Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Touche pas à mon rugby.... des noyaux dans le clafoutis....

14 Juin 2010 , Rédigé par daniel Publié dans #Touche pas à mon rugby

Elle était trop belle cette saison rugbystique 2010 et, malheureusement ce week-end de mi-juin ne fut pas la cerise sur le gâteau mais un week-end de guigne…..

Voilà comment j’ai trouvé une suite à mon précédent billet «en croisant mails et mauls » consacré à mon sora préféré qui, début juin par courriel, chantait Clément des cerises : « Quand nous en serons au temps des cerises, et gais rossignols et merles moqueurs, seront tous en fête »

Cette chanson de Jean Baptiste Clément de 1866 saluait l’arrivée de l’été, la saison qui était la plus festive pour le populo. Cette chanson a ensuite symbolisé la Commune, Jean Baptiste Clément la dédiant, lui-même, à une ambulancière tuée pendant la semaine sanglante (21 mai / 28 mai 1871). La nostalgie de la ritournelle et le thème des cerises qui par leur couleur rappellent le sang versé ont conduit à donner un nouveau sens à cette jolie chanson et c’est très bien comme ça. Toutefois pour ce billet consacré au rugby, je vais en rester à l’aspect festif, même si de temps à autre ça saigne un peu sur le pré de l’ovalie. Le rugby français fut à la fête depuis le début de l’année et c’est au temps des cerises qu’il s’est pris une sacrée déculottée….. Il n’y a plus de saison,…..tout le monde le dit. 

Commençons par le tournoi des VI nations, avec un grand chelem à saluer, ce n’est quand même pas si courant que ça ! C’est le neuvième grand chelem français pour 81 participations au tournoi (V et VI nations confondus). Certes l’Angleterre en a réalisé 12 et le Pays de Galles 10 mais en 116 participations. Qui plus est le XV de France n’a réussi son premier grand chelem qu’en 1968, (et sa première victoire dans le tournoi qu’en 1959).

Le 7 février 2010 la France battait l’Ecosse à Edimbourg 18 à 9.

Le 13 février la France battait l’Irlande à Paris 33 à 10

Le 26 février la France battait le Pays de Galles à Cardiff 26 à 20

Le 14 mars la France battait l’Italie à Paris 46 à 20

Le 20 mars la France battait l’Angleterre à Paris 12 à 10 (Ouf !!!!… ce fut juste….)

Le temps des cerises était donc en avance pour le rugby français et ça continuait avec la coupe d’Europe des clubs.

Cette finale de H. Cup 2010 opposait, le 22 mai, deux clubs français, le Stade Toulousain et Biarritz Olympique. Deux bons clubs dont j’apprécie  particulièrement le style, je devais donc forcément être content du résultat et un peu déçu pour le perdant…

La première édition de cette coupe d’Europe date de 1996 et c’est le Stade Toulousain qui l’avait emportée en battant Cardiff 21à18. Toulouse récidiva en 2003 devant Perpignan 22 à 17, puis en 2005 face aux Stade Français 18 à 12. Le Stade Toulousain fut aussi finaliste en 2004 et 2008 respectivement battu par les London Waps 27 à 20 et par Munster 20 à 17….. Joli parcours.

Biarritz a aussi déjà atteint la finale, c’était en 2006 et s’inclina face au Munster 23 à 19.

Hormis le stade Toulousain seul le CA Brive remporta cette coupe en 1997 face à Leicester. Jusqu’en 2009 sur treize éditions il n’y eut que quatre finales sans la participation d’un club français et donc pour 2010, cerise sur le gâteau, nous en avions pour la troisième fois une finale franco-française.

Cette finale de 2010 ne fut pas enthousiasmante et Toulouse domina Biarritz 21 à 19 en maîtrisant mieux son sujet que ne le laisse paraître le score. 

La finale du championnat de France ne pouvait échapper à un club français… élémentaire ! Et pourtant j’osais espérer que le titre irait à un club utilisant le moins de mercenaires étrangers.

En demi-finale Clermont-Ferrand avait éliminé Toulon sur le score de 35 à 29, à l’occasion d’un match splendide et haletant ; peut-être le plus beau match de l’année ! Au moins je fus exhaussé : exit Toulon.

Restait à Clermont de se débarrasser de Perpignan en finale. Perpignan qui avait eu l’outrecuidance d’éliminer Toulouse, 21 à 13. J’aime bien Perpignan mais me faire l’affront de battre Toulouse là, les catalans ils poussaient le bouchon un peu loin. Donc pour la finale j’étais à 200 % supporter des auvergnats (25% de mes racines grand-parentales.)….. Et puis cette superbe équipe qui avait déjà joué, en les perdant, neuf dix finales (*) dont les trois dernières de 2007, 2008, 2009…. Il fallait bien rompre la malédiction car à la longue on finirait par croire au mauvais grigri….. Ce fut chose faite et de belle manière 19 à 6. J’étais content et même plus en sachant que ça déplaisait à Boutefeux lui qui, un jour, a dit qu’un bougnat ça va mais que ça posait problème quand il y en avait trop…. je ne me suis jamais senti aussi bougnat que ce jour-là. (*) voir le commentaire de Fanfan. 

Et ce n’est pas fini…. Car il y eut encore La Rochelle ! La Rochelle la bonne voisine à 70 km de Niort …. Ah ! Les filles de la Rochelle et leurs copains rugbymen qui viennent de gagner leur participation au top 14 : La saison prochaine je pourrai aller au stade Marcel Deflandre (du nom d’un ancien dirigeant et résistant qui fut fusillé en janvier 1944 par la gestapo) voir Toulouse, Biarritz, Clermont Ferrand… et les autres, même Perpignan, même les mercenaires de Toulon. Ptn qu’il était content Maxime Bono le maire de La Rochelle …quand son équipe battit Lyon 32 à 26 dans un match fou.

Le Stade Niortais, aussi, nous a fait une belle saison et du coup l’an prochain je serai un supporter encore plus motivé pour aller les complimenter au stade Espinassou.

Vraiment une belle année pour le rugby ; il y eut tellement de cerises sur le gâteau que c’est devenu un clafoutis. Alors pourquoi, crévindiou, fallut-il que tout se termine ce dernier week-end ? Est-ce mon voisin qui m’a jeté un sort en m’offrant un panier de cerises de son jardin ? « Il y en a tant cette année…. »….. Le temps des noyaux arrivait à l’improviste.

Samedi après midi j’étais chez Vony et Franckie pour voir sur Canal plus le match France / Afrique du sud. J’ai des principes et je refuse obstinément d’avoir cette chaine commerciale payante à la maison, mais je n’hésite pas à solliciter une invitation de copains, lorsqu’il y a un match de rugby international avec la France. Je ne suis pas chauvin juste un peu cocorico et uniquement pour le rugby…. Les autres sports je n’en ai rien à cirer et d’ailleurs je me demande bien quelle idée a eu Lièvremont d’emmener notre équipe en Af-sud dans un stade sans la moindre vuvuzéla….. Elles étaient toutes réquisitionnées pour les manchots, les footeux. Je ne vois que ça comme explication pour expliquer une telle déculottée…. Les optimistes peuvent rétorqués que le XV de France n’avait pas besoin de trompette de la renommée,….car il restait sur trois victoires consécutives dont la dernière en novembre dernier…. Et c’est peut être cette soif de revanche qui servit de potion magique aux Springboks.

En huit minutes le match était plié : 14 à 0 pour les Boks… « Les bleus ont été extrêmement décevants à Cape Town. En partie démobilisés, privés de points fort, ne sachant pas trop quel jeu jouer, ils furent débordés par des Springboks revanchards » analyse Midi Olympique : Résultat final 42 à 17, 5 essais à 2…. Les bleus écrasés, une vraie marmelade…. A quoi servent ces matchs de fin de saison avec de trop nombreux titulaires blessés qui doivent rester à la maison ?

Je ne fus pas trop déçu car franchement je m’y attendais un peu… peut-être pas avec un tel score, mais je sentais que la victoire était mission impossible…..mon problème était pour le lendemain, pour le dernier match de la saison, Le Match car quand la guigne s’y met c’est rarement ponctuel…. Et c’est là que j’ai eu un doute : La guigne ! Un même mot pour définir un espèce de cerise et la malchance ! Ma voisine m’aurait-elle offert un panier de guignes ? A priori non ! Mais avec les grigris on ne sait jamais.

Le lendemain dimanche 13 juin se jouait à Saint Maixent l’Ecole le Match de rugby le plus important de l’année.

Une semaine plus tôt je ne le savais pas, mais c’est mon frère qui m’a alerté : à moins de 20 km de chez moi, se jouait un quart de finale du championnat de France de Première série entre Villiers sur Marne (94) et Captieux (33).

Villiers sur Marne club mythique où j’ai joué entre 1964 et 1970…. Mon ancien club et son association d’anciens combattants, les aarvistes, son président Ricky, son sora Fanfan, dont je parle à longueur de blog…. La cerise sur le clafoutis de cette belle saison de rugby…..

Et Fanfan qui, par courriel la semaine dernière, parlait encore du temps des cerises : «… Je suis au pied d’un énorme cerisier vieux comme le village mais qui, tant il est vieux, fait partie d’un décor champêtre auquel plus personne ne prête attention. Vieil ami de ma jeunesse à l’écorce gravée de lettrines entrelacées au centre de cœurs eux-mêmes traversés d’une flèche cupidonne. Je lève mes yeux vers la ramure dense de ce magnifique sujet et qu’aperçois-je ? De belles grappes de cerises où se mêlent les encore vertes aux déjà presque mûres. Quel spectacle rayonnant !....» 

Auquel je peux joindre quelques vers de Tonton Georges «….C’est une sorte de manant, un amoureux du tout venant, qui pourra chanter la chanson du temps des cerises en toute saison.. »

En arrivant vers 14 h 30 au stade de l’île des champs, j’ai compris que c’était mal barré : un car de supporters clairsemés pour Villiers sur Marne (28000 habitants) et trois cars pleins pour Captieux en Gironde (1500 habitants) …. Cherchez l’erreur.

S5300683

S5300684

  Villiers mérite pourtant d’être supporté : ¼ de finale en 3ème série, ½ de finale en 2ème série, ¼ de finale en 1ère série et ce trois années de suite,…..mais les franciliens n’ont pas la fibre supportrice comme les gens du Sud-ouest. C’est bien dommage.

S5300693

S5300687

Le score fût un peu sévère 21 à 6 pour Captieux (13 à 0) à la mi-temps mais nos joueurs, n’ont pas démérité notamment les avants, l’hebdomadaire « jaune » fait du match une vraie fausse analyse qui ne me semble pas trop injuste :

« La clef de cette Bérézina rouge réside dans l’abandon tous azimut de la ligne d’avantage aux Capsylvains…… «…Moins explosifs, moins rapides dans leurs enchaînement, les villiérains n’ont été que trop rarement en position de franchir l’épais rideau blanc. Emoussés ils n’ont pas su tenir la cadence infernale imposé par leurs adversaires.. »

«…. Faute d’un jeu au pied précis et puissant, ils n’ont jamais pu sortir de la pression étouffante exercée par les Capsylvains…. Le contraste fut criant durant toute la partie avec les joueurs de Captieux qui ont quasi uniquement utilisé le jeu au pied pour sortir de la pression et renvoyer chez eux les villiérains…»

  S5300700

Déception,…..énorme déception… mais l’essentiel est que Villiers montera en division d’honneur la saison prochaine et qu’on devrait normalement retrouver notre équipe pour la quatrième fois dans les poules finales du championnat de France avec en point de mire la fédérale 3 en 2012,…..et le Top 14 en 2016 et le titre de champion de France toute catégorie au plus tard en 2020.  Allez les petits….

Et pour l’ensemble de la saison ils méritent bien un clafoutis d’honneur avec les noyaux des cerises car c’est meilleur avec les noyaux et,…..bien sûr, soyons sportif, une guigne sur le gâteau.

 « Quand nous chanterons le temps des cerises , sifflera bien mieux le merle moqueur ». Je ne savais même pas que l'arbitre du match s'appelait M. Lemerle...

    A suivre

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

daniel 18/06/2010 08:16


Merci Fanfan, pour ta vigilance et tes amicales corrections.


Félix PROST dit Fanfan de dax 16/06/2010 18:44


Mon cher Daniel. Merci pour ces commentaires joliment soutenus sur une année rugbystique remplie tel un panier de bigareaux à la saison du ratafia. Par contre Clermont à disputé 10 finales
(perdues), avant de vaincre la 11ème! Mais on ne compte pas. Bisous à vous deux.