Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Trop poli-tique... Des sondages étonnants ? Pas tant que ça finalement...

20 Mars 2012 , Rédigé par daniel Publié dans #trop poli-tique

A un mois du premier tour de l’élection présidentielle il m’a semblé intéressant de faire un peu de prospective et pour cette petite gymnastique intellectuelle il y a des outils appropriés, ce sont les sondages, encore faut-il qu’ils soient bien analysés…. Bien sûr, on entend dire qu’ils ne sont qu’une photographie d’un moment, qu’ils se contredisent, qu’ils manipulent, qu’ils ne sont pas fiables (rappelez-vous Balladur en 1995 et encore plus Jospin en 2002) etc, etc..…. Tout cela est incontestable mais aussi excessif car si on regarde bien les résultats, si on analyse les évolutions ou la stagnation on peut en tirer des renseignements, sous réserve d’examiner les données non pas globalement mais par institut de sondage. Ensuite on pourra vérifier si ces évolutions sont concordantes entre les divers instituts…..

Avant que ne débute la campagne officielle où (en principe) tous les candidats disposeront d’une égalité de traitement il m’a semblé intéressant de faire un point d’étape.

Au préalable il faut rappeler que certains « ex-candidats » n’ont été en course que quelques semaines avant de se rallier ou que d’autres n’ont pas obtenu les parrainages (et pas vraiment cherché comme Villepin). Quelle est l’influence de ces abandons ou arrêts sur les derniers sondages ou les prochains à venir ? Chevènement qui n’a jamais dépassé 0.5% a rapidement décroché puis apporté son soutien à Hollande, Nilhous, Morin et Christine Boutin qui, au total, ont compté entre 1 et 2% se sont ralliés à Sarkozy. Corine Lepage, recalée par le Conseil constitutionnel est restée scotchée à 0.5 au mieux 1% et n’a pas encore apporté son soutien, mais il est vraisemblable que ses supporters iront de préférence vers Bayrou. Enfin Villepin qui a pu avoir, début janvier, des sondages le mettant à 3 voire 4% avant de revenir vers 1 ou 2% quand il semblait évident qu’il ne serait pas candidat, il est difficile de dire où se réfugieront ceux qui espéraient en lui, peut-être Bayrou, plus probablement Sarkozy s’il se confirme que le premier ne décolle pas vraiment.

Voyons maintenant ce que ça donne par organisme depuis début 2012 :

 

·           L’institut LH 2 a fait 5 sondages depuis début janvier.

Pour le premier (13-14 janvier) on relève François Hollande= 30%, Nicolas Sarkozy= 23.5%, Marine Le Pen= 17%, François Bayrou= 14%, Jean Luc Mélenchon= 8,5%, Eva Joly= 3%, Nathalie Arthaud et Nicolas Dupont-Aignan à 0,5%, Philippe Poutou et Jacques Cheminade n’étaient pas évalués. Villepin était à 2%, d’autres ex-candidats à 0.5%

Pour le cinquième sondage (16-17 mars) on enregistre : Hollande= 30,5 %, Sarkozy= 27,5 %, Le Pen= 14.5%, Bayrou= 13.5%, Mélenchon= 11%, Joly= 2.5%, Poutou= 1%, Dupont Aignan= 0,5%, les deux autres n’étaient pas crédités.

Dans l’ensemble on observe une relative stabilité : Sarkozy gagne 4 % dont la moitié peut venir des ‘’poètes disparus’’, et l’autre moitié, effet Villepinte, de Marine Le Pen.

Il semblerait que l’amélioration subite de Mélenchon (+ 2.5%) soit grappillée un peu partout. Le 3 mars il était toujours à 8.5%. Hollande était arrivé à 34% juste après le Bourget. Sarkozy progressait lentement, semble t-il au rythme des défections avec une rechute à 23% début mars et une reprise après le meeting de Villepinte.

 

·           Opinion Way a fait 6 sondages depuis début janvier :

Pour le premier (10-11 janvier) on a Hollande= 27%, Sarkozy= 25%, Le Pen = 17%, Bayrou=15%, Mélenchon=6%, Joly= 3%, Poutou et Dupont-Aignan à 1%, Arthaud à 0,5%, Cheminade non crédité.  On observe un total des ‘’recyclés ou éliminés’’ de l’ordre de 3.5%

Pour le sixième sondage (14-15 mars) on note : Hollande= 27.5%, Sarkozy= 27,5%, Le Pen= 16%, Bayrou= 13%, Mélenchon= 10%, Joly= 2%, Poutou et Dupont Aignan à 1%, Arthaud= 0.5% et pour Cheminade la tête à Toto.

Même constat que pour les enquêtes LH2, sauf pour Bayrou qui a perdu 2% mais qui est stable à 13% depuis début février. Hollande était à 29% depuis le meeting du Bourget et sur le dernier sondage il recule de 1.5% ce qui semble renforcer Mélenchon. Le Pen perd seulement 1% et est relativement stable sur les 6 sondages. Sarkozy a récupéré les points des ‘’perdus de vue’’.

 

·           CSA a fait 6 sondages depuis début janvier :

Pour le premier (10 janvier) on trouve Hollande= 29%, Sarkozy= 26%, Le Pen= 19%, Bayrou= 13%, Mélenchon= 7%, Joly= 2%, Poutou= 0.5%, Dupont-Aignan et Arthaud à 0%, Cheminade non crédité. Tous les futurs ''recasés ou refusés'' étaient à 0% sauf Villepin à 3%.

Pour le sixième sondage (12 mars) on relève : Hollande= 28 %, Sarkozy= 28 %, Le Pen= 16 %, Bayrou= 13 % Mélenchon= 11%, Joly= 1%, Dupont Aignan= 1%, Arthaud= 0.5% et rien pour Poutou et Cheminade.

Nouveau constat de relative stabilité ou les gains sont surtout liés à l’élimination de certains ex-candidats. C’est Mélenchon qui progresse le plus depuis mars. Le Pen était déjà descendue à 17% dès le second sondage et est restée stable ensuite.

   

·           TNS Sofres a fait 4 sondages depuis début janvier :

Pour le premier (9 janvier), on trouve Hollande= 30%, Sarkozy= 25%, Le Pen= 18%, Bayrou= 11%, Mélenchon= 7%, Joly= 4%, Dupont-Aignan et Arthaud à 0,5%, Poutou et Cheminade non crédités. Les ''recyclés ou éliminés'' étaient à 0 ou 0,5% sauf Villepin à 2,5%

Pour le quatrième sondage (12 mars) on note : Hollande= 30 %, Sarkozy= 26 %, Le Pen= 16 %, Bayrou= 11.5 % Mélenchon= 10%, Joly= 3%, Dupont Aignan= 1%, Arthaud et Poutou = 0.5% et rien pour Cheminade.

C'est l’Institut qui a les sondages, a priori, les plus constants. Dejà fin janvier Mélenchon avait atteint 9% et Le Pen était à 16% ce qui permettrait prudemment d’avancer un partiel transfert de l’électorat populaire de Le Pen vers Mélenchon…. Ce qui serait curieux mais plutôt une bonne nouvelle. 

 

·           Harris interactive a fait 4 sondages depuis début janvier :

Pour le premier (14 janvier) on note Hollande= 27%, Sarkozy= 23%, Le Pen= 20%, Bayrou=14%, Mélenchon= 8%, Joly= 4%, Dupont-Aignan= 1%, Arthaud= 0.5%, Poutou et Cheminade non crédités. Pour les absents du final, Villepin est à 3%. Chevènement à 1% et les 3 petits co-soutiens à Sarko totalisaient 1%. Lepage était à 0.

Pour le quatrième sondage (19 mars) on relève : Hollande= 28 %, Sarkozy= 27 %, Le Pen= 16 %, Bayrou= 12 % Mélenchon= 11%, Joly= 3%, Dupont-Aignan et Poutou à 1%, Arthaud = 0.5% et toujours rien pour Cheminade.

Stabilité pour Hollande et même Joly qui obtient ici ces moins mauvais résultats. Mélenchon gagne 3 points, Le Pen en perd 4, Bayrou baisse de 2% Sarkozy gagne 4%, ce qui correspondait au total des UMP dissidents de début janvier.

 

·           Ipsos a fait 5 sondages depuis début janvier :

Pour le premier (14 janvier) on note Hollande= 29%, Sarkozy= 23%, Le Pen= 18%, Bayrou=14%, Mélenchon= 7,5%, Joly= 3%, Arthaud= 1 %, Dupont-Aignan= 0.5%, Poutou et Cheminade non crédités. Pour les futurs non-candidats Villepin était à 3% et Boutin à 0.5%, les autres étaient à 0%.

Pour le cinquième sondage (17 mars) on a : Hollande= 28,5 %, Sarkozy= 27,5 %, Le Pen= 15 %, Bayrou= 13 % Mélenchon= 11,5%, Joly= 2%, Dupont-Aignan= 1.5%, Arthaud et Poutou à 0.5% et rien pour Cheminade.

Certainement l’institut qui indique la plus nette progression de Sarkozy (qui avait gagné 2% dès le second sondage) et idem pour Mélenchon. Baisse sensible de Le Pen, Stagnation ou légère baisse pour Hollande (qui était monté à 31-32% après le Bourget) et Bayrou.

             

·           BVA a fait 6 sondages depuis début janvier, mais la dernière enquête remonte au 3 mars (ce chapitre pourrait être modifié dans les prochains jours si un nouveau sondage parait) :

Pour le premier (7 janvier) on trouvait Hollande= 28%, Sarkozy= 24%, Le Pen= 17%, Bayrou=11%, Mélenchon= 8 %, Joly= 4%, Arthaud= 1 %, Dupont-Aignan et Poutou à 0% et Cheminade non crédité. Pour les futurs absents à l’élection Villepin était à 4% et Christine Boutin, Lepage et Chevènement à 1 %, les autres étaient à 0%.

Pour le sixième sondage (3 mars) on a : Hollande= 33 %, Sarkozy= 25 %, Le Pen= 14 %, Bayrou= 13 %, Mélenchon= 8 %, Joly= 2%, Dupont Aignan, Arthaud et Poutou à 1%, et rien pour Cheminade.

Ce dernier sondage  montre  la baisse de 3% de Marine Le Pen sans gain significatif pour Sarkozy (Villepin est toujours présent à 2%). Hollande et Bayrou sont encore en hausse et Mélenchon n’a pas encore décollé.

 

·           IFOP a fait une cinquantaine de sondages depuis début janvier. Ce sont des sondages ''Rolling'' glissants en continu sur trois jours. C’est le seul institut de sondages qui a montré la semaine dernière un croisement des courbes de Hollande et Sarkozy avant de remettre à nouveau Hollande en tête en ce début de semaine : Certainement la méthode la plus intéressante pour comprendre des mouvements éphémères et des tendances durables, mais ce sont aussi les sondages les plus manipulables par les médias qui peuvent choisir de mettre en valeur les résultats de certains jours et en oublier d'autres. 

Pour le premier (12 janvier) on trouvait Hollande= 27%, Sarkozy= 23.5%, Le Pen= 17.5%, Bayrou=12%, Mélenchon= 6.5 %, Joly= 3.5%, Arthaud, Poutou et Dupont-Aignan à 0.5 % et Cheminade non crédité. Pour les futurs absents à l’élection Villepin était à 2%, Morin à 1% Chevènement à 0.5%, les autres étaient à 0%.

Pour le dernier sondage (3 mars) on a : Hollande= 28%, Sarkozy= 27.5%, Le Pen= 14%, Bayrou= 13% Mélenchon= 10,5%, Joly= 2.5%, Dupont Aignan= 1%,  Arthaud et Poutou à 0.5%, et rien pour Cheminade.

L’analyse de cet ensemble de sondages IFOP montre les évolutions suivantes :

·      Hollande a dépassé les 30% entre le 30 janvier et le 14 février et oscille depuis aux alentours de 28%. Le plus faible (27%) le 17 mars.

·      Sarkozy a atteint 25% vers le 14 février et 27% une semaine plus tard. Depuis il oscille entre 27% et 28%.

·       Le Pen est restée entre 19% et 20,5 % jusqu’au 10 février, depuis elle oscille entre 16.5% et 18.5%.

·      Bayrou est relativement constant entre 12 et 13.5% juste un trou d’air entre le 7 et 11 février à 10.5 et 11.5%.

·      Mélenchon dès le second sondage était à 7.5%. Il reste ensuite entre 7.5 et 8.5% jusqu’à début mars puis progresse pour atteindre en fin de semaine dernière 10.5 à 11%.

·      Eva Joly n’a jamais dépassé 3.5% et se maintient depuis début mars à 2.5%.

·      Dupont d’Aignan, Arthaud et Poutou sont le plus souvent à 0.5% et à de rares occasions ils atteignent 1%.

 

En conclusion on n’observe plus de stagnation que de mouvements. Marine le Pen a perdu 2 à 3% depuis début janvier. Eva Joly qui est faible depuis le début continue à voir ses résultats s’amoindrir….. Bayou ne décolle pas, Dupont Aignan fait de la figuration. Les deux candidats d’extrême-gauche sont très très faibles, loin des résultats de 2007, victimes du hold-up et du talent de Mélenchon, qui semble aussi récupérer un peu sur Le Pen. Sarkozy a d’abord repris un peu de couleur sur les miettes des ex-candidats issus de l'UMP. Il a aussi gagné, effet viagra, après le meeting de Villepinte mais ça ne dure pas ; ce qui est arrivé aussi à Hollande après le meeting du Bourget. Pour Mélenchon, l'effet rassemblement de la Bastille sera-t-il plus durable ?J'en doute.

Si les meetings politiques ont leur importance pour réunir ou rassembler son camp, donner la foi et du punch aux militants il ne semble pas que la multiplication des retransmissions sur les chaines infos, ainsi que les émissions politiques aient eu une grande influence sur l’électorat, au delà de quelques jours. Il y aurait peut-être des économies à faire de ce côté-là et surtout ne pas lasser les téléspectateurs au risque d'une forte abstention ….

 

Grande question : J’ai entendu des politologues et spécialistes des sondages dire que, à la veille de la campagne officielle la situation semblait être figée du moins pour les grands candidats sauf évènement exogène.

Les assassinats des militaires à Toulouse et Montauban et la barbarie, hier, contre des enfants et un enseignant à l’école juive de Toulouse auront-ils une incidence ? A court terme sans doute puis cela dépendra de la suite des évènements, de la capture plus ou moins rapide du salopard et de son profil.

 

Complément du 22 mars ( à partir de 20 H.) 

Un nouveau sondage BVA vient d'être publié : le dernier datait du 3 mars et indiquait déjà une baisse significativede Marine Le Pen. 
 Ce matin sortait aussi un sondage CSA et comme tous les soirs le sondage Ifop Rolling est mis à jour. Ces sondages ont été réalisés pendant ou après le drame de l'école juive de Toulouse. Seul celui de BVA pouvait prendre en compte la fin du fanatique assassin. 

Ces sondages suivent aussi le rassemblement de Mélenchon à la Bastille.

 

CSA( Septième sondage 2012 (19-22 mars) on relève : Sarkozy= 30%, Hollande= 28 %,  Le Pen= 17 %, Bayrou= 13 % Mélenchon= 13%, Joly= 2%, Dupont Aignan= 0,5%, Arthaud, Poutou et Cheminade sont à 0. 

Sarkozy passe en tête (+ 2% mais avec pour la première fois l'absence de Villepin ) Hollande est stable et nouvelle progression de Mélenchon (+2%) par rapport au sondage du 12 mars. 

 

IFOP. 52ème sondage 2012 (19-20 mars) on relève : Sarkozy= 28%, Hollande= 27,5 %,  Le Pen= 13 %, Bayrou= 12 % Mélenchon= 11%, Joly= 3%, Dupont Aignan= 1,5%, Arthaud et Poutou à 0,5% et Cheminade à 0. 

Sarkozy passe en tête (+ 0,5%) Hollande baisse (- 0,5%) Le Pen en forte baisse (-4,5)  Bayrou stable et nouvelle progression de Mélenchon (+0,5%)  par rapport au sondage précédent (fin de semaine dernière) 

 

  BVA  Septième sondage 2012 (21-22 mars) on relève : Hollande= 29,5 %, Sarkozy= 28%,  Mélenchon= 14%,  Le Pen= 13%, Bayrou= 12% Joly= 2%, Dupont Aignan= 1,5%, Arthaud, Poutou et Cheminade sont à 0. 

Après trois semaines sans enquête BVA, on note que Hollande est toujours en tête mais en baisse (-3,5%), Sarkozy en hausse (3% mais sans Villepin qui faisait 2% dans le précédent) et surtout Mélenchon qui avec une hausse de 6% devient le 3ème homme. Le Pen et Bayrou recule de 1%.

 

(A suivre)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article