Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Trop poli-tique.........Devoir d'inventaire.

10 Mai 2011 , Rédigé par daniel Publié dans #trop poli-tique

. Je viens de voir le film de Serge Moati « Changer la vie » qui passait, ce soir, sur France 2 et c’est un jugement mi-figue mi-raisin qui m’a conduit à retenir ce titre pour le billet que je voulais faire et dater du 10 mai. Un billet qui me paraissait nécessaire mais qui ne peut en rien être du genre « tonton mania ». Ce film m’a semblé, finalement, être une sorte de  devoir de mémoire, un devoir d’inventaire passant de l’état de grâce à la fin des illusions, combinant en alternance images de fiction et archives filmées. …. C’est déjà ce qui avait été fait, il y a quelques semaines, pour Pompidou et je pense avoir préféré ce film à celui de ce soir sur la victoire de Mitterrand…. Peut-être grâce à Balmer qui était excellent dans le rôle de Pompidou ; peut-être aussi pour la plus grande place faite à la  fiction ; peut-être également parce que Pompidou c’est un peu plus loin et qu’il est resté moins longtemps au pouvoir.....  Enfin, bref, le film de  Moati m'a nettement moins emballé....  Inventaire, inventaire il avait une gueule d'inventaire... 

Ça me rappelle la gêne que la petite phrase de Jospin sur le droit d'inventaire avait provoqué chez certains éléphants du PS lors de la campagne présidentielle de 1995.

  J’ai aussi lu ou du moins parcouru, les quotidiens du 10 mai : «  Le Monde : Trente ans après, Mitterrand redevient l’icône de la gauche » et « Libération : le droit d’inventer » : Il  n’y avait pas grand chose de neuf ni de très passionnant  dans ces articles. Le hors-série du Monde « François Mitterrand : le pouvoir et la séduction » m’intéressera plus mais je n’ai pas encore eu le temps de le lire…. Ça sera pour plus tard, par curiosité, en lecture de farniente.

  Le Monde qui est sorti cet après-midi, daté du 11 mai, en titrant en première page « En vue de 2012, le PS s’interroge sur l’électorat à conquérir : Faut-il privilégier les classes moyennes ou les couches populaires ?» me semble aborder le problème comme le militant que je suis y réfléchit depuis bien longtemps..... Et curieusement, c'est dans la revue socialiste (2ème trimestre 2011) que j’ai retrouvé ce type d'analyse......  Certes pas dans les premiers chapitres, il faut être patient car la parole est avant tout donnée à ceux qui ont accompagné le président Mitterrand avec quelques textes très instructifs comme ceux de Jean-Noël Jeanneney et d’Hubert Védrine….. Quant au reste, plutôt aux restes devrais-je écrire, les textes de Glavany, Roudy, Mermaz, Fabius, Rocard et même, j’ai le regret de le dire, ceux de Mauroy et Jospin, me font irrésistiblement penser à une chanson de Brel : « Jojo parle de Voltaire et Pierre de Casanova et moi, moi qui suis resté le plus fier, moi, moi je parle toujours de moi…. »…. Sans compter que dans le chapitre qui suit, la jeune génération à son tour montre ses bonnes manières.

Revue socialiste

Non ! Ce qui est le plus important dans la revue c’est le dernier chapitre « Militants  d’hier, militants d’aujourd’hui».  L'enquête, qui cherche à comprendre qui sont les adhérents socialistes, a été menée avec l'aide du CEVIPOF et elle aborde successivement plusieurs thèmes comme les itinéraires idéologiques, les raisons de l'adhésion, les valeurs, les opinions pour certaines analyses en comparant les résultats de 1985, de 1998 et de 2011 alors que pour d'autres sujets ce qui est vérifié c'est la concordance ou les différences entre les réponses des militants socialistes et celles des électeurs socialistes. Voici sommairement quelques résultats de cette enquête ; résultats qui interpellent.

1/  Evolution socio-démographique  (en %)  

 

1985

1998

2011

Homme

79

72

70

Femme

20

26

30

Moins de 30 ans

7

5

10

30 à-39 ans

26

9

13

40-49 ans

28

19

16

50-59 ans

18

27

23

60-69 ans

14

23

28

70 ans et plus

7

17

10

Aucun diplôme ou CEP

13

10

4

CAP, BEPC, ….

24

21

17

Baccalauréat

16

19

15

Diplôme universitaire

24

33

54

Grande école

15

7

10

Cadre supérieur

19

20

38

Professeur

9

14

11

Instituteur

17

9

7

Autre profession intermédiaire

22

25

18

Employé

10

11

14

Ouvrier

10

5

3

Autre

11

14

9

Commentaire : Le PS se féminise et on observe une forte augmentation des hauts diplômés (2/3 d'universitaires et au delà ... ce qui parait très étonnant). La proportion d'ouvriers et employés est ridiculement basse à 17% alors que les enseignants représentent 25%, certes en nette baisse depuis 1985.  Le PS reste un parti de vieux (38% de plus de 60 ans et autant de retraités bien sûr) malgré une augmentation intéressante des moins de 40 ans.   

2/ Militantisme  (en %)

 

1985

1998

2011

Se considèrent

 

 

 

Simple adhérent

18

19

20

Militant épisodique

27

23

26

Militant actif

52

57

53

Sans réponse

3

1

1

Assistance aux réunions

 

 

 

Régulièrement

72

71

66

De temps en temps

17

19

15

Rarement

7

7

7

Presque jamais

2

2

10

Sans réponse

2

2

2

 Commentaire  : Il est indéniable que la participation aux réunions de section est en baisse mais il y a aujourd'hui d'autres moyens que les grandes messes pour s'informer, réfléchir et même débattre. On apprend que 28% des adhérents sont ou ont été des élus (dont 19 % ont un mandat en cours) auxquels on pourrait ajouter 8% de collaborateurs proches des élus. (En 1998 la proportion d'élus et ex-élus était de 34%). La part des adhérents travaillant ou ayant travaillé dans le secteur privé est de 44% (contre 42 % en 1998 et 32 % en 1985) et la tendance pour les nouveaux adhérents dépasse les 50%. Enfin il n'y a que 38% des adhérents au PS qui sont syndiqués (et alors que c'est demandé dans les statuts du PS) par contre 87% sont membres d'une association.

 Références économiques des adhérents (2010)

 

D'accord

Pas d'accord

Sans réponse

L'humanisme chrétien

41

42

17

Le marxisme

32

53

15

Idées sociale-démocrates

76

18

6

Courant autogestionnaire

42

37

21

Libéralisme économique

10

76

14

L'alter-mondialisme

57

28

14

 Commentaire  : Même si la référence sociale-démocrate est largement majoritaire il reste encore un besoin d'utopie chez les militants avec une fuite vers le courant autogestionnaire dont personne ne sait trop ce que c'est sinon un palliatif à la chute du marxisme, qui lui au moins se justifiait comme critique du capitalisme. L'humanisme chrétien est en bonne place et au moins on sait ce que c'est. L'alter-mondialisme est fortement retenu, certainement pour sa sensibilité écologiste qui n'est pas proposée autrement dans l'enquête.

 Les jugements et les attentes des adhérents et des électeurs socialistes  sur la politique économique et sociale donnent des résultats très intéressants. Voici en vrac quelques exemples  :

Questions sur l'attitude vis à vis de l'économie de marché  

1/ La capacité d'entreprendre doit être encouragée : 97 % des électeurs sont d'accord ainsi que 95% des adhérents.

2/ Pour que l'économie marche bien il faut que les entreprises fassent des profits : 74 % des électeurs sont d'accord et 71% des adhérents (25% ne sont pas trop d'accord)

Questions sur l'emploi et le chômage :

3/ Pour que les patrons n'aient pas peur d'embaucher ils devraient avoir le droit de licencier plus facilement : 93% des électeurs ne sont pas d'accord et 90% des adhérents.

4/ Les chômeurs pourraient trouver du travail s'ils le voulaient vraiment  et là il y a un hiatus 46 % des électeurs sont d'accord alors que seulement 9 % des adhérents le sont.

Question sur les fonctionnaires :

5/ Il faudrait réduire le nombre des fonctionnaires : 74% des électeurs ne sont pas d'accord et 88% des adhérents

Questions sur la mondialisation :

6/ Les possibilités d'action d'un gouvernement : Même jugement pour les électeurs et les adhérents, elles sont réduites pour 64%  et larges pour 34 %

7/ La mondialisation est perçue pour une chance par 19% des électeurs et 22 % des adhérents 

Questions sur des enjeux de société.  

8/ Maintenant on ne se sent plus chez soi comme avant : 85 % des adhérents ne sont pas d'accord et idem pour 72 % des électeurs.

9/ Il y a trop d'immigrés en France : avis partagé par 34% des électeurs mais seulement 13 % des adhérents.

10/ Enfin une divergence sur le rôle de l'école entre les adhérents et les électeurs : Devrait-elle avant tout donner le sens de l'effort et de la discipline ou former avant tout les gens à l'esprit éveillé et critique ? Les électeurs sont partagés 54% pour la première et 46 % pour la seconde proposition alors que les adhérents sont très majoritairement à 80% pour la seconde.

 Cette enquête donne des résultats souvent surprenants et parfois dérangeants : Elle confirme que dans certains domaines des écarts significatifs existent entre le projet du PS et ses électeurs et parfois même avec une minorité des adhérents.  Je crois que l'organisation des primaires était vraiment une nécessité pour rassembler en espérant que la compétition ne dégénère pas trop.  

Pour terminer ce billet j'emprunte, en guise de conclusion, un extrait de l'interview de Michel  Rocard parue le 10 mai dans Libération  :

« Vous n'avez pas la crainte que si le candidat du PS l'emporte en 2012, il se trouve comme en 1981 en décalage entre son discours et les contraintes de gouvernement ?»

  «Non, je n'ai pas cette crainte et il y a une preuve : les cinq ans du gouvernement Jospin. Pourtant plus proche de l'héritage historique, ce gouvernement a un bon bilan, le déficit budgétaire ne s'est aggravé qu'avec la droite, les performances du gouvernement Jospin sont honorables en matière d'emploi . Mais Jospin a payé le fait qu'il y avait encore des rémanences intellectuelles et culturelles, des façons de penser à l'intérieur du PS qui l'ont retardé, un peu paralysé. Tout cela me semble aujourd'hui réglé. La déclaration de principe adoptée il y a trois ans en atteste. C'est un document majeur, passé trop inaperçu et qui a pris enfin acte de la sociale démocratie . Il proclame que nous sommes réformistes, que nous vivons en économie de marché, mais nous entendons la réguler puisqu'elle est, par définition, instable.

(A suivre)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article