Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Moments de vie...........Goulasch à la carte.

31 Décembre 2007 , Rédigé par daniel Publié dans #Les moments de la vie

 Ce n’est pas le menu de réveillon de la St Sylvestre que je propose dans cet article, encore que….. : Foie gras et toasts. Goulasch de biche. Marrons et poêlée de champignons. Salade d’endives aux noix. Fromages. Bûche….. ça serait une suggestion alléchante……en menu ou à la carte. 1ère résolution pour la nouvelle année : « manger diététique ». Qui veut voyager loin, ménage sa monture et je veux voyager loin (2ème résolution).

Le (ou la) goulasch est d’origine hongroise (cela viendrait du mot  gulyas et qui veut dire meneur de bêtes) mais il ne faut pas y voir un rapport avec un certain chef d’état lui aussi d’origine hongroise qui mène actuellement de grandes opérations de type Barnum…..même qu’il ferait, ce soir à la télévision, à en croire des médias autorisés, une allocution de fin d’année en direct ; quasiment de la haute voltige sans filet mais pas sans prompteur……Diantre quel exploit !
 
Non c’est d’autres cartes dont je veux parler, et tout d’abord de jeux de 52 cartes.
Mes jeudis après-midi sont consacrés depuis début 2007 au bridge …..et oui, je l'avoue, j’ai repris, après tant d’années de sevrage. J’avais beaucoup pratiqué notamment entre 1973 et 1976….et puis après m’être déjà arrêté pendant 7 ans j’avais repiqué au truc entre 1983 et 1986, certes de façon plus modérée ….car j’ai à nouveau pu décrocher assez facilement…. Je dois bien reconnaître que je jouais un peu, le soir, en cachette, sur mon micro, mais rien de très sérieux, et puis......Michel B. mon copain a su me convaincre de l’accompagner au club et de faire équipe avec lui.
Michel B. est un excellent joueur …..et qui plus est, il est très tolérant avec son partenaire. Quand il nous arrive de ne pas réussir un contrat « tout fait » et généralement, c’est complètement de ma faute, il me lance un petite critique sur un appel que je n’ai pas compris ou sur l’erreur de ne pas avoir fait tomber tous les atouts…….mais toujours sur un ton très indulgent.  
Le plus souvent nous jouons contre Albert et un autre Michel, Michel A., le spécialiste du « stop ».
Michel A. est un redoutable théoricien du bridge… il connaît parfaitement tous les types d’annonces même les plus retorses, les moins utilisées, celles qui ne se justifient presque jamais et d’ailleurs il continue à étudier pour se perfectionner et devenir un véritable expert ès cas improbables. 
  Albert est comme moi un néophyte, mais il s’applique nettement plus que moi…. peut-être est-ce parce qu’il a un partenaire plus exigeant. Quand il fait une bourde, il subit avec un flegme quasi britannique les critiques « instructives » de Michel A.
Jeudi dernier nous nous opposions au cours d’une confrontation très équilibrée jusqu’à ce qu'une certaine donne fasse basculer le match.
Une première distribution s’était conclue par un « passe » général. Aimée qui est notre référence, notre juge arbitre, la très respectée ordonnatrice de ces après-midi bridgés nous conseilla de faire une goulasch : Les cartes sont, alors, ramassées sans être battues, le tas est ensuite coupé et les cartes redistribuées par lots de 5 au 1er tour de table puis 3 au second et 5 au 3ème. Ce type de distribution atypique (habituellement les cartes sont distribuées une par une) permet généralement des jeux  « particuliers » et ce fut le cas.
J'ai rangé mes cartes et examiné ma main : J’avais 5 trèfles (Roi, 8, 7, 6 et 5) 5 cœurs (As, Roi, 7, 5, 4), 2 piques (10 et 3) et 1 carreau (le 4) soit 10 point d’honneurs.
Le donneur était Albert : il ouvrit de 1 carreau ; Je passai ; Michel A. répondit 1 cœur ; Michel B. intervint avec 1 pique ; Albert confirma 2 carreaux ; moi je m’écrasais toujours et Michel A. persistait avec 2 Cœurs. Michel B. passa, Albert passa aussi, j’hésitai à contrer mais je me dégonflai et je passai.
Albert était le mort et Michel B. entama de l’As de pique pour faire la levée puis il continua avec de roi de pique puis le 9 de pique que je coupai d’un petit cœur : Déjà 3 levées pour nous en 3 tours.
Par un jeu de coupe d’une main à l’autre entre Michel B. court à trèfle et moi court à pique, et grâce à mes 2 cartes maîtresses à l'atout, nous mettions au supplice le malheureux Michel A, grand théoricien et néanmoins respectable adversaire englué dans une gestion délicate de cartes mal réparties. 
   La partie se termina pour lui par une mémorable chute de 3 et comme ils étaient vulnérables on toucha le Jackpot. Vive le bridge goulasch. Michel A était dépité. Albert ne semblait pas trop malheureux. Michel B était aussi zen dans ce cas de victoire panache que lors de défaites catastrophiques……..Moi, bêtement euphorique, je jubilai tant que lors de la manche suivante, j'ai joué comme un pied et je chutais de 1 avec une donne imperdable …. mais heureusement sans conséquence significative pour le score et la victoire finale. Une 3ème résolution pour la nouvelle année je vais bosser pour me mettre à la hauteur de mon partenaire et de mes adversaires, et en particulier je vais bien étudier les secondes réponses et maîtriser les bonnes entames. Promis - juré.

  Je reste dans le domaine des cartes goulasch, mais cette fois, avec les cartes de vœux, et plus précisément celles envoyées par les politiques. Etant inscrit depuis 1995 dans les listings du PS national je reçois depuis plus de 10 ans des cartes de pratiquement tout le beau monde…..et c’est avec le plus grand plaisir que je les conserve et que je les classe avec soin. Il n’y a là aucune outrecuidance, mais une simple satisfaction de collectionneur, et puis pour la plupart elles sont vraiment très belles.
 Lucide je sépare celles de 4 ou 5 bons amis qui me les envoient en toute sincérité, avec un très amical épigraphe, de celles d’autres camarades qui ventilent tous azimuts sans trop savoir à qui ils envoient leurs vœux ; ainsi je ne suis pas sûr que, lorsque Martine, Dominique, Laurent, Julien et Bertrand m'envoient une très jolie carte, ils sachent  très bien qui est ce cher Daniel à qui ils l’adressent ….. 
  Il y a ceux qui sont constants au fil des années comme Martine ou Daniel « Cœur Vaillant » ou le bon et monumental Pierre de Lille….. et puis il y a ceux qui se manifestent surtout les années de congrès….. enfin il y a le tout venant dont et, c’est plus récent, les présidents des Conseils Régionaux et quelques Conseil Généraux.
Notre Ségolène en bonne voisine ne m’a jamais oublié et elle m’a toujours envoyé de très jolies cartes avec une très gentille attention ; c’est aussi le cas de François qui avait, il y a encore peu, quelques attaches familiales régionales.
Les fidèles amis (ça existe même en politique) on les reconnaît au fait qu’ils adressent leurs vœux à Pilou et Daniel… les autres, ceux que je ne connais pas ou peu, les envoient uniquement à moi qui suis listé….. mais c’est sympa quand même et j’avoue bien aimer recevoir ces cartes et c’est sans doute ce goulasch de cartes de vœux qui me manquera le plus l’an prochain.  4ème résolution en cette année de congrès….je passe la main, je ne serai candidat à rien, je m’éloigne (tout en restant adhérent de base) je prends ma retraite « politique ». De grandes vacances…..pour voyager (résolution n°2 en rappel).
 
Le 15 décembre dernier je suis allé à la convention nationale en sachant que ça serait ma dernière participation : c’est avec plaisir que j’y ai vu Pierre, Gérard (qui était venu à Niort 4 jours avant), Vincent et Adeline qui décrochera je l’espère la timbale à Reims. Cette convention avait pour objet l’investiture officielle des têtes de liste pour les municipales et donc l’investiture de Geneviève à Niort. J’avais pour mission complémentaire de ramener une photo de conclave destinée à paraître dès le lendemain dans la presse locale. Je ne suis pas un as de la photo, aussi ce n’est pas sans une certaine appréhension que je devais m’acquitter de cette mission. J’avais révisé le mode opératoire, mis des piles neuves….mais quand je fus en situation…..je vis, avec angoisse, que la carte était pleine….il me fallu faire attendre Geneviève et François qui furent très, très, patients, le temps que j’efface quelques photos anciennes pour faire un peu de place.
Num--riser-copie-5.jpg
Ce ne fut donc pas un instantané à la Robert Doisneau mais de longues poses…. d’autant qu’ils n’arrêtaient pas de se faire des confidences……. que je n’écoutais pas, occupé que j’étais à me dépatouiller avec mon rétif appareil…. les premières photos ne furent pas spectaculaires car tout à leurs secrets conciliabules, ils ne regardaient pas l’objectif au moment où j'arrivai, enfin, à prendre un cliché….. Il me fallu faire 4 ou 5 photos avant d'arriver à en faire une de satisfaisante. Le lundi elle était dans nos 2 journaux locaux. Mission accomplie. Ouf !
 
Le 15 décembre devait être aussi le début de la trêve des confiseurs après la 1ère partie de la campagne de nos municipales niortaises. Après une phase participative intense courant octobre, sorte de goulasch politique ouvert aux non-militants où l’on entendit tout et son contraire, il y eut une seconde phase de travaux en commissions (une trentaine), phase réservée, cette fois, aux militants. Toutes ces commissions ont fait, courant novembre, un travail sérieux et utile et toutes ont remis un rapport succinct qui déclinait les idées-forces de chacune…. une chose me gênait un peu c’est qu’on oubliait de hiérarchiser l’importance des sujets…. Il fallut faire une réunion complémentaire le 29 décembre axée sur les seuls thèmes budgétaires, économiques et sociaux. Cette touche finale a permis d’apporter un nouvel éclairage à la campagne. Le travail que nous avions fait dans la commission budget et très pédagogiquement présenté par Claude D. apportait des éléments déterminants pour la campagne qui entrera dans quelques jours dans sa phase active. A cette aventure enthousiasmante correspond ma 5ème résolution, qui n'est pas nouvelle pour ceux qui me connaissent, mais que je ne peux dévoiler aujourd'hui pour cause probable d'espionnite.
 
Pour Noël mes enfants m’ont offert, un Bescherelle dont chacun des lecteurs comprendra l’urgente nécessité et  le CD de Florent Pagny qui chante Brel. Ils savent que je suis fan de ces reprises. J’étais un peu sceptique car il y avait une grosse pub a la télé et les extraits que j’entendais le plus me laissaient un peu dubitatif…… à tort car l’ensemble est très bien avec cependant un petit raté, « La chanson de Jacky » un peu trop speed, expédiée même…. mais pour le reste de vraies merveilles dignes du grand Jacques dont « Au suivant », « Le dernier repas « et « Ces gens là » et une renaissance « Orly ». J’étais complètement passé à coté de cette chanson et je la découvre par cette version : Un bijou. « …et puis se re-déchirent, se tiennent par les yeux... »
 
Il est grand temps pour moi de penser aux traditionnels, cadeaux de la Saint Sylvestre. Ces cadeaux doivent être simples, originaux et si possible humoristiques. Ca fait beaucoup de critères à respecter et je n’ai guère de temps à quelques heures de l’allocution du petit caporal, dont je n’ai rien à foutre, sauf qu’elle donne le coup d'envoi du rassemblement pour les agapes de fin d'année entre amis. Nous serons 8 chez G. il nous faut donc préparer 6 cadeaux. Cette année l’humour ne sera pas de mise dans mes présents....mais Alain se chargera bien d'égayer la soirée avec ses excellentes contrepèteries dont Sarko fera  une nouvelle fois les frais.
 j'ai trouvé, je vais faire une copie de certains de mes CD, ceux que je préfère….. du moins ce soir. Mon choix se porte sur : Renault chante Brassens, Pagny chante Brel, Marie Paul Belle chante Barbara, Barbara chante Brassens et Brel, Les Frères Jacques chantent Brassens et Isabelle Aubret chante Ferrat. Tous ces CD seront enveloppés dans un simple papier journal pour ne pas les différencier et je ferai une distribution aléatoire type goulasch….

(À suivre)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

argoul 02/01/2008 11:45

Bonne année aux cartes et à Daniel qui les tire !