Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Trop poli-tique......Les promesses de 2007 de Sarkozy

24 Janvier 2012 , Rédigé par daniel Publié dans #trop poli-tique

Je n’avais pas prévu de faire un nouveau billet faisant référence à d’autres blogs, quelques jours après avoir présenté ceux de Benjamin et de Fanfan, mais voilà, un ami m’a demandé de faire un petit job d’analyse du bilan de Sarkozy et du coup je me suis dit qu’il valait mieux joindre l’utile à la contrainte consentie en le mettant sur le blog.

C’est à l’occasion de la cérémonie des vœux de la municipalité que ce pote m’a demandé de lui préparer une note sur les promesses 2007 non tenues de Sarkozy.

--- « Pas de problème, lui répondis-je, tout le monde a ça en tête, mais il me faut quand même un peu de temps pour mettre ma mémoire en ordre. »

--- « Le problème est que ça ‘’urge’’ un peu car j’aurais besoin de cette note pour une réunion mercredi soir »

__«  Oh là ! Tu sais que je suis maintenant  un retraité très actif et je n’ai pas que ça à foutre…. Je suis pris tout ce samedi et demain je pars pour le Bourget à 6 H pour un retour prévu à minuit, lundi j’ai quelques obligations et mardi, aussi ! »

En fait l’obligation que je m’étais fixée d’ici mardi c’était de préparer un billet évoquant la cérémonie des vœux de madame le Maire de Niort et le meeting de François Hollande au Bourget.

Pragmatique, je repousse de quelques jours le billet initialement prévu et je me lance illico sur l’inventaire-bilan des promesses du Président sortant en instance de vacances, car: aujourd’hui j’en suis convaincu, Hollande sera Président.

Je ne pouvais d’ailleurs décemment pas me défausser d’autant que le copain a le grand mérite de s’engager dans une équipe de campagne locale, en simple citoyen motivé, sans être un militant encarté et qu’il a, en tant que cadre dirigeant, des obligations professionnelles plus sérieuses que mes petites obligations de retraité.

En fait ce boulot n’était pas si difficile, il suffit de prendre le temps de chercher sur Internet et voilà le résultat de ces premières recherches.

On peut observer que beaucoup de sites reprennent, peu ou prou, les mêmes informations presqu’au mot près. Je suis donc un profiteur de plus à piocher dans des thématiques déjà bien répandues sur le net sans pour autant être très satisfait de n’avoir pas le temps de faire un travail plus personnel et plus réfléchi….. Mais je pourrai toujours y revenir, un peu plus tard.

Pour être honnête il faut aussi mentionner des sites qui font référence à l’ensemble des promesses de 2007 du candidat Sarkozy où l’on relève qu’il a quand même tenu, partiellement ou totalement, pas mal de promesses, le genre de promesses  très droitières, qu’on regrette qu’elles aient été tenues, comme par exemple l’extension du bouclier fiscal.

Pour une vue d’ensemble équilibrée se reporter notamment aux sites : http://www.elections-president.fr/tag/promesses/ 

et http://www.lemonde.fr/politique/visuel/2006/12/15/les-promesses-de-nicolas-sarkozy-a-la-loupe_846317_823448.html

Il y a, enfin, de manière partisane, le site du Parti socialiste qui liste les interventions plus ou moins saugrenues ou incohérentes du locataire de l’Elysée comme son premier discours de Toulon où il voulait réformer le capitalisme, ou encore son actuel désir d’instaurer la taxation des transactions financières, mais là on s’écarte du cadre restrictif des promesses de 2007.

http://www.parti-socialiste.fr/articles/3-ans-ont-passe-depuis-le-discours-de-toulon-3-ans-de-renoncements-et-d-inaction

 Voyons d’abord la liste des grands chapitres, au nombre de quinze,  des promesses comme elles ont longtemps été présentées sur un site UMP avant de disparaitre  subitement fin 2010. Ce rappel commençait probablement à devenir gênant.

Ces 15 promesses de Sarkozy 2007, on peut les retrouver sur :

 http://www.crise-economique.net/15-promesses-sarkozy-2007/ et http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/sarkozy-observatoire-des-promesses-90752., ce dernier observatoire jugeant et notant les mesures prises de chacun des thèmes. (Note), du moins pour les  8 premiers thèmes. 

1. Mettre fin à l’impuissance publique (3.75/20)

2. Une démocratie irréprochable. (3.25/20)

3 Vaincre le chômage. (6/20)

4 Réhabiliter le travail (0/20)

5 Augmenter le pouvoir d’achat. (0/20)

6 L’Europe doit protéger dans la mondialisation. (4.75/20)

7 Répondre à l’urgence du développement durable (6.5 /20)

8 Permettre à tous les Français d’être propriétaires de leur logement (0/20)

9 Transmettre les repères de l’autorité, du respect et du mérite

10 Une école qui garantit la réussite de tous les élèves

11 Mettre l’enseignement supérieur et la recherche au niveau des meilleurs mondiaux

12. Sortir les quartiers difficiles de l’engrenage de la violence et de la relégation

13. Maîtriser l’immigration

14. De grandes politiques de solidarité, fraternelles et responsables.

15. Fiers d’être français.

Commentaire : Je ne fréquentais pas le site d’informations Agoravox. Une rapide vérification Internet me laisse à penser qu’il ne s’agit pas d’affreux gauchistes. Des opposants certes car les notes données sont très médiocres mais il semble qu’ils aient stoppé ce rôle d’observatoire en juin 2011.  L’examen du  thème 1 fut publié le 16 novembre 2010 et la dernière analyse, le thème 8, fut affichée le 16 juin 2011, se terminant comme les précédents par la phrase suivante : L’examen de la promesse n°9, sera proposée vers le 15 juillet 2011. Si vous le voulez bien et…si on nous en laisse la liberté….. Et puis plus rien.

Depuis d’autres sites ont pris la relève sous la forme d’abécédaire. Voir notamment entre autres :

http://www.jeune-garde87.org/2011/05/06/nicolas-sarkozy-2007-2011-les-promesses-non-tenues/

www.ps-fonsorbes.fr/article-l-abecedaire-des-promesses-non-tenues-...

http://sarkofrance.blogspot.com/2012/01/labecedaire-des-promesses-non-tenues/

http://www.wikistrike.com/article-l-abecedaire-des-promesses-non-tenues-de-nicolas-sarkozy-2007-2012-96778236.html

 Afin de pouvoir répondre concrètement à la demande de mon copain, je reporte en cette fin de billet, des parties des articles des blogs cités. Pour ne pas faire trop long je reprends essentiellement les promesses de Sarkozy agrémentées de quelques commentaires succincts. Le lecteur pourra retrouver le développement  des critiques sur les sites référencés. Toutes les citations en italiques sont de Nicolas Sarkozy. Elles émanent de son propre abécédaire de promesses à tenir, que l'UMP a retiré du Web fin 2010, mais que certains sites avaient eu la bonne idée de conserver.

Accès à la propriété  «Depuis des années, on vous dit qu’on ne peut rien contre la crise du logement. (...) Je veux permettre à chaque ménage d’être propriétaire, parce que la propriété est le rêve de chacun d’entre nous.» En 2007, le candidat Sarkozy vantait même les vertus du crédit hypothécaire, quelques semaines seulement avant la gigantesque crise des subprimes aux Etats-Unis. « Je propose que ceux qui ont des rémunérations modestes puissent garantir leur emprunt par la valeur de leur logement

Afrique : « Je favoriserai le développement des pays pauvres, en cessant d'aider les gouvernements corrompus, en mettant en place une Union méditerranéenne avec les pays du Sud, en donnant la priorité à l'Afrique. Je m'intéresse à l'Afrique et je la respecte. » Le 26 juillet 2007, Nicolas Sarkozy a prononcé l'un des discours les plus humiliants à l'égard de l'Afrique. Son « homme africain » n'était « pas assez entré dans l'histoire.»

Agriculture : «Je soutiendrai l’agriculture et l’industrie agroalimentaire» En février 2008 pour son premier Salon de l'agriculture, il promettait de réformer la PAC par anticipation, pour redistribuer les aides aux plus fragiles. Il n'en fut rien.

Allocations Familiales : « J’aiderai les familles à chacune des étapes de leur existence. En particulier, j’allouerai des allocations familiales dès le premier enfant. » Dès avril 2008, les familles en furent pour leurs frais, en apprenant que les bonifications accordées pour les adolescents ne seraient plus versées dès les 11 ans, mais après 14 ans.

Allocations chômage : « Comme souvent en France, en matière de chômage ou en matière de minima sociaux, on indemnise chichement, mais longtemps. Alors qu'il faudrait indemniser fortement, mais brièvement pour que chacun soit incité à reprendre rapidement un emploi. Je propose que l'allocation chômage ne puisse pas être inférieure au salaire minimum, mais que nul ne puisse refuser plus de trois offres d'emploi correspondant à ses compétences. » Les allocations chômage n'ont pas été réévaluées comme promis. Aujourd’hui un demandeur d'emploi sur deux n'est pas indemnisé par pôle emploi; 700.000 se rabattent sur le RSA. En octobre 2008 le dispositif de l'offre raisonnable d'emploi a été adopté : trois offres refusées déclenchent une suspension des allocations chômage pendant 2 mois.

Autorité : « Je ne crois pas à la République sans un minimum d'ordre, l'ordre républicain, je ne crois pas qu'on peut tout faire, je crois à la justice, mais je crois aussi à la fermeté. » Depuis qu'il est élu, les violences aux personnes, n'ont cessé d'augmenter.

Banlieues : « Si je suis élu je mettrai en œuvre un grand plan Marshall de la formation pour tous les jeunes de nos quartiers, pour qu’aucun ne soit laissé de côté, pour que chacun puisse tenter sa chance, pour que chacun ait un emploi.» Sarkozy a réduit les dépenses fiscales et sociales consacrées à l'activité dans les quartiers défavorisés, tout comme les crédits nationaux alloués aux actions locales.

Bouclier Fiscal. : « Pour redonner confiance aux investisseurs, (…) il faut d’abord réconcilier la France avec la réussite. Or, au-delà de notre culture collective, nous savons que l’une des difficultés concrètes est fiscale. C’est pour cela que j’ai toujours défendu l’idée d’un bouclier fiscal qui limite à un pourcentage donné les prélèvements qui peuvent s’accumuler, une année donnée, sur le revenu d’un même contribuable. Je crois à un bouclier fiscal à 50 % intégrant la contribution sociale généralisée (CSG) et la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS). Autrement dit, nul ne paiera au fisc plus que la moitié de ce qu’il a gagné.» L’abaissement du bouclier fiscal de 60% à 50% des revenus, n’a pas produit les effets escomptés : les exilés fiscaux ne sont pas revenus en masse en France.

Capitalisme :« Je n’accepte pas, et des milliers d’entrepreneurs avec moi, que le travail salarié et l’esprit d’entreprise soient bafoués par les rémunérations et les privilèges excessifs que s’octroie une toute petite minorité de patrons. Je n’accepte pas qu’au niveau mondial, pour des raisons de pur profit, on joue avec les salariés et avec les usines comme on déplace des pions sur un jeu de société. » Contre les délocalisations, Sarkozy s’est réfugié derrière des incantations et sur la régulation du capitalisme mondial, ses discours aux accents gauchistes ont fait rire à l’étranger.

Carte scolaire : « Je remplacerai la carte scolaire par une obligation de mixité sociale, géographique et scolaire des effectifs, qui pèsera sur les établissements. » Sarkozy a simplement modifié la carte scolaire de façon inefficace et hypocrite

Chômage : « Depuis vingt-cinq ans, on vous dit que le plein emploi est impossible et que le chômage est une fatalité. Rien n’est plus faux. » La défiscalisation des heures supplémentaires a accéléré la destruction de l’emploi intérimaire et entraîné une flambé du chômage, malgré de nombreuses « sorties » des statistiques. En 2011, la part du travail à temps partiel augmente, tout comme le chômage longue durée et des seniors (+15% en 2011).

Croissance : «Ma stratégie économique, c’est de libérer les forces de travail en France pour créer ce point de croissance qui nous permettra de résoudre les questions de déficit.» En décembre 2011, l'INSEE prédit une récession jusqu'au printemps 2012.

Déficits publics : « La maîtrise de nos finances publiques est un impératif moral autant que financier. Les jeunes générations ne peuvent accepter que les générations actuelles vivent à leur crédit.» En juin 2007, Nicolas Sarkozy obtient de Bruxelles un report d'un an du délai de retour à l'équilibre budgétaire et c'est le même Sarkozy qui réclame une fausse règle d'or. Hors effet de crise. Le déficit public est passé de 3,4 % du PIB en 2008 à environ 8 % en 2009.

Dépendance : «Je créerai une cinquième branche de la sécurité sociale pour consacrer suffisamment de moyens à la perte d'autonomie.» Dès août 2007, cette promesse est remisée au placard par François Fillon.

Dette : « Je m'engage à ramener la dette en dessous des 60% du PIB d'ici 2012.» En 2011, la dette publique s'élève à 81 % du PIB. Elle frôle les 1.700 milliards d'euros.

Droits de l'Homme : « Je veux être le Président d’une France qui se sente solidaire de tous les proscrits, de tous les enfants qui souffrent, de toutes les femmes martyrisées, de tous ceux qui sont menacés de mort par les dictatures et par les fanatismes.»  En bon libéral et au nom  d'intérêts commerciaux Sarkozy a commencé par vouloir se réconcilier avec les dictatures, avant de se refaire une virginité politique avec la Lybie en 2011.

 Ecole : « Je veux que l’école soit un lieu de travail, d’autorité et de respect. » De tristes faits divers rappellent que l’école manque toujours de moyens et d’encadrement.  

Education « Dans les quartiers où s'accumulent tous les problèmes de l'exclusion et du chômage, je propose de créer des classes de quinze élèves dans les collèges et les lycées.» Ou encore : « Il faut d'abord que nos enseignants exercent leur métier dans de bonnes conditions. Ils sont la clé de la réussite de tous les élèves.». Depuis 2007, il a réduit d'environ 15.000 les postes dans l'enseignement chaque année, alors que les élèves sont en augmentation constante dans le primaire comme au collège.

Egalité d'accès aux soins : «Je propose de renforcer l’aide à l’acquisition d’une complémentaire et d’améliorer les remboursements des soins dentaires et optiques. » Dès janvier 2008, Nicolas Sarkozy instaura de nouvelles franchises médicales. Il multiplia les déremboursements médicaux

Enseignement supérieur : « Leurs moyens seront portés au même niveau que dans les pays les plus en pointe sur le sujet, mais cela s’accompagnera de réformes de fond. Je donnerai aux universités volontaires une autonomie réelle. (...) Pendant les cinq prochaines années, je ferai donc de l'augmentation des dépenses consacrées à l'enseignement supérieur [5 milliards d'euros supplémentaires d'ici 2012) et à la recherche (15 milliards d'euros supplémentaires, pour atteindre l'objectif de 3 % du PIB en 2012) une priorité. » Au 1er janvier 2012, 80 des 83 universités françaises seraient autonomes. Les universités les plus fragiles restent avec leurs déficits liés aux réductions budgétaires avant autonomie.

Environnement : « Le développement durable doit devenir une dimension essentielle de toute l’action publique. Ce n’est pas un choix, c’est une urgence, une nécessité.» Il organise le Grenelle de l’environnement….. Mais en mars 2010 il déclare aux agriculteurs « L’environnement, ça commence à bien faire ».

Europe : « L’Europe doit nous permettre de faire à plusieurs ce que seuls nous faisons moins bien: notamment la politique migratoire et le développement, la politique industrielle et la recherche, le développement durable.» La politique européenne est l'un des pires échecs de Nicolas Sarkozy. En 2011, les sommets européens, toujours qualifiés de «décisifs », se succèdent comme autant d'épisodes d'une mauvaise série.

Finances : Il n'avait rien promis en 2007. Heureusement car pendant cinq ans il a dit tout et son contraire.

Fiscalité «Je ferai tout pour réduire la fiscalité qui pèse sur le travail. (...) Je rapprocherai la fiscalité des entreprises de la moyenne européenne », La France compte 500 niches fiscales, pour un coût annuel de 74 milliards d'euros. Début 2010 la Cour des Comptes accuse Sarkozy d’avoir plombé de 6 milliards d'euros d'exonérations fiscales supplémentaires annuelles  le budget de l'Etat. En 2010, la baisse de la TVA sur la restauration ajoute 2,5 milliards d'euros de perte fiscale. En 2011, il accepte, enfin, de supprimer le bouclier fiscal. Mais il compense d'un joli cadeau, un allègement de l'ISF pour un milliard d'euros.

Golden Parachutes. « Si je suis élu président de la République, je ferai voter dès l'été 2007 une loi qui interdira la pratique détestable des golden parachutes. » Cette mesure ne fut jamais votée, ni même proposée.

Gouvernement resserré

« Si je suis élu, mon gouvernement sera limité à 15 ministres pour être plus efficace.» Le premier gouvernement avait 40 membres l’actuel, 33.

Identité nationale : «J’aime cette France de toutes les couleurs et de toutes les religions où s’entremêlent tant d’histoires, de souvenirs et de cultures. J’aime cette France de la diversité, des différences et des mélanges.» Un funeste débat sur l’identité nationale qui a contribué à remettre en selle le Front national.

Insécurité : La lutte contre l’insécurité est le marqueur politique de Nicolas Sarkozy. C'est aussi son plus gros échec, les violences aux personnes ne cessent de progresser depuis 2002. La police souffre d’une politique du chiffre inutile et stressante. En 2012, on comptera moins d'effectifs policiers et gendarmes qu’en 2002…

Logement : « Enfin, je souhaite mettre en place concrètement le droit au logement opposable. Une personne qui travaille doit pouvoir se loger autrement que dans sa voiture ou dans un camping. » Le 18 décembre 2006, le candidat Sarkozy promettait de résoudre le problème des SDF d’ici à 2008. Le droit au logement opposable, qui fêtait sa seconde bougie à l’automne 2011, est resté lettre morte pour plus de 80% de ses bénéficiaires potentiels

Pauvreté : «S’agissant des personnes pauvres, je mettrai en place la réforme proposée par Martin Hirsch, président d’Emmaüs France : la création d’un revenu de solidarité active au profit de ceux qui reprennent un emploi.». En 2009, il y avait 1,1 million de bénéficiaires du RSA dont plus de 500 000 émargeaient avant au RMI. La pauvreté n’a pas reculé selon le dernier rapport de l’INSEE ce qui n’a pas empêché le gouvernement de réduire les dotations publiques à la lutte contre la pauvreté.

Pouvoir d'achat. "Travailler plus pour gagner plus." Sans commentaire.

Prisons. « Je suis également partisan d'une grande loi pénitentiaire permettant à notre démocratie de définir ce qu'elle attend de ses prisons et de se donner les moyens de sa politique dans ce domaine. » La rénovation des prisons et des conditions de détention est l'un des grands échecs de la présidence Sarkozy.

Protection des sources journalistiques

« Je suis prêt à inscrire le droit de tous les journalistes à la protection de leurs sources dans la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse et à étendre à leur domicile les garanties prévues pour les locaux d'une entreprise de presse.» Une loi fut certes votée. Mais cela n’a pas empêché des affaires de barbouze contre des journalistes. A suivre l’efficacité de la loi votée.

Récidive. « Je souhaite qu’on créé des peines planchers pour les multirécidivistes, parce que 50 % des délits, c’est 5 % des délinquants. » La loi contre la récidive fut votée et pourtant jamais les agressions contre les personnes ne furent aussi nombreuses.

République irréprochable. Ce mandat fut celui de tous les excès : augmentation du traitement présidentiel de 172% en janvier 2008 ; dérapage des frais de Présidence dont déplacement électoraux hors frais de campagne etc…

Retraites : « Le droit à la retraite à 60 ans doit demeurer, de même que les 35 heures continueront d’être la durée hebdomadaire légale du travail. Que ce soit un minimum, cela me va très bien. Ce que je n’accepte pas est que cela soit aussi un maximum.». Un passage en force, sans discussion avec les partenaires sociaux. Résultat : Il y a toujours 16 milliards d'euros de déséquilibre annuel et les perspectives de rééquilibre sont basées sur des hypothèses de croissance farfelues, et, dès 2013, il faudra se remettre à l'ouvrage.

Santé : « Je ne pense pas qu’il y ait matière à beaucoup d’économies dans la santé. Compte tenu de l’allongement de la durée de la vie, du progrès médical et de l’aspiration bien naturelle de nos concitoyens à vivre en bonne santé, l’investissement dans la santé sera forcément majeur. » La part des dépenses de santé financées par la Sécurité sociale a été réduite de 77% à 75 % (2010).

Seniors« Je mets d’ailleurs les entreprises devant leurs responsabilités. On doit garder les quinquagénaires dans les entreprises »  Fin 2011, le nombre de plus de 50 ans inscrits à pôle emploi était de 865.000 soit +350.000 depuis novembre 2007.

Soins optiques et dentaires

 « Je propose un meilleur remboursement par l’assurance-maladie des soins optiques et dentaires. Ces soins, indispensables à une vie digne et de qualité, sont aujourd’hui très mal remboursés ». Aux oubliettes.  

Travail du dimanche : Sujet discutable tant que le libre choix n’est pas garanti et même si certains salariés y sont favorable et beaucoup de consommateurs.

Travailler plus pour gagner plus: La démonstration par l’absurde des erreurs  de diagnostic du sarkozisme…. Et tout ça pour aboutir en 2011 à un développement du travail partiel : Travailler moins pour être plus nombreux à travailler. Bonjour les dégâts sur le pouvoir d’achat, la consommation, la croissance.et in fine la réduction des déficits et de l’endettement.

(Incontestablement à suivre......)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article