Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Souvenirs en vrac..... Les risques du métier....

11 Janvier 2014 , Rédigé par niduab Publié dans #Souvenirs en vrac

 J’ai choisi un titre très excessif pour évoquer une très légère addiction dont je n’ai pas honte : J’ai aimé la société dont j’ai porté les couleurs pendant plus de 42 ans, et je n’arrive pas à vraiment rompre avec mon passé professionnel.

  Cette semaine, mercredi dernier, comme chaque début d’année depuis que je suis retraité, je suis allé, porteur de bons vœux et d’une boite de chocolats, saluer mes anciens collègues. Nostalgie, nostalgie ! Je crois bien que je vais continuer ce pèlerinage traditionnel le plus longtemps possible, du moins tant que je serai accueilli avec de francs et chaleureux sourires.

Il faut dire que l’agence n’est située qu’à quelques kilomètres (quelques minutes) de chez moi. Et puis c’est une petite structure d’une dizaine de personnes et comme je ne m’y attarde pas trop, pas plus d’une demi-heure, je ne dérange pas. Juste le temps de prendre des nouvelles de mes amis, d’être rassuré, ou du moins, informé, sur la bonne santé de l’agence et de la société. C'est une agence régionale que j’ai, quasiment, ouverte fin 1986 et que j’ai laissée à Gaétan, mon successeur comme responsable, fin 2006. Tout va bien et c’est bien l’essentiel en cette période de crise.

En échange de mes vœux et de ma boite de chocolats, j’ai reçu en cadeau inattendu un petit livre qui a été publié par la direction nationale et qui s’intitule « CEBTP, 80 ans d’expertise qui font la différence ». Un petit livre qui est distribué en ce début d’année aux principaux clients……., et sans doute à quelques anciens de passage, car je sais ne pas être le seul à revenir sur les lieux de ses primes (blague).Je dois bien avouer que ce petit cadeau m’a fait le plus grand plaisir.

J’ai déjà, plusieurs fois sur ce blog, évoqué des anecdotes de ma carrière professionnelle, mais j’ai toujours évité de citer le nom de la société (*) où je suis entré le 1erdécembre 1967 et que j'ai quittée le 31 décembre 2006, avant d’y revenir à temps partiel comme formateur certification du 1er juillet 2007 au 30 mars 2010. Plus de 42 ans d’ancienneté, c’est dire que sur les 80 ans d’âge de cette société, plus de la moitié me concerne. Boudu ! 42 ans  mais non seulement je n’ai jamais eu les pieds dans le même soulier, mais en plus mes souliers m’ont conduit à travailler dans toutes les régions françaises (je dis bien toutes y compris les DOM)  sans compter que pendant près de dix ans, ils m'ont fait crapahuter en Afrique. Aucune raison donc de se lasser.de toujours bosser au même endroit. 

(*) Je crois quand même avoir déjà mentionné la société CEBTP lors d’un billet intitulé « Au printemps de quoi rêvais-tu ? » (Dernier chapitre pour ceux qui s’y rendront) où je j’évoque une biographie consacrée à Jean Ferrat. Ferrat qui me précéda d'une vingtaine d'années dans les locaux parisiens et sensiblement au même poste.

 Dans ce billet hommage j’emprunte quelques éléments (en bleu), essentiellement chronologiques au petit livre qu’on m’a remis, et quelques photos. qui complètent les miennes. Des dates importantes de la société et d’autres qui me concernent. :

1933 : la SMABTP (Mutuelle d’assurance) et SECURITAS (bureau de contrôle) prirent l’initiative de constituer un laboratoire d’essais et de recherches pour les professionnels du bâtiment et des travaux publics.

1935 : Le 21 juin eut lieu l’inauguration des installations du LBTP 12 rue Brancion à Paris en présence du Président de la chambre des députés, E. Herriot.

1940 : Les premiers laboratoires d’outre-mer furent créés à Dakar, Brazzaville et Saigon.

1953 : Le 26 mars la structure prenait le nom de Centre Expérimental et d’Etudes du Bâtiment et des Travaux-Publics (CEBTP)

1960 : Le CEBTP se décentralisait systématiquement en province en constituant un laboratoire dans chaque région.

1965 : A partir de cette date, la vocation outre-mer et internationale du CEBTP se confirmait d’assistance technique aux services publics.

1967 : Un jeune homme de 21 ans, qui me ressemble, franchissait le vendredi 1er décembre l’entrée du 12 rue Brancion pour tenir un poste de technicien au service ''Sol recherche''.

Cebtp3guyane-1.jpg

1969 : début juin je m’envolais pour la Guyane, agence CEBTP à Kourou, mais avec un travail de prospection en forêt pour une étude géotechnique routière.

1970 : De retour en métropole je passais quelques mois au ''service route'' de Paris avant de rejoindre le CEBTP Marseille pour effectuer d’abord les reconnaissances géotechniques puis ensuite les contrôles du grand chantier de Fos sur mer où je restais jusqu'au printemps 1973.

1972 vit la construction du deuxième Centre d'études des Structures et d'autres laboratoires à Saint Rémy-les-Chevreuse. Avec ces extensions, le CEBTP allait disposer d'un ensemble de moyens expérimentaux unique en France, voire en Europe.

Num--riser0009-copie-2.jpgCebtp2

1973 : Début avril je rejoignais la Savoie pour la 1ère phase du chantier du Tunnel du Fréjus. En novembre je quittais ce chantier pour m’expatrier en famille et pour trois ans au Zaïre sur le chantier du barrage Inga 2. (1 et 2).

1976: Rentré du Zaïre en juillet 1976, je partais au Maroc début septembre, toujours en famille pour trois ans et encore pour un très grand barrage, celui d'Al Massira.

1979: Début juillet je rentrais en France et, trop heureux de pouvoir m'installer avant la rentrée scolaire,  zappant les vacances, j'acceptais  un nouveau chantier de barrage en Alsace, près de Mulhouse, à Michelbach. (évoqué en fin de billet)

GUINEE-1981.jpgCebtp

1982 :En novembre1981 le chantier de Michelbach avait été mis en veille pour l'hiver. Etant installé près de Nîmes, j'étais assez content de pouvoir jouer les bouche-trous dans les agences de Marseille et Montpellier. J'eus quand même à assurer, entre janvier et mars, une mission de reconnaissance géotechnique pour un futur barrage en Guinée.. Je retournais à Michelbach pour l’été et effectuer les derniers contrôles. En septembre je commençais un chantier d'autoroute du côté de Bourg-en-Bresse. 

1983 : Je passais une année sur ce chantier et puis en septembre, nouveau départ en famille pour l'Afrique, direction Yaoundé au Cameroun pour un séjour de trois ans. Mais cette fois, plus de grand chantier, je changeais quasiment de métier en devenant formateur au labogénie. Une très heureuse évolution professionnelle.

1986 : Rentré du Cameroun en juillet, je ne savais pas trop où j'allais devoir émigrer. Ma direction me parlait d'une probable mutation dans le nord de la France, pour le Tunnel de sous la Manche.... et puis mi-août, le directeur de la grande région Sud-ouest s'arrêtait chez moi, à Nîmes pour me proposer l'agence de Niort, dont le seul salarié qui y travaillait ponctuellement en venant de Nantes, avait eu un grave pépin de santé. Il n'y avait donc personne dans cette agence alors que le CEBTP venait d'obtenir un important contrat pour le chantier du pont de l'île de Ré. Je ne connaissais pas Niort mais adolescent, j'avais déjà passé plusieurs étés à l'île de Ré ; Banco ! Fin août j'étais niortais et dès début octobre dans l'agence CEBTP de Niort, j'aidais un jeune ingénieur de l'entreprise Bouygues à mettre au point les formulations de béton.

Num-riser0005.jpgNum-riser0005-copie-1.jpg

Début janvier 87 nous installions un laboratoire de chantier à La Pallice où des techniciens de l'agence de Bordeaux formèrent l''équipe du suivi des travaux. Il me fallait aussi faire venir deux ou trois techniciens pour l’agence de Niort. Ce fut fait avec des transferts de Nantes, Tours et ponctuellement de Limoges.

Début février 88 je contrôlais les pieux de la culée continent, puis tout au long de l'année, en mer, les pieux des piles pour finir avec ceux de la culée île de Ré en novembre 88. Un sacré chantier ! (1et 2). Qui se prolongea sur 1988 avec les superstructures. 

1989: Heureusement pour la pérennité de l'agence de Niort après le pont de l'île de Ré il y eut le viaduc sur la Charente à Rochefort, un chantier qui allait nous donner du travail jusqu'en 1991, mais moins lourd à gérer et qui me laissait un peu de temps pour prospecter la région et chercher de nouveaux débouchés.

J'avais aussi commencé le job d'auditeur pour la marque NF/BPE et puis le tout-venant en expertises, investigations contrôles de tous genres, ..... sauf que dans le tout-venant il y a aussi l’ingénierie géotechnique, études de sols, études de fondation, dont le CEBTP était et est toujours le n°1 national. Durant les premières années j'eus le renfort d'ingénieurs de Bordeaux puis à partir de 1989, l'agence commençant à bien se développer dans tous les autres domaines, l'embauche d'un ingénieur géotechnicien s'imposait.

cebtp11cebtp8

1990-2006 : Le premier fut Georges, le deuxième François, la troisième.... bref et pour faire court il y eut 12 ingénieurs ''géotech'' en 16 ans et si je compte les bordelais des premières années une bonne quizaine en vingt ans, avant l'arrivée de Gaétan l'actuel responsable de l'agence. Certains ne sont restés que quelques mois (Cette ville est trop petite, la région pas assez urbaine pour espérer faire carrière, disaient certains). Hormis Gaétan un seul, François, a fait l'effort de rester suffisamment longtemps, 5 ans ; ensuite preuves de compétences et de résultats à l'appui, il fut appelé à des responsabilités de niveau national qu'il occupe toujours, me semble t-il.

photos-501147.jpgcebtp 5

Durant cette quinzaine d'années, l'agence a vu son activité se diversifier à tous les domaines d'expertises, avec trois pôles d'activités particulièrement rentables où j'étais en première ligne avant d'y former des équipiers ; Le contrôle des pieux par carottage sonique ou Mimp, les audits NF BPE et Granulats et surtout chaque année un ou deux chantiers de réhabilitation de chaussées d'autoroute  voire certaines années de chantiers de construction d'autoroutes.

1997 : Le CEBTP quittait le giron protecteur de la fédération française du bâtiment. A Niort nous devions quitter l’agence qui était au sous sol de la ‘’Fédé’’, sur la route de La Rochelle pour nous installer dans un local de la Z.I. Mendes-France. C’était plus proche de chez moi. 

cebtp 12cebtp9

1997/2001 : Période difficile pour le CEBTP ‘’indépendant’’ qui devait gagner en productivité, ce qui eut des conséquences sur l’emploi, surtout en Île de France. En Province ça se passait mieux sauf qu’on avait du mal à obtenir les embauches nécessaires en ces années de croissance. J’étais aussi devenu animateur de la grande région Sud-ouest pour la certification NF/BPE, au titre d’expert pour AFNOR Certification  

2001 : LE CEBTP devenait  une entreprise importante du groupe Ginger qui entrait en Bourse.

2001-2006. La pression sur la gestion, le management à renfort de grands séminaires s’accentuait. Je représentais aussi les cadres au C.E. mais j’étais très peu présent, les réunions se déroulant à St Rémy. Je venais aussi de faire un drôle d’héritage en 2002 avec la fusion des budgets de Niort et Limoges. Pendant deux ans je fus responsable des deux agences qui, vu de Paris, semblaient si proches. Niort permettait alors la survie de Limoges. Tant mieux pour l’emploi, et puis Limoges avait contribué à la naissance de Niort… mais tant pis pour ma vie de famille. 

a la Réunion au boulot octobre 2005 centrale du Portroute-des-tamarins1.jpg

2006. Fatigué de l’évolution gestionnaire du métier et des contraintes administratives ubuesques, au détriment de l'implication technique et ayant le nombre de trimestres nécessaire je décidais de prendre ma retraite fin décembre 2006. Décision qui me semblait d’autant plus sage qu’il y avait ces années là une excellente équipe,  jeune dynamique et expérimentée, je n’étais plus vraiment indispensable surtout dans le domaine du management.

 Je fis mon pot de départ début janvier 2007 à l’agence de Niort pour présenter mes collègues et Gaétan le nouveau responsable d’agence, à quelques grands décideurs locaux qui étaient invités.

2007-2010 : Il y eut vite un ‘’hic’’ mais uniquement pour  le  poste d’animateur régional NF BPE qui ne pouvait se faire ainsi, à la va vite. On m’a demandé de faire un peu de rab pour assurer la bonne transmission. C’est avec le plus grand plaisir que j’ai repris un peu de service salarié à raison d’une journée par semaine ou plutôt une cinquantaine de jours par an, car j’avais aussi quelques audits à faire (Réunion en 2005 et 2006, Martinique-Guyane en 2008, Guadeloupe-Guyane en 2009) . Je devais surtout former et progressivement laisser les dossiers à traiter à mon jeune collègue Arnaud qui était déjà un excellent auditeur. Il me fallut aussi former une auditrice pour remplacer Arnaud à ce poste.

Fin mars 2010 je n’avais plus aucune raison à m’accrocher à ce poste et j’ai donc démissionné pour devenir un vrai retraité.  (ou presque car j’ai continué pendant une vingtaine de mois  à tenir un rôle de formateur BPE, comme consultant,  mais hors CEBTP.

2010: Le groupe Ginger fut racheté par le groupe d’ingénierie hollandais Grontmij.

2013: Le CEBTP (et ses filiales DOM-TOM) redevenait indépendant sous le nom de Groupe CEBTP.

 

Longue vie au CEBTP et je dois bien avouer que je ne regrette rien de mes quarante années passées dans cette société. Pas même quelques moments difficiles. C’était un bien beau métier, vraiment fait pour moi. 

 ( A suivre)      

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie 05/11/2015 17:59

Formidable! Un beau témoignage et un beau blog et si vous passez pendant votre retraite un séjour a la Reunion, venez nous voir... On a un auditeur NF/BPE sur place à l agence aujourd hui, vous êtes venus apparemment au commencement de la nouvelle agence de la Reunion en 2005/2006... Sincèrement

Daniel B. 06/11/2015 13:59

Merci Marie pour ce sympathique commentaire. Si j'ai bien compris vous travaillez dans cet agence de La Réunion et donc certainement une collègue du CEBTP. Je suis allé deux fois en audit à La Réunion : octobre 2005 et septembre 2006. Lors de cette seconde campagne j'étais venu à l'agence qui, me semble-t-il, devait se situer à La Possession. Je reviendrai à La Réunion comme je suis allé en Guyane en 2014. Pour 2016 j'ai programmé la Nouvelle Calédonie mais pour 2017 ça pourrait, devrait être La Réunion : je passerai à l'agence de toute évidence.

Cordialement

Daniel

PS: Vous avez peut-être encore des contacts avec François H. du CEBTP : Parlez lui de Daniel de Niort. On se connaît bien.

PROST 13/01/2014 10:51

Ouf! Je trouve un moment pour aller sur ton blog et me régaler à la lecture de tes billets. Dans Cyrano, ce dernier s'adressant à la dame de compagnie de Roxane dit. -"Duègne, aimez-vous les
choux". Celle-ci répond "Monsieur, j'en suis férue lorsqu'ils sont à la crème." Tes articles, cher Daniel, ils sont à la crème. Fraternelle amitié à vous deux.