renoncer, il y a quelques semaines, Catherine Tromas a soudain senti le poids de toutes les casquettes dont la défense de l'environnement s'est chargée de la coiffer, responsabilités qu'elle a bien sûr accepté d'endosser mais dont le cumul s'est soudain avéré pesant : Présidence de l'Observatoire régional de l'Environnement, vice-présidence de Deux-Sèvres Nature Environnement, vice-présidence de Poitou-Charentes-Nature, vice-présidence de la Coordination de défense du Marais poitevin… « Militer pour l'environnement est un travail de très longue haleine. C'est ça le plus difficile : tenir sur la durée. » L'environnement exige du long terme. « Parce que c'est dans le temps qu'on fait avancer les choses. » La discipline réclame aussi de l'énergie. « Tout mon temps libre. »

  Prof de maths au lycée Thomas-Jean Main de Niort femme discrète tant par pudeur que par timidité, elle s'est investie corps et âme pour le Marais où elle est née, a grandi et vit aujourd'hui. Avec le sentiment d'agir à la place de « ceux qui aimeraient le faire mais n'en ont pas le temps ».

 Fille d'agriculteur maraîchin, elle a commencé à ériger son instinct écolo face au projet de « house-boats » imaginé dans les années 75 pour le Marais. « Et puis, à la fin des années 80, il y a eu le gros dossier : l'autoroute ! » Celle qui devait relier Nantes à Niort en lacérant le Marais. « Là, on s'est battu », se souvient-elle. Alors militante ‘’de base’’, Catherine Tromas occupait le terrain. Revendications peintes sur les routes, blocages de péages, descente de tracteurs dans les rues de Niort… Tout était bon pour se faire entendre. « C'est à ce moment-là qu'on a pris conscience que le Marais dans sa globalité était en train de disparaître. »

  Elle se souvient qu'une élue l'a entendu plus que les autres : Ségolène Royal. « Elle a été un appui important. » Catherine Tromas veut voir dans cette intervention politique le résultat du ‘’très solide travail de fond’’ mené par la coordination ‘’pour l'intérêt général ’’.

  C'est l'époque où la problématique de l'eau commençait à faire ruisseler encre, salives et sueurs froides. Catherine Tromas ne s'est jamais vraiment remise de sa ‘’séquestration’’ par des irrigants en colère qui voyaient Natura 2000 leur arriver dessus. « J'étais attendue à la préfecture mais ils ne m'ont pas laissé entrer. Ils m'ont empêché de passer, ils m'ont retenue pendant une heure. »

  L'instant avait été difficile. Elle, seule, si fluette, encerclée par ces gaillards hostiles à sa cause. Mais ça avait renforcé sa combativité et sa détermination.

  Les choses ont-elles changé ? Elle en doute. Elle craint toujours cette ‘’poignée d'agriculteurs qui continuent de faire leur loi’’.

 Elle se rassure en affirmant que « les associations de protection de la nature sont davantage écoutées », et que « l'environnement occupe aujourd'hui sa place dans la vie publique ».

  Elle retient aussi que l'engagement associatif pour l'environnement devrait relever de l'évidence et impliquer chaque citoyen alors qu'il est rarement glorifié. « Des fois, on se demande pourquoi on fait tout ça…» D'où ce moment de découragement, il y a quelques semaines. « Heureusement, ce courrier est tombé à pic» Celui de Delphine Batho. Une lettre à entête de la République dans laquelle la ministre de l'Ecologie lui annonçait qu'elle allait rejoindre l'ordre national du Mérite.

  Catherine Tromas sourit. Elle s'autorise à y voir « la reconnaissance de ses engagements pour le Marais et pour l'environnement ». Elle savoure son plaisir en silence. Et se rectifie : « C'est surtout la reconnaissance du travail collectif associatif. » Catherine Tromas est inapte à l'égoïsme. »

 Bravo, mille fois bravo et merci Madame la ministre d'avoir pensé à honorer notre amie.

  J'ai continué à m'informer en feuilletant tous les journaux N.R. que nous avions reçus pendant plus de deux semaines. Je me suis arrêté sur celui du mercredi 3 juillet pour évaluer la perception des journalistes deux-sévriens. J'ai notamment apprécié l'analyse rétrospective basée sur une interview de fin décembre 2012 et éclairée par la nouvelle donne. (Une interview que j'avais conservée dans l'optique de faire un jour ou l'autre un billet sur notre ministre).

 Extraits de l'article de F. Bonnet : 

  «  Quel apprentissage a été pour vous le plus délicat ? Avions-nous demandé à Delphine Batho, le 18 décembre dernier''......'' L'apprentissage le plus délicat ? .. La communication! ''  Nous avait répondu  en riant, la ministre. Il y avait peut-être un petit déficit de ce côté-là !  

Et comme pour justifier ce déficit elle avait ajouté :'' Ma méthode, c'est de travailler à fond mes sujets, avant de m'exprimer.....'' Gageons qu'avant de dire tout le bien qu'elle pense de la restriction budgétaire dont son ministère vient d'être la cible, l'expression de Delphine Batho a été bien travaillée. Quand au déficit de communication, le voilà désormais très largement comblé.

 Celle qu'un confrère avait surnommé ''la discrète'' vient de prouver que ne pas chercher à se faire voir et à entendre, n'empêche pas d'avoir des convictions chevillées au corps et méritant d'être défendues. Quoi qu'il en coûte.

''Je n'ai pas d'objectif de com' personnelle, je suis là pour faire des changements en profondeur, et le plus exaltant pour moi c'est de mener à bien la transition énergétique '' nous avait encore confié Delphine Batho, enthousiaste et déterminée. Les changements en profondeur se feront, où pas, sans elle..... Est-elle si surprise de cette rupture de contrat précoce ? ''Nous les ministres on est en CDD, j'aime bien ce côté provisoire....'' philosophait-elle il y a six mois......» 

Delphine-Batho-Socialiste-je-suis-socialiste-je-reste image

 

Poursuite du billet le lundi 8 juillet :

 Les réactions politiques locales furent celles que l'on pouvait attendre. Des regrets et de l'affection de la part des socialistes deux-sévriens, le coup du mépris de Ségolène Royal, son ancienne grande amie qui voit s'incruster un peu plus une rivale sur ses anciennes terres qu'elle lui avait ''prétées'' (Delphine Batho venant de retrouver son siège de députée)  « On doit se montrer digne et être à la hauteur de ceux qui vous ont fait confiance.....(N.R.).» De joyeux moments à venir en perspective. ! Delphine se console en appréciant les déclarations de Nicolas Hulot. 

  Les élus Verts deux-sévriens ne sont pas en reste avec Amaury Breuille (lecteur occasionnel de ce blog): «..... Je trouve regrettable voire archaïque la façon dont les choses se sont passées, vraiment pas en phase avec l'image que l'on a d'une démocratie moderne . Mais je suis convaincu qu'à long terme le courage politique paie.... »   

  Courage politique fuyons !  Pourrais-je rétorquer aux amis, Amaury et Virginie, si j'en crois leurs déclarations dans la NR de samedi 6 juillet, dans l'article d'Yves Revert  «.Les Verts se la jouent en solo au Premier tour (des municipales 2014) ..... »  

Les-Verts-se-la-jouent-en-solo-au-premier-tour image articl

  Dans le bilan qu'ils font de l'action de l'équipe municipale dirigée par Geneviève Gaillard, ils trouvent de nombreux points positifs comme la piétonnisation, l'opération de rénovation urbaine, la Brèche, l'action en faveur de la biodiversité, l'aménagement du réseau de bus, le futur transport collectif en site propre....   Excusez du peu ! ..... Alors certes ils regimbent un peu car il y aurait quelques retards pour impératifs budgétaires :  l'efficacité énergétique des bâtiments municipaux,.... le cyclable,... l'entretien de la voirie."

 Quand on sait que dans le débat interne au PS, Rodolphe Chalet liste comme critiques de l' action de Geneviève Gaillard, des points que les élus EELV jugent positifs, auxquels il faut ajouter aussi la trop grande place faite aux forces de gauche autres que socialistes dans l'équipe municipale dont les verts, je me demande si mes amis ne sont pas en train de se tirer une balle dans le pied (voire les deux

  Façon archaïque..... archaïque,... tu avais dit archaïque mon cher Amaury ? 

 

 Bon courage à tous. Moi je retourne à mes voyages.   

 

 

    ( A suivre) 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

PROST Félix 08/08/2013 19:09

Cher camarade. Je retrouve, enfin, le chemin de ton blog, après plusieurs semaines de disette. Quel plaisir de retrouver ton écriture et ta diserte. Quand tu racontes ta rencontre avec Le Forestier
et la nuit passée au clair de lune Africain cela me fait penser, toutes proportions gardées, à cette soirée de juin 2006, sur la plage de Porto, en Corse, où nous avons chanté Brassens avec
beaucoup d'émotion, d'amitié et d'amour fraternel. Je me suis régalé à la lecture de tes articles. Continue à nous émerveiller cher grand ami. Et à la prochaine...