Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Touche pas à mon rugby.... en croisant mauls et mails

25 Mai 2010 , Rédigé par daniel Publié dans #Touche pas à mon rugby

J’avais pour ambition de créer une grille de mots croisés sans définition ; ça doit d’ailleurs bien exister d’une manière ou d’une autre. Le concept me paraissait assez simple : Réunir sur une grille des mots qui seraient proposés dans un court texte d’accompagnement…. Quelques essais sur des grilles 6x6 ou 7x7 me montrèrent que c’était parfaitement réalisable….

J’avais également envie, une nouvelle fois, de faire la promotion du talent de lettré de Fanfan, mon fraternel ami, mais dans ce cas il me fallait voir plus grand et une grille de 12x12 me semblait être le minimum syndical pour pouvoir y placer les bons et jolis mots de son cru.

J’ai déjà parlé de Fanfan sur ce blog: Il était le Sora d’un billet de février 2010 Le président, le sosa et le griot  

Il fut également maître Fanfanleli et le faux Mongol d’un billet de janvier 2010 Des chiffres et des lettres  

Il est aussi apparu en guest star dans d’autres sketchs de la rubrique « Touche pas à mon rugby » et enfin il a tenu le rôle principal dans  Fanfan le Prolix   un billet de novembre 2008 qui vantait la qualité d’un blog qu’il avait ouvert et qu'il a trop tôt laissé en jachère.

Car, malheureusement, le rôle principal, exclusif ne lui sied pas, Fanfan est trop modeste, trop collectif et surtout le blog ne lui semblait pas assez interactif. Ses amis qu’il aime tant ne venaient pas le lire assez souvent, ou alors s’ils venaient, ils n’osaient pas lui laisser de commentaire ; peut-être par timidité ou crainte d’être lu pas des importuns, des jean-foutres, des je-ne-sais-quoi des rebonds ovalesques, des malentendants ou ignares de la poésie rugbystique …. Enfin bref constatant que son blog n’était guère fréquenté et refusant de finir comme Drogo dans le désert des Tartares …. Fanfan quitta sa ligne de crête et porta son regard vers un autre horizon, vers d’autres aventures épistolaires : Il se lança à cœur perdu dans une généreuse campagne de mails, pardon de mèls et là…… ça a marché ! Ses amis aarvistes se mirent à l’écoute et beaucoup lui répondirent…. et ça continue

Avec talent le troubadour, le griot, le sora, nous nourrit chaque semaine en « avant-première » de merveilleux souvenirs de jeunesse, superbement racontés avec de jolis mots  …. Il y a du Audiard, du Prévert, du Brassens, du Rabelais, du Rostand de Cyrano selon les circonstances chez Fanfan le poète sémanticien, le tout matiné rugby façon Herrero ou Lalanne….. Et c’est avec ce riche et parfumé vocabulaire des terroirs, parfois subtilement  « argotisé », que je voulais faire une grille de mots à démasquer….

J’ai commencé par faire la tournée des mèl pour prendre un vers par ci, une ligne par là : au moins 75 mels reçus depuis début 2010 dont très peu de moins de 20 lignes, quelques uns de plus de 100 lignes…. Une vraie et solide correspondance à la Flaubert. De ce monumental ensemble j’ai puisé, sans modération, ce qui m’inspirait le plus, me touchait en tant que souvenirs …. Ensuite je me suis approprié ces phrases en les découpant, les triturant, les rafistolant en copié-collé pour en faire un texte de base de plus d’une centaine de lignes avec lequel je pouvais me mettre en besogne pour créer une grille ou pourraient loger une quarantaine de mots….. Puis en dernière étape il allait me falloir rassembler ces mots dans un court texte d’accompagnement d’environ 200 à 300 mots, en laissant réduire, mijoter à feu doux. 

Mais cette dernière étape ne fut pas nécessaire car  je n’y suis pas arrivé; je n'ai pas réussi à boucler ma grille …. Pourtant je n’étais pas loin du but, il ne manquait pas grand-chose, quelques petits mots…. Mais les derniers espaces à remplir sont les plus difficiles : L'espoir d’en avoir trouvé un nouveau, qui semblait coller parfaitementt et c’était tout l’édifice qui s’écroulait….. Alors basta, je jette l’éponge.

 En ce moment je ne suis pas un prépa-cruciverbiste particulièrement en forme : un manque d’entraînement sans doute.

J’ai bien essayé de m’améliorer en reprenant le jogging que j’avais quasiment délaissé depuis l’automne….Oh ! Je ne cours pas n’importe où, car à bientôt 64 berges j’ai les chevilles fragiles aussi, comme à la belle époque des juniors du père Charles, je trottine sur un terrain de rugby : une heure le matin entre 7 et 8 H, c’est bon pour s’aérer les neurones.  Sans compter qu’en tournant en rectangulaire j’appréhende mieux l’imbrication de mes cogitations et c’est la raison pour laquelle les mots sont casés en latéral comme les poteaux ou en longitudinal, pour les mots les plus sensuels, ceux qui ont besoin d’une tribune.

Depuis plusieurs semaines j’étais à la besogne, quelques heures par ci, quelques heures par là.

Malheureusement le résultat n’est pas au rendez-vous,….. J’estime pourtant que  je dois assumer mon échec et afficher, malgré tout, cette grille imparfaite……en jurant de faire mieux une prochaine fois.

Finalement pour cette grille de 144 cases dont 19 cases noires (ça c’est plutôt correct …. Au dessus de 15 % c’est à jeter, en dessous de 10 % ça tient du génie ou du miracle ), il y a  125 cases à remplir dont 105 sont occupées par des lettres de mots retenus.

Je suis donc obligé pour une vingtaine de lettres rétives non trouvées d’accompagner la grille de définitions barbantes….  Je dois, en plus, avouer être passé par quelques astuces de cruciverbiste dont je n’ai aucune raison d’être fier ; des astuces comme : « Marche arrière » pour SAP ou « De chaque côté du mur » pour MR, ou encore « Couper le sifflet » pour SIF….. Non celles là n’y sont pas… ça serait trop facile et il ne faut quand même pas me prendre pour un vieux  NOC à rebours.

  Mais j’arriverai, un jour à faire cette grille de mots à démasquer dans un texte, dussé--je courir un marathon pour la mériter.... J'y arriverai si Fanfan continue aussi à m'envoyer des bon mels écrits avec ses beaux mots. et ses petites trouvailles.

 

Voici, donc, la grille imparfaite en question avec les définitions, malheureusement, nécessaires :

mot corisé 2 vierge

Horizontal (ou latéral)

1/ Savinien s’enorgueillit d’un tel…… . Enonça.

2/ La gare de Vénaco en est quasiment le centre. Film d’un Godard déjà à bout de souffle.

3/ Saison. Reportée.

4/ Vise au milieu. Epais.

5/ Difficile. Pronom.

6/ Pondération.

7/ Ne peut-être atteint.

8/ Sigle de la Nouvelle République. Un peu con sur les bords. Hors jeu à l’enjeu

9/ Permet des échanges.

10/ Encadre un essai. Prix ou morale. Article.

11/ Jour. Peu se prendre en bol.

12/ Qualifie pompeusement un grand personnage.

 

Vertical (ou longitudinal)

I / Point de service. Témoignage d’affection.

II/ Espèce de grande courge ! Réfutas.

III/ Le petit est le 6ème de la 5ème. Entrée en mêlée.

IV/ Préposition. Protéger par le bouclier.

V / Floconnera. Panne.

VI/ Les bords de mer. A un pH > 7.

VII/ Considérable.

VIII/ Vent languedocien. Dans la cible. Zigouillas.

IX/ Concerne les lettres.

X / Sigle social. Négation. Raillé.

XI/ Attacher. Mêlées tournées.

XII. Affaiblirez. Epoque.

 

Ceux qui auraient besoin d’un petit coup de pouce, peuvent trouver des mots manquants dans le texte qui suit , tiré des mèls de maître Fanfan….morceaux choisis et découpés selon mon bon vouloir et mes coups de cœur.

« Bonjour, bonjour les petits griots français,

 Je vois qu’il suffit du moindre bout de mèche perdu, allumé par le premier quidam venu pour qu’un simple pétard mouillé ne pète pour de bon je vais essayer d’endiguer le flot de passion épistolaire qui gagne les uns et fait marmonner les autres……. Daniel parle de « pot pourri »

……Daniel, je me souviens de Jacques Tati venu à Villiers avec ton oncle Didi qui lui venait au stade chaque fois que nous recevions. Puis cette autre fois lors de la triangulaire amicale, organisée chaque fin de saison et dont la troisième mi-temps se déroulait sur la bien nommée “l’Ile de l’Abreuvoir“. Il y avait un très beau clubhouse avec une cave en sous-sol. Nous étions un certain nombre qui avons fait, ce soir là,  le ‘ « voyage au centre de la terre’ » ……

Maintenant revenons à nos chamailleries. Monsieur le Président en bon substitut de ses troupes s’offusque de quelques mots lancés dans le jeu de l’écriture et qui retombent en lettres d’alphabet. Quel joli feu d’artifice !..... Monsieur notre Président ! Mes amis ! Voyons ! Nous qui avons, grâce à Brennus et Bacchus réunis, récolté tant d’offrandes sur le chemin des valeurs fondamentales, nous arrêterons-nous à nous disputer l’atome qui différencie le vrai de la réalité ? Notre richesse se bornerait-elle à des mots forts déliés entre les lignes de la bienséance …...

Daniel, je te remercie de toutes ces gentillesses. ….. Je veux bien tenir le rôle de relayeur entre nous tous et, je dois l’avouer, j’y prends un énorme plaisir. En ce qui te concerne sois le modeste cordoua sans qui le pauvre sora n’aurait pas d’existence…..

…..Au fait : avez-vous vu notre Président- Napoléon. Il est très ‘ « comme il faut’ ». Un rien l’habille. Je vais, d’ailleurs, sensibiliser les Bonapartistes. Dieu sait qu’en Corse il y à encore quelques nostalgiques. Ca leur fera plaisir un « petit caporal ».....

…….Merci pour la photographie de notre cher Président et du gros plan sur son auguste appendice nasal. Quel bel homme quand même ! J’apprécie ton érudition et la véhémence de ton éloquence s’agissant de Rabelais! Fais-nous-en un peu de temps en temps. Ca nous tient chaud et ça nous charme…..

……J’ai revu le film des Milledioux à Béziers. Qui s’en souvient de ce Week-end de l’Ascension passé dans un petit village des hauts de l’Hérault : Capestang.…. 

…..Par contre, je te remercie, mais ce n’est pas moi qui ai eu la judicieuse idée de cet embrouillamini de souvenirs. Elle a simplement pris naissance chez notre vénérable et vénéré ex-président Alain qui faisait office de docteur honoris causa, aidé en la matière par le non moins vénérable néo-président Jean-Pierre faisant fonction de sage-femme. Et tout çà à la suite, je crois mais ne veux pas être mauvaise langue, de l’agression sournoise d’une bouteille d’Armagnac d’un âge dont on taira le nom. Cette gueuse les tint en haleine jusqu’à une heure crépusculaire sans rendre gorge, leur laissant sur les bras cette gorgone qu’ils ont livré à la vindicte populaire des pauvres sociétaires que nous sommes…..

……Ce que je vous révèle là, chers amis, sont les dernières informations d’une très haute importance que j’ai pu recueillir auprès de quelques intermédiaires qui sont à ma solde. C’est loin la Corse ! Mais quand même !.....

....Hier, samedi 1er mai, je voulais me mettre à l’écriture d’un petit article. Vous dire que je ne vous oublie pas ! Loin de là ! Mais comme le 1er mai, outre qu’il soit la fête du travail, est aussi et beaucoup d’entre vous le savent, l’anniversaire de notre ami et Président Jean-Pierre, j’ai cru bon de remettre à aujourd’hui ma page d’écriture. D’ailleurs, l’an dernier à la même période, nous avions vécu en terres Pianaises et pour ceux qui étaient du raout un week-end mémorable d’amitié, d’affection et de convivialité autour du sus nommé. Les choses n’avaient pas été faites à moitié. J’en garde un souvenir ému….

…….C’est que vous en savez des choses, Sérénissime Président ! Vous en savez plus qu’on ne croit. Vous en savez  sur nous que nous mêmes nous ignorons. C’est l’apanage des grands…..

….Je te remercie de trouver ma prose intéressante. Je ne fais pas de grands efforts. Il me suffit de refaire, en marche arrière, le chemin que nous avons emprunté tous ensemble et forcément je trébuche sur les souvenirs qui affleurent ma mémoire. Je n’ai qu’à recopier les sentiments qui m’assaillent comme dans un livre qui ne s’est jamais vraiment fermé……

Mon cher et grand ami Jean je me doutais que tu avais des pratiques ésotériques. Mais de là à penser que tu fréquentais Baudelaire, Proust et les autres, il y a un torrent que je n’osais franchir. Tu m’épateras toujours.…...…

……En aparté, mon bon Daniel. Puise et puise encore, sans scrupule ni modération. Venant d’un de toi, ce ne peut-être qu’une marque de reconnaissance….

  Le village enneigé VENACO

…. Moi, chaque jour je passe devant mon école ! Chaque jour j’entends les rires et les éclats de joie des enfants de mon village qui pourraient être mes petits-enfants et qui s’ébattent dans la cour de récréation. Mes belles années courent dans la montagne corse… Pour en revenir à mai qui sourit…Eh! bien il sourit pâle ! Il frissonne même ! Et si vous étiez ici vous le verriez trottiner par les ruelles avec son cache-col sur le nez !......

…..En tous cas, la nature de l’île est luxuriante. La flore n’a jamais été aussi prospère et fastueuse. Les rivières n’ont jamais connu un tel débit. Les truites n’ont jamais été aussi drues et scintillantes. On ne peut pas tout avoir mais on ne peut pas, non plus, être privé de tout.  J’espère que je ne vous ai pas trop fait suer avec mes balivernes..

…..Nous étions heureux ! Cela se passait dans les années  61, 62, etc. L’époque ou Louis Charles jouait en première et entrainait les cadets/juniors que nous étions. Pas de nostalgie ! Pas de regrets ! Que le sentiment d’avoir vécu une période et une histoire merveilleuse accompagnés par des hommes tous aussi merveilleux. Comment faire comprendre cette émotion ?  Rien n’est moins explicable que le bonheur !...

….Notre vénéré Alain  ne sort pas souvent de son poulailler. Quand il s’en extirpe c’est pour nous charmer ! Sa faconde est inégalable ! Son humour est parfait ! Son vocabulaire imaginatif !...

…..Je m’attendais, dès mon retour, à trouver une pléiade de mèls. Je voyais déjà ma boîte de messagerie inondée de courriels plus dévastateurs les uns que les autres mettant à mal mon intégrité et ma loyauté envers les complices de mes frasques que vous êtes. J’étais persuadé que certains, dont je distinguais l’ombre interactive se profiler sur mon écran, allaient en profiter pour me mettre à bas. A ceux-là je dis : « Je vous vois venir mes loustics. Je vous attends de pied ferme, le clavier entre les dents et la formule venimeuse. Venez-y ! ». Bon, comme personne ne pipe je donne l’absoute à toute l’amicale. Aux bons comme aux autres. Allez en paix !....

…..Merci à tonton Chris de nous faire vivre les moments passionnants de son existence avec toute la faconde et l’envoutement qu’éveillaient en nous les vieux bergers autour du « fucone’ » (l’âtre) quand ils nous narraient les légendes Corses le soir à la veillée……

…..Je m’aperçois que beaucoup sont restés fidèles à notre vieux camarade Jean Ferrat. Outre qu’il ait chanté tous ces sentiments que la vie nous offre, l’amour, la tendresse, l’amitié, il su chanter la misère, la déportation,  la pauvreté, la lutte des classes, l’injustice et…la commune. Je suppose que là où il est maintenant  il retrouvera ses anciens copains, Brassens, Aragon, et les autres… Si ce n’est pas une consolation c’est au moins une tranquillité éternelle….

….Alors, oui, je suis triste. Hier soir j’ai regardé la montagne Venacaise : elle était obscure malgré la neige qui la recouvre. Le troubadour nous a quittés pour d’autres contrées plus heureuses et d’autres voisins plus conciliants. Il nous laisse un patrimoine irréversible et un cortège de souvenirs inoubliables…… Et, allez les petits !

……Merveilleux souvenir aussi lors de ton anniversaire mon Daniel. Déjà quatre ans ? La même année que le voyage en Corse ? Je n’en reviens pas que le temps soit passé si vite ! Ca ne nous arrange pas….

…..Me voilà bien fortuné de cette marque d’amitié : « Sottu-cumandante’ » . Cela me rappelle ‘ « Ô signore qui  nudizzia’ »  . Ton raisonnement est fort judicieux et ressemble à un corollaire de théorème. N’est- il pas ? Ce n’est pas rapiner que de se servir à boire à la gourde suspendue à la branche de figuier….. J’avais un entraîneur à Tarbes qui m’avait dit un jour :--« Quand tu sais pas d’où vient le vent évite de balancer des tartines n’importe où, espèce de con ! » C’est resté gravé dans ma mémoire……

…..Il saura nous narrer quelques morceaux d’anthologie dont lui seul connaît les coins, les recoins  les circonlocutions et les euphémismes. Des mots à ne pas mettre, parfois, entre toutes les oreilles, mais dont la verve, l’esprit et l’inspiration feraient s’agenouiller les meilleurs épicuriens de la langue française…..

……Je m’inscris en faux contre les propos tenus à mon encontre par votre honneur, Monsieur le Président. Voyons Monsieur le Président, je pense que vous vous méprîtes sur quelque propos que j’aurais formulé. Ou bien, ce qui me paraît plus vraisemblable, un corbeau au croassement lugubre aurait, en mon nom, fait parvenir à votre Excellence, des bouffonneries de bas étage. Voyez cette cabale qui court sur notre saga depuis quelques jours sous couvert d’une plume occulte. Remisez donc vos invectives contre ma modeste personne et soyez certain que vous trouverez toujours en moi, un de vos sujets les plus féaux. Il n’y aura pas de rififi chez les Corses. La guerre des Corses n’aura pas lieu ! Salamalecs et courbettes en pagaïe à notre Gracieux Président.  Hum…Hum…

…….Tout ceci étant dit et gravé dans le marbre interactif de notre rubrique je vous laisse, cher(e)s ami(e)s à vos pensées en espérant que quelques-uns se manifesteront pour le plaisir de tous. Et puisque vous commencez à avoir l’habitude de ces petits « intermezzi corsi » je vous envoie, avec quelques rayons d’un soleil radieux « tanti basgi per tutti’ »  (et pas uniquement pour ceux qui pratiquent le corse)……

  Votre fidèle. Fanfan ....»

 

A suivre.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

daniel 28/05/2010 13:16


Merci Fanfan pour cette jolie photo de Vénavo sous la neige.
Quand dans le billet précédent (le bagne des Annamites) je conclue en disant que la Guyane est le plus beau département de France,je laisse parler la nostagie de ma jeunesse..... La Guyane c'est un
peu l'Afrique équatoriale + la carte vitale.
Mais j'aime toutes les régions de France y compris mes chères Antilles et la Réunion.
J'adore la Corse que je ne connais qu'au Printemps... il me faudra la découvrir à d'autres saisons ... les très nombreux touristes me freinent à venir en été, mais il reste l'automne et
l'hiver.....


Félix PROST dit Fanfan de dax 27/05/2010 16:18


Mon cher Daniel,
Je suis véritablement ébloui par tout ce que tu peux exprimer à travers ton blog. Je suis même surpris de lire des phrases que tu aurais cueillies au gré des mèls que je vous ai envoyé au travers
de ''Avant-première''. J'en suis tout esbaudi. Tu flattes mon ego qui ne se sent plus. Je te remercie puisque tu m'as nommé sora (alors que tu aurais pu me nommer sora-stagiaire). Là où je ne suis
pas tout à fait d'accord avec toi c'est sur le plus beau département de France. Mais je t'accorde le bénéfice du doute par amitié fraternelle. Continue de nous enchanter avec ton blog. Merci encore
de tous ces souvenirs dont tu nous fais cadeau. Longue vie à toi mon ami.