Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

No pasaran ...... Regreso a Granada y alrededores

5 Juin 2011 , Rédigé par daniel Publié dans #no pasaran

 Ce retour aux sources, aux origines a été possible grâce à ce blog et notamment les billets No pasaran «Les compagnies de travailleurs étrangers », « L’auberge espagnole » et « Grenade » car en octobre 2008 je recevais un commentaire de Richard : « Rafael dont la vie est racontée ici est-il Rafael Rozon, artisan coiffeur à Toulouse, ancien combattant républicain, passé par les camps d'Argelès et de cette région, né à Romilla (Grenade), mort

il y a quelques années à 91 ans. Il avait un frère, Luis, qui combattit comme lui et qui s'établit à Paris ? Ils avaient un frère, Paco, qui fut dénoncé et arrêté à Romilla, commune voisine de Fuente Vaqueros (village où est né Garcia Lorca) en Aout 1936…… Mon épouse Rose-Marie est la fille de José Rozon fils de Paco (Francisco) fusillé en 1936 sans doute à Grenade. Son nom figurant sur une liste de 17 noms établie à Romilla, petit bourg dépendant de Chauchina, voisine de Fuente Vaqueros » 

Bien sûr Pilou a immédiatement repris contact avec sa cousine qu’elle n’avait pas revue depuis le début des années 70 et dont nous n’avions plus de nouvelles. Ces cousins qui vivent dans la région de Toulouse nous ont permis d’avoir les coordonnées d’une cousine d’Andalousie….. Nous avons mis un peu de temps à faire ce voyage, une trentaine de mois…… mais ça faisait si longtemps…. La dernière fois que Pilou était allée à Grenade avec ses parents, c’était en août 1967 et la première fois c’était en 1957, l’année où son père, Luis, avait obtenu la nationalité française…. Sans doute une bonne dizaine de séjours en famille d’environ deux semaines toujours en août qui ont marqué l’enfance et l’adolescence et qui laissent de merveilleux souvenirs y compris ceux de trajets assez folkloriques en voiture Paris Grenade et le plus souvent prolongés par un passage par Santander dans le nord ouest de l’Espagne. 

Depuis nous étions bien passés à deux occasions par Grenade, mais sans nous y attarder : d’abord en Août 1978 lorsque nous vivions au Maroc et en rentrant en France pour les vacances, nous avons fait une pause d’une journée à Grenade dont une visite de l’Alhambra, mais il faisait si chaud et les parents de Pilou nous attendaient à Barcelone…. .

En avril 1999, nous avons passé une semaine en Andalousie avec le comité des œuvres sociales de la mairie de Niort ; un séjour à San Pedro d’Alcantara, situé sur la côte à plus d’une centaine de kilomètres de Grenade. Nous avions loué une voiture pour faire un saut sur une journée à Grenade et à Fuente Vaqueros, le village natal de Luis, Rafael (et non Romilla) et Federico Garcia Lorca.

  DSCF1184

Nous sommes arrivés à Grenade dimanche 29 mai ; après nous être installés à l’hôtel Alixares, à proximité de l’Alhambra, nous sommes allés à Romilla chez Carmen et Marcelino. Carmen, fille de Paco, est restée au pays, alors que ses frères José, Antonio et sa sœur Asencion ont fuit la misère de l’Espagne franquiste du début des années 60 pour s’installer avec l’aide des oncles Rafael et Luis comme fermiers dans la région toulousaine. Carmen et Marcelino, nous attendaient et ils étaient notre sésame pour contacter d’autres cousines et cousins.

Marcelino avait 6 ou 7 ans lorsque les fascistes ont arrêté Paco, il s’en souvient très bien et nous raconta le drame : Paco ouvrier agricole s’était installé avec trois collègues en coopérative. Au début de ce sinistre mois d’août 1936, l’un d’eux dénonça ses partenaires d’être des rouges pour rester seul propriétaire de l’entreprise. Pilou comprenait alors pourquoi son père Luis disait : « mataron a mi hermano por un saco de patatas !». La veuve de Paco n’a jamais accepté de reconnaitre administrativement que son mari était mort accidentellement dans la rue en août 36, ce qui lui aurait permis de toucher une rente, arguant du fait qu’il n’était pas mort mais avait été assassiné. 

Luis et Rafael, qui avaient un salon de coiffure à Lachar, avaient été avertis de l’arrivée des franquistes pour les arrêter et purent se sauver à temps et allèrent rejoindre l’armée républicaine à Malaga. Paco aussi avait été prévenu, mais d’une part chargé de famille et d’autre part rassuré par son beau frère qui ne croyait pas en la folie meurtrière des franquistes, il resta pour se soumettre à ce qu’il pensait être une simple vérification…. Il finit devant un peloton d’exécution. Francisco leur père fut aussi emprisonné, il mourut quelques temps plus tard des séquelles de mauvais traitements et de chagrin.

Après ces évocations du passé, nous avons parlé de nos vies, de nos familles et c’est tout naturellement que Carmen prit son téléphone pour appeler Matilde, et lui dit qu’elle lui passait quelqu’un dont elle reconnaitrait peut-être la voix : Quelle ne fut pas sa surprise et son immense joie quand Pilou se présenta et Matilde de s’écrier « No te puedes imaginar que alegria me das, hace pocos dias estaba pensendo en ti, diciendome si algun dia iva a volver a verte. Cuando vais a venir ? Aqui esta tu casa ! » Et rendez-vous fut pris pour le lendemain.

santander 1973 avec Matilde

(La dernière fois que Pilou et Matilde se sont vues c'était en août 1973 à Santander. Ci-contre la photo avec Luis et les enfants)

Lundi matin nous prenions l’autobus pour nous rendre chez Matilde ; depuis notre arrivée, la veille, nous avions bien compris que pour se déplacer dans Grenade, entre les travaux du métro, et les zones piétonnes il ne fallait surtout pas prendre la voiture…. Nous avons rapidement trouvé l’immeuble, en face du magasin Al Campo (le même supermarché qu’en France mais au nom hispanisé) et sonné à la porte de l’appartement. Matilde fut encore surprise car elle nous avait conseillé de l’appeler par téléphone pour venir nous chercher à l’arrêt de bus…. Que d’émotions ces retrouvailles des deux cousines !

Nous avons passé toute la journée chez elle, nous avons fait la connaissance de son mari José, qui ayant travaillé quelques années en Suisse et à Paris avait quelques rudiments de français ce qui fait qu’avec ma fragile perception de l’espagnol agrémenté de l’accent andalous et de volubilité du débit, je ne suis pas complètement resté ce jour-là, le muet du sérail….. Et puis José est un type sympa, un peu farfelu et on s’est assez bien compris…. Avec un petit doute sur ses positions politiques : communiste ou anarchiste ?  Un peu les deux me semble-t-il. Matilde avait déjà fait circuler l’information et au fil de la journée nous fîmes la connaissance de ses deux fils et de sa petite fille, puis dans l’après midi de Rafael un autre cousin puis « cereza sobre el gato pastel » (il y a pas mal de faux amis en espagnol) Matilde nous a emmenés chez une autre cousine habitant aussi à côté d’Al Campo (un vrai ami) et qui plus est sans lui avoir dit avec qui elle venait. Quand la porte s’ouvrit Matilde demande à Rosarito « A ver si conoces a la persona que viene conmigo ?» après quelques secondes d’incertitude elle s’exclame « Mi prima Pili, cuanto tiempo hace que no nos hemos visto ! Que alegria verte ! ». Nouvelle séance d’émotion, d’échanges de souvenirs, d’informations diverses avec présentation des photos de famille et la présence de Sandra l’une des filles de Rosarito qui devrait venir prochainement faire un stage professionnel en France, peut-être à Montpellier. Nous avons aussi mentionné l’une des raisons de ce voyage : obtenir des informations généalogiques sur la famille Rozon.

Le lendemain mardi fut, en matinée, consacré à la visite de l’Alhambra. Ensuite nous nous sommes rendus à la mairie de Fuente Vaqueros pour essayer d’obtenir des actes d’état-civil concernant les grands-parents de Pilou. Ce n’était pas le bon jour car il faut rencontrer le juge de paix qui n’est présent dans cette mairie que les lundis, mercredis et vendredis de 11H à 13 H. Nous devions donc revenir le lendemain.

En fin d’après midi une autre cousine, Margarita jointe par téléphone quand nous étions chez Matilde venait nous chercher à l’hôtel pour passer la soirée chez elle. Quel dynamisme ! Volubile, joyeusement excitée, heureuse de revoir sa chère cousine perdue de vue depuis si longtemps : « Porque has ido al hotel, porque no has llamado ? te podias venir a dormir a casa, tenemos una habitacion libre ! ». Pouvait-on décemment téléphoner après tout ce temps en disant « Hola ! Alli vamos, prepara la habitacion ». Nous avons fait connaissance avec Juan le mari de Margarita et un de ses fils et des petits enfants de passage. Encore une bien belle soirée, à parler de tout, et surtout des anciens disparus : Trois points récurrents à toutes ces rencontres en plus de la gentillesse et de l’accueil chaleureux de nos hôtes :

1/ L’extraordinaire souvenir qu’ont laissé Luis et Rafael et notamment pour l’accueil de leurs neveux et nièces qui se sont installés en France.

2/ L’étonnement de voir Pilou parler si parfaitement espagnol alors que les enfants des immigrés en France, souvent nés en Espagne, ont perdu en grande partie leur langue maternelle.

3/ Quand Pilou indiquait qu’elle était élue à la mairie de Niort, ils s’intéressaient tous à son étiquette politique et quand elle la précisait, il y avait toujours un commentaire de satisfaction « De los nuestros !!! ». 100 2866100 2783

Le lendemain, mercredi, Margarita et Juan se mettaient totalement à notre disposition, d’une part pour nous accompagner à Fuente Vaqueros pour rencontrer le juge de paix puis l’après midi pour nous faire visiter Grenade. 

Le juge de paix était une charmante jeune femme qui fut manifestement intéressée par nos démarches. L’acte de naissance de la grand-mère Francisca née en 1879 fut trouvé dans un registre et photocopié. Celui du grand père Francisco n’a pas été trouvé mais Margarita pense qu’il est né à Pinos Puente un village proche.

Par contre le mariage fut probablement célébré à Fuente Vaqueros, mais de nouvelles recherches devront être effectuées… sans doute en consultant les registres vers 1895 à 1898, Rafael qui est né le 8 août 1911 était le neuvième de la fratrie de treize enfants….. Les cousines vont s’en occuper.

  Avant de quitter Fuente Vaqueros nous nous sommes fait photographier devant la magnifique statue de Federico Garcia Lorca, située sur « La rotonda » de la mairie. Juan et Margarita nous ont ensuite emmenés dans un excellent restaurant de Grenade tenu par des amis…..

100 2796100 2831

  Avant d’arpenter tout l’après midi les nombreuses zones piétonnières de Grenade, autour de la mairie, la cathédrale, la chapelle royale, les quartiers commerçants …

   Le jeudi nous avons quitté Grenade pour découvrir la région : d’abord Las Alpujarras, sur le flanc sud de la Sierra Nevada, célèbre pour sa production de jambon et complémentairement ses sources ferrugineuses et la station thermale de Lanjaron. En redescendant dans la vallée je me suis attardé à contempler des ouvrages d’art de l’autoroute et un barrage (la retenue pleine presqu’au niveau de l’évacuateur de crue comme quoi la sécheresse en France a été utile au sud de l’Espagne). Nous nous sommes ensuite dirigés vers la côte en prenant la route de Motril, puis longeant le littoral par Almuñecar et Salobreña, nous sommes arrivés à Nerja où une immense grotte a été découverte à la fin des années 50 et dont Pilou qui a du la visiter en famille au début des années 60 en gardait un souvenir grandiose. Nous avons déjeuné sur place, très bien d’ailleurs puis de retour sur Grenade en milieu d’après midi nous avons encore fait une petite escapade vers la Sierra Nevada, jusqu’à la station de ski, par une route bien aménagée.

DSCF1302100 2791

 Une station fantomatique à cette époque de l’année malgré quelques traces de neiges subsistant sur les hauts. Il faut dire aussi que c’était en semaine (car curieusement l’Ascension n’est pas fériée en Espagne très catholique…..) 

En fin d’après midi nous sommes allés chercher Matilde puis prenant au passage Rafaël et son épouse Teresa nous nous sommes rendus chez Rafaël père (Attention il faut suivre). Rafaël père est le frère de Matilde et le cousin de Pilou même s’ils ne sont pas de la même génération : Lui n’est pas loin de 80 ans et c’est un neveu de Rafaël et Luis. Je connais ou j’ai connu presque tous ses frères : Paco et Luis de la région parisienne, José de Toulouse et Antonio, décédé, vivait à Barcelone… nous sommes allés le saluer et grignoter quelques tapas, morcilla et cerveza, avant d’aller continuer la soirée chez …. Rafaël fils chez qui nous avons fait connaissance avec son fils qui s’appelle Rafaël (tout le monde suit ?) un charmant jeune homme d’un peu plus de 20 ans qui nous a juré que quand il aurait un fils il ne l’appellerait pas Rafaël (Veremos a ver).

Puisque j’en suis à clarifier les générations, je dois indiquer que les trois cousines Pilou, Matilde et Margarita n’ont que quelques mois d’écart. Rosarito est un peu plus jeune de 5 ou 6 ans et Rafaël encore un peu plus, 9 ou 10 ans.

Une bien belle soirée encore et toujours un accueil formidable malgré le fait que dans ces familles les enfants sont fortement touchés par le chômage. 100 2870

Le séjour touchait à sa fin : vendredi matin nous sommes retournés à Romilla embrasser et remercier Carmen et puis nous avons un peu flâné nostalgiquement entre Chauchina, Lachar et Fuente Vaqueros….avant de prendre la route de Cordoba

Nous avons promis à tous de ne pas attendre 40 ans pour revenir pas même 40 mois….. Et tous réclament que Pilou se fasse accompagner par ses sœurs Paqui et Malou…. Je ne sais pas si ma présence est souhaitée…. Peut-être devrais-je prendre quelques cours d’espagnol… pour le mériter........ Mais je me dis que toutes les trois auront bien besoin d’un chauffeur, porteur de valises et reporter (c’est pour ça que j’ai mis quelques phrases en espagnol car j’ai laissé à la famille espagnole l’adresse de mon blog) ….. Alors j’ai des chances d’être encore du voyage, sans doute dans un an….

 

      ( Continuarà....)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article