Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Trop poli-tique..... Le rassemblement : Mission impossible (? ou !)

24 Septembre 2013 , Rédigé par niduab Publié dans #trop poli-tique

 

A quelques mois des élections municipales, la situation politique niortaise, au sein de la famille socialiste est toujours aussi confuse. Des socialistes qui dirigent cette ville depuis des décennies mais qui ont presque toujours gagné ces élections après de très graves crises internes conduisant le plus souvent à la présence de deux listes qui s’opposent, l’une investie par le PS national et l’autre dissidente. Pour rester le plus neutre modéré possible je vais encore faire de nombreux emprunts à la presse locale, afin de ne pas être taxé d’un point de vue partisan, ce qui n’est d’ailleurs pas faux…… Ce billet prolonge ceux publiés au 1ersemestre, respectivement intitulés « C’est reparti comme en…. » et « Sous couvert de ….»

En fin de semaine dernière lorsque je réfléchissais, au style que je devais donner à ce billet, sérieux ou dérision, j’étais enclin à retenir comme titre : ‘’PS, saison 5’’ car c’est bien la cinquième élection municipale à laquelle je vais assister depuis que je suis niortais : après 1989 (victoire de la liste investie par le PS national dans le cadre d’une triangulaire), 1995 (victoire de la liste dissidente dirigée par le maire dans le cadre d’une triangulaire), 2001(une seule liste, celle du maire sortant qui l’emporte face à la liste de droite au second tour), 2008 (victoire de la liste investie au second tour dans le cadre d’une triangulaire ), voilà 2014 qui arrive et question ambiance familiale ça ne se présente pas beaucoup mieux que lors des précédentes éditions

Finalement j’ai choisi la ligne sérieuse et un titre qui traduit mes doutes quant à la possibilité d’avoir qu’une seule liste (Question d’habitude) .

Pourtant le rassemblement de la famille socialiste et gauche républicaine, me parait, plus que jamais, absolument nécessaire. Lors des précédentes éditions le pays ne connaissait pas encore une telle crise et le PS un tel désamour. L’élection de mars prochain ne ressemblera pas aux précédentes ; la période actuelle fait plus penser à celle de 1993, même s’il s’agissait, alors, d’une élection législative. Le maire de Niort, était le candidat investi et il fut nettement battu par le candidat UDF, maire de Chauray ; il connut même l’humiliation d’être battu sur la ville de Niort.

Alors ne soyons pas trop certain que Niort est, naturellement, une terre promise aux socialistes ! D’autant que la liste gagnante n’a dépassé le score de 50% que deux fois : en 2001 de justesse et en 2008 d'autant plus nettement que c'était dans le cadre d’une triangulaire.

Pour que l’accident de 1993 ne se reproduise pas en 2014, il faut impérativement une liste de rassemblement ; une liste la plus rassemblée le plus possible (y compris Verts et Communistes dès le 1er tour en juste équilibre et dans l’intérêt de tous), avec une tête de liste expérimentée et combative, qui présente un bilan incontestable.

 

Maintenant que j’ai donné mon point de vue je vais compléter ce billet par de larges extraits d’articles de la presse locale.

Geneviève Gaillard, Députée-Maire a présenté sa candidature en section socialiste le jeudi 19 septembre la veille de la parution d’une longue interview par la Nouvelle République.

«’’Je me présente aux municipales, je serai candidate’’ Sortant du silence dans lequel elle s’est cantonnée durant plusieurs mois Geneviève Gaillard en a informé les militants de la section de Niort…..

J’étais présent, bien sûr, au petit théâtre de St Florent, il avait environ une centaine de militants, peut-être 120, je n’ai pas compté, mais certainement pas les 630 adhérents que revendique cette section, après le prompt renfort de mars dernier (Où sont les invisibles qui perturbent tous pronostics et qui n’ont, pour la plupart, jamais été présentés en section ?). C’était une réunion ordinaire, avec un menu chargé : université PS de La Rochelle, réforme des retraites, Syrie et les habituels points divers.

En fait Geneviève est intervenue en lever de rideau pour faire son annonce. « Je crois que nous ne pouvons assurer la victoire de la gauche sans rassemblement clair des socialistes. Rassemblement en faveur d’un bilan et la continuité d’un projet. Pour accompagner la transformation qui s’opère, et être encore plus en proximité. » Un très beau discours d’une quinzaine de minutes, qui a manifestement interpellé tous les militants…..

  Après une trop longue réunion où comme beaucoup j’ai patienté en écoutant des avis sur l’actualité. J’aurais pu intervenir sur plusieurs sujets mais j’avais surtout hâte qu’on arrive aux points divers où l’on ne pourrait pas ne pas évoquer la convocation de Solférino.

Enfin après deux heures de réunion les différents ‘’invités au siège du PS’’ sont intervenus pour nous en proposer leur interprétation. Ils ne furent pas tous convainquant, mais furent parfois sincères (« J’ai trouvé le PS national très dirigiste » avouait le secrétaire de section) ……

Geneviève Gaillard dut intervenir une nouvelle fois pour expliquer pourquoi le national s’inquiète de la tournure des évènements ; des précisions que la presse a obtenues notamment en interviewant Christophe Borgel, secrétaire national chargé des élections.

 

Mais il est temps que je laisse la plume aux journalistes de la NR (extraits)

« Cette candidature n’est pas une surprise car elle avait à plusieurs reprises laissé entendre son envie d’un deuxième mandat. Le véritable coup de théâtre c’est, qu’à priori, les primaires prévues le 10 octobre n’auront pas lieu.

Le PS national ne souhaite pas, étant donné les conditions dans lesquelles elles auraient été organisées. En cause : l’explosion assez inexplicable du nombre d’adhérents de section de Niort, passé de 250 à 630 entre janvier et le 9 avril dernier, date butoir pour prendre sa carte afin de participer aux primaires. Les dés risquaient d’être pipés.

Cette position du PS national ne concerne pas la seule ville de Niort’’ ……. ‘’Christophe Borgel, secrétaire national chargé de la vie des fédérations et des élections, en a fait part lors d’une réunion mardi à Paris’’…….’’ Dès lors qu’il juge que les conditions ne sont pas réunies pour un vote des militants, le candidat le plus légitime est le maire sortant.

Pascal Duforestel, sans surprise, s’est aussitôt rallié à cette solution. Sa candidature à la primaire est caduque ; ‘’ Au-delà des sujets de désaccord qui sont minimes sur le fond entre candidats au sein du PS. L’essentiel est d’une part de garder la ville à gauche, et d’autre part, Geneviève Gaillard est légitime : son bilan est bon et il n’y a pas beaucoup de femmes maires de villes de plus de 50 000 habitants. La modernité, ce n’est pas seulement le non-cumul, c’est aussi des femmes aux responsabilités’’ se justifie-t-il.

Selon Geneniève Gaillard il n’y a pas de victoire possible sans gauche unie, et pas de gauche unie si le PS ne l’est pas…..’’ Ce qui s’accompagne d’une ouverture en direction de Rodolphe Challet pour la future liste : ‘’ Quand on veut le rassemblement, on doit faire des propositions… Elles sont de différentes natures : il faut parler du bilan, du programme, et quand il y a plusieurs mouvances au sein du PS, on peut avoir un équilibre entre elles, c’est un élément de discussion.’’»

Le billet de Philippe Barbotte, accompagnant cet article, mérite aussi d’être mentionné. « Geneviève Gaillard prône le rassemblement et veut oeuvrer en ce sens. Y compris dans sa propre famille politique où, apparemment, à l’exception du principe de non cumul des mandats, il n’existe pas de désaccord majeur relatif à la gouvernance municipale. C’est donc essentiellement une querelle de personnes qui divise les socialistes. Une de plus. Verts et Frontistes de gauche, quant à eux, ont décidé d’y aller seuls. Sont-ils prêts à renoncer au risque de passer pour des ‘’girouettes’’ ? Peu probable. Allez Madame Gaillard, bon courage ! »

  Dans cette riche édition du 20 septembre Geneviève Gaillard, fait face à la rédaction de la NR le bilan de six années du mandat. Je garde cette interview pour y revenir plus tard lors de la campagne municipale officielle face à nos vrais adversaires.

Les journaux de samedi 21 septembre rapportent essentiellement les réactions des différents protagonistes. Je ne vais pas reprendre in extenso ses réactions, car il faut comme le disait François Mitterrand, laisser du temps au temps. Voici juste pour information les titres choisis par « Le Courrier de l’ouest »

Rodolphe Challet, candidat à la primaire : « Une tentative de coup de force…. »

Bruno Louvet, secrétaire de section : « Une candidature sauvage …. »

Jean-Michel Gomès Teixera candidat à la primaire : « Refuser le déni »

Geneviève Gaillard : « Il y aura un vote de rassemblement »

Pascal Duforestel 1eradjoint, qui a retiré sa candidature lorsque madame le Maire a annoncé la sienne : « Il reste trois candidats.

Christian Héraud secrétaire fédéral du PS : « Report probable. »

 

Il y a surtout dans cette édition un billet sur la position du PS national précisé par Christophe Borgel, qui est un peu le juge de paix dans cette affaire. C’est lui qui est la voix de Solférino, trancher va être très délicat.

« ‘’ Il faut d’abord que tout le monde se calme. Au bout du chemin, il y a une élection. Il faut commencer par rassembler les points de vue des acteurs. Je crois vraiment qu’on peut se rassembler et jouer collectif même à Niort…… Si on a besoin de se donner du temps, lundi soir, date butoir des déclarations de candidatures, nous le ferons. Et la date du vote sera repoussée. Car il n’est pas question d’annuler ce vote. Mais nous ne perdons pas de vue que, dans la section de Niort, le nombre de militants a cru de manière considérable récemment.

Je ne cherche pas à savoir qui a fait quoi mais ce qui risque d’arriver, c’est qu’une fois le scrutin terminé, il sera le point de départ de contestations »

Devant ce risque, le report du vote parait probable, comme il l’est dans plusieurs villes de France où la situation est très chaude. Sera-ce suffisant pour rapprocher les positions. Christophe Borgel le pense. A Niort, les observateurs en sont beaucoup moins sûrs. 

La Nouvelle République a également interviewé Christophe Borgel qui fit bien évidemment les mêmes réponses avec quelques précisions intéressantes : «….Par ailleurs, la hausse importante des effectifs de la section, indépendamment de savoir à qui revient la faute, risque d’entacher la possibilité d’un rassemblement. Cette course aux adhésions n’a pas facilité les bonnes conditions d’un vote interne. Maux vaut travailler au rassemblement…….. Le risque que l’affrontement laisse des traces est élevé. Je sais bien qu’à Niort, la ville est ancrée à Niort, mais quand on divise trop, quand on s’affronte trop, l’électeur risque de rester à la maison, surtout s’il a le sentiment que la différence de fond ne sont pas immenses.

 

Reprise du billet mercredi 25 septembre :

Le Bureau national du Parti Socialiste réuni hier soir a décidé que la procédure de désignation du candidat qui dirigera la liste socialiste était suspendue dans sept villes : La Rochelle, Lens, Neuilly-sur-Marne, Pau, Bagnols-sur-Cèze, Villeneuve–Saint-Georges et Niort.

(A suivre)

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Erny 26/12/2013 22:31

Salut mon pote.
C'est avec plaisir que je viens me balader sur ton blog et je dois avouer que les bagarres politiques au sein du PS niortais c'est à se bidonner : j'aimerai habiter cette ville car non seulement je
te verrais plus souvent mais également parce que c'est vachement folklorique. C'est qui votre Iznogood ? Le dénommé Isba (ou Chalet je ne me souviens pas)