Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Trop poli-tique...... Fraise attitude....le retour.

30 Novembre 2009 , Rédigé par daniel Publié dans #trop poli-tique

Le retour c’est d’abord le mien : Au total une absence de près de 3 semaines compensée par quelques billets préparés à l’avance (Brèves de trêve) où des articles photos transmis de Guyane, des photos en attente de textes, et enfin un invité pour le dernier billet. De retour à la maison je vais reprendre mon rythme d’articles, un tous les 3 ou 4 jours, en père peinard. Pour les prochains je parlerai surtout de la Guyane…. le plus beau département de France. Pour celui d’aujourd’hui, un billet de reprise, un billet d’excuse pour absence, je vais encore une fois profiter du travail d'un copain et faire un petit emprunt.

C’est avec surprise, que j’ai constaté, à mon retour, que Fraise des bois s’était remis au clavier fin novembre. Heureuse surprise car, même si je ne suis pas toujours à 100% d’accord avec ses analyses « politiques », il n’en demeure pas moins que c’est toujours avec plaisir que je lis le « poète diariste ». Ses billets, quasiment quotidiens entre 2006 et 2008, étaient une vraie bouffée d’air pur. Depuis plus d’un an il se faisait très rare…. Et puis le revoilà...... ça sent les régionales....... Pourvu qu’il continue !

…. Dans le court et excellent billet que je reporte ci-après il s’en prend aux méthodes de Ségolène…. C’est rafraîchissant et ça fait du bien…. Ah ! « Le petit barnum de chemin », quelle belle expression poétique et bien jolie image polémique.  Pour en savoir plus sur ce poète gâtino-charentais qui n’a pas tout le temps raison, le lecteur devra aller voir un billet que je lui avais déjà consacré le 15 janvier 2008 et surtout, et avant tout,  se rendre sur son blog : http://mamilitance.blog.lemonde.fr 

«  Penser l’après Ségolène Royal

C’est le chantier qui attend la gauche et en particulier le PS après les régionales.  A Dijon, la moutarde Peillon & Royal fut une péripétie de plus dans le long feuilleton du déclin du PS. Ségolène Royal, dans sa volonté populiste de passer par-dessus l’appareil du parti, utilise tous les artifices médiatiques possibles. Créer un événement, se poser en victime de méchants apparatchiks, apparaître comme la prophète d’une rénovation plus rénovante que celle des autres : les ficelles sont grosses mais la dame du Poitou continue son petit barnum de chemin. L’ennui pour elle, c’est qu’on ne gagne pas seul et ce n’est pas le débauchage de Françoise Degois des grandes ondes vers la basse politique (un bien mauvais service rendu à la cause des journalistes politiques, désormais fatalement suspectés d’être peu ou prou au service de…) qui masquera l’hémorragie de ses collaborateurs écoeurés, dont Jean-Pierre Mignard, ancien président du fan’club Désirs d’Avenir. Sans parler des sondages récents ou de l’évaporation des militants socialistes dont Libération se faisait l’écho lundi…

Dans la région Poitou-Charentes, dont elle est la présidente sortante, son aura médiatique ne lui aura pas permis d’empêcher les Verts de constituer une liste Europe-Écologie ni le PCF (qui compte quand même 6 conseillers sortants) de faire liste commune avec le Front de Gauche. La partie n’est donc pas gagnée d’avance même si le bilan du mandat n’est objectivement pas mauvais. La droite fait profil bas (Raffarin ayant renoncé à mener la liste UMP) et c’est peut-être le plus habile stratégiquement : ne pas trop s’exposer quand on pense avoir peu de chances de gagner tout en étant prêt à encaisser une victoire si l’adversaire perd tout seul !

Or la chose n’est pas impossible, même si peu probable. Il se murmure en effet à gauche, et même au PS, qu’une candidature Royal aux présidentielles de 2012 plomberait complètement les chances de réaliser l’alternance et qu’ainsi, Royal serait la meilleure alliée objective de Sarkozy… Or, comment ouvrir la voie vers 2012 à une candidature de gauche plus crédible aux yeux de l’électorat sinon en sacrifiant en 2010 une candidate autoproclamée mais qui lasse de plus en plus son monde ? 

  Laisser perdre Royal aux régionales permettrait de lever l’hypothèque qui pèse sur la gauche. Ce serait ainsi un beau gambit pour gagner ensuite sur l’échiquier politique national. Utopie ? Voire… La gauche semble de toutes façons vouée à lâcher quelques régions vu le carton plein réalisé en 2004 et c’est aux citoyens de jouer pour éviter d’être joués ! »

 Je ne pouvais pas être à Dijon ce que je regrettais car j'avais particulièrement apprécié, fin août, les studieux ateliers d'été marseillais ; lire mon billet du 24 août 2009 « Trop poli-tique… Des espoirs à gauche ou l’espoir à gauche ». Désolé mais  j’étais déjà parti en Guyane… j’en ai eu, bien entendu, quelques échos et connaissant un peu Ségolène et assez bien Vincent je comprends parfaitement la « saine » colère de Peillon.

Je ne suivrai pas Fraise dans sa conclusion et bien évidemment, en mars prochain, je voterai pour la liste socialiste du Poitou-Charentes et ce dès le 1er tour….… l'éventualité d'une défaite socialiste en Poitou-Charentes n'est pas acceptable. La répercussion médiatique serait terrible pour la gauche et tout bénéfice pour le guignol qui est installé à l'élysée...
.....mais pour la suite et dans la perspective des présidentielles et des primaires socialistes, j'annonce d'ores et déjà que je reprendrai mon bâton de militant et que je m’engagerai à fond dans la bataille des investitures pour soutenir l'un des candidats compétents (et il y  en a plusieurs.... ) et surtout pour éviter que Mme Royal ne soit à nouveau notre candidate....
 Il faudra impérativement, pour notre pays et les générations futures, battre  Sarkozy et empêcher la nouvelle catastrophe que celui-ci espère tant.

 

A suivre…

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article