Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Saga africa.... Santo Antào (suite)

25 Février 2014 , Rédigé par niduab Publié dans #saga africa

Ce jeudi matin nous pouvions faire grasse mâtinée puisque le car prenait d’abord nos compagnons de voyage hébergés à Porto Novo. 45 minutes de rab qui permettaient de flâner un peu à Vila das Pombas charmante localité et en rêvant face à l’océan.

DSCF7871DSCF7878A l’arrivée du car, il n’était plus temps de flâner car la journée allait être chargée, pour la première étape qui allait conduire dans la vallée Ribeira la plupart des 3 étoiles allait faire strapontin : lutte des classes et effet places

Cap-Vert-2014 1434GEDC0807

  Nous ferons des arrêts et des marches revigorantes à Coculi, Boca de Coruja puis à Boca das Ambas où Pilou s’est offert un beau gadin, et un genou écorché.. GEDC0813

  A chaque virage de la route on découvre des maisons de pierre, accrochées aux flancs de montagne. Les villages sont d’un aspect  sympathique et les paysans qui travaillent dans les champs ne paraissent pas pauvres. Une ambiance très éloignée de l’Afrique si proche mais séparée par l’océan.

GEDC0826GEDC0820

 Nous sommes redescendus sur Ribeira Grande, petite ville de 3000 habitants calée entre montagne et océan, où nous avons passé une petite heure.

GEDC0828GEDC0830

 Cette ville fut fondée au XVIe siècle par le comte Santa Cruz Mascarenhas qui la baptisa Povoaçao. Son église fut construite en 1595 et au hasard des promenade nous avons découvert un très joli petit marché couvert autour d’un arbre plus que centenaire.

GEDC0845GEDC0837

 A 4 km au nord de Ribeira Grande, Ponta Sol est une charmante ville aux maisons colorées. Sur le port nous trouvons les pêcheurs qui ont rangé leurs barques et sont rassemblés pour des parties de cartes : nous avons assisté à une scène d’engueulade très méditerranéenne….Le métissage de l’île est incontestablement plus portugais qu’africain.

Après une rapide balade en ville il nous fallait remonter dans le car pour rejoindre un restaurant dans l'une des vallées qui partent de Ribeira Grande. Helder est un très bon guide car nous fûmes  le premier groupe à nous mettre à table : bien nous en a pris car peu de temps après un autre groupe arrivait, qui malheureusement se trompait de cantine, obligeant un troisième à poireauter près de deux heures pour se restaurer et plombant ainsi son après-midi. Les joies de l’organisation touristique dans ces îles.

GEDC0851GEDC0858

 En début d’après midi nous prenons l’ancienne route pavée, tortueuse, qui passe à travers la montagne et qui relie Ribeira Grande à Porto novo. «  On la surnomme Estrada Corda car elle chevauche les cimes des montagnes et serpente au-dessus des précipices avec des gouffres de plus de 1000 m de chaque côté, traversant l’île d’un bout à l’autre. C’est une route magnifique et on s’émerveille par la beauté des forêts de pins, ce cèdres, de mimosas et d’eucalyptus »

GEDC0850Cap-Vert-2014 1451

  Retour vers nos hôtels respectifs. Nous larguons, au passage de Porto Novo, nos compagnons sur-étoilés avant de retrouver Vila das Pombas plus simlpement nommé Paül. Au dessus de la petite ville trône une statue de St Antoine de Padou, près de 300 marches à gravir pour un point de vue exceptionnel,...... Hier j'ai reporté cette expédition golgothesque à ce soir.... et ce jeudi soir je la reportai au lendemain.... En fait il aurait fallu que je fasse cette grimpette le matin avant de partir..... le soir je suis trop crevé.

Ce jeudi soir on aurait du, selon Helder, avoir de la langouste au menu, mais je n'y croyais pas trop car le patron du resto avait mis, le matin, une affiche annoçant langouste pour la St Valentin et la St Valentin ce n'est pas ce soir mais vendredi .... et nous vendredi nous devons rejoindre nos compagnons à Porto Novo pour une fiesta de fin de séjour. Comme ils sont sur-étoilés il devrait y avoir aussi chez eux de la langouste au menu .... De la langouste et du vin à volonté, car c'est le drame du resto de Paül : ceux qui veulent du vin devaient, depuis la veille, payer un supplément, et ça, ça n'a pas plu à nos petits gaulois en vacances : 1000 escudos la bouteille .... ça fait quand même 10 euros ! J'ai honte !

Bon c'est vrai que Pilou et moi nous ne buvons que de l'eau en bouteille et gratuite et moi parfois une bière que je ne paye que 150 escudos ! Nous n'étions donc pas solidaire d'un début de cabale : Je rappelle qu'au Cap Vert le salaire mensuel moyen est de 150 euros et que le coût de notre voyage par personne, tout frais compris, est de l'ordre de 900 euros.

 

 (A suivre

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article