Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Trop poli-tique....Du copier-coller !... C'est reparti comme en....

15 Mars 2013 , Rédigé par niduab Publié dans #trop poli-tique

En guise d’introduction, une petite explication de titre s’impose: Ce billet sera essentiellement constitué d’articles de la Nouvelle République et du Courrier de l’Ouest : les parties du texte, en copier-coller sont en couleur bleue ou verte.

Il concerne le contexte électoral niortais et je veux faire simple et modéré en m’appuyant sur une revue de presse locale. Je veux ainsi éviter de jeter de l’huile sur un petit feu de campagne et surtout éviter d’être cité par un journal à l’insu de mon plein gré comme ce fut le cas il y a deux ans.

L’évènement de la semaine niortaise fut le lancement par quelques personnes pressées de la campagne interne au sein du P.S niortais, évènement largement commenté dans leur édition du 14 mars par les deux journaux cités.

Comme les fidèles lecteurs de mon blog (une petite vingtaine de visiteurs directs en moyenne par jour) se répartissent entre quelques rares niortais et de plus nombreux ‘‘éloignés’’, famille et proches, j’ai décidé de diffuser cette information et de l’annoncer ‘‘urbi et orbi’’. Il n’y a aucune raison que ça reste confidentiel au sein du microcosme niortais. Que ça se sache et que tout le monde puisse en profiter ! D’autant que je pense que ça ne sera que le premier épisode d’une série au long cours. C’est important un premier épisode.

Depuis plus de 25 ans que je vis à Niort, rares furent les élections municipales(3 sur 4) où il n’y a pas eu deux listes aux municipales de même tendance (de gauche en l’occurrence et dirigées par des socialistes) qui s’opposaient ; une liste officielle investie contre une liste dissidente avec en plus une liste de droite qui, jusqu’à présent, faisait surtout de la figuration. Il y eut aussi un cas individuel lors de l’élection législative de 2002. Ces campagnes électorales ne manquaient pas de sel mais singulièrement de courtoisie ; et ce que j’appelle pudiquement un manque de courtoisie ou d’élégance paraîtra un doux euphémisme à tous ceux qui ont encore en mémoire ce que furent ces guerres picrocholines notamment la grande bagarre de 1995 entre Ségolène Royal et Bernard Bellec. Pour définir ces luttes fratricides, un vieux philosophe s’interrogerait, avec une ironie socratique : Lutte de classe ou lutte de places ?

Au cours des dernières années, les billets que je consacrai à la politique niortaise avaient perdu de leur causticité initiale pour au contraire vanter le bilan positif de l’action municipale de l’équipe élue. Manifestement certains ne partagent pas mon avis….. C’est quand même difficile à comprendre. Y aurait-il d’autres raisons moins avouables ? Les articles de journaux permettent d’y voire un peu plus clair. Alors bonne lecture !

 

Le Courrier de l’Ouest : « Rodolphe Challet, socialiste, ne cache plus ses intentions de briguer le siège de maire de Niort. Ce n’était un secret que pour le grand public et l’immense majorité des électeurs de gauche. Depuis des mois, le microcosme politique local, notamment de gauche connaissait les velléités de Rodolphe Challet de s’engager dans la course aux municipales à Niort. Au cours d’une réunion de section du Parti socialiste, organisé à Noron, Rodolphe Challet, premier secrétaire fédéral du PS dans les Deux-Sèvres, a officiellement annoncé son projet de se porter candidat à la candidature de maire de Niort. (Primaires internes qui auront lieu les 10 et 17 octobre.). Cette annonce a été effectuée devant une centaine de militant adhérents de cette section. Une information officielle sur cette démarche personnelle doit-être adressée à tous les adhérents du PS, déjà concrétisée, hier à 15 h 45, par l’envoi d’un communiqué de presse.

Dans ce document, le premier fédéral, également vice-président du Conseil général des Deux-Sèvres, écrit ceci : « J’ai souhaité faire cette annonce à mes camarades afin d’engager un débat serein mais sans concession sur le respect du vote des militants socialistes et des engagements que nous avons pris, sur le non-cumul des mandats par exemple et sur la place que nous faisons aux citoyens qui souhaitent participer à nos débats et aux décisions qui les concernent.

Nous devons construire l’avenir de notre ville collectivement, réaffirmer la première place du PS dans l’action municipale tout en renforçant notre modèle fondé sur l’écoute et le respect de tous les points de vue » reprend le désormais candidat à la mairie de Niort. « Il faut aussi penser à la place de la jeunesse à Niort car c’est un enjeu déterminant pour les années qui viennent.

Nous avons six mois pour en débattre. Six mois ce n’est pas trop long pour une vraie réflexion collective dont nous sortirons plus forts si nous savons éviter les réflexes claniques ou sectaires. Je me tiens à la disposition de chacune et de chacun dans un esprit d’ouverture et de rassemblement. » Geneviève Gaillard, députée maire PS de Niort, appréciera….. » Eric Marteau.

Bigre que le verbiage de Challet est correctement bien tourné…. !!! Je ne ferai pas plus de commentaire au stade actuel.

« Il risque d’y avoir de l’orage dans l’air » est le titre d’un second article du Courrier de l’Ouest que je ne reprends pas pour ne pas être trop long.

 La Nouvelle République : «  Rodolphe Challet dégaine le premier : Il était plus de onze heures mardi soir au parc des expositions de Noron, et la section du PS touchait à sa fin quand devant une centaine de militants, Rodolphe Challet en a fait l’annonce : il sera candidat aux primaires pour les municipales de 2014. L’annonce n’est pas forcément une surprise. Le conseiller général de Niort-est, par ailleurs patron de la fédération du PS des Deux- Sèvres est depuis plusieurs mois ennemi de Geneviève Gaillard à gauche. Il lui reproche de s’obstiner à porter sa double casquette de maire et députée « Le PS n’est pas qu’une étiquette utile en campagne électorale et qu’on peut oublier dès le résultat acquis » avait-il déclaré l’an dernier, reprochant à Geneviève Gaillard de bafouer la promesse faite aux militants de mettre fin à son cumul dés septembre 2012, sans attendre le vote d’une loi.

Sans remonter au choc frontal des législatives de 2002, où Rodolphe Challet avait présenté une candidature sauvage contre la sortante, les relations entre les deux personnalités n’ont guère connu d’embellie au fil du temps. En 2007, lors de la bataille pour l’investiture PS, Rodolphe Challet avait préféré le maire sortant, Alain Baudin, à sa challenger. Et en 2001, c’est contre la volonté de Geneviève Gaillard qu’il s’est fait élire conseiller général sur le canton de Nord-est.

Geneviève Gaillard sera-t-elle candidate aux primaire socialiste ? Trop tôt pour le dire, répond-elle. Les militant de la section de Niort sont appelés à voter le 10 octobre pour départager les prétendants. Mais seul ceux encartés en bonne et due forme avant le 9 avril auront le droit de voter.

Dans un communiqué signé Nathalie Lanzi qui ne passe pas pour un soutien de Geneviève Gaillard, la fédération du PS des Deux-Sèvres battu le rappel des adhésions. « Nous devons accentuer la dynamique de renouvellement, la diversité et de non-cumul qui ne seront pas inscrits dans une loi au moment des municipales. Seule l’action en section sera efficace »insistait Nathalie Lanzi. La bataille des adhésions pour faire battre Geneviève Gaillard  est engagée.Yves Revert.

 

Pour une fois j’étais présent lors de la réunion de section du 13 mars ; il faut dire que selon la convocation, le programme était intéressant avec un débat sur la situation au Mali. J’ai beaucoup apprécié le travail de préparation de Maryvonne et la présentation qu’elle en a fait. J’ai fait une très courte intervention pour compléter son exposé en fournissant quelques informations sur l’Histoire du Mali.

J’ai moins apprécié la passivité de l’assistance, dont une partie avait sans doute été informée de l’annonce de fin de soirée et n’attendait que ça.

Nous avons d’abord appris par le secrétaire de section, qui a été élu en novembre dernier avec 66 voix pour 63 à sa challenger, que depuis le début de l'année il y avait déjà eu 75 adhésions ; rien que ça ! Quand on sait qu’il reste encore trois semaines avant d’atteindre la date limite (9 avril soit 6 mois avant le vote de désignation) la section va encore gonfler au risque d’exploser, enfin sous réserve de confirmation car il ne s’agit pas d’une adhésion à 1 € mais une adhésion militante qui doit s’accompagner selon les tranches de revenus d’une cotisation se situant entre 5% et 10% du revenu mensuel.

 Bon, ceci n’étant que le premier épisode d’un feuilleton je devrais avoir l’occasion de faire d’autres billets où je m’efforcerai toujours de garder bonne mesure, sans être neutre puisque chacun sait mes liens d’amitiés et mon jugement sur l’excellent bilan de l’actuelle équipe municipale qui a profondément transformé cette ville après une vingtaine d’années de léthargie pourtant socialiste…. Au point où je commence vraiment à beaucoup aimer cette ville, à m’y sentir très bien et même à devenir un peu chauvin. Pourvu que ça dure !

 

Pour finir ce billet je me dois aussi de reprendre la déclaration de Geneviève Gaillard à la Nouvelle République (édition du 14 mars)

« C’est un non-évènement dans la mesure où Rodolphe Challet s’oppose à moi depuis des années. Il aurait pu avoir l’élégance de m’informer de sa décision, il ne l’a pas fait. Pour ma part, j’ai dit à plusieurs reprises que l’équipe plurielle, de gauche avec une majorité socialiste, souhaitait continuer son action. Mais j’ai mon agenda, ce n’est pas celui de Rodolphe Challet : je ferai acte de candidature ou pas, mais je le ferai savoir le moment venu. Je ne crois pas que ce soit le moment de se lancer dans de longs débats en interne alors que la situation nationale et internationale est ce qu’elle est. Je partage le point de vue selon lequel une loi sur le non-cumul serait la bienvenue. Cette loi n’est pas encore construite, on est en train de le faire, le PS y travaille, François Hollande s’y est engagé, ça avance : quand la loi sera construite, quand il y aura une règle pour tous, je la respecterai. En attendant pourquoi me faire ce procès à moi seule. Je reste dans l’action, je suis maire ; les niortais ont des problèmes, je fais de mon mieux pour m’en occuper »

 

(A suivre)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article